En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 1 heure 10 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 1 heure 53 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 4 heures 1 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 4 heures 24 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 4 heures 59 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 5 heures 24 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 1 heure 25 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 2 heures 22 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 4 heures 29 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 4 heures 50 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 5 heures 9 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 5 heures 24 min
© Reuters
Des populations bouddhistes mènent des actions violentes contre d'autres confessions.
© Reuters
Des populations bouddhistes mènent des actions violentes contre d'autres confessions.
Bouddha Bar(re) à mine

Le grand malentendu : de la Birmanie au Sri Lanka, qui a dit que les bouddhistes étaient pacifiques ?

Publié le 23 avril 2013
Birmanie, Sri Lanka, Thaïlande. Dans tous ces pays, des populations bouddhistes mènent des actions particulièrement violentes contre d'autres confessions.
Raphaël Liogier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raphaël Liogier est sociologue et philosophe. Il est professeur des universités à l'Institut d'Études Politiques d'Aix-en-Provence et dirige l'Observatoire du religieux. Il a notamment publié : Le Mythe de l'islamisation, essai sur une obsession...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Birmanie, Sri Lanka, Thaïlande. Dans tous ces pays, des populations bouddhistes mènent des actions particulièrement violentes contre d'autres confessions.

Atlantico : Des violences secouent la Birmanie, le Sri Lanka ou encore la Thaïlande. Les populations bouddhistes y mènent de véritables campagnes contre les autres minorités. Comment expliquer ces foyers de violence bouddhiste ?

Raphaël Liogier : Le phénomène nouveau, en particulier en Birmanie et au Sri Lanka, c'est le rapport à l'islam. Il y avait déjà des violences interconfessionelles, depuis longtemps, mais elles visaient, notamment au Sri Lanka, les hindouistes. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à ce mythe de l'islamisme mondial, force décentralisée, qui mettrait en péril les identités nationales, dans le cas de l'Europe, mais aussi les identités religieuses ailleurs dans le monde. L'identité nationale, dans ces pays, est assez fragile. Elle s'est construite historiquement sur la religion.

Il n'est pas fréquent que des violences soient justifiées par le bouddhisme, mais cela a existé au cours de l'histoire. Un bon exemple est celui du moine zen japonais, extrêmement célèbre, Yasutani. Dans ses sermons, il justifiait l'attitude des kamikazes japonais lors de la Seconde Guerre mondiale. Il expliquait le suicide de ces gens au nom du grand Japon, expression de la vacuité bouddhiste.

D'un point de vue systémique, plus collectif, sur le plan politique, vous avez des régimes comme celui de la féodalité tibétaine, dans certaines conditions, qui a été extrêmement dur et inégalitaire. Une caste de moines et de lamas y dominait une population qui était forcée de les nourrir. Il ne s'agit pas de violences individuelles mais d'un système profondément injuste. Le bouddhisme est aussi marqué par ce type de périodes.

D'où vient, dès lors, cette image pacifique développée dans l'inconscient collectif occidental lorsque l'on évoque cette religion ?

Le passage par ce type de violences est propre à toutes les religions : c'est aussi valable dans l'histoire de l'islam. L'une ces caractéristiques des premiers temps de l'islam est la mise en place d'un système où chrétiens, juifs et musulmans coexistaient dans une même société. La première société considérée comme idéale, à Medine, constituée par le prophète Mohammed, voyait se rencontrer une multitude d'individus différents culturellement qui n'adhéraient pas tous à l'islam.

Dans l'histoire des bouddhismes, on trouve le même type d'histoire politique. Il y a eu un empereur en Inde, Ashoka, qui a mis en place au IIIème siècle avant Jésus-Christ ce que l'on considère comme l'un des premiers systèmes laïques. On y tolérait les différences religieuses et culturelles dans un même espace politique et juridique. La légende le décrit comme un combattant sanguinaire, dans les premiers temps de sa vie, qui se serait par la suite convertit au bouddhisme, optant pour une plus grande tolérance et une société dotée d'une grande tolérance et d'une grande redistribution sociale. Ce système se serait effondré du fait de l'inadaptation de ce modèle aux réalités de cette époque.

Le bouddhisme est donc bien, fondamentalement, une religion de non-violence ?

La notion de non-violence n'est pas propre au bouddhisme. Elle a été reprise assez récemment par différents activistes, comme le Dalaï Lama et d'autres activistes qui se sont manifestés un peu partout en Asie : Vietnam, Inde, Thaïlande ...

On retrouve beaucoup de ces personnalités au sein de l'INEB (International Network of Engaged Bouddhists) qui ont fait une interprétation du bouddhisme à travers le concept de non-violence. Ils en font une forme d'humanisme social, écologiste et engagé selon un concept rejetant la violence.

Dans le contexte extrême oriental, ce concept de non-violence est issu de l'hindouisme. Il est directement tiré du jainisme, courant dont faisait partie Gandhi. Pour eux, il faut éviter d'interrompre l'existence d'autrui. Cela va jusqu'à préserver le devenir de la moindre forme de vie, de la fourmi à la plante. En suivant cette perspective, il est donc évident que toute violence envers un autre peuple est inenvisageable.

Ces notions trouvent-elles leurs sources dans les textes originels du bouddhisme ?

Pas vraiment. On trouve une notion similaire, plus dépendante de ce que l'on appelle le karma. Dans cette vision du bouddhisme, nous sommes tous interdépendants. Chaque cause produit des effets. Ce que l'on fait a toujours un impact sur autrui. Si je fais quelque chose de négatif à autrui, cela peut avoir un impact négatif sur l'ensemble du monde.

Ce qui compte dans le bouddhisme, c'est l'intention. Si je décide d'être clairement non-violent et de ne pas réagir à une situation, je risque de provoquer des violences à un autre niveau de par mon attentisme. Le bouddhisme condamne cette attitude. Le Dalaï Lama a tenté d'appliquer cette idée à la lettre : il faut parfois agir. Le bien d'autrui et son éveil sont directement liés dans la poursuite d'une réduction des souffrances globales.

Dans cette interprétation du bouddhisme, la violence peut aussi être un moyen d'atteindre l'éveil. C'est le cas des samuraï : ils étaient bouddhistes, tout en développant une violence extrême. Pour eux, pourtant, il ne s'agissait pas de violence mais d'une quête d'une meilleure conscience. Le principe est le même que pour certaines expressions violentes du communisme, qui espérait y trouver une étape vers une société meilleure.

Ces logiques peuvent-elles justifier les violences qui secouent actuellement la Birmanie ou le Sri Lanka ?

En Asie du sud-est, le nationalisme s'est largement construit sur le rapport au bouddhisme. Certains régimes, extrêmement durs, se sont appuyés sur le clergé bouddhiste. Ca a été longtemps le cas en Birmanie.

Les événements actuels montrent surtout que ce n'est pas une question de bouddhistes ou non bouddhistes. Le problème relève surtout d'une instabilité identitaire dans toute la sous-région. Ce qui est inquiétant, c'est l'émergence d'un pan-nationalisme à l'échelle de toute cette partie de l'Asie, qui se tourne directement contre un islam qui devient le prétexte du sentiment d'insécurité identitaire et le moteur de violences interconfessionnelles graves.

C'est une bonne leçon pour nous qui imaginons les bouddhistes comme des surfeurs végétariens...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
SteakKnife
- 24/04/2013 - 11:55
@casanova
Jesus a chassé les marchands du temple en effet, et si j'étais aveuglé par la mauvaise foi comme vous, j'en déduirais que tous les chrétiens en tout temps et en tous lieux sont violents par nature.
casanova
- 23/04/2013 - 23:22
@ Thomas 13
Raphaël Liogier est celui qui a aussi écrit :
"L'islamisation de la France est un mythe" ....LOL !
Thomas13
- 23/04/2013 - 23:16
La conclusion ...
... est vraiment c...