En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 17 min 32 sec
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 1 heure 7 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 3 heures 45 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 9 heures 17 min
décryptage > International
Leçons de la crise sanitaire

Et si Trump avait raison sur la Chine

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 20 heures 22 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 42 min 40 sec
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 2 heures 49 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 4 heures 39 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 8 heures 58 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 20 heures 46 min
© Reuters
L’affaire Cahuzac trahit avant tout la faillite et l’opacité de la haute administration.
© Reuters
L’affaire Cahuzac trahit avant tout la faillite et l’opacité de la haute administration.
Le compte n'y est pas

Derrière l’opération patrimoine, l’impossible moralisation de la haute administration

Publié le 16 avril 2013
Pourquoi la publication du patrimoine des ministres est un arsenal administratif improvisé, inopérant et dangereux.
 Alexandre Vesperini est conseiller de Paris, délégué auprès du maire du 6ème. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Vesperini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Alexandre Vesperini est conseiller de Paris, délégué auprès du maire du 6ème. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pourquoi la publication du patrimoine des ministres est un arsenal administratif improvisé, inopérant et dangereux.

"La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson". C’est par cette réplique placée dans la bouche d’Alain Delon par Michel Audiard que se clôt l’un des meilleurs navets du début des années 80, Mort d’un pourri. Si le temps s’est chargé de faire oublier ce nanar politico-viril du cinéma français, le "tous pourris" n’a fait que prospérer au fil des années, avec l’affaire Cahuzac comme dernière actualité. La gravité de ce scandale est telle que nos ministres ont pris sur eux de rendre public leur patrimoine. Si elle s’avère très vendeuse pour les médias et si elle permet au gouvernement de faire diversion par rapport aux enjeux économiques et sociaux, cette réponse aurait cependant dû être repensée. Il y a en effet largement de quoi s’interroger sur les avantages de passer au Meilleur des mondes en politique.

Grâce à la multiplication des déclarations patrimoniales, on sait désormais que la ministre du Logement et les dirigeants écologistes roulent en voiture et non en vélo, que la majorité de nos élus ne sait pas épargner ou investir et qu’une infime minorité de nos représentants a effectué sa carrière dans le secteur privé avant de se lancer en politique.

Et enfin grâce à l’affaire Cahuzac, on aura vu à nouveau surgir les propos toujours pertinents d’Eva Joly, affirmant qu’il était utile de savoir si un  responsable politique possédait un yacht ou un kayak, comme l’ancienne candidate écologiste à la présidentielle. 

Tout cet emballement en faveur de la déclaration de patrimoine est-il cependant la solution au problème posé par le "scandale Cahuzac" ? Rien n’est moins sûr.

Cette mesure est une triple erreur : d’une part, elle n’empêchera pas de soustraire des fonds douteux aux déclarations officielles, comme l’avait fait Jérôme Cahuzac à sa prise de fonctions et dans son désormais célèbre discours à l’Assemblée nationale ; d’autre part, les salariés du secteur privé seront encore un peu plus dissuadés d’entrer dans un champ politique déjà dominé par les fonctionnaires, qui leur promettra ainsi la suspicion en plus de la précarité financière ; enfin, cette décision lance une course à la transparence dont on n’ose imaginer l’aboutissement en terme d’état de droit.

Cédant à la pression médiatique, le gouvernement créé finalement un dangereux précédent puisqu’il va faire de la richesse personnelle un élément d’appréciation de l’action publique. Ce n’est donc pas vers le modèle norvégien d’aujourd’hui, mais vers la Terreur de 1793 qu’on s’oriente.

Inopérant, dangereux et improvisé, ce nouvel arsenal législatif ne vise pas la bonne cible, puisque l’affaire Cahuzac trahit avant tout la faillite et l’opacité de l’administration, comme le montrent les difficultés du Parlement à faire la lumière sur l’enquête menée par Bercy, suite aux révélations de Mediapart.

Quelques idées pourraient être bien plus utilement creusées afin d’assurer un meilleur contrôle démocratique, mais se concentrent sur l’appareil technocratique et non sur la classe politique.

Premièrement, la légitimité des grands corps, qui peut légitimement nous interroger : est-il normal que le Conseil d’Etat soit en même temps le conseiller juridique du gouvernement et le garant de la légalité administrative, c’est à dire juge et partie des litiges entre les institutions et les citoyens ? Peut-on encore admettre autant de nominations au tour extérieur, qui bien souvent tiennent plus aux copinages qu’aux compétences des intéressés ? Est-il encore justifié que les membres du Conseil d’Etat soient exempts de tout contrôle, alors que même les magistrats à la Cour de cassation peuvent passer devant le Conseil supérieur de la magistrature ?

Deuxièmement, la clarification de l’action publique : contrairement aux engagements pris par le gouvernement Ayrault sur la baisse des dépenses, on peut se demander s’il est vraiment nécessaire de créer au sein du quai d’Orsay un poste d’ambassadeur économique pour la région Limousin, à l’heure de la coopération décentralisée. Par ailleurs, il est grand temps qu’un portail public puisse permettre au citoyen de connaître les salaires des patrons des grandes directions ministérielles et des personnalités missionnées par le gouvernement. Attendue par une grande partie de nos concitoyens, cette publicité serait très utile pour supprimer les comités Théodule innombrables et les postes d’ambassadeurs thématiques, dont le coût faramineux est supporté par les contribuables et non par une industrie corruptrice, n’en déplaise à Jean-Luc Mélenchon.

Troisièmement, l’indépendance des administrations chargées du contrôle de l’Etat : ne devrait-on pas ainsi rapprocher plus fortement la Cour des comptes du Parlement, en mettant fin à l’emprise de l’Elysée sur l’institution précisément chargée d’auditer les comptes de la présidence de la République ? Quant aux aller-retours entre organismes de contrôle d’une part et administrations et entreprises publiques d’autre part, la question des conflits d’intérêts et de l’entre-soi corporatiste appelle des vraies réponses plutôt que des chartes et des bonnes intentions jargonnantes, auxquelles le citoyen ne comprend évidemment presque rien.

Le scandale Cahuzac implique donc une opération transparence de la haute administration, bien plus que la vie politique, dont le cadre normatif est déjà très riche et contraignant.

Ces pistes vers la moralisation l’administration ne seront malheureusement pas suivies car bien souvent, les hommes et les femmes qui nous gouvernent croient à la sagesse de la haute fonction publique comme on croyait au XIXème siècle à l’infaillibilité pontificale.

Depuis que la République est fondée sur l’état de droit, nous élisons nos représentants pour ce qu’ils font et non pour ce qu’ils ont. Hélas, la loi qui sera discutée à l’été devrait affaiblir cette règle.

Doit-on comprendre que nos ministres ont décidé de se mettre à nu pour compenser l’illisibilité de la politique gouvernementale ? Ce qui est d’une évidente clarté, c’est qu’en prenant de pareilles décisions, ils courent le risque de fragiliser leur carrière personnelle, et bien plus grave encore, la qualité du lien démocratique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pemmore
- 17/04/2013 - 13:41
Les Français ne savent plus défendre leurs salaires,
la moindre grève et ça hurle comme veaux, ce qui fait qu'il n'y a plus d'argent à dépenser, plus d'impôts qui rentrent, donc du chômage.
Pendant ce temps-la les entreprises achètent en Allemagne des machines, faut bien jeter les vieilles, il n'y a plus de maintenance.
Et les fonds de pension américains se régalent.
Que fait l'administration?
A son habitude elle décrète qu'il y a plus d'argent, augmente leurs salaires laisse partir les retraités + tôt et leur paye des heures sup.
C'est une forme de cancer économique qui consomme l'intégralité de la tva. (taxe volée pour l'administration).
Avec la territorialisation intégrale, on y verra bien plus clair.
On saura qui fait quoi et évidement pas question de donner plus que dans le privé,.
laïcité
- 17/04/2013 - 10:17
L'exemple devrait venir d'en haut !
tout d'abord 400 députés et 100 sénateurs serait bien suffisant!...N'oublions pas que parmi les pays développés, nous sommes les champions du monde du nombre de grands élus (députés+ sénateurs ) rapporté au nombre d'habitants!...En suite il faudrait un sérieux "dégraissage" dans une haute fonction publique qui est pléthorique et dans les administrations territoriales!...Par contre ne pas diminuer le nombre de fonctionnaires voire plutôt l'augmenter chez les infirmières et aides soignantes, chez les policiers et enseignants. Mais toute cette énarchie qui nous donne soit les politiques soit les bataillons de la haute fonction publique est l'équivalent de la noblesse de l'ancien régime et c'est donc une "forteresse" à laquelle il est bien difficile de s'attaquer !
durnak
- 16/04/2013 - 20:49
Gauche caviar
Franchement, je m'en fous de savoir ce qu'ils ont. Tous ceux qui ont au moins un représentant de la gauche caviar dans leurs relations (je sais, j'ai honte !), savent que ce sont de grands consommateurs de conseils fiscaux, en gestion de patrimoine etc..
Ils ont déclaré ce qu'ils n'ont pas pu planquer. même principe que d'avoir un os à ronger à donner aux douaniers lorsqu'on passe au contrôle.
On peut passer aux choses sérieuses maintenant ?