En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Cher Cyril Delattre
La Responsabilité sociale des entreprises rend zen
Publié le 05 avril 2011
En réponse à la tribune de Cyril Delattre sur les bienfaits économiques de la Responsabilité sociale des entreprises (RSE), et dans le cadre de la Semaine du développement durable, le fondateur de Kinomé - entreprise à vocation sociale spécialisée dans la lutte contre la déforestation - Nicolas Métro a tenu à livrer sa vision de la RSE, teintée d'écologie et d'humanisme. Ou quand le profit se veut source de bien-être pour tous.
Nicolas Métro est le fondateur de Kinomé ("l'Oeil de l'Arbre" en japonais), entreprise à vocation sociale spécialisée dans la valorisation des forêts et la lutte contre la déforestation.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Métro
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Métro est le fondateur de Kinomé ("l'Oeil de l'Arbre" en japonais), entreprise à vocation sociale spécialisée dans la valorisation des forêts et la lutte contre la déforestation.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En réponse à la tribune de Cyril Delattre sur les bienfaits économiques de la Responsabilité sociale des entreprises (RSE), et dans le cadre de la Semaine du développement durable, le fondateur de Kinomé - entreprise à vocation sociale spécialisée dans la lutte contre la déforestation - Nicolas Métro a tenu à livrer sa vision de la RSE, teintée d'écologie et d'humanisme. Ou quand le profit se veut source de bien-être pour tous.

Personnellement, je ne pourrais être en accord avec cette affirmation que si on redéfinit au préalable le profit.

Dans le langage commun, au moins dans le milieu des affaires, ce mot veut dire "le chiffre du bas dans le compte de résultat annuel", ou encore "ce qui reste sur le compte en banque de l'entreprise et des actionnaires ". Si nous sommes d'accord sur ce constat, alors, nous ne le sommes pas sur la phrase ! Car la recherche sans limite du profit, comme finalité de l’entreprise, est précisément à l'origine des catastrophes humaines et environnementales auxquelles nous devons faire face de plus en plus.

L'entreprise au service de tous

A l'inverse, si profit veut dire “épanouissement/amélioration des conditions de vie du plus grand nombre” (comme un bébé “profite”) au sens  de "aprovechar", ou tirer le meilleur parti des ressources humaines et naturelles pour le bénéfice, y compris financier, de l'entreprise et de la société humaine en général, alors oui nous sommes d'accord !

Bon nombre d'entreprises ont historiquement été créées pour toute autre chose que “faire du profit”: pour gérer un risque (je pense aux banques mutualistes par exemple, mais aussi aux grossistes dans un pays comme le Japon), ou à l'inverse une opportunité comme une invention, un rassemblement, une "entreprise" au sens originel (celui des grandes explorations)... Une entreprise est donc avant tout un outil destiné à trouver les moyens nécessaires à un objectif partagé par ses fondateurs/fondatrices.

L'entreprise au service de quelques-uns

Le profit, qui donne accès à l'argent, est un des moyens, mais il est loin d'être le seul : il ne donne pas ou peu accès à la créativité (on voit bien par exemple que les laboratoires pharmaceutiques les plus riches de la planète innovent de moins en moins, à force de devoir vendre des médicaments chers et brevetables destinés à une petite minorité plutôt que de chercher à apporter la santé à tous), à l'harmonie sociale (quand il faut faire 10 % de profit en plus chaque année et quand l'inflation est de 2 %, il est mécaniquement quasi impossible de redistribuer de la richesse à ses employés), à la protection des ressources naturelles (les forêts sont indispensables à  la vie humaine sur terre et irremplaçables mais disparaissent à grande vitesse car les services qu’elles rendent ne sont pas - encore ! - valorisés par l’économie de marché), ou encore à l’espoir (pourquoi la France compte-t-elle parmi les pays les plus pessimistes sur son avenir tout en étant championne de la productivité du travail ?).

Le profit à réinventer

Plutôt que le profit, il me semble donc que la finalité de toute entreprise était à l'origine, et doit redevenir : permettre au plus grand nombre de répondre à ses besoins fondamentaux : santé, sécurité, équilibre et bien-être de vie, respect de la personne, inclusion et non exclusion dans le groupe, accès à la connaissance et réalisation de soi. C’est avant tout cela, la  Responsabilité Sociale des Entreprises.

Si on peut utiliser le moteur du profit (redéfini) pour y parvenir, tant mieux ; je pense sincèrement que c’est possible, car le marché est énorme ; mais si on n'y arrive pas, il faudra bien inventer quelque chose d'autre. Contrairement à ce que pensait à un moment Francis Fukuyama, on est bien loin de la fin de l'histoire...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
04.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
05.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
06.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
07.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Didier Lejeune
- 05/04/2011 - 16:17
On en revient toujours au même problème
Si la RSE ne génère pas de profits financiers, elle ira rejoindre le cimetierre des rêves brisés au côté du communisme et de l'isolationisme. C'est l'argent qui permet au plus grand nombre de répondre à ses besoins fondamentaux. Ce n'est ni bien ni mal, c'est ce que les individus en font qui a des conséquences.