En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 3 heures 49 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 6 heures 20 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 10 heures 7 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 10 heures 53 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 4 heures 16 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 9 heures 42 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 10 heures 2 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 10 heures 47 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 10 heures 54 min
© Reuters
Le gouvernement a fait passer le projet de loi Taubira à main levée.
© Reuters
Le gouvernement a fait passer le projet de loi Taubira à main levée.
Tel Théodose II

Vote sur le mariage homosexuel : le nouveau brigandage d'Ephèse

Publié le 16 avril 2013
C'est parce qu’il n’avait pas la majorité au Sénat que le gouvernement a fait passer le projet de loi Taubira à main levée.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est parce qu’il n’avait pas la majorité au Sénat que le gouvernement a fait passer le projet de loi Taubira à main levée.

Seuls les spécialistes de l’Antiquité tardive savent ce que fut le « brigandage d’Ephèse ».  Réunissant en 449 un concile réticent, l’empereur byzantin Théodose II  utilisa tous les moyens en sa possession : exclusion de la salle de réunion, intimidation, manipulation du  vote pour obtenir l’approbation des thèses  christologiques qui avaient sa faveur. Ce concile n’a finalement pas été  reconnu par la tradition.

C’est un peu ce qui s’est passé au Sénat le vendredi 12 avril  lors du vote de la loi en faveur du « mariage »  dit pour tous. Le gouvernement a fait adopter  le projet par la Haute-Assemblée en  décidant brusquement un vote à main levée qui a pris tout le monde de court.  Même légale, cette procédure n’en est  pas moins étonnante,  d‘abord par sa soudaineté,  mais surtout par son caractère expéditif, eu égard à l’importance du texte que Mme Taubira elle–même n’hésite pas à appeler un « changement de civilisation » !  Plus étonnant  encore : depuis une semaine que durait le débat au Sénat,  tant les motions de procédure qu’au moins une vingtaine d’amendements avaient fait l’objet d’un vote par scrutin public, lequel permet, non seulement à tous les députés de voter, fut-ce  par procuration,  mais aussi au public de savoir précisément qui   a voté quoi. Si des amendements mineurs avaient fait ainsi l’objet de procédures formelles,  a fortiori pouvait-on s’attendre à ce qu’il en soit de même  pour le vote sur l’ensemble du texte.

Mais il y a plus : le  décompte des voix ayant été fait très vite, le président du Sénat,  en violation du règlement,  s’en remet aux présidents de groupe (dont aucun n’a objecté) pour lui communiquer ultérieurement  le détail des votes !

 

Une manœuvre cynique

Première réflexion qu’inspire ce vote « à la hussarde » : si le gouvernement a procédé de cette manière, c’est qu’il n’était pas du tout sûr d’avoir une majorité  au Sénat sur  la  loi organisant le  « mariage »  entre personnes du même sexe. 

Certes,  il avait disposé à presque tous les scrutins intermédiaires, d’une majorité d’une vingtaine de voix. Mais  cette majorité n’avait été obtenue que grâce à la  défection d’une quinzaine de sénateurs  de droite, s’abstenant ou votant avec le gouvernement,   et parce que le groupe socialiste (comme  le groupe communiste) déclarait régulièrement 128  voix pour sur 128 membres, incluant d’autorité tous les dissidents,  en particulier la dizaine de sénateurs de gauche d’outre-mer qui avait dit et répété dans leur circonscription qu’ils  ne voteraient jamais  ce texte.

Plusieurs de ces derniers semblent s’être  ressaisis au cours des dernières heures du débat, et, craignant à juste titre  les réactions des élus et de la population de leur département,  n’avaient pas l’intention de voter le texte dans sa globalité.    La droite était dès lors tenue de resserrer les rangs pour éviter que    le résultat final du scrutin ne  fasse apparaitre que le texte était passé grâce à elle, ce qui eut été d’un effet désastreux aux yeux de son électorat,  surtout à un moment où  l’opinion tend à s’en prendre  non seulement  aux  élus socialistes mais à   la    classe politique dans son ensemble.

Le vote à main levée, à condition d’en choisir bien le moment, permettait, non élément de s’assurer une majorité,   mais encore de donner un alibi aux sénateurs d’outre-mer pour ne  pas participer  au vote, tout en exonérant la droite de l’avoir laissé  passer.

Une telle manœuvre est certes  bien dans le style de  l’actuel président du Sénat, Jean-Pierre Bel, apparatchik brutal et sectaire,  très éloigné du radicalisme cassoulet que pourrait évoquer  sa qualité de sénateur de l’Ariège. Mais il est vraisemblable qu’elle a été conçue plus haut. Qui ne voit que le cynisme  qui sous-tend ce genre de manœuvre  est  bien de même nature que celui que l’on fustige chez un Cahuzac ?

Il n’en reste pas moins étonnant qu’aucun des responsables des  groupes  de l’opposition n’ait    demandé le scrutin public comme c’était possible.  Ceux qui écartent  l’  hypothèse que droite   sénatoriale ait été d’accord dès le début pour que le texte  soit voté, ne peuvent s’empêcher de voir là, pour le moins,   la marque d’une grave  incompétence. Quoi qu’il en soit, le  Sénat dans son ensemble n’en sortira pas grandi.

 

Une erreur politique

La deuxième leçon à tirer de ce quasi coup d’état est que le gouvernement est décidé plus que jamais à aller jusqu’au bout  du vote de la loi Taubira et cela par tous  les moyens, y compris les artifices de procédure le plus critiquables.

D’autant que l’on apprend dans la foulée qu’il compte accélérer la procédure :  le nouveau passage à l’Assemblée nationale est  prévu dès mercredi prochain:  l’Assemblée se ralliant , selon toute probabilité, aux amendements du Sénat , le vote sera alors  définitivement acquis. 

Cette obstination relève-t-elle de la tactique politicienne ? A-t-elle pour but de faire oublier  l’affaire Cahuzac  et l’envol du chômage,  d’  inscrire à l’actif du gouvernement au moins une réforme  importante ? S’agit-il, parmi tant de déçus,  de  satisfaire au moins une clientèle,  le  lobby  dit « gay » ( et tout ce qu’il y a derrière , telles les multinationales américaines qui  financent Terra nova , les mêmes qui s’activent actuellement   pour que la Cour suprême rende obligatoire le « mariage   gay » aux Etats-Unis )  ?

Si tel est le cas, ces calculs sont tous faux. Ce qui sera ressenti par des centaines de milliers d’anti-mariage unisexe  comme une nouvelle magouille n’est  pas prêt à faire  oublier  l’affaire Cahuzac, bien  au contraire.   Le lobby « gay »  ne représente pas grand-chose, surtout si on en soustrait tous les permanents vivant de fonds publics ou des subsides de Pierre Bergé.  Beaucoup d’homosexuels   sentant combien le vote de cette loi à la hussarde risque de faire monter  l’homophobie, la vraie celle-là.  D’autre part, loin d’apaiser les esprits,    l’adoption définitive de la loi   apparaitra  comme une profonde humiliation pour ses  opposants, qui mettront dès lors  toute leur énergie à faire battre les socialistes (et les éventuels dissidents de droite !) aux prochaines échéances électorales. Loin d’être « digérée » par l’opinion, cette loi va continuer d’alimenter  les rancœurs et  la division de la société française (qu’  il revenait au président de la République de  rassembler !).

S’il est vrai que les sondages ont longtemps donné le mariage homosexuel majoritaire dans  l’opinion,   beaucoup de gens,   pris à froid,  répondant en fonction de ce qu’attend   le politiquement correct médiatique,  cette majorité est en train de s’inverser depuis que le débat est lancé et que chacun a eu  le temps d’approfondir le sujet. Il est clair en tous cas que, si on ne dénombre que les très convaincus, les opposants surclassent de très loin  les partisans de la loi Taubira,   comme l’a  montré l’ampleur des récentes  manifestations.

Pour un gouvernement accablé par les sujets de mécontentement comme c’est le cas aujourd’hui, il aurait même été de  bonne politique,  à s’en tenir à la stricte logique politicienne, de crainte que tous les mécontents ne se conjuguent dans la rue, de relâcher la pression. Laisser  le projet Taubira échouer au Sénat    eut été   pour cela un moyen élégant,   pas  déshonorant pour lui.

 

La fureur idéologique

Non, si le gouvernement  s’obstine envers et contre tout  à faire passer ce projet en force, c’est qu’il est aveuglé par la fureur  idéologique.

Un projet qui ne  vise qu’à  faire reconnaitre un principe absurde : le déni de la    sexuation de l’  espèce humaine, comme jadis on voulait  éradiquer  l’instinct de propriété  ou l’instinct religieux (ce qui pourrait bien revenir à l’ordre du jour !), est un projet  idéologique. Nous avons affaire à un gouvernement d’idéologues  sur  ce sujet ;  il pourrait l’être bientôt   sur d’autres.

Un projet idéologique ne vise, contrairement à ce que  prétendent ses promoteurs, à régler aucun problème, à  abolir aucune injustice véritable,  seulement à  affirmer un principe philosophique faux, et cela  au prix de terribles effets pervers. Heurtant le  sens commun comme le sentiment profond du peuple,  voire la morale commune chère à Jules Ferry, il ne tolère aucun compromis et, entouré d’une hostilité croissante, amène nécessairement le pouvoir  à se raidir.

« Possédé »  par l’idéologie, un gouvernement de cette nature est prêt à tout sacrifier pour répondre à la logique folle de l’  « idée » qui s’est emparée de lui : la démocratie   en l’occurrence, sinon dans sa  lettre, du moins dans son  esprit),  la république,   l’unité nationale. C’est  dès lors à  un régime de type nouveau que nous avons  affaire. Sachons-le : tous les coups lui sont permis. Cela  jusqu’à ce que  le peuple juge, à son tour,  que, pour en finir avec  cette logique folle,  tous les coups lui sont, à lui  aussi,  permis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (130)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
init6a
- 16/04/2013 - 17:31
le meilleur des mondes
Reproduction, procréation : Monsanto et PMA, même combat ?
du blé aux enfants humains, rien de naturel, tout doit se payer, tout marchandisé ?
Kulashaker
- 15/04/2013 - 23:25
@ Colchique
Oui car pour les communistes, ce n'est pas étonnant. Je me rappelle d'un reportage sur la RDA (l'Allemagne de l'Est) où l'on faisait des émissions sur la sexualité infantile et adolescente (la libération sexuelle) sur la télévision officielle du régime communiste.

Où l'on voyait que les communistes sont en fait des progressistes en matière de moeurs.
Colchique
- 15/04/2013 - 22:17
Pas seulement le parti socialiste,
mais tous les partis de gauche : PCF, FDG et NPA inclus, tous veulent ce mariage !