En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 3 heures 3 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 8 heures 42 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 9 heures 44 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 13 heures 8 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 16 heures 18 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 8 heures 29 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 12 heures 48 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 13 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 16 heures 41 min
Esprit d'entreprise : première leçon

Et donc, enseigner l’esprit d’entreprise équivaudrait à enseigner la cupidité aux élèves... Mais avant de les insulter, avez-vous rencontré un seul entrepreneur dans votre vie M. Mélenchon ?

Publié le 01 mai 2013
Suite à l’annonce par François Hollande d’un "programme sur l’entrepreneuriat de la sixième à la terminale" sous forme de stages et de conférences, Jean-Luc Mélenchon a déclaré mardi matin "qu’un jeune élève a d’autres choses à apprendre avant de se faire enseigner la cupidité". Est-ce bien habile que d’établir un parallèle entre entrepreneuriat et cupidité ?
Leonidas Kalogeropoulos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Léonidas Kalogeropoulos est Président du Cabinet de lobbying Médiation & Arguments qui défend la liberté d’entreprendre, l’innovation, le pluralisme et la concurrence dans les domaines de l’audiovisuel, des télécoms, du sport, d’Internet, de l’énergie,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à l’annonce par François Hollande d’un "programme sur l’entrepreneuriat de la sixième à la terminale" sous forme de stages et de conférences, Jean-Luc Mélenchon a déclaré mardi matin "qu’un jeune élève a d’autres choses à apprendre avant de se faire enseigner la cupidité". Est-ce bien habile que d’établir un parallèle entre entrepreneuriat et cupidité ?

Réagissant aux annonces du Président de la République en faveur de la promotion de l'esprit d'entreprise dès le collège - qui devrait constituer le socle d'un consensus national trans-partis - M. Mélenchon s'est empressé de se distinguer en contestant tout intérêt à cette démarche, qui s'apparenterait, selon lui, à apprendre la "cupidité" à nos enfants.

Si certains avaient encore un doute sur les conceptions politiques nauséabondes de M. Mélenchon, espérons que le masque sera enfin tombé et que plus personne à gauche ne sera plus tenté de gagner les faveurs d'un homme qui cherche à séduire les victimes de la crise économique pour ranimer la flamme d'un collectivisme liberticide.

Parce que l'esprit d'entreprise, ce n'est rien d'autre que la liberté en marche, dans ce qu'elle peut avoir de plus créatif. L'esprit d'entreprise, c'est ce qui motive à travailler plus, pour ne jamais lâcher la poursuite d'un projet, qu'il soit associatif, artistique ou entrepreneurial ! L'esprit d'entreprise, et sa déclinaison particulière dans la liberté d'entreprendre, c'est ce moteur qui crée des emploies, des richesses, des exportations, des recettes fiscales, de la fierté aussi, pour toutes celles et tous ceux qui réalisent leurs projets.

Bien entendu, lorsque l'on risque tout ce que l'on possède, quand on travaille sans relâche pour réaliser son projet, quand on assume la responsabilité des salaires, des charges, des emprunts..., on attend en retour de gagner plus que les seuls 4 500€ par mois qui trouvent grâce aux yeux de M. Mélenchon, comme si ceux qui gagneraient plus avaient  volé leur argent.

M. Mélenchon à le mérite d'exprimer tout haut cette jalousie sociale lancinante qui mine notre pays, donnant le sentiment à tous ceux qui ont un projet en tête que s'ils avaient le malheur de le réussir en France, ils ne seraient pas félicités peur avoir surmonté tous les obstacles sur leur route, mais qu'ils seraient au contraire conspués comme si ce qu'ils seront parvenus à gagner devait nécessairement avoir été pris à d'autres, et qu'importe s'ils auront créé des emplois et payé plus de taxes que n'importe où ailleurs dans le monde, ce ne sera jamais suffisant!

Dans ce système de pensée, la seule manière de trouver de la richesse pour ceux qui n'en n'ont pas, ce n'est pas de la créer, c'est de la prendre à ceux qui en ont ! Et cohérent avec lui-même, M. Mélenchon veux bien défendre les entrepreneurs s'ils gagnent de 1 500 à 4 500€ par mois, mais pour lui, la cause est entendue, au delà de 300 000€ par an, tout doit aller à l'Etat.

Tout ce système idéologique est cohérent, et en bonne logique, il commence par la critique de l'esprit d'entreprise. Personne ne doit vouloir faire plus que les autres, personne ne doit vouloir gagner davantage. La société doit être régie par les grands organisateurs centraux, qui sauront mieux que chacun assurer la collectivisation des biens et leur répartition juste et équitable au profit du bonheur légitime de tous. Et si quelqu'un s'égare à imaginer son bonheur en dehors des fourches caudines de cette répartition égalitaire, c'est qu'il est atteint de "cupidité" et il est alors une menace pour la société.

Être parvenu à ce stade du débat politique est très salutaire. M. Mélenchon apparaît tel qu'il est, ennemi de l'esprit de liberté qui constitue le socle de nos sociétés occidentales. Et il apparaît sans nuance tel qu'il est par la grâce de la défense prise par le Président de la République en faveur de l'esprit d'entreprise et de la liberté d'entreprendre.

Le Rubicon entre ces deux gauches est enfin tracé, et il est - heureusement - infranchissable !

Il est temps que cette ligne soit clairement assumée par la majorité qui nous gouverne. Cette ligne porte un nom, qu'il est temps de décliner avec fierté : c'est un libéralisme de gauche, qui n'a rien avoir avec les vielles lunes  obsolètes d'un nostalgique du collectivisme liberticide, idéologie qui porte la responsabilité de la moitié des atrocités commises au XXème siècle.

Et il s'agit d'un libéralisme de gauche, parce que sans encore être parvenu à se doter d'instruments satisfaisants, il cherche à disposer de leviers de régulation qui parviendront à concilier l'épanouissement de la liberté d'entreprendre - qui appartient à chacun, et qui doit être promue -, et la nécessaire régulation des excès qui peuvent conduire le système libéral à précipiter nos économies dans des crises qui sèment la désolation.

Rechercher de tels leviers de régulation est légitime. Mais il ne faut pas confondre cette ambition, qui peut contribuer à donner à notre économie un socle de développement durable, et les quelques gadgets dont la majorité a été tentée de s'emparer pour donner l'illusion de dompter l'économie. C'est ainsi qu'elle s'est laissée aller à vouloir taxer le capital comme le travail, ce qui est une négation de la prise de risque, et ce qui a conduit à faire s'effondrer les investissements dans notre pays. Il a fallu moins d'un an pour que le chef de l'Etat, courageusement, fasse machine arrière en ramenant la taxation des plus values de cession dans la moyenne européenne .

Mais c'était surtout un gadget censé donner à M. Mélenchon des gages pour le rallier à la majorité. C'est la même vocation que poursuit le projet de taxation à 75% des revenus supérieurs à 1 million d'euro.

De la même manière que la majorité vient d'avoir le courage, qu'il faut saluer, d'abandonner le slogan "taxer le capital comme le travail", renonçant à vouloir séduire le bolchevisme à la petite semaine du Front de gauche, de la même manière doit-il avoir le courage de renoncer à sa taxe à 75%. Cette taxe se veut emblématique, mais elle n'est qu'une posture revancharde contre les riches, elle sonne comme une sanction de la réussie et de l'ambition, alors que notre pays gagnerait collectivement à les encourager et à les attirer en France, plutôt qu'à les faire fuir.

Le libéralisme de gauche est attaché à la liberté et il ne peut pas compter au sein de sa majorité des nostalgiques d'une idéologie moribonde  responsable des heures les plus sombres du XXème siècle. Après avoir tenté de la séduire, la majorité vient de s'en démarquer. Qu'elle abandonne son projet de taxation à 75%, et elle aura achevé de rompre avec elle. Ce sera salutaire, pour le Gouvernement, pour la cohérence idéologique de la  majorité et pour la conduite économique et la réussite de notre pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (54)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Festeringboil
- 03/05/2013 - 21:27
Mélencon,entrepreneur de pompes funèbres
Faut grossir les rangs des fonctionaires et du prolétariat,permettre aux
non-citoyens de voter et amnistier les fiers à bras syndicaux et assomer d'impôts confiscatoires ceux qui osent réussir financièrement.Le nivellement par le bas,et dire qu'un français sur 10
se rendent aux urnes pour épauler cet obscurantiste.
phranck
- 02/05/2013 - 02:35
Mais souvenez vous....Ce type Melenchon a meme ete ministre
Je l'avais oublie.....
En avril 2000, après avoir refusé les secrétariats d'État au logement et à l'outre-mer, Jean-Luc Mélenchon est ministre délégué a l'enseignement professionnel ! Et oui ministre ca paye plus...Il gagnait combien a l'epoque avec les avantages. Et comme senateur de l'Essonne, ca se faisait payer combien au meme frais de la princesse?
Et maintenant DEPUTE EUROPEEN pour defendre quoi, pour detruire l'Europe? Salaire mensuel net du député européen: 6080,33€ + les avantages...
Ilmryn
- 02/05/2013 - 02:29
@CN13
CN13 "Je vous trouve très marrants tous ces commentaires plein de bons sens. Mais alors ! pourquoi avoir voté un Hollande si nul et incompétent ?"
.
25 millions d'électeurs inscrit n'ont pas voté pour lui. (Et ceux qui ont vraiment du bon sens n'ont voté pour personne, il n'y a aucun parti significatif pour la vraie démocratie contre l'étatisme oligarchique liberticide)