En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 2 heures 9 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 3 heures 47 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 20 heures 4 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 21 heures 6 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 22 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 1 jour 17 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 4 heures 36 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 20 heures 24 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 21 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 1 jour 7 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 1 jour 29 min
info atlantico
© Reuters
79 % des Français opposés à la loi sur le mariage homosexuel veulent que la mobilisation se poursuive.
© Reuters
79 % des Français opposés à la loi sur le mariage homosexuel veulent que la mobilisation se poursuive.
Info Atlantico

79 % des Français opposés à la loi sur le mariage homosexuel approuvent la poursuite de la mobilisation

Publié le 29 avril 2013
Des risques de radicalisation ? Pour une large proportion des 49% de Français opposés à la loi sur le mariage et l'adoption homosexuels, le vote de la loi ne marque pas le moment de passer à autre chose.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des risques de radicalisation ? Pour une large proportion des 49% de Français opposés à la loi sur le mariage et l'adoption homosexuels, le vote de la loi ne marque pas le moment de passer à autre chose.

Question : Personnellement, êtes-vous tout à fait  favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou tout à fait opposé à la loi permettant aux couples de même sexe de se marier et d'adopter des enfants ?

(Cliquez sur le tableau pour agrandir )

Après l’adoption de cette loi par le Parlement, si des mobilisations et des manifestations contre cette loi se poursuivent, approuverez-vous ces mobilisations et manifestations ?

 

(Cliquez sur le tableau pour agrandir )

Atlantico : D'après ce sondage réalisé entre le 23 et le 25 avril, environ 80 % des opposants estiment qu'il faut continuer le mouvement contestataire. Comment peut-on interpréter ce chiffre ? 

Jérôme Fourquet : Parmi les 79 % qui approuvent la poursuite des contestations, il y 51 % de Français qui approuvent "tout à fait" le mouvement, ce qui n'est pas un chiffre anodin. Ces grandes manifestations qui ont eu lieu étaient exceptionnelles, elles ont mobilisé en profondeur de larges catégories de la population française. Cette mobilisation ne pourra pas, ne pas laisser de trace dans le débat politique et dans la société française. Cela montre de manière globale que l'électorat de droite est exaspéré par la politique menée par le gouvernement. Hollande n'a eu aucun état de grâce, il était désapprouvé dès cet été par une immense partie de l'électorat de droite.
 

La contestation d'une loi définitivement adoptée par le Parlement est-elle courante ? Y-a-t-il des spécificités à l'opposition à la loi Taubira ou s'agit-il d'une situation comparable à ce qui avait été enregistré lors du vote de réformes telles que le Pacte civil de solidarité (PACS), l'abolition de la peine de mort ou la légalisation de l'Interruption volontaire de grossesses (IVG) ?

On a connu des mobilisations similaires avec des réformes de société importantes, vous en avez mentionnées un certain nombre. Sur la question de l'IVG, près de quarante ans plus tard, des groupes manifestent et s'opposent encore régulièrement à l'application de cette loi. Néanmoins, le temps aidant, l'ampleur des mobilisations ont faibli et ces dernières ne sont plus que sporadiques et parcellaires.

La question est donc de savoir aujourd'hui si les mobilisations contre le mariage homosexuel vont se poursuivre ou non. A brève échéance, il y aura encore des mobilisations importantes.

Généralement les grandes lois de société ayant suscité des débats houleux, une foi entrées en vigueur, les mobilisations associées s'étouffent. Sur le mariage pour tous, nous n'avons pas le recul nécessaire mais une part importante des opposants ont l'intention de se mobiliser ou trouvent légitime que la mobilisation se poursuive. 
 

Que peut-on imaginer de la suite de ce mouvement et quels pourraient être les paramètres qui feront que le mouvement s'essouffle ou se poursuive ? 

Un élément important relève de l'attitude gouvernement. Par exemple, s'il inscrit un projet de loi sur la PMA dans les prochains mois, il y a fort à parier que nous repartirons alors pour un nouveau cycle de protestations qui sera proche de celui que nous avons connu. 

La détermination du gouvernement va produire un effet d'essoufflement du mouvement. Au mois de septembre, le vote et la mobilisation commenceront à dater. Il peut se produire éventuellement des dérapages, des débordements avec une frange qui se radicaliserait, on pourrait avoir la fin du mouvement si le gouvernement reste ferme sur ses positions. 

Si en septembre, le gouvernement actuel décide déposer une loi sur la PMA ou sur une question de famille, le mouvement peut reprendre de l'ampleur. Cette masse pourrait être récupérée et canalisée au profit d'autres combats, notamment une opposition systématique au gouvernement. Frigide Barjot a décidé de proposer des listes aux municipales, même si on peut douter de son succès car les Français savent faire la part des choses.
 

Après le Pacs, il y avait eu une progression forte de l'adhésion au principe du mariage. Cette loi avait fait bouger le regard de la société française sur l'homosexualité. Les enjeux sont ici différents, notamment avec la question de l'adoption. On peut constater qu'avec le temps l'adhésion va se renforcer sur du très long terme. Puisque que plus on est jeune plus on est favorable, et avec le renouvellement des générations on peut estimer que nous serons plus favorables sur du très long terme. 

Le deuxième élément, concerne le mouvement lui-même. Les participants vont-ils se lasser ou le mouvement va-t-il trouver les ressources nécessaires pour faire vivre le mouvement et éventuellement lui donner une orientation nouvelle ? Lorsque l'on se mobilise contre une loi qui a votée, un principe de réalité finit par s'imposer, on ne peut pas faire défiler éternellement des gens dans la rue avec un objectif qui parait de jour en jour inatteignable. Pour que la mobilisation perdre, il faut trouver d'autres sujets de mécontentement pour glisser d'une opposition à un projet de loi à une opposition plus globale sur la politique du gouvernement. 

Vous citez l'exemple du vote du PACS et de son impact sur l'adhésion au principe du mariage, au regard de ce qu'on connait de l'opinion des Français sur la PMA ou la GPA, faut-il s'attendre à une évolution rapide des mentalités sur ces sujets là ? 

Après le PACS le regard sur l'homosexualité a évolué et l'adhésion au mariage a été perçue comme une suite logique. Dans ce cas, l'adoption a été votée en même temps que le mariage avec une minorité de Français favorables, donc on peut penser que les lignes vont être plus difficiles à faire bouger. La PMA et la GPA constituent une étape supplémentaire qui n'est pas forcément de même nature alors que le PACS et le mariage représentait davantage une suite logique. Entre le mariage et la GPA, le saut symbolique est plus symbolique. On a d'ailleurs vu que de nombreux partisans du mariage pour tous étaient opposés à la PMA et à la GPA. A brève échéance, nous n'assisterons pas à une évolution, mais peut-être sur une durée plus longue. 

Plus largement, quelle a été l'évolution de l'opinion des Français depuis le début du débat autour du mariage homosexuel ? 

On a constaté autour des huit derniers mois la réalité d'un mouvement assez contrasté :  une large majorité de Français, environ 60 % se disait favorable au mariage homosexuel, avec une stabilité des opinions en dépit des mobilisations. En revanche, une opinion est devenue majoritairement opposée concernant les questions d'adoption d'enfants par les couples d'homosexuels. Il y avait 58 % de gens favorables à l'adoption en août 2011, puis 53 % en août 2012 lorsque l'Eglise catholique a pris part au débat le 15 août 2012. 

A l'automne, nous sommes passés sous la barre des 50 % pour arriver aux alentours de 45 % de favorables à l'adoption.

C'est donc une France qui est coupée en deux sur cette question-là. Pour beaucoup de Français, la question du mariage homosexuel a été perçue et pensée comme la suite d'un Pacs amélioré, sorte de suite logique sans conséquence. Mais dès qu'on intègre la dimension de l'adoption, on a un rapport de force beaucoup plus équilibré, aux alentours de 50 % aujourd'hui.

Il y a de très nets clivages qui se sont manifestés pendant le débat : le clivage générationnel, politique et de sexe. Plus on est âgé, plus on est contre, dans des proportions très importantes : les plus de 65 % sont opposés à plus de 72 % alors que les moins de 35 ans sont favorables à 63 %.  

Le clivage politique est également très marqué : 80 % de l'électorat de gauche est favorable au mariage homosexuel, et 60 % de l'électorat UMP y est opposé. Les électeurs du FN y sont aussi très majoritairement opposés, environ 67 %, même si environ de 33 % qui y sont favorables, ce qui est une proportion plus forte qu'à l'UMP. Cela peut expliquer en partie la prudence de Marine Le Pen sur la question, elle avait senti qu'une partie de l'électorat n'était pas forcément réticente à cette loi. C'est donc un sujet qui divise énormément politiquement. 

En revanche, il n'y a pas de clivage sociologique : les ouvriers-employés y sont favorables à 60 %, et les CSP + le sont à 59 %. Contrairement aux idées reçues, les milieux populaires ne sont pas plus conservateurs en matière de mœurs. 

De manière un peu moins forte mais toujours réelle, il y a aussi un clivage entre les hommes et les femmes : 55 % des femmes sont favorables contre 47 % des hommes. Cela renvoie aussi au rapport et au regard que chacun peut entretenir avec l'homosexualité, apparemment mieux accepté dans la partie féminine de la population que dans la partie masculine.


L'enjeu à court terme : les opposants au projet de loi ne comptent pas renoncer : d'après le sondage, ils sont 79 % à approuver la poursuite de mobilisation. On a l'impression que les opposants n'ont pas l'intention de désarmer, en tout cas sur du court terme. 
 
Il y a 1 opposant sur 2 à ce projet de loi qui approuverait la poursuite de cette mobilisation en dépit du vote du Parlement. On peut donc penser que le débat n'est pas clos, et que sous une forme ou sous une autre, la mobilisation a quand même les moyens de se maintenir. Le niveau d'opposition reste toujours élevé, les opposants ne donnent pas l'impression de vouloir arrêter leur mobilisation. 
 
 

(Cliquer pour agrandir)

Méthodologie : 

Ce document présente les résultats d’une étude réalisée par l’Ifop. Elle respecte fidèlement les principes scientifiques et déontologiques de l’enquête par sondage. Les enseignements qu’elle indique reflètent un état de l’opinion à l’instant de sa réalisation et non pas une prédiction.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (56)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Alex de M.
- 28/04/2013 - 22:19
@ヒナゲシ
Evitez nous le négationisme !

.
ヒナゲシ
- 28/04/2013 - 04:35
49 %, ni plus ni moins
@ Léa :
Jérôme Fourquet se réfère — mais l'avez-vous compris ? — au sondage que son institut (IFOP) vient de réaliser pour Atlantico :

http://www.ifop.com/media/poll/2229-1-study_file.pdf
(page 5).
 
Il y a 8 mois, 35 % étaient contre le mariage, et 47 % contre l'adoption :
http://www.ifop.com/media/poll/1956-1-study_file.pdf
(pages 9-10).

Comme quoi, ça évolue assez peu.
 
 
@ Alex de M. :
C'est « moins grossier » peut-être, mais votre poëte du dimanche a comme une tendance à la parano et à l'affabulation.

Sans l'excuse du talent.
C'est… moche.
Léa
- 27/04/2013 - 22:29
Gonflé !
Ce ne sont pas 49% de Français contre la loi Taubira, mais 55%. Revoyez votre copie !