En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Dans son dernier livre, François Bayrou esquisse des solutions aux crises dans le monde.
La vérité si je mens
"De la vérité en politique" : et François Bayrou écrivit sa sortie du désert
Publié le 06 avril 2013
Dans son livre "La vérité en politique", François Bayrou, candidat malheureux du Modem à la présidentielle, donne sa vision de l'état du monde. Il ne manque pas d'esquisser des solutions, qui s'imposeront, selon lui, bientôt à tous.
Jean Garrigues est historien, spécialiste d'histoire politique.Il est professeur d'histoire contemporaine à l' Université d'Orléans et à Sciences Po Paris.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages comme Histoire du Parlement de 1789 à nos jours (Armand...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est historien, spécialiste d'histoire politique.Il est professeur d'histoire contemporaine à l' Université d'Orléans et à Sciences Po Paris.Il est l'auteur de plusieurs ouvrages comme Histoire du Parlement de 1789 à nos jours (Armand...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son livre "La vérité en politique", François Bayrou, candidat malheureux du Modem à la présidentielle, donne sa vision de l'état du monde. Il ne manque pas d'esquisser des solutions, qui s'imposeront, selon lui, bientôt à tous.

L’homme providentiel est de retour. Naguère gaullien lorsqu’il publiait en 2007 son Projet d’espoir, référence explicite aux Mémoires d’espoir du général, voici que François Bayrou se réclame dans son dernier ouvrage de deux autres grandes figures de notre histoire politique contemporaine : Pierre Mendès France et Raymond Barre.

Passé le choc de sa cuisante défaite de 2012, le président du Modem creuse à nouveau le sillon du recours, face à un monde politique qui se refuse selon lui à regarder la vérité en face et qui ment aux Français. Dans l’héritage de ces grands modèles référents que furent le président du Conseil de la IVe République et le Premier ministre de la Ve, François Bayrou revient sur la scène politique pour dire la vérité aux Français. La thèse de son livre, nous dit-il, est "que la vérité dite au peuple, partagée avec le peuple des citoyens, est la clé de tout redressement." Cette vérité, qu’il annonce depuis 2002 mais qui a été selon lui évacuée des campagnes présidentielles de 2007 et 2012, s’impose désormais à tous, et il lui revient de la dire.

La vérité, c’est bien sûr la profondeur de la crise financière, économique, sociale et morale qui gangrène la société française depuis des décennies. La vérité, c’est un système politique bipolaire usé jusqu’à la corde, rongé par "la pratique généralisée du mensonge, du bluff, de l’abêtissement collectif et du déni de réalité." Dans la première partie de sa démonstration, François Bayrou s’attache à montrer au contraire que la vérité est la condition même de la démocratie. Il définit ce que doit être la recherche de cette vérité démocratique, fondée sur l’exploration patiente des faits, à rebours des clichés, des formules et des fantasmes électoralistes, tel que celui d’une France refermée sur ses frontières. Aux habiles, aux séducteurs, aux endormeurs du ronron politicien, il oppose les "trois figures du parti de la vérité", l’intransigeance de Mendès France, la hauteur de vues du général de Gaulle et la pureté orgueilleuse de Raymond Barre.

De sa propre expérience, de son chemin parsemé de combats, il retire l’impression d’un système politique fondé sur l’opacité. Justifiant son choix du second tour de 2012, il explique que ce fut un choix par défaut entre d’un côté les illusions proposées par la campagne de François Hollande et de l’autre les divisions suscitées par celle de Nicolas Sarkozy. Persuadé que les divisions menaient le pays à sa perte tandis que les illusions finiraient par se dissiper, il a choisi le candidat socialiste.  D’où la nécessité d’une troisième voix, d’un pluralisme que la réforme du mode de scrutin devrait permettre.  D’où une politique d’urgence nationale, visant à restaurer les forces de création et de production, et susceptible de rassembler une majorité de Français, de la gauche réformiste à la droite républicaine, à condition que soit levé le monopole de la bipolarisation. D’où un Etat rendu plus accessible, plus lisible au citoyen, par l’allègement et la simplification de nos structures. D’où enfin un "nouveau siècle de l’Europe", c'est-à-dire une véritable politique européenne, fondée sur l’élaboration commune d’une stratégie d’avenir et sur l’incarnation de son pouvoir par un président de l’Union légitimé par le suffrage des peuples.

"Il faudra peu de mois", conclut François Bayrou, pour que s’imposent à tous les solutions qu’il propose. Peut-être a-t-il à l’esprit les lendemains d’élections municipales qui seraient fatales aux deux grands partenaires de la bipolarisation. Peut-être se rêve-t-il dans quelques mois dans les habits du sauveur. Ce serait une issue glorieuse à sa traversée du désert. Au moins ce dernier livre aura-t-il contribué à en dessiner les contours.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Et maintenant voici le PQ blasphématoire…
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
La déconsommation affecte tous les secteurs, sauf l’alimentaire et le made in France. Mais les Gilets jaunes n‘y sont pour rien
06.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
07.
Macronracourcix : la France prise au piège de son syndrome Astérix ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
06.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
clclo
- 07/04/2013 - 17:23
c'est pas croyable
éternel donneur de leçon,
il est prêt à toutes les compromissions pour avoir le poste de premier ministre qu'il imagine a portée de mains et s’apprête à lécher dévotement le c .. hollandais pour y parvenir
VeLiVoS
- 07/04/2013 - 15:18
wolfgangamadp - 06/04/2013 - 21:49
Bayrou paraît honnête ‼
 
Vous riez là j'espère ‼
L'honnêteté, on la ressent d'ailleurs dans cette vidéo où votre idole s'empêtre lamentablement ‼
→ http://www.dailymotion.com/video/xq03io_francois-bayrou-se-ridiculise-les-femmes-et-la-piscine_news
 
Honnête, Bayrou ? Et puis quoi encore ? Cahuzac, c'est l'intégrité incarnée peut-être ?
Biloutedeben
- 07/04/2013 - 10:22
Il n'est pas assez manipulateur
Et j'ai bien l'impression que c'est ce que lui reprochent les esprits trop stratégiques. Il est simplement honnête et présente au pays les sujets majeurs de son avenir: la dette, le produire en France, le référendum sur la moralisation de la vie publique, la règle d'or.

Tant qu'il ne jouera pas un grand rôle dans ce pays, on aura du mal à s'en sortir.