En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Aucun membre du gouvernement ne possède de part dans l’entreprise, à l’exception de Laurent Fabius.
La confiance règne

Et la grande absente des déclarations de patrimoine de nos ministres est... l'entreprise

Publié le 16 avril 2013
La déclaration de patrimoine des ministres a révélé hier lundi qu’à l’exception de Laurent Fabius, aucun membre du gouvernement ne possède de part dans une entreprise.
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La déclaration de patrimoine des ministres a révélé hier lundi qu’à l’exception de Laurent Fabius, aucun membre du gouvernement ne possède de part dans une entreprise.

Atlantico : la déclaration de patrimoine des ministres, rendue publique hier, a révélé qu'aucun membre du gouvernement, à l'exception de Laurent Fabius, ne possédait de parts dans une entreprise. Comment l'expliquer malgré le fait qu'à l'inverse des pays scandinaves, il n'est pas illégal pour un ministre de posséder des actions en France ?

 

Aurélien Veron : quoiqu’éloignée des préoccupations des Français, la publication du patrimoine des ministres offre un aperçu instructif du profil des dirigeants politiques actuels. Leur patrimoine indique une aversion pour l’investissement dans l’entreprise (même si Michèle Delaunay dispose d’un compte titre PEA). Ils estiment probablement pas suffisamment rentable la détention de parts dans les entreprises : lorsque le rendement est important, le taux de taxation est démesuré (et risque de l'être encore davantage demain). En contrepartie, la probabilité de perte des capitaux n'est pas négligeable et ne donne alors pas droit à crédit d'impôt. Ces ministres ont finalement pas mal de bon sens lorsqu’il s’agit de leur propre argent.


Cela ne leur interdit pas d’être déconnectés de la réalité : dans le 7e arrondissement de Paris, la conjoncture économique, en partie nourrie par la dépense publique, est bonne. Ils ne peuvent s'imaginer que l'immobilier pourrait s'écrouler. Après tout, il y aura toujours des oligarques russes ou africains à convaincre de placer de l'argent détourné chez nous, il y aura toujours des règlementations et des dispositifs fiscaux à créer pour soutenir la demande.

 

Peut-on imaginer que certains aient préféré se défaire de leurs actions avant d'entrer en fonction afin d'éviter tout soupçon de conflits d'intérêts ?

 

La corruption trouvera toujours des voies pour se faufiler dans la vie politique. L’avidité d’une petite minorité s’adapte à tous les systèmes, même (et surtout) aux pires régimes communistes. Tant que les politiques auront une influence sur les affaires (agréments, règlementations faussant la concurrence, part excessive de la dépense publique dans le PIB), la corruption trouvera sa place en empruntant des parcours toujours nouveaux. Il est vain d'espérer qu'un jour les hommes seront tous honnêtes. Jérôme Cahuzac ne semblait-il pas être le plus sérieux de la bande ? Le meilleur remède à ce mal, c’est de recentrer l’Etat sur ses missions régaliennes au profit d’une concurrence débarrassée de l’arbitraire politico-bureaucratique, et de son potentiel négociable.

 

Peut-on parler d'une méfiance naturelle à l'égard de l'entrepreunariat et de la réussite de manière générale ?

 

L’entreprise est perçue par l’essentiel de la classe politique comme un mal nécessaire qui doit rester soumis au pouvoir politique et à l’arbitraire administratif. La réussite n’est pas mal vue pour autant, bien au contraire. Le prestige du pouvoir et son influence sur les commandes publiques ou sur les nominations à la direction de commissions ou d’entreprises publiques sont des objectifs importants dans une carrière politique. Celle-ci s’apparentant davantage à un parcours professionnel qu’à un engagement de conviction, la réussite sociale et financière y prend une place croissante. Surtout par comparaison avec ceux qui, issus des mêmes promotions des meilleures écoles, ont choisi et prospéré dans le secteur privé. Ce n’est pas un hasard si les instances offrant de confortables revenus complémentaires à ceux dont bénéficient les élus se sont multipliées ces dernières décennies. Si les revenus tirés de mandats sont plafonnés, les revenus connexes ne le sont pas.


Cette déconnexion entre le sens de la réussite dans le secteur privé et le secteur public n’est pas neutre. Elle choque de plus en plus les Français qui n’acceptent pas qu’on puisse faire une carrière politique pour autre chose que la seule recherche de l’intérêt général. S’ils comprennent qu’un entrepreneur performant gagne bien sa vie, ils acceptent de moins en moins la masse considérable de revenus plus ou moins publics que se versent les élus à eux-mêmes au travers d’officines opaques à l’utilité souvent discutable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

02.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

03.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Les épargnants français, bipolaires ?

06.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DavidDomTom
- 17/04/2013 - 20:47
L'entrepeunariat à la française
On comprend de plus en plus pourquoi nos jeunes n'ont plus l'esprit d'entreprendre quand ils voient que des politiciens et des hauts fonctionnaires qui n'ont rien fait de leur vie et se remplissent les poches sur le dos du contribuable, pendant ce temps les usines ferment et les retraités du privé s'appauvrissent. Ils regardent les dealers du coin qui se remplissent les poches sans bosser. Ils admirent des footballeurs qui se paient des salaires faramineux en s'amusant. Ils voudront s'investir ? Dans quoi ?
DavidDomTom
- 17/04/2013 - 20:37
L'entrepeunariat à la française
On comprend de plus en plus pourquoi nos jeunes n'ont plus l'esprit d'entreprendre quand ils voient que des politiciens et des hauts fonctionnaires qui n'ont rien fait de leur vie et se remplissent les poches sur le dos du contribuable, pendant ce temps les usines ferment et les retraités du privé s'appauvrissent. Ils regardent les dealers du coin qui se remplissent les poches sans bosser. Ils admirent des footballeurs qui se paient des salaires faramineux en s'amusant. Ils voudront s'investir ? Dans quoi ?
GREGOIRE.goumy
- 17/04/2013 - 17:22
un emploi dans le public = une dépense
C'est politiquement incorrect de dire cela depuis Miterrand mais c'est une évidence !
Je ne dis pas que c'est inutile (cf police de terrain, infirmière, aides soignantes) mais il faut y penser quand on crée des Agences, des commissions, des institutions, des machin- tions et des embauches de fonctionnaires toujours plus.
Si on arrêtait de se voiler la face, on progresserait. On regarderait l'entreprise avec beaucoup de bienveillance : le moteur de la santé économique d'un pays.. Je suggère que ces gens du gouvernement et leur conseiller aillent faire des stages de formation en entreprise en commençant par un stage ouvrier, et ainsi de suite jusqu'au niveau de management. Monsieur Fabius, expliquez leur ce qu'est une entreprise. Votre mine fatiguée, désabusée en dit long !