En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

05.

Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe

06.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

ça vient d'être publié
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 2 min 35 sec
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 49 min 33 sec
décryptage > Santé
Pouvoir du marketing

C’est établi, l’idéologie biaise nos perceptions de ce qui est sain ou pas en matière d’alimentation

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Terrorisme
Discrétion

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sport et la marche : ces outils précieux pour aider et guérir certains jeunes en souffrance à l'adolescence

il y a 3 heures 42 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

il y a 3 heures 44 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ces 5 tendances planétaires qui définissent notre futur climatique
il y a 3 heures 46 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Pourquoi l’Occident ne devrait pas avoir peur de la Chine

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Histoire
Atlantico Litterati

De Gaulle chef de guerre, ou la panoplie du visionnaire

il y a 3 heures 47 min
décryptage > France
Implacable justice prolétarienne

L'Humanité se surpasse dans le comique. « Le gouvernement a fait appel à des cars privés pour briser la grève ! », s'indigne le journal. Rions un peu.

il y a 3 heures 48 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 26 min 40 sec
décryptage > Politique
Idiots utiles

L'instrumentalisation des extrêmes gauches : une astuce des partis de droite pour gagner les élections ?

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Société
« Il nous faut une nouvelle nuit du 4 août ! »

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Insolite
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Economie
Liberté chérie

Joseph Macé-Scaron : "Face à la montée des totalitarismes, se passer du libéralisme est plus qu’un crime, c’est une faute"

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Media
Censure

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

il y a 3 heures 46 min
décryptage > France
Equité générationnelle

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

il y a 3 heures 47 min
décryptage > International
Avertissement

Après les manifestations, l'Iran à l'heure du choix

il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > France
Violences
L'IGPN ouvre une enquête après la diffusion d'une vidéo montrant deux policiers frapper un manifestant à terre le 5 décembre
il y a 19 heures 17 min
Certaines TPE et PME ont besoin de mesures urgentes.
Certaines TPE et PME ont besoin de mesures urgentes.
Urgence économique

SOS entreprises en voie d’asphyxie : ces mesures simples qui pourraient pourtant sauver les PME françaises

Publié le 02 mai 2013
Les Assises de l'entrepreneuriat se sont achevées le 29 avril avec de nouvelles promesses gouvernementales pour dynamiser le secteur des PME-TPE. Mais au-delà des propositions de long terme qu'il a formulées, le gouvernement a-t-il conscience que ce dont les petites entreprises ont besoin au plus vite, c'est de mesures simples pour éviter l'étouffement économique ?
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe et Bernard Cohen-Hadad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Assises de l'entrepreneuriat se sont achevées le 29 avril avec de nouvelles promesses gouvernementales pour dynamiser le secteur des PME-TPE. Mais au-delà des propositions de long terme qu'il a formulées, le gouvernement a-t-il conscience que ce dont les petites entreprises ont besoin au plus vite, c'est de mesures simples pour éviter l'étouffement économique ?

Atlantico : Les Assises de l'entrepreneuriat, lancées à l'initiative de la ministre des PME Fleur Pellerin après la fronde des "pigeons", se sont closes hier lundi 29 avril à l’Élysée. L'occasion pour François Hollande de détailler une série de mesures en faveur de l'entrepreneuriat en France. Les propositions de François Hollande, saluées par les entrepreneurs, s’inscrivent dans le long terme mais ne semblent pas répondre à l’urgence dans laquelle se trouvent certaines PME et TPE . Concrètement, quelles sont les difficultés immédiates auxquelles ces entreprises sont confrontées ? Vont-elles devoir faire face à une crise de trésorerie dès septembre ?

Cliquez ici pour lire l'article En France, l'activité est au point mort et les défaillances progressent

Bernard Cohen-Hadad : Chacun a entendu le Président de la République "ce sont les entreprises qui créent la richesse, ce sont les entreprises qui créent de l’activité, ce sont les entreprises qui créent de l’emploi". La mise au point était nécessaire. Ce message s’adresse au-delà des entrepreneurs à la nation toute entière. Mais pour les entrepreneurs ce n’est pas une découverte. Développer une entreprise, créer de la richesse, s’impliquer économiquement sur un territoire, sauvegarder des savoir-faire, maintenir quand c’est possible l’emploi, faire confiance aux jeunes est chaque jour 'le job' des hommes et des femmes patrons de TPE et de PME. Et le qualificatif de patron ne me gêne pas. Ce n’est peut-être pas "tendance ou web" mais beaucoup de celles et ceux qui jouent leur patrimoine pour défendre un projet entrepreneurial y sont attachés. Ont-ils aujourd’hui les moyens d’avancer ? Le dernier baromètre CGPME-KPMG publié en avril 2013 révèle que 53% des patrons sont inquiets pour leur activité dans les mois à venir. Ces inquiétudes portent principalement sur l’accès aux financements, la hausse sur les coûts ou les prix des fournisseurs, la baisse du chiffre d’affaires. Soyons juste, les entreprises en bonne santé n’ont pas de problème d’accès aux financements. Les entrepreneurs jouent la prudence et non pas l’attentisme. 60% d’entre eux ont des besoins de financement pour développer leur activité, exporter ou reprendre une entreprise. Les banquiers communiquent assez sur ce sujet. En revanche les TPE et les PME qui ont eu depuis 2009 à connaître des soucis financiers restent toujours dans des situations de trésorerie délicates car la crise financière dure. Elle est même plus dure dans certains secteurs comme le bâtiment, le petit commerce ou la petite industrie.

Car des difficultés de crédit persistent. Elles touchent principalement l’accès au crédit sur le court terme, le maintien des autorisations de découvert contractuelles, les facilités de crédits, de trésorerie non contractuelles. Souvent il s’agit de petits montants de 2000 euros à moins de 25 000 euros Et c’est maintenant alors que les entreprises sont en période de bilans que les négociations avec les banquiers vont se faire sur les lignes de trésorerie. Encore faut-il qu’un vrai dialogue puisse s’instaurer avec les établissements financiers. Et que l’on ne refuse pas de vous recevoir ou que l’on vous raccroche au nez faute d’arguments. Hélas, le vécu pour beaucoup de professionnels, on a tendance à l’oublier.

Les autres préoccupations sont les délais de paiement et le coût du crédit aux entreprises. Les taux de découverts pour les petits montants restent très élevés 9,73 %. Cela fait des sommes importantes de frais bancaires comptabilisés à la fin de l’année alors que les coûts sont de 2,41% pour les taux moyens pondérés. Pour ces raisons, beaucoup d’établissements de crédit poussent les entreprises à utiliser l’affacturage plutôt que les autorisations de découvert. Ce n’est pas toujours rentable pour les TPE et PME. Enfin n’oublions pas le rôle des assureurs crédits. En France, difficile de connaître exactement le nombre d’entreprises assurées crédit même si l’encours couvert en 2012 peut être estimé à 365 milliards d’euros. Les assureurs crédits jouent un rôle primordial que l’on a tendance à négliger quand on connait mal le monde de l’entreprise. Ils doivent mieux connaître les activités des entreprises et accepter de garantir les risques raisonnables. Des dispositifs comme CAP et CAP + mis en place en 2009 et qui répondaient à une attente ont cessé de fonctionné pour leur partie publique. On les a remplacés par d’autres. C’est donc à surveiller. Trop d’entreprises ont été victimes de refus d’engagement. Enfin pour répondre avec un peu d’humour à votre question, la crise de trésorerie des TPE PME ce n’est pas pour septembre. C’est "ici et maintenant."

Éric Verhaeghe : Mais nous sommes déjà et depuis plusieurs semaines maintenant dans la crise de trésorerie des PME. Les ressorts en sont bien connus : d'abord les comptes des entreprises ont été sévèrement mis à mal par la crise. Les marges ont baissé et souvent le chiffre d'affaires a souffert. Dans le même temps, les banques n'ont rien lâché et ont largement limité les facilités de trésorerie qu'elles avaient accordées par le passé. Depuis janvier, l'activité souffre fortement. Beaucoup d'entrepreneurs ont du mal à payer leurs factures, ou à se les faire payer. Tout le monde comprime les coûts. On retarde les achats, d'un mois, et puis d'un mois supplémentaire, et on hésite à repousser d'un mois encore. Cet arbitrage sur les délais touche tout le monde, y compris les grands comptes qui se font tirer l'oreille. J'ai en tête l'exemple d'un patron qui a subi trois mois de retard de paiement de la part d'une très grande mutuelle qui a pignon sur rue. C'est dire si le phénomène frappe cruellement. Il se répand comme un virus. Celui qui est sain est contaminé peu à peu. Celui qui était affaibli est mis à genoux. 

Les secteurs qui échappent à ce phénomène sont peu nombreux. En réalité, toute l'économie française est sonnée, comme un boxeur au bord du KO. Et comme d'habitude les statistiques n'agissent qu'avec retard: en l'état, personne n'est capable de quantifier le phénomène, mais il est bien présent et il me semble en effet que l'on peut craindre le pire pour la rentrée. Je remarque toutefois qu'il touche moins certaines régions qui sont parvenues à se mettre à l'abri ou à conserver un dynamisme relatif. La région parisienne, en revanche, me paraît lourdement touchée.

Quelles sont les mesures d’urgence dont les PME ont dramatiquement besoin aujourd’hui ?

Bernard Cohen-Hadad : Il reste à mettre en place un véritable tableau du financement des PME dans notre économie et revoir le système de notation qui concerne les PME. Sans connaissance précise de la réalité économique, nos décideurs ne peuvent effectuer des choix pertinents pour corriger les déséquilibres. L’information première réside aujourd’hui dans les entreprises même les TPE.  Encore faut-il que les patrons de PME en soient les vrais acteurs et non pas les spectateurs. J’ai toujours été surpris d’entendre celles et ceux qui donnent des leçons aux entrepreneurs, qui n’ont jamais dirigé même une TPE et n’ont jamais pris le moindre risque avec leur patrimoine. Il reste donc à donner aux entrepreneurs leur juste place dans les mécanismes de décisions, dans les instances de débats et de contrôle. Et il appartient aux organisations patronales d’y veiller. C’est LA priorité démocratique et représentative.

Il convient ensuite de porter tout notre effort sur les crédits bancaires, les crédits de trésorerie, les besoins de fonds de roulement.  Il n’y pas de honte à connaître des difficultés d’accès au crédit quand on est entrepreneur et que l’on est encore là, à faire vivre son entreprise depuis 2008 ! Nous avons donc besoin d’améliorer le suivi des crédits de trésorerie accordés ou refusés. Surtout ceux qui concernent les petits crédits. On ne doit plus pouvoir refuser 2000 € à 5000 € à une TPE quand vous avez derrière des garanties, même si le bilan comptable, sur une année, n’est pas au top. Il faut faire œuvre de pédagogie et inviter les entreprises à se multi-bancariser afin de répartir les risques. 62% des entreprises de moins de 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires n’ont qu’un seul partenaire bancaire. Dans le même ordre, informer les entrepreneurs sur la possibilité de recourir à des crédits de moyens termes pour financer leurs besoins récurrents de crédits de trésorerie; Mettre en place des crédits glissants sur des critères adaptés, revus et corrigés chaque année avec en appui la garantie de BPI France. Les mécanismes d’Oséo ont été une formidable réussite. La demande reste la même aujourd’hui tant en matière de garantie de trésorerie que de préfinancement du CICE. On peut également étudier la possibilité de réaliser du cautionnement mutuel professionnel pour les crédits de trésorerie. Des initiatives existent, travaillons à les adapter et les généraliser pour toutes les TPE et les PME. Enfin valorisons la médiation nationale du crédit. Elle a montré qu’elle était indispensable et savait accompagner les entrepreneurs dans les moments très difficiles. On peut juste regretter que le changement de médiateur n’ait pas entrainé une ouverture attendue de son conseil d’administration.

En matière d’assurance-crédit, obtenir que les assureurs ne réduisent pas à zéro leur exposition sur un acheteur sans avoir au préalable procédé à des diminutions de couverture; généraliser "les demandes d’engagement" ; faciliter le recours à l’assurance-crédit par le biais d’une syndication des assurés au travers des contrats de filières. Quant aux retraits exceptionnels, chacun peut les comprendre quand ils sont  justifiés par des situations exceptionnelles et non par une aversion permanente au risque.

Enfin, il y a vraiment urgence en matière des délais de paiements. Jean-Hervé Lorenzi, le président de l’Observatoire des délais de paiement a récemment tiré la sonnette  d’alarme. Cela représente 12 milliards d’euros. Il s’agit  non de solutions miracles mais tout simplement faire appliquer les dispositions de la Loi de Modernisation de l’Économie (LME). L’absence de respect de cette loi impacte la trésorerie des entreprises qui ont du mal à se tourner vers des solutions bancaires aux coûts sont raisonnables. On attend des solutions bancaires adaptées, la clarification sur la « computation des délais » et une interprétation définitive du dispositif par les commissaires aux comptes.

Éric Verhaeghe : Je vais radoter, mais je crois que c'est un leurre d'appeler l'État à la rescousse chaque fois qu'il y a une difficulté, sachant que l'État n'a de toute façon plus les moyens de sauver qui que ce soit. La seule chose efficace que l'État puisse faire consiste à laisser les PME en paix, en évitant des mesures suicidaires comme le durcissement des sanctions en matière d'égalité hommes-femmes le temps que la crise passe. Cela ne signifie pas que je nie le problème : il y a probablement des entreprises où les femmes sont durement discriminées et ce n'est pas acceptable. Mais ce n'est vraiment pas le moment de sanctionner... surtout quand on se souvient des chiffres de discrimination au sein du service public. Pourquoi Najat Vallaud-Belkacem ne donne-t-elle pas l'exemple en sanctionnant les administrations qui ne pratiquent pas l'égalité homme-femme ? cC'est-à-dire en redressant les torts calamiteux de l'État employeur... 

Que le gouvernement commence d'ailleurs par instaurer la parité dans les cabinets ministériels, largement financés par le contribuable, avant de s'en prendre aux contribuables eux-mêmes, surtout lorsqu'ils sont à la peine. Un petit mot complémentaire toutefois. Il faudrait probablement réfléchir à un choc de trésorerie, en offrant trois mois de répit aux entreprises sur la TVA interentreprises. Peut-être même faudrait-il brutalement simplifier celle-ci en la supprimant. Cette révolution dans l'impôt aiderait à réduire les dépenses de l'Etat, ne nuirait pas à ses recettes, et permettrait aux entreprises de retrouver de la trésorerie.

Les banques jouent-elles le jeu de l’investissement dans l’économie réelle ? L’Etat peut-il les contraindre à prêter. La Banque Publique d’Investissement peut-elle vraiment prendre le relai ? Sous quelle forme ?

Bernard Cohen-Hadad : Il est de bon ton de dire du mal des établissements financiers et de trouver en eux un facile bouc émissaire. Une telle attitude est l’écume de la réalité économique et financière. Les banquiers ne sont pas à l’origine des politiques publiques ni la grande pieuvre des caricatures marxistes. Et ces discours rapides n’ont jamais servi à crédibiliser les TPE-PME dans leurs besoins de financement. Avec le soutien de Jean-François Roubaud, j’ai toujours veillé à construire et porter le dialogue banques PME qui se fonde sur des chiffres incontestables, des exemples précis et des propositions globales étayées par l’expertise indispensable du terrain. Les banques privées sont et resteront la colonne vertébrale du financement des PME dans notre économie. Nous en avons besoin. Elles sont même indispensables compte-tenu du maillage qu’elles représentent à travers leurs agences dans nos villes et dans nos régions. Les entrepreneurs ont besoin de cette relation humaine de proximité même si la relation banque PME connait des dimensions passionnelles et donc des incompréhensions. Il faut accepter cette une mini révolution. Le métier de banquier a changé. Beaucoup d’entrepreneurs ne le mesurent pas et beaucoup trop de banquiers non plus. Ils ne prennent pas le temps de l’expliquer ou de dialoguer avec les entrepreneurs. En fait de chaque coté très peu acceptent ce nouveau positionnement pour camper sur des schémas anciens. Si vous écoutez les banquiers tous vous diront qu’ils financent l’économie et que les crédits affectés aux PME sont en augmentation sur les douze derniers mois courants. Ils n’ont pas tort si l’on s’attache aux crédits d’investissements. Au mois de mars, Le gouverneur de la Banque de France a néanmoins solennellement attiré l’attention des établissements financiers sur la situation préoccupante des crédits de trésorerie. C’est bien pour cette raison que l’État doit jouer son rôle de contrôle, de rappel des priorités et de garantie à travers des mécanismes adaptés à tous les types d’entreprises. C’est ce qui avait été fait dans un contexte qui n’est pas si différent du notre aujourd’hui à la fin de l’été 2010. Mais l’État ne doit pas perturber les mécanismes du marché car nos entreprises sont soumises à une dure concurrence dans le cadre de la mondialisation des échanges.

La Banque Publique d’Investissement (BPI) est justement là pour accompagner les entreprises et être le point de synergie des mécanismes de soutiens publics jusqu’à présent épars tant sur plan national que régional. Il y a une forte attente de toutes les entreprises tant en fonds propres qu’en quasi fonds propres. Il y a aussi beaucoup d’espoirs même chez les TPE qui mesurent pas toujours comment la BPI va pouvoir les aider d’autant que son directeur général est un entrepreneur qui connaît bien aussi l’univers public que le monde de l’entreprise privée. Pour la plupart des PME, la priorité est bien entendu la garantie automatique que la BPI doit apporter aux banques, comme le faisait Oséo, pour les crédits de moins de 100 000 euros. Ceci n’est pas remis en cause mais il faut sans doute doubler ce plafond pour répondre aux attentes des TPE et des PME qui doivent faire face subitement à des commandes ou qui ont des besoins de financement urgents pour passer un seuil. Le partenariat avec les établissements financiers doit aussi être pensé et tissé sur la longue durée comme la visibilité de la BPI dans les territoires. Participant exceptionnellement au premier Conseil National d’Orientation de la BPI à Caen, j’ai pu me rendre compte que la machine se mettait en route. Nous sommes sans doute à un tournant.

Éric Verhaeghe : Je ne poserais pas la question de cette façon. Il y a vraiment le sujet "trésorerie", qui ne relève pas de l'investissement. Pour une banque, accorder une facilité de trésorerie à une PME qui boit la tasse, c'est une prise de risque que j'entends. Quand le banquier accorde la facilité de trésorerie, il prend le risque de ne pas revoir son argent. Quand il la refuse, il prend le risque de couler son client. La situation est compliquée et chacun peut entendre cette complication, même si l'on peut reprocher aux banques de nourrir les difficultés économiques en se montrant inflexibles. 

A côté de cela, il y a un sujet "investissement". Là encore, avec Bâle 3, les banques ont réduit l'accès à l'investissement et ne facilitent pas la sortie de crise. Les entreprises ont besoin d'investir pour améliorer leurs produits et mieux vendre. Si les banques freinent cet investissement pour des calculs de court terme, elles hypothèquent d'autant la compétitivité de nos entreprises et notre capacité à affronter la concurrence. 

Sur ce sujet, la Banque Publique d'Investissement a probablement un rôle à jouer, mais elle paraît aujourd'hui engluée dans des raisonnements politiciens qui ne peuvent qu'effrayer les entrepreneurs. La BPI, quand on écoute sa porte-parole Ségolène Royal, c'est Marie-Antoinette qui veut faire la promotion de l'agriculture de demain. Je trouve cela sympathique, à la limite, même si Ségolène Royal, qui n'a jamais mis les pieds dans une entreprise, a la fâcheuse manie de donner des leçons absurdes sur des sujets qu'elle ne maîtrise pas. Après tout, c'est la loi de la Cour telle que nous la pratiquons depuis des siècles. 

Sur ce point, je regrette qu'on ne réfléchisse pas à une autorisation pure et simple du "crowdfunding" qui permet une diminution du coût du capital pour les PME. Le crowdfunding, c'est l'appel direct à l'épargne des particuliers pour financer des projets d'entreprise. Cette formule évite l'intermédiation bancaire et se révèle très économique. Je comprends, évidemment, que les banques lobbyient très fortement le gouvernement pour interdire ce système qui leur fait concurrence. Mais je suis convaincu que c'est une vraie voie d'avenir pour financer les entreprises.

Quelles sont les difficultés plus structurelles que connaissent les PME/TPE aujourd’hui ? Les mesures proposées par François Hollande y répondent-elles complètement ?

Bernard Cohen-Hadad : En  matière de financement, il faut diversifier nos sources. Les annonces du Président de la République ont indiqué une nouvelle orientation. Il y a quelques mois nous étions un peu seul à attirer l’attention de nos dirigeants sur la nécessaire prise en considération du mécanisme de désintermédiation qui s’installe compte tenu du poids des normes financières, des normes comptables et des contraintes prudentielles tant pour les banquiers que pour les assureurs. Le recours aux modes de financements alternatifs est maintenant devenu une évidence. Cela ne veut dire pas que l’on va répondre à toute la demande mais plutôt qu’il faut faire sauter un certain nombre de verrous réglementaires pour favoriser les modes de financements participatifs (crowfunding, business angels…) et qu’il convient de veiller à une orientation de ces financements vers toutes les catégories de PME. La bourse des PME que nous appelions de nos vœux a été affirmée. Il reste à voir dans quelle mesure l’opérateur historique associé à d’autres partenaires peut  garantir une nouvelle donne, s’engager sur des coûts responsables, valoriser clairement les valeurs PME et associer à sa gouvernance toutes les parties prenantes qui comptent pour redonner à la place de Paris le rôle qui lui revient historiquement et économiquement. Enfin, le capital investissement. Evidemment, nous n’attendions pas que l’Élysée en fasse explicitement la promotion. Nous avons bien travaillé sur ce sujet et des propositions concrètes existent dans le rapport des Assises de l’Entrepreneuriat.  Les TPE et les PME ont besoin de tickets d’investissements à leur mesure en création, en phase de développement, de transmission ou de reprise. Il reste à faire tomber cette barrière économique et ne pas hésiter à jouer la transparence sur les coûts.

Plus globalement favoriser la croissance des PME passe aussi par des mesures fiscales, même si la dette est là. Une des pistes que nous défendons est de diviser par deux le taux d’impôt sur les sociétés pour les PME qui remontent leurs profits en fonds propres. C’est en renforçant les fonds propres que les TPE-PME pourrons disposer de moyens nouveaux pour investir, créer de la richesse et donc de l’emploi.  Faire sauter le frein au franchissement de seuil pour les PME. Le franchissement du seuil de 49 salariés à 50 salariés alourdit de 4,2% la masse salariale. A-t-on vraiment besoin de cette spécificité française ? Enfin arrêtons de culpabiliser les entrepreneurs qui utilisent raisonnablement les Contrats à durée déterminée (CDD). Cela n’encourage pas l’emploi. Faute de visibilité les patrons de TPE et de PME ne peuvent pas s’engager. Regardons comment autoriser le renouvèlement des CDD  au moins jusqu’à 18 mois.   

Éric Verhaeghe : Les TPE/PME sont soumises au carcan réglementaire qui s'est développé en France continûment depuis 50 ans, avec la participation active des grandes entreprises, heureuses de créer des barrières réglementaires à l'entrée sur les marchés. Parlons concrètement: l'expansion constante du Code du travail, la hausse régulière des cotisations sociales, ont été autant l'oeuvre de quelques mouvements patronaux comme l'UIMM que des gouvernements, de droite comme de gauche, qui se sont succédés. Il est d'ailleurs significatif de voir avec quelle obstination, jusque dans l'ANI du 11 janvier 2013, les mouvements patronaux se sont battus pour conserver les grands bidules paritaires extrêmement coûteux, comme l'AGIRC-ARRCO ou les institutions de prévoyance, au moment même où l'on parlait de flexibilité.

Cette mise en scène est probablement le principal problème structurel des TPE et des PME : comment voulez-vous que l'entreprise se développe sur un terrain aussi miné que celui de codes qui ressemblent à des bibles? Il faut réduire fondamentalement le poids de la réglementation dans l'économie française. Cela ne veut pas dire qu'il faut moins de droits pour les salariés. Mais il faut un droit de meilleure qualité, et il faut qu'il soit négocié localement plutôt qu'imposer par le législateur. 

Les syndicats de salariés font vivre le mythe selon lequel le droit législatif est plus protecteur pour les salariés que le droit négocié dans l'entreprise. C'est évidemment un mensonge. Je prends l'exemple de la généralisation de la complémentaire santé: cette mesure imposée par la loi contribuera très vite - on refera le point sur le sujet dans deux ans, et je prends date, à la dégradation de la protection sociale des salariés. 

La bonne santé industrielle de l’Allemagne est en partie liée à son réseau de PME. La France peut-elle rattraper son retard ? Comment ?

Bernard Cohen-Hadad : Cette référence permanente à l’Allemagne, cette obsession de l’Allemagne, cette phobie même parfois de l’Allemagne est devenue aujourd’hui maladive. Et l’on a vu récemment avec quelle méconnaissance des réalités économiques, de notre histoire et avec quels dérapages verbaux pour des raisons conjoncturelles de politiques partisanes, on pouvait faire accroire n’importe quoi. L’Allemagne est un modèle en Europe. Elle a réussi sa réunification. C’est un facteur de stabilité économique. Et le couple franco-allemand doit rester le moteur de l’Europe. Soyons clairs, je ne suis pas sûr que ce soit le modèle allemand qui préoccupe prioritairement les patrons de TPE ou de PME dans leur gestion quotidienne. Gardons les pieds sur terre. Et je ne suis pas non plus convaincu que dupliquer le modèle allemand en France sera une réussite. Nous avons deux cultures entrepreneuriales, deux cultures financières, deux cultures institutionnelles très différentes. Surtout un autre rapport à l’argent. Je le mesure d’autant plus que, germaniste, je vais régulièrement en Allemagne avec toujours la même fascination pour leur façon de fonctionner, de valoriser naturellement l’entreprise et la réussite individuelle. C’est une erreur de parler de retard de la France. Sommes-nous vraiment si loin d’eux ? Je vous rappelle que si vous regardez attentivement les chiffres publiés par la Banque de France au dernier trimestre 2012, 83% de demandes de crédit PME à l’investissement ont été satisfaites en totalité. Ce taux est comparable à ce qui est observé en moyenne en Allemagne. Le taux d’endettement externe (emprunts bancaires et titres émis sur le marché) par rapport au PIB des sociétés non financières est de 43 % en Allemagne (hors prêts et emprunts intra groupes) contre 67% en France. Bien entendu nous sommes différents. C’est ce qui justifie notre complémentarité. Si l’on donne les moyens aux entreprises  françaises et si on laisse les TPE et PME jouer leur rôle de moteurs dans l’économie, je ne vois pas ce qui pourrait nous empêcher de valoriser notre modèle. Nos véritables freins se trouvent d’abord chez nous dans notre façon de voir l’entreprise et l’industrie. Mais j’ai cru entendre, lundi 29 avril, des mots nouveaux…

Éric Verhaeghe : Le fameux Mittelstand allemand repose sur deux principes majeurs: d'abord un financement très diversifié, ensuite un développement des relations avec les grandes entreprises qui ne se fait pas dans une logique de subordination. Les PME allemandes n'ont pas un accès au capital à des coûts exorbitants, et elles ne servent pas de variables d'ajustement aux ex-nationalisées. 

En France, la logique industrielle est différente : les grandes entreprises utilisent les PME comme des sous-traitants totalement dépendants de leurs volontés. De ce point de vue, le développement de la PME en France n'est qu'indirectement un problème étatique. L'État aime bien se faire le relais de réglementations d'abord conçues pour servir les grandes entreprises. La dépense publique est dédiée aux grandes entreprises. Les niches fiscales, comme le crédit impôt recherche, favorisent les grandes entreprises. L'impôt sur les sociétés aussi. Mais la logique de cet ordonnancement tient d'abord à l'incapacité de l'aristocratie qui dirige les grandes entreprises à comprendre la nécessité d'un Mittelstand français. 

De ce point de vue, je crois beaucoup à la transparence comme remède aux maux que nous connaissons : faisons connaître clairement quels sont les transferts financiers entre l'État et les grandes entreprises. De quelle facilité fiscale, de quelle dépense fiscale les grandes entreprises bénéficient-elles au juste aujourd'hui ? Faisons la somme de tout cela, et l'on s'apercevra que si la France ne dispose pas d'un tissu de PME indépendantes avec une taille critique suffisante, c'est d'abord parce que les grandes entreprises françaises vivent dans une connivence étonnante avec un État qui les protège.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

05.

Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe

06.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yvonman53
- 03/05/2013 - 10:38
Un peu de lecture ?
Les 60 engagements de Hollande paru hier dont on ne parle pas ????
http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/fichiers_joints/60_engagements_.pdf
la saucisse intello
- 03/05/2013 - 01:53
@ zozo 26.....
vous devez faire erreur, excllent(e) zozo 26, cette potiche n'a JAMAIS été responsable de rien ! Il n'est que de voir sa tête pour réaliser qu'il n'y a rien dedans. Non, elle est là simplement pour ces conneries de "diversité" !
jerem
- 02/05/2013 - 23:56
@vangog - 02/05/2013 - 21:18
allez donc en parler a Barnier et consorts quand la question de la directive Bolkenstein etait sur leur table ......

Barnier , tient en voila un commissaire dont on ne sait rien de ce qu'il fait actuellement sur la question financiere ..... probleme de comm?