En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

04.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

05.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

06.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

07.

Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 7 heures 12 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 8 heures 34 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 9 heures 12 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 10 heures 14 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 14 heures 52 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 15 heures 33 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 7 heures 45 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 8 heures 52 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 9 heures 31 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 13 heures 40 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 13 heures 58 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 14 heures 36 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 15 heures 10 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 15 heures 54 min
© Reuters
La stratégie des puissances occidentales a atteint ses limites.
© Reuters
La stratégie des puissances occidentales a atteint ses limites.
Du pareil au même

Pourquoi menacer l'Iran sur la bombe atomique ne le fera pas plier

Publié le 05 avril 2013
L'Iran veut que son droit d'enrichir de l'uranium soit reconnu aujourd'hui lors de négociations avec les grandes puissances des 5 + 1 sur son programme nucléaire.
Thierry Coville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Iran veut que son droit d'enrichir de l'uranium soit reconnu aujourd'hui lors de négociations avec les grandes puissances des 5 + 1 sur son programme nucléaire.

Atlantico : L'Iran veut que son droit d'enrichir de l'uranium soit reconnu aujourd'hui lors de négociations avec les grandes puissances des 5 + 1 sur son programme nucléaire, pourtant très controversé. Est-ce une étape de plus de la part de Téhéran vers l'obtention d'une arme atomique ? 

Thierry Coville : On ne peut pas être si catégorique. C'est une revendication qui est au cœur du dossier, et que l'Iran a d'ailleurs depuis très longtemps. Il est très difficile de leur interdire ce droit, car tant que l'on a pas la preuve qu'ils veulent créer une bombe atomique, on ne peut rien faire. La possibilité de sortie de crise à envisager serait de leur reconnaître ce droit auquel ils tiennent et sur lequel ils ne veulent de toute façon pas revenir, tout en donnant des garanties sur le fait qu'il n'y aura pas d'utilisation "militaire" de ce droit. 

A terme, son obtention par l'Iran est-elle un scénario inéluctable ? 

En dépit des sanctions, des avertissements internationaux ils continuent d'enrichir de l'uranium. Les sanctions internationales ne fonctionnement pas, l'option militaire n'est pas non plus une possibilité envisageable contrairement à ce que l'on dit car cela ne ferait qu'encourager l'Iran a obtenir la bombe atomique à terme.

Il n'y a pas actuellement de décision collective en Iran de se diriger vers la bombe atomique. Ces derniers mois, le régime iranien avait plutôt montré sa volonté de négocier sur le sujet. 

Pour que ces négociations aboutissent, il est indispensable qu'on leur reconnaisse le droit à enrichir leur uranium. Les négociations bloquent sur cette question-là : l'Iran, en tant que signataire du traité du non prolifération, et qu'on a aucune preuve qu'ils veulent obtenir la bombe atomique, tout repose sur la question de la confiance entre les différents pays. Il n'y a pas de preuves comme on pourrait en trouver pour la Corée du Nord, qui eux ont des missiles avec des têtes nucléaires. Pour l'Iran, nous n'avons aucune preuve.

Quelles pourraient être les réactions des grandes puissances internationales dans ce cas ? Quelle serait leur marche de manœuvre ? 

Les possibilités de contrôle par les grandes puissances internationales existent. On sait ce qu'il faudra mettre en place pour que l'enrichissement en uranium reste à un niveau "civil". Mais il faut changer de stratégie : celle du "tout ou rien" des grandes puissances occidentales n'est pas payante.  L'Iran devait accepter la demande internationale d'arrêter son programme d'enrichissement sous peine de sanction ou de guerre.

Souvent, les gouvernements sont conseillés par des experts en stratégie qui méconnaissent l'Iran, ce qui participe à une diabolisation du pays. Si on ajoute à cela les tensions historiques, notamment celles entre l’Israël et l'Iran et celles entre les Etats-Unis et l'Iran et le fait que l'Europe a du mal a jouer un rôle de contre-pouvoir par rapport aux Etats-Unis, la situation est compliquée. Il est également beaucoup plus simple de menacer l'Iran, car cela donnait l'impression d'avoir une réelle politique. Cette stratégie a atteint ses limites.

L'Iran, de son côté, a aussi ses torts : ils ont alterné menaces et négociations. Mais la stratégie des puissances occidentales a atteint ses limites. 

C'est dans ces négociations que se trouve la marche de manœuvre des grandes puissances internationales. 

L'obtention de la bombe atomique serait-elle vraiment le pire des scénarii à envisager ? 

La stratégie poursuivie par les Occidentaux n'a fait que pourrir la situation. En plus de l'inefficacité des sanctions internationales, on assiste à un affaiblissement considérable la classe moyenne iranienne qui était pourtant un des principaux éléments  de sortie de crise, et à un renforcement, du fait des mêmes sanctions, des mafias qui ont des appuis dans le régime et contrôlent les réseaux de contrebande. Avec une telle stratégie, en isolant encore plus l'Iran, on renforce les partis politiques extrémistes, ce qui pourrait conduire à des scénarii dangereux. A force de parler de guerre comme scénario envisageable, ceux qui l'évoquaient ne se rendaient pas compte que finalement le remède était bien pire que le mal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le gorille
- 05/04/2013 - 22:33
Qui est dangereux
@jlbaty qui n'est pas convaincu
Pakistan et Inde : leurs objectifs sont connus. Ils se visent mutuellement
Russie : on sait qu'ils n'appuient pas sur le bouton pour un oui ou pour un non. Voir l'affaire des fusées de Cuba
Israël : on sait aussi son objectif, clairement dessiné par les discours répétés des pays alentours : ils ne nous menacent donc pas.
Reste la Chine : c'est effectivement l'inconnue. Mais je ne crois pas à leur impulsivité ni à leur fanatisme religieux.
Ce qui est, par contre, le cas de l'Iran et aussi de la Corée.
Pour la Corée, ce qui semble décrédibiliser sa gesticulation ce serait ce que l'on sait de sa maîtrise technique.
Pour l'Iran : avez-vous une boule de cristal ?
Le gorille
- 05/04/2013 - 22:21
L'Iran n'a pas droit ...
@Utique.
Votre précision est pertinente. Mais est-ce bien l'enjeu ?
La difficulté est l'approche occidentale d'un côté et musulmane de l'autre.
L'Occident se sent absolument menacé, étant donné les discours répétés. Il est donc logique qu'il y ait des contrôles. Et ces contrôles ont du mal à se faire... Pourquoi ?
Il y a donc soupçon de double jeu d'autant qu'un musulman ne s'estime nullement lié par quoi que ce soit vis-à-vis d'un non musulman.
Au bilan, la confiance ne règne pas, la crainte domine, et le dilemme aujourd'hui est de savoir si une frappe préventive est justifiée à défaut d'être légitime.
Ce qui fait reculer, ce sont les conséquences d'une frappe atomique, qui serait donc offensive, comme à Hiroshima et Nagasaki. Et je crains qu'elles ne soient pas du tout appréhendables, même par les services les plus outillés de la planète.

Kham
- 05/04/2013 - 21:09
Remember Hiroshima
Hiroshima/Nagasaki : 250 000 morts (au moins). Jamais reconnu comme crime contre l'humanité alors que ces bombes étaient destinées à tuer un maximum de civils (et que le Japon était prêt à capituler). Israël jamais inquiété, alors que tout le monde sait qu'il détient l'arme nucléaire. Comment l'Iran pourrait-il prendre au sérieux les gesticulations des occidentaux ?