En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 9 heures 37 sec
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 10 heures 2 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 19 sec
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 15 heures 38 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 16 heures 9 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 16 heures 43 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 17 heures 29 sec
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 9 heures 20 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 10 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 13 heures 3 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 17 heures 14 min
Bonnes feuilles

Le mythe du "tout carcéral" : non, la justice française n'est pas plus répressive qu'avant

Publié le 13 avril 2013
Notre système judiciaire ne pratique pas le "tout carcéral", loin de là. Xavier Bébin explique en quoi la justice française est beaucoup moins ferme aujourd'hui qu'en 1960, malgré une augmentation manifeste des crimes et des délits depuis cinquante ans. Extrait de "Quand la justice crée l'insécurité" (1/2).
Xavier Bebin est secrétaire-général de l'Institut pour la Justice, juriste et criminologue. Il est l'auteur de Quand la Justice crée l'insécurité (Fayard)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Bebin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Bebin est secrétaire-général de l'Institut pour la Justice, juriste et criminologue. Il est l'auteur de Quand la Justice crée l'insécurité (Fayard)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Notre système judiciaire ne pratique pas le "tout carcéral", loin de là. Xavier Bébin explique en quoi la justice française est beaucoup moins ferme aujourd'hui qu'en 1960, malgré une augmentation manifeste des crimes et des délits depuis cinquante ans. Extrait de "Quand la justice crée l'insécurité" (1/2).

Au total, toutes ces idées reçues instillent l’idée qu’il serait illusoire de vouloir éviter certains crimes, même ceux commis par des récidivistes. Qu’ils seraient toujours imprévisibles, et donc, d’une certaine manière, inéluctables. Mais un autre discours tend également à rendre illusoire une réponse par une plus grande fermeté judiciaire : celui selon lequel la Justice n’aurait jamais été aussi « répressive ».

La vérité est à l’exact opposé : la réponse pénale s’est considérablement affaiblie depuis quarante ans. On peut l’affirmer avec d’autant plus de certitude que cette question ne souffre pas des mêmes difficultés méthodologiques que l’évolution réelle de la délinquance au fil du temps. Car il s’agit simplement d’examiner la réponse donnée par la Justice aux crimes et délits répertoriés par la police, et dont le nombre ne provoque pas de débat.

C’est sous la plume d’une autorité publique, à savoir le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, dans une note officielle adressée au gouvernement français en juin 2012, que se trouve l’affirmation saugrenue selon laquelle la Justice est deux fois plus ferme qu’il y a quarante ans.

L’exemple des vols montre à quel point cette appréciation est contraire à la réalité. En 1971, 9 000 détenus étaient en prison pour vol simple. Quarante ans plus tard, les vols simples ont été multipliés par trois. Si la Justice est aujourd’hui deux fois plus sévère, comme le prétend M. Delarue, il devrait y avoir 54 000 détenus pour vol simple (9 000 × 3 × 2). En réalité, il y en a aujourd’hui 3 000. Sur ce point, la Justice française n’est pas deux fois plus sévère ; elle est neuf fois moins sévère qu’en 1971 !

Mais peut-être la fermeté accrue de la Justice n’a-t-elle concerné que les atteintes aux personnes ? À l’évidence non. Le nombre de détenus a certes doublé depuis 1971, mais le nombre de violences (hors homicides) enregistrées par la police et la gendarmerie a augmenté de façon plus importante encore. Le nombre de viols est passé en quarante ans de 1 500 à 10 000, soit une augmentation de 600 %. Les coups et blessures volontaires ont augmenté de 650 %, passant de 25 000 à plus de 190 000. Et on ne parle pas ici de la criminalité organisée liée au trafic de drogue, à l’évidence plus florissante aujourd’hui qu’hier.

Le recul de la répression est encore plus spectaculaire s’agissant des mineurs. En 1965, le nombre de mineurs incarcérés était légèrement supérieur à ce qu’il est aujourd’hui (plus de 800 contre environ 700). La même délinquance des mineurs était pourtant infiniment moins développée, comme on l’a vu plus haut.

N’est-il pas vrai, toutefois, que les peines de prison sont un peu plus longues qu’avant ? Si, mais c’est parce que la Justice est moins sévère, non l’inverse. Ce paradoxe apparent s’explique par le recul du rôle de la prison, qui n’est plus utilisée que pour les délinquants les plus chevronnés. Or lorsque l’on restreint la prison aux infractions les plus graves, il en résulte immanquablement des peines d’une durée moyenne plus élevée.

Les magistrats Jean de Maillard et Didier Gallot avaient décrit ce phénomène dès 1996 : « Quand on étudie sérieusement l’évolution de la pénalité, on constate en effet que l’augmentation des incarcérations ne résulte pas d’une sévérité accrue des juges, comme on le dit souvent par paresse, mais d’une augmentation à long terme de la criminalité dans des proportions préoccupantes, et surtout non maîtrisées. Les tribunaux ont tenté d’abord de faire face à l’afflux de délinquance en accroissant leurs interventions : non pas en augmentant les peines de prison, comme on le croit d’habitude par ignorance, mais en développant les peines “alternatives” à l’emprisonnement, comme le travail d’intérêt général ou le sursis avec mise à l’épreuve. Comme la réalité est têtue, rien n’y a fait. On imagina alors les maisons de justice, vers lesquelles dérivent désormais un nombre croissant d’affaires. Cette diversification des réponses judicaires à la délinquance a pour effet de ne laisser parvenir devant les tribunaux que les affaires les plus graves. »

Depuis ce diagnostic, une autre révolution a eu lieu : celle consistant, depuis les années 2000, à transformer un maximum de courtes peines de prison en placements sous bracelet électronique. Résultat : une partie importante des peines inférieures à six mois ne sont plus purgées en prison. Là encore, c’est parce que la Justice incarcère moins que la durée des peines purgées en détention est un peu plus longue.

Mais les peines planchers pour les récidivistes n’ont elles pas augmenté de façon notable la durée des peines depuis 2007 ? En réalité, ces peines planchers ont été fixées à des niveaux relativement bas : deux ans pour une peine encourue de dix ans. Et dans quatre cas sur cinq (18 %), le juge prononce une peine de prison ferme inférieure à cette peine plancher ! Dans le ressort de la Seine-Saint-Denis, au tribunal de Bobigny, on atteint même le taux à peine croyable de 2 % seulement de peines planchers ferme prononcées à l’égard des récidivistes.

Toutes les idées reçues sur la sévérité de notre Justice convergent finalement vers un mythe fondateur : la France serait dans une situation de « tout carcéral ». Cette confusion est entretenue par l’état chronique de surpopulation de nos prisons, qui laisse penser qu’il y aurait trop de détenus, alors qu’il signifie d’abord qu’il n’y a pas assez de prisons pour les accueillir.

La réalité statistique ne peut pas laisser affirmer que la France a la « culture du cachot » ; sur 1,4 million d’auteurs présentés chaque année à la Justice, seuls 120 000 sont condamnés à une peine de prison ferme, et 80 000 sont réellement envoyés en prison. Pour les auteurs de délits, la prison est bien l’exception.

La comparaison avec nos voisins européens confirme ce point : le taux d’incarcération – c’est-à-dire le nombre de prisonniers pour 100 000 habitants – est en France d’environ 100, alors que la moyenne européenne est de 122. Et l’on ne parle même pas ici du ratio des États-Unis, qui dépasse les 700 pour 100 000 habitants ! Notre Justice ne pratique pas le « tout carcéral », loin de là. Et elle est beaucoup moins ferme aujourd’hui qu’en 1960, malgré une augmentation manifeste des crimes et des délits depuis cinquante ans.

__________________________________

Extrait de "Quand la justice crée l'insécurité" (Fayard) 10 avril 2013

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 14/04/2013 - 00:20
quelle analyse de choc
" Le nombre de viols est passé en quarante ans de 1 500 à 10 000, soit une augmentation de 600 %. "

c'est vrai qu'il y a quarante ans , les delcarations de viols se faisait à la meme cadence ..... bien sur !!!

c'est quoi cette analyse.

Evidemment ce serait pas dans la couleur locale de decreter tout simplement qu'il faut un budget pour construire des prisons et mettre du personnel penitencier .... ca ferait pas couleur locale (obseder par les 56% de dépenses publiques)
Mario
- 13/04/2013 - 22:49
Eh Ben
Ceci explique cela.
Malgré tout le budget de la justice en France est un des plus bas d'Europe je crois.
Mais comme on nous fait prendre des vessies pour des lanternes.....
Donc le tout carcéral étant une fumisterie et que taubira veut le rendre la justice encore moins carcérale .......
winnie
- 13/04/2013 - 16:28
chapeau!
etant adherant a l'institut pour la justice ,je ne peut qu'aplaudir ce que dit M Bebin et vous inciter a adhérer aussi car ils ont fait pas mal bouger de choses