En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

02.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

03.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

04.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

05.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 10 heures 30 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 13 heures 44 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 14 heures 57 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 17 heures 37 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 19 heures 6 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 20 heures 38 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 22 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 23 heures 7 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 11 heures 25 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 14 heures 25 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 15 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 17 heures 28 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 17 heures 54 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 19 heures 21 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 22 heures 2 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 22 heures 46 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 23 heures 18 min
Bonnes feuilles

Pourquoi l'interventionnisme de l'État déstabilise (voir infantilise) le dialogue social

Publié le 05 mai 2013
L'auteur Xavier Tedeschi plonge le lecteur dans la vraie vie des restructurations d'entreprises et apporte des clés pour faire des contraintes d'un plan social un levier éthique et efficace de rebond. Extrait de "Et moi, je fais quoi ? Plaidoyer pour une saine restructuration" (2/2).
Xavier Tedeschi est fondateur de Latitude RH Il accompagne depuis 20 ans les entreprises dans leur projet de transformation et de redéploiement.Fort de son expérience managériale et des grands projets de transformation, il publie en septembre 2012 son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Tedeschi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Tedeschi est fondateur de Latitude RH Il accompagne depuis 20 ans les entreprises dans leur projet de transformation et de redéploiement.Fort de son expérience managériale et des grands projets de transformation, il publie en septembre 2012 son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'auteur Xavier Tedeschi plonge le lecteur dans la vraie vie des restructurations d'entreprises et apporte des clés pour faire des contraintes d'un plan social un levier éthique et efficace de rebond. Extrait de "Et moi, je fais quoi ? Plaidoyer pour une saine restructuration" (2/2).

Il faut parler vrai : l’entreprise est une entité qui rassemble des intérêts différents (actionnaires, dirigeants, salariés) appelés à trouver ensemble des équilibres permettant d’atteindre une performance globale. La recherche de ces équilibres se construit dans le cadre du dialogue social. Pour résoudre les problèmes quotidiens, il importe en effet de s’écouter, se parler, s’entendre, afin de trouver des compromis sur les conditions et l’organisation du travail.

Il y a inévitablement des convergences mais aussi des divergences qui peuvent donner lieu à des crises. Rien de plus normal ! C’est l’absence de crise qui doit inquiéter, car elle traduit un déficit de rencontre, de confrontation, signalant une entreprise qui s’endort et court un risque à moyen terme. Plus qu’un gaspillage d’énergie et de temps, les crises sont souvent des vecteurs de réajustement et de progrès.

Il faut bien admettre que l’histoire sociale française s’est écrite dans la douleur. Notre vieux pays centralisateur a donné naissance à un syndicalisme révolutionnaire qui préfère les luttes nationales et leurs conséquences législatives à la recherche de compromis internes aux entreprises.

Il est urgent de modifier les habitudes des protagonistes pour promouvoir un dialogue social responsable.

En France, l’interventionnisme de l’État, spontané ou réclamé, nous conduit trop souvent à une déstabilisation (voire une infantilisation) du dialogue social, et à la mise des échecs sur le compte de l’incapacité des partenaires sociaux à s’entendre ! Il est urgent de modifier les comportements de l’État, des entreprises et des représentants du personnel en redéfinissant le rôle des acteurs internes et externes (branches professionnelles, instances syndicales, directions départementales du travail et de la formation, etc.). On gagnerait à ce que les avancées sociales émanent plus du paritarisme que du conflit.

Former les acteurs et reconnaître les compétences acquises

L’absence de dialogue responsabilisant en amont des revendications est pénalisante. Elle conduit au maintien des clivages ancestraux, à la paupérisation de la représentation syndicale et à un patronat qui s’en contente. Conséquence paradoxale : aujourd’hui, il n’y a aucune reconnaissance de la gestion d’un mandat social dans le parcours professionnel. La seule certitude pour nos syndicalistes est de savoir qu’il ne feront pas carrière : ambitieux programme ! Il devient indispensable de former les parties prenantes au dialogue social, autant chez les partenaires sociaux que du côté des directions.

 Flexibiliser et rendre agile

Pour les représentants du personnel, cette démarche pourrait consister à proposer un bilan de compétences de début et de fin de mandat, valider les compétences acquises au cours du mandat et réaliser un point de carrière annuel. Pour les managers, une bonne explication du rôle des partenaires sociaux ne serait pas un luxe !

L’accès du plus grand nombre aux instances de dialogue social, la simplification des échanges et de leur mise en oeuvre doivent être au centre des préoccupations. Dans le secteur privé, la majorité des salariés des PME et TPE n’ont en effet pas accès en France à un dialogue social structuré. De nombreuses entreprises demeurent en dessous de 49 salariés. Il est vrai que le passage de 49 à 50, c’est un salarié de plus et 34 obligations réglementaires supplémentaires, du fait de la mise en place d’un comité d’entreprise.

Il serait intéressant d’ouvrir, au sein de l’entreprise, un espace de discussion qui ne se limiterait pas aux seules obligations légales. Il serait enrichissant de créer des champs spécifiques relevant du seul ressort de la négociation d’entreprise. Il serait tout aussi utile de permettre qu’un accord puisse déroger à la loi dans l’intérêt de l’entreprise et de ses salariés, en fonction du contexte de marché et des impératifs de territoire. Nous ne pourrons pas faire l’économie d’une redéfinition des processus d’information et de consultation en faveur de meilleures actions de proximité, d’anticipation et d’ajustement aux spécificités locales de l’entreprise. Pourquoi si souvent attendre le dernier moment pour redéployer une activité alors tout le monde connaît à l’avance la fin de l’histoire ? Comme aucun État ne pourra jamais interdire les licenciements, les délocalisations ou autres restructurations, autant travailler en amont sur les actions de prévention en toute transparence !

Revoir le mode de désignation des acteurs

Le système de désignation des délégués syndicaux et le mode de renouvellement des mandats connaissent un dysfonctionnement important. L’actionnaire peut révoquer ad nutum le dirigeant – mandataire social – non performant. Il en va tout autrement pour le délégué syndical contre-performant. Celui qui peut prendre la sanction est un organisme extérieur qui délivre les mandats syndicaux (Union Départementale, Confédération).

L’amélioration du dialogue social passera par une redéfinition du rôle des instances, de leur composition et de leur proximité géographique, afin d’éviter les négociations à distance entre un actionnaire central et/ou étranger et un site éloigné d’une province française.

S’interroger sur la place prise par le juge dans la gestion de l’entreprise

Un autre sujet de réflexion est le poids du juge, souvent dans l’obligation de trancher entre une entreprise et ses partenaires sociaux lorsqu’ils sont incapables de s’écouter et de trouver une solution. L’inquiétude provoquée chez les professionnels des ressources humaines par l’attente, en mai 2012, de la décision de la Cour de cassation dans l’affaire Viveo est symptomatique. Un an plus tôt, la Cour d’appel de Paris avait annulé un plan social dans cette entreprise informatique, au motif que sa situation économique ne justifiait pas les 64 licenciements prévus. Si la Cour de cassation avait confirmé l’arrêt des juges d’appel, toute la pratique des plans sociaux aurait été remise en cause. Il n’en fut rien. Contestant l’analyse de la Cour d’appel, la Cour de cassation rappela qu’un plan social demeure valable en l’absence de motifs économiques, à charge pour les salariés licenciés de se retourner vers les juges du travail pour obtenir le cas échéant réparation. Mais, pendant toute l’année précédant la décision de la Cour de cassation, le monde des ressources humaines est resté comme figé dans l’attente de la position de la haute juridiction.

Est-ce bien le rôle de la justice de suspendre ainsi le Temps ? Ne serait il pas urgent de penser à mettre en place une instance indépendante de médiation avant tout recours judiciaire, pour éviter la rupture entre les acteurs, dans une forme de négociation assistée préférable à toute forme de violence ou d’injonction ? Le moment n’est-il pas venu de transformer en périodes d’action le temps perdu en hésitations, fausses peurs et faux-semblants ? Un dialogue social rénové permettrait d’instaurer un cercle vertueux et renforcerait la compétitivité de nos entreprises.

Extrait de "Et moi, je fais quoi ? Plaidoyer pour une saine restructuration" (Editions du Palio), 2012. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

02.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

03.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

04.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

05.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires