En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

04.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

05.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

06.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

07.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi cette étude qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 9 min 11 sec
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore ?

il y a 36 min 39 sec
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 15 heures 2 min
light > Insolite
constante menace
Un oiseau attaque et tue un cycliste
il y a 16 heures 31 min
pépites > Politique
toujours en poche
Emmanuel Macron évalue ses ministres avec une application
il y a 17 heures 51 min
pépite vidéo > Loisirs
Jamais deux sans trois
Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux
il y a 18 heures 46 min
light > Science
découverte scientifique
Des ingénieurs du MIT ont mis au point le matériau le plus noir de tous
il y a 20 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Retour de tous les djihadistes en France ?
Des familles françaises de djihadistes portent plainte contre Jean-Yves Le Drian
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Politique
analyse des résultats de votes des Régionales

Les deux France, celle qui taxe et celle qui paye

il y a 22 heures 53 min
décryptage > France
La fête hélas est finie

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

il y a 23 heures 29 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre !

il y a 28 min 50 sec
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 49 min 19 sec
pépites > Education
une prison à ciel ouvert ?
Les guerres de bandes gangrènent des lycées franciliens
il y a 15 heures 53 min
Art et nature font-ils bon ménage ?
Une forêt de 300 arbres voit le jour en plein milieu d’un stade de football
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Démanteler les GAFA pour déséquilibrer le monde ? Fausse bonne idée

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"LECTURES D'ETE": "InQarcéré" de Jean-Pierre Marongiu

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Science
nouvelle exoplanète k2-18B

Pourquoi la super-terre découverte par les astronomes est moins intéressante en soi que les méthodes qui ont permis de la repérer

il y a 20 heures 45 min
pépite vidéo > Justice
justice a été rendue
Condamné à 10 jours de prison pour cruauté envers un requin
il y a 22 heures 21 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La nouvelle Bataille d’Angleterre

il y a 23 heures 18 min
décryptage > Europe
La hausse de l’énergie ne s’arrête-t-elle donc jamais ?

Taxe carbone européenne : la fausse bonne idée

il y a 23 heures 37 min
Peut mieux faire

La BCE baisse son taux directeur... mais quels effets réels en attendre ?

Publié le 03 mai 2013
Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a annoncé une baisse de 0,25 points du taux directeur à 0,5%. Une mesure qui, bien qu'elle rassure les marchés, pourrait se révéler insuffisante.
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a annoncé une baisse de 0,25 points du taux directeur à 0,5%. Une mesure qui, bien qu'elle rassure les marchés, pourrait se révéler insuffisante.

La baisse des taux d'intérêt de la BCE intervenue jeudi véhicule plusieurs messages distincts.

D'abord sur les anticipations. Un rôle essentiel pour une banque centrale est d'intervenir dans la formation des anticipations. Les acteurs de l'économie peuvent avoir des horizons différents et la banque centrale doit y être attentive. Jusqu'à une période récente, la BCE ne souhaitait pas s'engager dans la durée. C'était éventuellement aux acteurs de l'économie de le déduire des propos du président de la BCE lors de sa conférence de presse mensuelle. Mario Draghi a changé de mode de fonctionnement et n'hésite pas à s'inscrire dans la durée. Ce changement qui peut paraître anodin est majeur car il permet à tous de faire des calculs économiques sur des taux d'intérêt qui resteront très bas pendant très longtemps. Cela peut changer les perspectives sur les investissements mais aussi sur la parité de l'euro. Cependant, cette rupture dans la communication de la BCE est encore trop récente pour que son impact soit déjà spectaculaire.

Le deuxième point est que le coût de refinancement est abaissé pour les banques qui se refinancent auprès de la BCE lors de ses opérations hebdomadaires. Le coût est réduit aussi pour les pays ayant recours, pour leur système financier, aux aides financières d'urgence (type ELA). La baisse des taux d'intérêt va réduire les coûts de façon significative. Par ailleurs, Mario Draghi a aussi annoncé que l'accès facilité aux liquidités serait maintenu au moins jusqu'à l'été 2014. Pour tous les acteurs financiers les coûts seront plus bas et pendant longtemps. Cela aura des conséquences aussi sur les taux de crédit.

Le troisième point est que ces opérations confortent le niveau de l'EONIA, le taux d'intérêt au jour le jour sur le marché monétaire, à un niveau très faible. Il est aujourd'hui au-dessous de 0.10%. Il le restera. La situation se normalise sur le marché monétaire sous l'impulsion des mesures mises en œuvre par la BCE depuis l'arrivée de Mario Draghi.

Par ailleurs, le rôle de prêteur en dernier ressort que la BCE a saisi, parce que cela ne faisait pas parti initialement de ses attribution, a permis de réduire la perception des risques en Italie et en Espagne notamment. Ces deux pays disposent désormais de taux d'intérêt de long terme beaucoup plus bas que l'été dernier et ce rôle particulier que s'est donnée la BCE est essentiel pour comprendre ce repli.

Cependant tout ne fonctionne pas au mieux. La croissance tarde à repartir, la demande de crédit reste faible et le financement des PME pose un vrai problème dans certains pays. L'incertitude macroéconomique est le facteur majeur pour comprendre la faible demande de crédit. Les entreprises sont fragilisées par cette crise qui dure et les banques s'interrogent aussi sur le niveau de risque qu'elles sont prêtes à accepter.

Les comportements ne sont pas non plus uniformes au sein de la zone Euro. L'enquête auprès des PME publiée par la BCE il y a quelques jours montrait que les comportements n'étaient pas les mêmes selon les pays. Ces différences traduisent et reflètent des incertitudes macroéconomiques différentes. De plus, les pays les plus fragiles sur le plan économique sont aussi généralement ceux où le système bancaire peut manquer de robustesse. Il y a ici une double difficulté à surmonter pour la politique monétaire puisqu'elle passe par le système bancaire avant de s'adresser aux PME.

C'est une question que Mario Draghi a évoqué durant sa conférence de presse mais il souhaite trouver une solution plus large. C'est pour cela qu'il veut mettre en place des modes de fonctionnement intégrant la Banque Européenne d'Investissement et d'autres institutions afin de mieux cerner la question.

On peut terminer par des remarques plus générales. Le système bancaire et financier retrouve progressivement un mode de fonctionnement équilibré. Cela se traduit dans certains pays par un désendettement important des systèmes bancaires. Ce phénomène est un obstacle à l'efficacité de la politique monétaire. L'intérêt de l'Union bancaire qui se met en place est qu'avec un superviseur unique, les déséquilibres du passé pourront être mieux gérés et plus rapidement. C'est un changement institutionnel à venir important. A court terme cependant le retour à une situation plus équilibré perturbe l'efficacité de la politique monétaire.

L'autre point est que la politique monétaire ne peut pas tout faire. Généralement la régulation de l'économie se fait par petites touches afin de maintenir la croissance et l'emploi sur une dynamique peu inflationniste. Les politiques monétaire et budgétaire sont implicitement coordonnées pour arriver à ce but. L'une des deux est plutôt restrictive alors que l'autre est plutôt accommodante. Cela permet de converger vers les objectifs souhaités. En revanche, quand l'économie suit une trajectoire très dégradée comme c'est le cas depuis 2011 en zone euro, lorsque la demande interne est très faible, il est surement plus efficace de faire de telle sorte que les politiques monétaire et budgétaire se renforcent mutuellement. Cela n'a pas été le cas en zone Euro. Les politiques d'austérité ont pesé très lourdement sur les comportements de tous les acteurs et ont eu un impact récessif. La dynamique de la demande interne en a été fortement affectée. Le rebond qui s'était dessiné en 2010 a été arrêté plongeant l'ensemble des acteurs de l'économie dans une forte incertitude. Les conséquences sur le financement de l'économie par les banques ont été majeures.

Face à cela et pour réduire les risques de rupture au sein de la zone Euro, la BCE a réduit les contraintes de taux d'intérêt, a amélioré les règles d'actifs mobilisables pour disposer de liquidité et a réduit les dysfonctionnements du marché monétaire. Elle a aussi infléchi la perception du risque en se portant prêteur en dernier ressort.

Tous ces éléments sont des supports importants pour que l'économie retrouve une allure plus normale. Cependant, cela prend du temps. La BCE a été obligée pour cela de modifier en profondeur sa façon d'agir afin de gagner en efficacité face aux dysfonctionnements. Elle s'engage désormais dans la durée avec une vision plus large que par le passé sur les questions posées à l'économie européenne. La politique monétaire n'a pas de martingale qui d'un seul coup de baguette est susceptible de résoudre toutes les questions posées. Elle doit accompagner et réduire les disparités géographiques et les dysfonctionnements constatés au sein de la zone euro.

Il n'empêche que pour faire face et améliorer son efficacité dans un contexte très particulier, elle a su être réactive, notamment depuis l'été 2012. Le retour vers une croissance pourvoyeuse d'emplois prendra du temps parce que l'économie de la zone Euro doit retrouver un modèle de croissance plus autonome. Mais ne doutons pas que la BCE y contribuera de façon significative.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

04.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

05.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

06.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

07.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
EOLE
- 03/05/2013 - 15:10
Sortir de l'Euro, pour quelque pays que ce soit...
... ne résoudra aucun de ses problèmes internes ni ne le protègera du grand tsunami bancaire. Cela risque juste de provoquer sa chute avec un temps d'avance.
Les illusions du FN et du FdG ne pèsent pas plus que celles du PS et de l'UMP.
nervall
- 03/05/2013 - 14:29
rien de nouveau
soit on dévalue pour rencherir les produits d'imports deversés en millions de containers par an qui ferment les usines avec l'euro fort , comme c'est impossible parceque l'allemagne est un vassal et sous dominance US depuis 1945 avec les troupes d'occupations , 6 ans de services aux usa qui beneficie d'un usd faible pour rebondir en permanence , soit on quitte l'euro , soit on dégage l'allemagne qui ne travaille que pour leurs maitres US
EOLE
- 03/05/2013 - 10:45
Quel bel optimisme !
La BCE est juste obligée de répondre à la "nouvelle politique" de la BOJ et d'essayer de faire face à ses conséquences.
La mèche est allumée et ni la BCE ni la FED n'ont le seau d'eau pour l'éteindre ni les ciseaux pour la couper; elles peuvent juste essayer de la distendre pour gagner quelques fractions de temps...