En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 5 heures 25 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 6 heures 24 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 11 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 12 heures 33 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 15 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 16 heures 8 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 16 heures 39 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 17 heures 16 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 37 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 9 heures 39 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 12 heures 54 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 14 heures 52 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 15 heures 16 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 15 heures 48 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 16 heures 19 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 17 heures 25 min
© Pixabay
Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a apporté dimanche "son plus total soutien" au Syndicat de la Magistrature mis en cause pour son" mur des cons".
© Pixabay
Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a apporté dimanche "son plus total soutien" au Syndicat de la Magistrature mis en cause pour son" mur des cons".
Editorial

"Je dois être un peu con" : lettre ouverte à Anthony Bellanger, premier secrétaire général du Syndicat National des Journalistes

Publié le 02 mai 2013
Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a apporté dimanche "son plus total soutien" au Syndicat de la Magistrature mis en cause pour son" mur des cons".
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a apporté dimanche "son plus total soutien" au Syndicat de la Magistrature mis en cause pour son" mur des cons".

Monsieur Bellanger, je dois être un peu con.

C’est en tout cas ce que je ressens en lisant le communiqué du Syndicat National des Journalistes dont vous êtes le secrétaire général et dans lequel vous expliquez que votre organisation "s’élève contre le mauvais procès fait au Syndicat de la Magistrature" dans ce qu’il faut bien appeler désormais "l’affaire du mur des cons".

En effet, je ne comprends pas que le SNJ y dénonce "l’utilisation d’images volées dans un lieu privé, en l’occurence les locaux du SM" (Je cite votre communiqué à la lettre près et donc en respectant les fautes d’orthographe…)

Je crois que, comme vous, je conçois assez clairement le concept de "lieu privé".  Je tiens également à vous témoigner ici ma conviction qu’il est nécessaire de respecter le droit, et donc le droit syndical. Cependant, si vous recevez dans les locaux du SNJ de la rue du Louvre, Monsieur Bellanger, non pas un journaliste mais une équipe de trois personnes (un journaliste, un journaliste reporter d’images et un preneur de son) qui ne vous ont absolument pas dissimulé leur identité, que ces trois personnes vous ont informé être là pour réaliser un reportage et enregistrer une interview et que vous accueillez cette équipe de journalistes dans une pièce, ce lieu reste-t-il "privé" ?

De la même façon, votre concept "d’images volées" me turlupine. Lorsque l’une de ces personnes, que vous savez toutes les trois travailler pour la télévision, se met à tourner des images, sont-ce des images "volées" ? A vous lire, j’ai l’impression que ne seraient pas "volées" que les images qui seraient tournées avec votre autorisation expresse et de préférence avec de bonnes vieilles caméras d’épaule Bétacam, bien repérables et reconnaissables.

Je ne doute pas qu’avec vos nombreuses années de reportage d’investigation et de journalisme de terrain, vous savez aussi bien que moi, Monsieur Bellanger, qu’il est parfois nécessaire, pour faire correctement notre métier, de regarder dans d’autres directions que celle que nos interlocuteurs nous désignent et de montrer à nos lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs d’autres tableaux que ceux, toujours joliment peints, qu’entreprises, partis politiques ou syndicats nous présentent de prime abord.

Je ne comprends pas non plus votre différence d’appréciation entre cette vidéo du "mur des cons" mise en ligne par Atlantico et les images "off " de Nicolas Sarkozy volées à la chaîne France 3 et révélées en 2008 par le site d’information Rue89.  Le non-lieu en faveur du site Rue89 vous avait inspiré l’année dernière un communiqué titré "victoire pour la liberté d’information".

Interrogé hier par notre consœur Camille Polloni du même site d’information Rue89, vous expliquez que la différence avec la vidéo d’Atlantico sur le "mur des cons" consiste en "un vrai travail de journaliste, avec une enquête derrière".

Là je deviens encore plus con : je ne vois pas où est "l’enquête journalistique" dans le fait de piquer des images à son employeur et de les filer à autre média pour que ce dernier les diffuse. (Remarquez en passant que jamais Atlantico n’a prétendu avoir réalisé une "enquête" en diffusant la vidéo du "mur des cons". Notre démarche a été de rendre public un document qui nous a été remis par un magistrat)

En préparant cet éditorial, Monsieur Bellanger, j’ai lu un article publié la semaine dernière,  qui s’interroge sur la déontologie et les conditions d’exercice de notre métier. Le papier exprime notamment le point de vue suivant : "Peut-on mettre en cause (…) des journalistes (qui ne sont pas au-dessus des lois par définition) quand ils ont révélé des informations d’intérêt public et seulement d’intérêt public ? Peut-on les accuser d'être des receleurs pour avoir simplement détenu les preuves de leurs informations ? Si la cour (…) devait répondre “oui” à ces deux questions, ce serait à l'évidence une défaite pour le journalisme."

Cette analyse que je soutiens pleinement devrait vous faire bondir, Monsieur Bellanger, puisqu’elle est en contradiction avec la charte de déontologie du SNJ qui précise qu’un journaliste "digne de ce nom proscrit tout moyen déloyal et vénal pour obtenir une information".

Mais je ne sais pas si vous allez vous fendre d’un communiqué de condamnation cette fois. Il est vrai que l’article est publié par Médiapart, qu’il concerne le procès fait à ce site d’information dans le cadre de son enquête sur l’affaire Bettencourt et qu’il est signé de notre confrère Fabrice Arfi… Je dois vraiment être un peu con.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (62)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Sannicolao
- 06/05/2013 - 13:55
J'ai failli
Journaliste depuis 30 ans, non syndiqué, j'ai failli, une fois adhérer au SNJ. Réunion au siège du journal, débats, on me demande de prendre la parole, je le fais. Suggestion, applaudissements (d'une partie de la salle)... le DG arrive, explique que si on fait "ça" on est tous lourdés. Culotte baissée, suis reparti. Fini le SNJ (et les autres)...
Raymond
- 05/05/2013 - 11:32
C'est con!
apporter son soutien à au syndicat de la magistrature, c'est pour l'opinion publique, se mettre au même niveau que ces magistrats gauchiste et syndiqués. Ce niveau n'est pas très élevé et s'il faut désigner des CONS, pour moi, çà ne ait aucun doute, au SM je rajouterai le SNJ.
Je rajouterai que les adhérents du SNJ sont ridicules et mériteraient d'être sanctionnés pour leur manque de flair... Dans l'armée, çà doit exister, puni pour être trop con!
sergefabre
- 03/05/2013 - 16:06
M.Guyot, vous écrivez en
M.Guyot, vous écrivez en quelques lignes ce que pensent beaucoup de vos confrères... et qui me l'on dit : le SNJ est au journalisme ce que la Stasi était à la liberté de l'information dans la peu regrettée URSS. Des censeurs qui n'acceptent que les opinions conformes à la ligne dominante du parti (ou en l'occurrence ici du syndicat). Suivant que vous serez du bon côté ou pas...