En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Trou de mémoire
La France tentée par un axe Paris-Rome mais a-t-on jamais construit quoique ce soit en Europe sans entente franco-allemande ?
Publié le 03 mai 2013
La récente arrivée d'Enrico Letta à la tête de l'Italie semble donner envie au président Hollande de s'émanciper de la domination allemande à travers un axe Paris-Rome. Oublie-t-il que la construction européenne ne s'est jamais faite autrement que par l'initiative franco-allemande ?
Alfred Grosser est un historien, sociologue et politologue franco-allemand.Il est diplômé d'une agrégation d'allemand. Il a été professeur à l'Institut d'Etudes Politiques à Paris et il y devient professeur émérite. De 1956 à 1992 il occupe le poste de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alfred Grosser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alfred Grosser est un historien, sociologue et politologue franco-allemand.Il est diplômé d'une agrégation d'allemand. Il a été professeur à l'Institut d'Etudes Politiques à Paris et il y devient professeur émérite. De 1956 à 1992 il occupe le poste de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La récente arrivée d'Enrico Letta à la tête de l'Italie semble donner envie au président Hollande de s'émanciper de la domination allemande à travers un axe Paris-Rome. Oublie-t-il que la construction européenne ne s'est jamais faite autrement que par l'initiative franco-allemande ?

Atlantico : L’arrivée d’Enrico Letta donne des ailes à François Hollande qui se voit déjà à la tête d’un nouvel axe européen Paris-Rome capable de faire plier Berlin et ainsi se défaire de l’entente franco-allemande sur laquelle repose historiquement la construction européenne. Peut-on imaginer aujourd’hui une Union dont la politique ne dépende pas de cette entente historique ?

Alfred Grosser : Il est absurde d’imaginer une Europe qui soit régie par un axe Paris-Rome. Il suffit pour s'en convaincre d’écouter attentivement le discours d’investiture du président du Conseil italien qui abonde dans le sens de l'Allemand en disant vouloir une Europe plus puissante et plus fédéralisée, ce que Paris s’obstine à refuser. Pour l’instant, on ne sait pas vraiment qu’elle concordance idéologique pourrait donc exister entre Paris et le "nouveau Rome" qui, au-delà de ce discours, n’a pas encore clairement afficher toutes ses positions. Quoi qu’il en soit, il n'y a pour l'instant aucune raison d'imaginer que l'Italie et l'Allemagne s'opposent vraiment l'une à l'autre. 

Dans quelle mesure la relation Franco-Allemande est-elle essentielle à la construction européenne ? A-t-il existé de grands projets européens qui se soient passés de cette dernière ?

La relation franco-allemande est à la base de tout dans la construction européenne. Qu’il s’agisse de l’acceptation de l’initiative Schumann par Adenauer ou de la fin du conflit franco-allemand sous la IVème République, il y a toujours eu une initiative franco-allemande qui relançait l’Europe jusqu’au couple Chirac-Schroeder. Ces derniers se sont beaucoup écharpés au cours du sommet de Nice et n’ont jamais recréé par la suite de liens autres qu’une fausse amitié à montrer au public. De la même manière, le président Sarkozy et Angela Merkel n’ont jamais formé un véritable couple d’initiative. Le premier acceptait ce que disait la seconde et se targuait ensuite d’en être à l’origine. Il me semble clair que le dernier grand binôme/trinôme à avoir fait avancer la construction européenne fut Mitterrand/Kohl et Jacques Delors en tant que dernier grand président de la Commission Européenne à Bruxelles.

Il n’y a jamais eu de grand projet européen qui se soit fait sans l’accord de l’Allemagne ni celui de la France. C’est toujours l’accord franco-allemand qui a prévalu bien qu’il n’y ait plus actuellement de communauté idéologique ou de voix commune dans les réunions des 27 ou de la zone euro. Il faut cependant noter qu'au-delà des conflits idéologiques, ce qui est souvent reprocher à la France est la nomination de ministres des Affaires Européennes complètement incompétents. Il y avait récemment un ministre, Bernard Cazeneuve, qui s’était forgé une compétence solide très rapidement, mais qui est passé au budget laissant ainsi sa place à quelqu’un qui n’a presque jamais voyagé, qui ne connait aucune langue ni n’a travaillé sur les grands dossiers européens. Il faut comprendre que cela relève presque de l'insulte envers nos partenaires européens. 

Le couple franco-allemande a longtemps été perçu comme une tête d’un côté et un chéquier de l’autre, partant du principe que l’Allemagne n’avait pas de légitimité diplomatique. Sa légitimité actuelle n'est-elle issue que de sa réussite économique ?

Il faut bien comprendre que l’Europe est une zone de discussion dans laquelle on négocie. L’Allemagne n’impose rien, elle propose. Cependant, il est clair que c’est elle qui paie le plus pour les autres et il est ainsi logique qu'elle demande que des efforts soient faits dans la réduction de la dette. En France par exemple, le second poste de dépenses, après l’éducation nationale, est le poids de la dette. Il n’est de plus pas imaginable de passer outre l’Allemagne car la diplomatie et l’économie sont intrinsèquement liées. J’entends par là que personne ne fait autant d’effort pour l’aide économique aux pays en difficulté que l’Allemagne, ainsi on imagine mal comment des décisions sur la politique commune pourraient être prise sans elle. Enfin, je ne dirais pas que l’Allemagne n’avait pas de crédibilité diplomatique mais plutôt qu'elle a toujours eu une forme de modestie diplomatique.  Certains socialistes, ainsi que les extrêmes, ont souvent perçu cette manière de ne pas s'imposer mais de dispenser des conseils comme une forme d’arrogance. 

Paris et Rome peuvent-ils se passer décemment de Berlin sans l’établissement d’une politique européenne sans se discréditer auprès des autres puissances non européennes ?

Un axe Paris-Rome en opposition avec l’Allemagne n’aurait aucun sens et n’aurait effectivement aucune crédibilité sur le plan économique ni sur aucun autre plan. Cet axe n’existe tout simplement pas en dehors de l’imagination de gens comme Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen, mais aucun dirigeant sérieux ne peut soutenir la création d’un tel axe et d’en exclure Berlin. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
piotrpol
- 04/05/2013 - 08:19
J'ai une idee
Un triple axe:Paris-Nicosie-La Valette. Et maitenent je peux devenir conseiller de l'elysee non?Je ne suis pas plus con que eux et je gagnerai 20000 ou 30000 euros
Ilmryn
- 04/05/2013 - 03:04
Les médiocres qui s'allient pour racketter les verteux ?
C'est une tactique surtout quand le premier de la classe nous considère (Hollande) comme un minable mais ce n'est pas très moral ça de la part du camp du Bien™
pipa21
- 03/05/2013 - 17:32
jerem
tellement confus, ton commentaire, qu'on ne comprends qu'une chose, c'est que es pour les nuls, je ne me trompe pas?