En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

07.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 20 min 38 sec
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 48 min 20 sec
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 1 heure 9 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 16 heures 20 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 17 heures 47 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 18 heures 19 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 20 heures 56 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 21 heures 43 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 23 heures 16 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 1 jour 14 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 42 min 20 sec
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 57 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 1 heure 24 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 16 heures 34 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 18 heures 3 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 18 heures 56 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 21 heures 13 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 22 heures 9 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 23 heures 33 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 1 jour 20 min
© Reuters
Le gouvernement a fait passer le projet de loi Taubira à main levée.
© Reuters
Le gouvernement a fait passer le projet de loi Taubira à main levée.
Tel Théodose II

Vote sur le mariage homosexuel : le nouveau brigandage d'Ephèse

Publié le 16 avril 2013
C'est parce qu’il n’avait pas la majorité au Sénat que le gouvernement a fait passer le projet de loi Taubira à main levée.
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est parce qu’il n’avait pas la majorité au Sénat que le gouvernement a fait passer le projet de loi Taubira à main levée.

Seuls les spécialistes de l’Antiquité tardive savent ce que fut le « brigandage d’Ephèse ».  Réunissant en 449 un concile réticent, l’empereur byzantin Théodose II  utilisa tous les moyens en sa possession : exclusion de la salle de réunion, intimidation, manipulation du  vote pour obtenir l’approbation des thèses  christologiques qui avaient sa faveur. Ce concile n’a finalement pas été  reconnu par la tradition.

C’est un peu ce qui s’est passé au Sénat le vendredi 12 avril  lors du vote de la loi en faveur du « mariage »  dit pour tous. Le gouvernement a fait adopter  le projet par la Haute-Assemblée en  décidant brusquement un vote à main levée qui a pris tout le monde de court.  Même légale, cette procédure n’en est  pas moins étonnante,  d‘abord par sa soudaineté,  mais surtout par son caractère expéditif, eu égard à l’importance du texte que Mme Taubira elle–même n’hésite pas à appeler un « changement de civilisation » !  Plus étonnant  encore : depuis une semaine que durait le débat au Sénat,  tant les motions de procédure qu’au moins une vingtaine d’amendements avaient fait l’objet d’un vote par scrutin public, lequel permet, non seulement à tous les députés de voter, fut-ce  par procuration,  mais aussi au public de savoir précisément qui   a voté quoi. Si des amendements mineurs avaient fait ainsi l’objet de procédures formelles,  a fortiori pouvait-on s’attendre à ce qu’il en soit de même  pour le vote sur l’ensemble du texte.

Mais il y a plus : le  décompte des voix ayant été fait très vite, le président du Sénat,  en violation du règlement,  s’en remet aux présidents de groupe (dont aucun n’a objecté) pour lui communiquer ultérieurement  le détail des votes !

 

Une manœuvre cynique

Première réflexion qu’inspire ce vote « à la hussarde » : si le gouvernement a procédé de cette manière, c’est qu’il n’était pas du tout sûr d’avoir une majorité  au Sénat sur  la  loi organisant le  « mariage »  entre personnes du même sexe. 

Certes,  il avait disposé à presque tous les scrutins intermédiaires, d’une majorité d’une vingtaine de voix. Mais  cette majorité n’avait été obtenue que grâce à la  défection d’une quinzaine de sénateurs  de droite, s’abstenant ou votant avec le gouvernement,   et parce que le groupe socialiste (comme  le groupe communiste) déclarait régulièrement 128  voix pour sur 128 membres, incluant d’autorité tous les dissidents,  en particulier la dizaine de sénateurs de gauche d’outre-mer qui avait dit et répété dans leur circonscription qu’ils  ne voteraient jamais  ce texte.

Plusieurs de ces derniers semblent s’être  ressaisis au cours des dernières heures du débat, et, craignant à juste titre  les réactions des élus et de la population de leur département,  n’avaient pas l’intention de voter le texte dans sa globalité.    La droite était dès lors tenue de resserrer les rangs pour éviter que    le résultat final du scrutin ne  fasse apparaitre que le texte était passé grâce à elle, ce qui eut été d’un effet désastreux aux yeux de son électorat,  surtout à un moment où  l’opinion tend à s’en prendre  non seulement  aux  élus socialistes mais à   la    classe politique dans son ensemble.

Le vote à main levée, à condition d’en choisir bien le moment, permettait, non élément de s’assurer une majorité,   mais encore de donner un alibi aux sénateurs d’outre-mer pour ne  pas participer  au vote, tout en exonérant la droite de l’avoir laissé  passer.

Une telle manœuvre est certes  bien dans le style de  l’actuel président du Sénat, Jean-Pierre Bel, apparatchik brutal et sectaire,  très éloigné du radicalisme cassoulet que pourrait évoquer  sa qualité de sénateur de l’Ariège. Mais il est vraisemblable qu’elle a été conçue plus haut. Qui ne voit que le cynisme  qui sous-tend ce genre de manœuvre  est  bien de même nature que celui que l’on fustige chez un Cahuzac ?

Il n’en reste pas moins étonnant qu’aucun des responsables des  groupes  de l’opposition n’ait    demandé le scrutin public comme c’était possible.  Ceux qui écartent  l’  hypothèse que droite   sénatoriale ait été d’accord dès le début pour que le texte  soit voté, ne peuvent s’empêcher de voir là, pour le moins,   la marque d’une grave  incompétence. Quoi qu’il en soit, le  Sénat dans son ensemble n’en sortira pas grandi.

 

Une erreur politique

La deuxième leçon à tirer de ce quasi coup d’état est que le gouvernement est décidé plus que jamais à aller jusqu’au bout  du vote de la loi Taubira et cela par tous  les moyens, y compris les artifices de procédure le plus critiquables.

D’autant que l’on apprend dans la foulée qu’il compte accélérer la procédure :  le nouveau passage à l’Assemblée nationale est  prévu dès mercredi prochain:  l’Assemblée se ralliant , selon toute probabilité, aux amendements du Sénat , le vote sera alors  définitivement acquis. 

Cette obstination relève-t-elle de la tactique politicienne ? A-t-elle pour but de faire oublier  l’affaire Cahuzac  et l’envol du chômage,  d’  inscrire à l’actif du gouvernement au moins une réforme  importante ? S’agit-il, parmi tant de déçus,  de  satisfaire au moins une clientèle,  le  lobby  dit « gay » ( et tout ce qu’il y a derrière , telles les multinationales américaines qui  financent Terra nova , les mêmes qui s’activent actuellement   pour que la Cour suprême rende obligatoire le « mariage   gay » aux Etats-Unis )  ?

Si tel est le cas, ces calculs sont tous faux. Ce qui sera ressenti par des centaines de milliers d’anti-mariage unisexe  comme une nouvelle magouille n’est  pas prêt à faire  oublier  l’affaire Cahuzac, bien  au contraire.   Le lobby « gay »  ne représente pas grand-chose, surtout si on en soustrait tous les permanents vivant de fonds publics ou des subsides de Pierre Bergé.  Beaucoup d’homosexuels   sentant combien le vote de cette loi à la hussarde risque de faire monter  l’homophobie, la vraie celle-là.  D’autre part, loin d’apaiser les esprits,    l’adoption définitive de la loi   apparaitra  comme une profonde humiliation pour ses  opposants, qui mettront dès lors  toute leur énergie à faire battre les socialistes (et les éventuels dissidents de droite !) aux prochaines échéances électorales. Loin d’être « digérée » par l’opinion, cette loi va continuer d’alimenter  les rancœurs et  la division de la société française (qu’  il revenait au président de la République de  rassembler !).

S’il est vrai que les sondages ont longtemps donné le mariage homosexuel majoritaire dans  l’opinion,   beaucoup de gens,   pris à froid,  répondant en fonction de ce qu’attend   le politiquement correct médiatique,  cette majorité est en train de s’inverser depuis que le débat est lancé et que chacun a eu  le temps d’approfondir le sujet. Il est clair en tous cas que, si on ne dénombre que les très convaincus, les opposants surclassent de très loin  les partisans de la loi Taubira,   comme l’a  montré l’ampleur des récentes  manifestations.

Pour un gouvernement accablé par les sujets de mécontentement comme c’est le cas aujourd’hui, il aurait même été de  bonne politique,  à s’en tenir à la stricte logique politicienne, de crainte que tous les mécontents ne se conjuguent dans la rue, de relâcher la pression. Laisser  le projet Taubira échouer au Sénat    eut été   pour cela un moyen élégant,   pas  déshonorant pour lui.

 

La fureur idéologique

Non, si le gouvernement  s’obstine envers et contre tout  à faire passer ce projet en force, c’est qu’il est aveuglé par la fureur  idéologique.

Un projet qui ne  vise qu’à  faire reconnaitre un principe absurde : le déni de la    sexuation de l’  espèce humaine, comme jadis on voulait  éradiquer  l’instinct de propriété  ou l’instinct religieux (ce qui pourrait bien revenir à l’ordre du jour !), est un projet  idéologique. Nous avons affaire à un gouvernement d’idéologues  sur  ce sujet ;  il pourrait l’être bientôt   sur d’autres.

Un projet idéologique ne vise, contrairement à ce que  prétendent ses promoteurs, à régler aucun problème, à  abolir aucune injustice véritable,  seulement à  affirmer un principe philosophique faux, et cela  au prix de terribles effets pervers. Heurtant le  sens commun comme le sentiment profond du peuple,  voire la morale commune chère à Jules Ferry, il ne tolère aucun compromis et, entouré d’une hostilité croissante, amène nécessairement le pouvoir  à se raidir.

« Possédé »  par l’idéologie, un gouvernement de cette nature est prêt à tout sacrifier pour répondre à la logique folle de l’  « idée » qui s’est emparée de lui : la démocratie   en l’occurrence, sinon dans sa  lettre, du moins dans son  esprit),  la république,   l’unité nationale. C’est  dès lors à  un régime de type nouveau que nous avons  affaire. Sachons-le : tous les coups lui sont permis. Cela  jusqu’à ce que  le peuple juge, à son tour,  que, pour en finir avec  cette logique folle,  tous les coups lui sont, à lui  aussi,  permis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (130)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
init6a
- 16/04/2013 - 17:31
le meilleur des mondes
Reproduction, procréation : Monsanto et PMA, même combat ?
du blé aux enfants humains, rien de naturel, tout doit se payer, tout marchandisé ?
Kulashaker
- 15/04/2013 - 23:25
@ Colchique
Oui car pour les communistes, ce n'est pas étonnant. Je me rappelle d'un reportage sur la RDA (l'Allemagne de l'Est) où l'on faisait des émissions sur la sexualité infantile et adolescente (la libération sexuelle) sur la télévision officielle du régime communiste.

Où l'on voyait que les communistes sont en fait des progressistes en matière de moeurs.
Colchique
- 15/04/2013 - 22:17
Pas seulement le parti socialiste,
mais tous les partis de gauche : PCF, FDG et NPA inclus, tous veulent ce mariage !