En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 40 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 15 heures 17 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 29 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 29 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 19 heures 21 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 19 heures 21 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 12 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 15 heures 20 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 57 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 17 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 18 heures 25 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 19 heures 21 min
© Flickr / Jürg
Le niveau d'endettement d'un pays ne serait pas handicapant pour sa performance.
© Flickr / Jürg
Le niveau d'endettement d'un pays ne serait pas handicapant pour sa performance.
Économie à crédit

Pourquoi l'endettement est un luxe que tous les pays ne peuvent pas se permettre

Publié le 02 mai 2013
Alors que les politiques d'austérité perdent de leur crédit auprès des économistes et des politiques, le marché obligataire en zone euro s'est détendu mardi. Le taux à 10 ans de la France est au plus bas, avec des investisseurs à la recherche de rendements et persuadés que la Banque centrale européenne (BCE) interviendra dès sa prochaine réunion jeudi.
André Fourçans
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Fourçans est professeur d'économie à l'Essec. Il a aussi enseigné dans deux universités américaines ainsi qu’à l’Institut d’études politiques de Paris.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages de vulgarisation économique dont Les secrets de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les politiques d'austérité perdent de leur crédit auprès des économistes et des politiques, le marché obligataire en zone euro s'est détendu mardi. Le taux à 10 ans de la France est au plus bas, avec des investisseurs à la recherche de rendements et persuadés que la Banque centrale européenne (BCE) interviendra dès sa prochaine réunion jeudi.

Atlantico : Alors que les politiques d'austérité perdent de leur crédit auprès des économistes et des politiques, on voit émerger l'idée que le niveau d'endettement d'un pays ne serait pas tellement handicapant pour sa performance. Bien que la rigueur budgétaire ne saurait être l'alpha et l'oméga d'une politique économique, doit-on en déduire que les partisans de l'endettement public ont eu raison pour autant ?

André Fourcans : Les périodes troublées sont sujettes à des explications et des réponses qui ne sont pas toujours fondées sur la rigueur du raisonnement et de la connaissance. Depuis l’erreur révélée dans la fameuse étude conduite par Rogoff et Reinhart, les passions se déchainent contre les politiques dites d’austérité. L’endettement public ne serait qu’un phénomène sans importance, au diable ces politiques de diminution du déficit public pour empêcher le dérapage de la dette. Ce qu’il faut, c’est de la croissance, et le problème de l’endettement se résoudra de lui-même !

Arithmétiquement vrai, si la croissance résorbe les déficits, mieux, si elle créé des surplus budgétaires qui permettent de rembourser la dette. Mais ce n’est que du "wishful thinking". Croit-on vraiment accélérer la croissance de façon durable et saine en creusant à nouveau les déficits, où simplement en les maintenant à leur niveau actuel, où même en les diminuant mais à la vitesse de la tortue ? Veut-on continuer dans la voie du laxisme budgétaire qui nous a pour beaucoup conduit aux immenses difficultés actuelles ? Il serait bien léger de le faire. Et même irresponsable. En accumulant toujours plus de dette, on ne ferait que reporter la solution au problème, pis, on l’aggraverait encore et toujours. Veut-on déboucher sur une situation à l’italienne ? Ou "mieux", à la grecque ?

Certes, on pourrait dire que l’on irait plus doucement, que l’opération de contrôle du déficit serait effectuée avec la dextérité du chirurgien qui saurait exactement quand et comment et jusqu’à quel point conduire l’opération pour le bien-être du patient. Belle illusion. La politique ne fonctionne pas comme cela. La précision et le doigté n’existent pas, les processus de décision et d’action sont trop complexes et sujets à trop de "perversions" volontaires ou non. Le passé nous l’a démontré trop souvent.

L'exemple du Japon, dont la dette atteint 245%, est souvent pris en exemple pour défendre l'idée que la dette n'a pas d'impact sur l'économie. Cet exemple est-il vraiment transposable en France ?

Il n’existe pas de chiffre magique à partir duquel l’endettement public deviendrait néfaste à l’économie. Les fameux 90% du PIB sortis de l’étude citée plus haut n’étaient qu’une estimation approximative présentée par les auteurs. Et la contre-étude qui la conteste n’invalide pas le fait qu’avec un niveau d’endettement excessif la croissance diminue. Le débat est sur l’ampleur du ralentissement, pas sur le sens du mouvement. Il reste que, quel que soit le niveau, ou le seuil probable, un endettement élevé a sur la durée des répercussions délétères. Les exemples de la Grèce, de l’Italie, de l’Espagne et autre Chypre n’en sont-ils pas la preuve par neuf ? D’accord, nous n’en sommes pas là. Mais comment ne pas voir que la dette publique a des conséquences sur le comportement des acteurs privés ? Plus d’endettement public et moins de fonds pour les entreprises pour investir. Plus d’endettement public et plus de craintes de voir ses impôts et charges augmenter pour assurer le remboursement ; et donc attentisme, moins de consommation et d’investissements en conséquence de ces craintes. Et donc moins de croissance et d’emploi.

Alors, si certains pays peuvent se payer le luxe de forts taux d’emprunts, c’est parce qu’ils sont dans des conditions spéciales. Le Japon est un cas particulier, avec un taux d’épargne très élevé qui absorbe la quasi-totalité de sa dette. Ce n’est pas le cas de la France où quelques 60% de notre dette est achetée par des étrangers. Comment réagiraient tous ces créditeurs, et ceux à venir, si la France semble retomber dans son laxisme historique ? Est-on si sûr qu’ils continueraient de prêter ? Et aux mêmes taux d’intérêt ? Au fait, le Japon avec son endettement colossal est-il depuis une vingtaine d’années dans une situation de croissance tellement reluisante qu’on puisse le présenter comme un exemple de bons résultats et de mesures à suivre ?

Ce retour en force des partisans de la dépense publique ne prouve t-il pas que nous souffrons encore aujourd'hui d'un flagrant manque d'imagination économique ? L'émergence d'une "troisième voie" dépassant le débat austérité-relance est-elle envisageable ?

Ce n’est pas une question d’imagination mais de respect des grands principes économiques, tout en faisant preuve de décision et de courage politique. Mieux vaudrait déjà parler de raison plutôt que de rigueur. Et proposer un plan concret, avec un échéancier, pour diminuer la part des dépenses publiques dans le PIB d’au moins 2% l’an sur 5 ans.

Impossible ? D’autres l’ont fait. Et cela nous laisserait dans 5 ans encore au-dessus de l’Allemagne aujourd’hui. Il faudrait que le tout soit accompagné de mesures structurelles sur le marché du travail et sur la concurrence, ainsi que d’une baisse de la fiscalité, elle aussi annoncée aux alentours d’au moins 1% du PIB par an au fur et à mesure que le déficit diminue. Il y aurait là un signe fort dont on peut penser qu’il donnerait un coup de fouet formidable à notre économie en jouant favorablement sur les anticipations des agents.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
San G
- 03/05/2013 - 02:01
Chypre
"Les exemples de la Grèce, de l’Italie, de l’Espagne et autre Chypre n’en sont-ils pas la preuve par neuf ?"
Avant de parler de "autre Chypre" il aurait été intéressant de vous renseigner. La crise de Chypre est tout sauf une crise de dette souveraine, et à ce titre ne peut en aucun cas être placée sur le même plan que l'Espagne, l'Italie ou la Grèce...
Maredesbobos
- 02/05/2013 - 13:59
la dette
Quand je constate avec quelle irresponsabilité les gouvernements font appel à la dette, je ne peux m'empêcher d'assimiler ces gestionnaires qui nous gouvernent à ces endettés de ces citée les plus sordides. ( Voyous, inconscients, analphabètes ??????? )
Quoiqu'on puisse affirmer, Limiter le taux d'endettement permet d'affronter les crises plus sereinement et de préparer l'avenir. C'est comme l'être humain, il pourra affronter la maladie plus facilement s'il a des réserves (pondérale).