En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

07.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 4 heures 1 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 6 heures 59 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 7 heures 49 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 20 heures 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 1 jour 3 heures
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 3 heures 12 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 7 heures 20 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 20 heures 18 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 21 heures 9 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
François Hollande passe à l'action.
© Reuters
François Hollande passe à l'action.
Mais ou va-t-on ?

Moralisation de la vie publique : tout sur les sous-titres et les arrières-pensées de la pagaille post-Cahuzac

Publié le 11 avril 2013
En ce moment la vie politique ressemble à un casino où "Rien ne va plus",avant "Tout fout le camp".
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En ce moment la vie politique ressemble à un casino où "Rien ne va plus",avant "Tout fout le camp".

Comme si le tremblement de terre de "l’affaire Cahuzac" n’en finissait pas de provoquer des ondes de choc. ça craque de toutes parts .Le triste spectacle offert par les députés aux séances de Questions d’Actualité  n’est que le reflet de ce profond malaise, mélange de révolte contre le « tous pourris » qui monte dans le pays et de leur impuissance face à la crise économique et un pouvoir politique ébranlé.

Les élus de droite l’expriment sans retenue dans l’hémicycle : pour eux les mesures en faveur de la moralisation de la vie politique « ne sont pas la bonne réponse au problème ». Mais leurs réactions bruyantes ne sont que l’expression de leur propre malaise car ils savent bien que « l’opposition républicaine ne profite pas de la faiblesse du PS » comme le souligne Jean-Pierre Raffarin. L’ancien Premier ministre reconnait la nécessité de textes notamment sur les conflits d’intérêts, mais, ajoute-t-il « aujourd’hui on a surtout besoin d’emplois ». Devenu « Envoyé spécial du président de la République pour les relations économiques entre la France et l’Algérie », il se pose davantage en observateur qu’en acteur à droite et déplore « la vision très dégradée que le monde a de la France ». A l’UMP, où les relations entre Jean-François Copé et François Fillon sont loin d’être pacifiées, les amis du premier raillent l’empressement de ceux qui se sont empressés de rendre leur patrimoine public. Dans leur viseur, Laurent Wauquiez et François Fillon lui-même, puisque l’ancien Premier ministre, soucieux de soigner son image, est allé sur France 2 pour détailler la composition de son patrimoine dès que les premières divulgations ont fait leur apparition sur les blogs. De son coté, Jean-Louis Borloo, qui a obtenu satisfaction avec la création d’une commission d’enquête (ce qui implique  le témoignage sous serment des personnes auditionnées) sur « Qui savait quoi » dans l’affaire Cahuzac, clame à l’envie que « l ‘heure est grave ».

Quant aux élus de Gauche, s’ils applaudissent globalement à la volonté de moraliser la vie politique, et approuvent sans réserve le renforcement des mesures pour lutter contre la fraude fiscale et les conflits d’intérêts, comme ils saluent un dispositif qui «permettrait à la France de rattraper son retard par rapport aux autres pays européens », ils se divisent eux aussi sur l’opportunité de divulguer leur patrimoine sur la place publique.

Les opposants à cette publication ont reçu l’appui du président de l’Assemblée, Claude Bartolone,  dont la prise de position dans le « Figaro » est sans ambiguïté : « la dérive individuelle de M. Cahuzac ne doit pas déboucher sur une culpabilité collective. Je mets en garde contre toute initiative qui viendrait alimenter le populisme. Déclarer, contrôler, sanctionner, c'est de la transparence. Rendre public, c'est du voyeurisme. L'émotion d'un moment ne doit pas aboutir à ce que les députés soient jetés en pâture. La France compte des milliers d'élus. Des gens modestes, honnêtes, qui travaillent parfois bénévolement, font des sacrifices. Ne leur faisons pas payer la faillite morale d'un homme ». Et il prévient : « Le Parlement aura à dire son mot sur ce texte ». Autrement dit, le projet  présenté par François Hollande ne sera pas voté en l’état et en sous-entendu « Ne comptez pas sur moi pour le faire passer ». Est-ce à dire que l’on va carrément vers un affrontement entre le Parlement et l’exécutif ? Le gouvernement va-t-il se diviser sur ce projet ? Trop tôt pour l’affirmer. François Hollande, qui a réaffirmé sa « détermination d’aller jusqu’au bout » en appellerait-il alors au peuple ? Ils sont quelques-uns (notamment à la direction du PS ), qui le lui suggèrent . Un pari pour le moins risqué.

Ce qui est sûr, c’est que les élus de gauche qui subissent les foudres de leurs électeurs, ont surtout envie d’en finir avec le débat sur la moralisation de la vie publique car « la transparence, c’est bien, mais se préoccuper de la crise économique, c’est mieux ». Aussi sont-ils réceptifs aux propos d’Arnaud Montebourg qui met les pieds dans le plat en déclarant dans le Monde que « la politique d’austérité est rejetée par tous les peuples… Le sérieux budgétaire, s’il tue la croissance, n’est plus sérieux. Il est absurde et dangereux ». Mais voilà que François Hollande rétorque qu’il n’est pas question de bouger : « Aucun ministre ne peut remettre en cause la politique qui est conduite, qui n'est pas l'austérité », a déclaré le chef de l’Etat au cours de sa conférence de presse à l’issue du conseil des ministres. Ah bon ? Mais alors Arnaud Montebourg, puis Benoît Hamon qui y est allé de sa métaphore pour la réduction des déficits « on court un marathon au rythme d’un 400 mètres », ou Cécile Duflot qui dit redouter une récession seraient des impertinents qui ne respectent pas la discipline gouvernementale ? Pas si simple. Arnaud Montebourg, s’il ne parlait pas sur commande, n’a pas été découragé pour le faire par François Hollande. Un ballon d’essai pour tester les réactions ? Allez savoir ; en tous cas, en digne fils spirituel de François Mitterrand, François Hollande a deux fers au feu. D’un coté de l’âtre, la rigueur, la discipline budgétaire; pas question d’en varier avant la présentation du programme de stabilité budgétaire à Bruxelles, à la fin du mois. De l’autre, une « autre politique », qui favoriserait la croissance, basée sur l’offre, comme nous y invitent les Etats-Unis. Ce qui fait regretter « l’absence de cap » précis .

La «  clarification » arrivera un jour.  François Bayrou que l’on voit et entend beaucoup, et qui se défend de «  préparer une manœuvre »,  l’annonce régulièrement. Est-il dans la confidence ou simplement lucide ? En attendant les grandes décisions ultimes, le gouvernement offre un peu d’oxygène à l’économie en faisant voter une proposition de loi autorisant le déblocage anticipé de l’intéressement et de la participation à hauteur de 20.000 euros pour les salariés qui ont le bonheur d’en bénéficier. A la veille des vacances d’été, ce sera une bouffée d’oxygène bienvenue pour de nombreux ménages. Mais certainement pas suffisant pour booster la consommation et faire revenir cette « confiance » qui s’est évanouie. « Les impatiences viennent au printemps, les récoltes viennent plus tard dans l’année » veut croire Thierry Mandon, le porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée. Mais les impatiences finissent par se transformer en grosse colère populaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 12/04/2013 - 05:03
Les français ayant choisi Munich en ont payé les conséquences !
Alors qu'ils ne viennent pas remettre en cause Hollande : ils l'ont voulu et c'est trop tard !
Ilmryn
- 11/04/2013 - 23:23
Ils ne sont pas "impuissants
face a la crise économique" car la crise c'est eux. Nous avons une crise de la dette et du poids des états, des mille-feuille administratif couteux et du nombre ahurissant de normes et lois qu'ils édictent. Leur demander de le résoudre c'est leurs demander de foutre la paix au gens, a leurs activités et avoirs, impossible dans une France résolument étatiste. A noter que pas mal de pays gèrent assez bien ce problème et ne sont pas dans la situation du Junk-state qu'est devenu la France.
jurgio
- 11/04/2013 - 14:35
On serait fou de croire
...qu'avec la « transparence » (le PS dixit !) ne pourra rien cacher ! L'instrument de musique préféré des Français est le pipeau, c'est leur côté écologique.