En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
L'état de santé du président Abdelaziz Bouteflika fait naître des doutes en Algérie sur sa capacité à briguer un quatrième mandat consécutif.
Le roi se meurt... vive le roi ?
AVC de Bouteflika : avec ou sans lui, combien d'années encore le pouvoir algérien restera-t-il verrouillé ?
Publié le 03 mai 2013
L'état de santé du président Abdelaziz Bouteflika, actuellement hospitalisé en France, fait naître des doutes en Algérie sur sa capacité à briguer un quatrième mandat consécutif. Derrière les déclarations qui se veulent rassurantes, le processus de succession est-il déjà en marche au sein des élites dirigeantes et notamment de l'armée ?
Ahmed Rouadjia a obtenu son doctorat d’histoire à Paris VII (Jussieu) en 1989.Il est actuellement Maître de Conférences à l’Université de Msila (2006-2011) et directeur du Laboratoire de Recherche d’histoire de sociologie et des changements sociaux et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ahmed Rouadjia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ahmed Rouadjia a obtenu son doctorat d’histoire à Paris VII (Jussieu) en 1989.Il est actuellement Maître de Conférences à l’Université de Msila (2006-2011) et directeur du Laboratoire de Recherche d’histoire de sociologie et des changements sociaux et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'état de santé du président Abdelaziz Bouteflika, actuellement hospitalisé en France, fait naître des doutes en Algérie sur sa capacité à briguer un quatrième mandat consécutif. Derrière les déclarations qui se veulent rassurantes, le processus de succession est-il déjà en marche au sein des élites dirigeantes et notamment de l'armée ?

Atlantico : L’état de santé de M. Bouteflika, actuellement hospitalisé, suscite beaucoup d’inquiétudes en Algérie. Ceux qui le voyaient briguer un quatrième mandat semblent revoir leurs espoirs à la baisse. Compte tenu de sa fragilité, le mandat actuel n’était-il pas déjà de trop ?

Ahmed Rouadjia : Tous les Algériens le disent, aussi bien dans les médias indépendants que dans l’espace public : c’en est trop de ce secret de polichinelle. L’inquiétude est bien entendu présente, car les Algériens sont très attachés à la stabilité de leur pays où la Décennie noire (guerre civile dans les années 1990, ndlr) les a déjà échaudé. Les dirigeants actuels ont assez de ressource et d’expérience pour remplacer Abdelaziz Bouteflika par quelqu’un d’autre, dans l’hypothèse où il viendrait à mourir. Ils ont beaucoup de gens dans leurs tiroirs !

Comment interpréter le communiqué laconique de l’Algérie Presse Service (APS) : "Les premières investigations ont été déjà entamées et Son Excellence le président de la République doit observer un repos pour poursuivre ses examens, son état de santé n’occasionne aucune inquiétude". Cette déclaration pourrait-elle cacher une situation plus grave ? Certaines forces politiques peuvent-elle profiter de ce vide relatif et avec quel projet ?

Je pense qu’ils essaient de rassurer la population, le temps de trouver un compromis interne à la succession. A savoir, une personne qui puisse faire naître le consensus entre les différentes factions à l’intérieur du sérail politique. Il n’y a pas de force alternative à l’armée, qui décide toujours en dernier ressort. En effet, l’armée est l’unique force politique organisée et relativement cohérente dans l’Algérie actuelle.

Sait-on si un possible successeur faisant l’objet d’un tel consensus entre les différentes forces politiques a déjà été choisi ?

A ma connaissance, les discussions visant à obtenir un consensus n’existent pas en Algérie, car tout se passe dans les hautes sphères de l’Etat, pratiquement à huis clos. Les partis d’opposition n’ont aucune influence sur le cours des événements. Il ne fait pas de doute que quelques hommes politiques seulement, et surtout l’armée, vont décider du sort du pays et de la gestion de la succession.

Le jeu démocratique pourrait-il permettre au peuple algérien d’élire un président qui ne serait pas issu de pré-négociations entre les élites dirigeantes ?

Cela est impossible, car depuis l’indépendance le même scénario se répète : le président est toujours coopté par les force politiques les plus puissantes du moment. Il n’y a jamais eu de véritables élections démocratiques. Un semblant de démocratie est maintenu avec des élections au suffrage universel, qui sont toujours le résultat d’un compromis interne au sérail. Finalement la population est totalement exclue.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
02.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
03.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
04.
"Bouffon" : Gérard Darmon s'en prend à Franck Dubosc
05.
Pourquoi le nouvel angle d’attaque d’Emmanuel Macron pour les européennes est bien plus intéressant que le précédent
06.
La République en Marche a-t-elle hérité d’un des pires défauts de la gauche ?
07.
Sommes-nous véritablement de plus en plus allergiques ?
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Decebal
- 04/05/2013 - 01:31
Soins en France
Quelle honte nos politiques a l égard de ce pays et en plus il vient se faire soigner ici et ben merde alors.
Le France est est pays de couards.
pipa21
- 03/05/2013 - 17:38
velivos
Hélas, hélas, trop bien!
prochain
- 03/05/2013 - 17:24
Les conseillers soviétiques ont fait du bon travail
C'étaient des spécialistes des systèmes durables, le cas de l'Algérie n'est pas le seul.