En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 1 heure 58 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 32 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 22 heures 9 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 20 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 41 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 25 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 22 heures 29 min
Pas de rose sans épines

Primaires socialistes : l'impasse ?

Publié le 04 avril 2011
Faire émerger un candidat incontesté et capable de porter un programme idéologique novateur : tel est le pari des primaires pour un Parti socialiste en position de favori pour 2012 mais qui reste dans le flou.
Frédéric de Gorsse
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric de Gorsse est le pseudonyme d'un consultant en poste auprès du gouvernement.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Faire émerger un candidat incontesté et capable de porter un programme idéologique novateur : tel est le pari des primaires pour un Parti socialiste en position de favori pour 2012 mais qui reste dans le flou.

Depuis le retrait de Lionel Jospin, le 21 avril 2002, au soir de son échec au premier tour de l’élection présidentielle de 2002, le Parti socialiste a des idées et des personnalités mais n’a réellement ni programme, ni leader.

Sa bonne fortune électorale, liée aux succès de ses candidats dans les élections locales et à l’impopularité de Nicolas Sarkozy, renforce son problème : la nécessité, trop forte, d’un leadership, et celle, insuffisante, d’une « rénovation » idéologique.

Primaires socialistes : une comédie qui pourrait s'achever en tragédie

Les uns après les autres des sondages trompeurs le rappellent : une victoire à l’élection présidentielle est presque acquise, à condition de s’imposer au premier tour. Toutefois, dès lors que le casting prime, à première vue, sur les idées, le PS n'a peut-être pas intérêt à organiser ces primaires qui, par nature, vont mettre en évidence des rivalités et peut-être même des divisions. Mais puisque ce processus électoral a été proposé à l’opinion à la fois comme la manifestation de la rénovation du PS et du renouvèlement de son lien avec les Français, il apparaît impossible à présent pour les socialistes d'y renoncer.

Le jeu des protagonistes autour des primaires socialistes ressemble à une comédie qui pourrait s’achever en tragédie. Strauss-Kahn s’épuise dans sa position de favori condamné au silence et qui plait davantage à droite qu’à gauche, la montée en puissance de Martine Aubry exprime la résistance du parti face à un choix qui lui échapperait, Ségolène Royal, affaiblie, espère encore l’éveil du peuple tandis François Hollande cherche à imposer son heure après avoir renoncé à diriger le parti…

De véritables primaires fondées sur la confrontation de projets improbables, de simples primaires de confirmation impossibles : telle est la situation dans laquelle le PS s’est de lui-même placé, au risque de demeurer une alternative politique mal identifiée, et, pour finir, gâchée.

Le PS a-t-il tiré les leçons de l’expérience Ségolène Royal ? 

Pour 2012, le défi pour le PS est d’abord ne pas répéter les erreurs commises il y a cinq ans avec la désignation à la fois trop tardive et non assumée de sa candidate. Rappelons-nous la situation en 2006, celle de primaires fermées et subies : Ségolène Royal, saisissant mieux que ses concurrents d’alors les nouveaux ordres et les nouveaux modes de la démocratie d’opinion, s’imposa contre les caciques du parti qui, dès lors, spéculèrent sur son échec avec l’intention de l’écarter après la défaite.

Depuis 2007, tout se passe au PS comme s’il s’agissait de régler le cas Ségolène Royal. Pourtant si sa défaite fut nette, elle ne fut guère humiliante et donc pas définitive. Surtout, autant que la sienne, ce fut la défaite d’un parti dont elle n’avait pas toute la responsabilité.

Cette situation éclaire l'une des singularités du PS par rapport aux autres grands partis sociaux-démocrates et aux grands partis de gouvernement en Europe : l’étrange dissociation entre le chef du parti et le chef de file pour l’élection majeure. C’est un fait : la cohérence politique eût voulu qu’en 2007 Ségolène Royal obtînt en même temps et l’investiture à la présidentielle et la tête du parti, sauf à décider que le premier secrétaire d’alors devait être le candidat. En refusant d’accorder cette double légitimité, les dirigeants du PS se sont enfermés dans un piège, celui du conflit entre dogme partisan et foi électorale, ou pour parler comme Jaurès, entre la « vertu » de la « pensée socialiste » et « la lumière » du suffrage universel.

Quand le candidat socialiste à la présidentielle ne dirige pas le parti…

Voilà notre hypothèse : l’incapacité du PS à assumer un véritable « réformisme », ou toute autre ligne politique identifiée, tient à cette dissociation entre le chef du parti et le candidat et à cette désarticulation entre le lieu d’énonciation du programme et la parole de la personne chargée de le porter devant les électeurs.

Ce qui reste l’une des causes des échecs répétés du Parti socialiste à l’élection présidentielle est en fait le legs impensé de Lionel Jospin au PS : en déclarant, lors de la campagne présidentielle de 2002, « mon programme n’est pas socialiste », c’est Jospin qui établit la coupure entre le parti et le candidat, révélateur, d’une certaine manière, du chiasme plus profond entre la parole et l’action. Bref, la parole du parti est détachée de l’action de ses dirigeants, la proposition partisane coupée de la responsabilité gouvernementale.

Les primaires sont censées apporter une réponse à cette division dans le leadership et à cette séparation entre la parole et l’action. Pourtant le flou qui entoure ces primaires, tant du point de vue de leur sens que de leur organisation, sans parler des aspects juridiques, pose la question de savoir si le PS a réellement tiré les enseignements de 2002 et de 2007.

Et si les primaires se retournaient contre le PS ?

Dans les faits, tout indique que le PS se satisfait de la position mécaniquement dominante que lui assure la propension au bipartisme qui découle de la présidentialisation de la Vème République. Et ses succès lors des élections intermédiaires, le transformant en parti d’élus et de potentats locaux, ont renforcé sa paresse à renouveler le lien entre le parti socialiste et la société française. Cette position de force du PS est illusoire : par-delà de la défaite de l’UMP, les cantonales ont ainsi révélé l’absence de désir de l’électorat pour le PS et la persistance du risque d’une mauvaise surprise lors de la présidentielle.  D’où l’importance des primaires…

Mais il y a quelque chose de troublant dans l’organisation et le calendrier des ces primaires socialistes, à la fois allongées dans le temps, tardives et limitées à deux tours de scrutin resserrés en octobre. Le choix de cette procédure révèle toute l’ambiguïté des socialistes qui risquent de perdre en réalité la maîtrise de l’événement.

D’un côté, nombreux sont ceux qui entendent réduire ce troisième tour informel de l’élection présidentielle à un effet médiatique avalisant des arrangements internes plutôt qu’ouvrant un choix aventureux. Ce sont les fameuses « primaires de confirmation » qui n’ont pas été possibles… en 2006 ! Mais, d’un autre côté, en ouvrant le collège électoral, l’autre enjeu de ces primaires, qui ne concernent pas toutes les composantes de la gauche, c’est au fond de leur imposer la légitimité du candidat socialiste. Ces deux objectifs sont difficilement conciliables.

Un PS plus fragile qu'il n'y paraît

Il semble bien que, comme lors de la précédente présidentielle, les dirigeants socialistes se résolvent à contre cœur et par défaut à la logique des primaires. La preuve en est que tandis les citoyens de sensibilité de gauche auront à choisir le candidat socialiste en octobre, le projet de ce candidat quel qu’il soit aura été déjà rédigé à l’écart de l’opinion, et dévoilé en amont des primaires. Dans ce découplage entre l’élaboration du programme et la compétition ouverte pour l’investiture se joue la tension entre l’autorité du parti et la légitimité du suffrage.

Dans cette relation ambivalente avec la société se dévoile la véritable fragilité du PS, et, par-delà, l’un des maux de la politique française : cette séparation, que nous avons souligné, entre parole partisane et action gouvernementale, entre la politique en parole et la politique en acte. Et dans le cas du PS, le risque, c’est celui du double langage, entre le programme du parti et les idées du candidat, double langage qui a largement contribué à la défaite de Ségolène Royal en 2007…

La difficile quête du candidat socialiste à la présidentielle 2012

Une chose est certaine : le découplage entre l’élaboration du programme et la candidature ne peut pas tenir. D’ores et déjà, les primaires sont utilisées par ceux qui veulent se faire entendre dans le parti et s’imposer pour l’avenir, comme Manuel Valls ou Arnaud Montebourg, tandis que les véritables candidats à la présidentielle, de Ségolène Royal à François Hollande, et, bien sûr, Strauss-Kahn, ne se laisseront pas imposer le programme par le parti.

L’un des problèmes majeurs du PS réside dans la division du leadership et le découplage entre la responsabilité de diriger le parti et celle de conduire la présidentielle. En 2012 comme en 2007, la cohérence voudrait que la tête du PS soit la même personne que son candidat à la présidentielle, sauf à confirmer que (bien) gouverner la France serait sans rapport avec le fait de (bien) diriger le parti qui prétend au pouvoir. La seule question, en somme, est de savoir si le PS est encore en mesure de faire émerger celui ou celle qui sera capable, à la fois, d’avoir autorité sur le parti, de parler à l’ensemble de la gauche et proposer un projet désirable et crédible aux Français…

Faute de l’avoir trouvé, les socialistes se sont lancés dans le pari de ces primaires dont nul ne peut dire si elles marqueront un tournant dans la vie politique française au point de s’imposer par la suite à droite comme à gauche…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mahonnant
- 04/04/2011 - 21:46
Mouarf
> le Parti socialiste a des idées et des personnalités mais n’a réellement ni programme, ni leader.
Parce que l'UMP a un leader en ce moment ?
Mouarf
chateleine
- 04/04/2011 - 11:15
ps
le ps est toujours aussi ringard,toujours les emplois aides,a quand les 32h pour remplacer les 35h pauvre socialos toujours aussi dema a part taper sur sarkozy :en attendant heureusement que nous l,avions pendant la crise ,heureusement que lui ne reste pas cache derriere son bureau comme tus les presidents qui l,ont precede gauche droite confondu ,alors mo je dis bravo nicolas et merci
NOVY12
- 04/04/2011 - 09:33
La cacophonie
DSK, Hollande, Montebourg, Royal seront ils tous d'accord pour porter le projet socialiste qui est en fait celui de Martine Aubry .
A quoi ça sert de faire un projet si personne ne sait qui va le porter ?
De plus certains candidats aux primaires comme Hollande et Montebourg déclarent que quelque soit l'issue des primaires ils se maintiendront pour la Présidentielle avec leur programme !