En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Macron skie français

03.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

04.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

05.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 1 heure 2 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 1 heure 30 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 2 heures 14 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 2 heures 33 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 3 heures 5 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 3 heures 46 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 14 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 15 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 16 heures 34 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 1 heure 10 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 1 heure 38 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 2 heures 21 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 4 heures 3 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 14 heures 48 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 15 heures 43 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 17 heures 51 min
Ni putes Ni soumises fête cette année ses 10 ans.
Ni putes Ni soumises fête cette année ses 10 ans.
Tout reste à faire

Ni Putes Ni Soumises a 10 ans : et dans les banlieues, quel bilan ?

Publié le 04 avril 2013
L'association Ni Putes Ni Soumises, née en 2003 pour défendre la situation des femmes dans les quartiers, fête cette semaine ses dix ans d'existence.
Lydias Guirous et Nacira Guénif
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lydia Guirous est fondatrice et présidente de l'association féministe Future, au Féminin et membre de l'UDI. Nacira Guénif-Souilamas est une sociologue et anthropologue française, elle est également maître de conférences HDR à l'Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'association Ni Putes Ni Soumises, née en 2003 pour défendre la situation des femmes dans les quartiers, fête cette semaine ses dix ans d'existence.

Atlantico : L'association Ni Putes Ni Soumises (NPNS) fête aujourd'hui son dixième anniversaire. Leur  revendication initiale était  d'alerter l'opinion publique sur le machisme dans les quartiers populaires . Peut-on dire que dix ans après, ce message a été entendu ?

Lydia Guirous : Je crois que le message initial porté par Fadela Amara était juste et qu'il avait trouvé un écho favorable dans l'ensemble de la société et de la classe politique. Malheureusement, au départ de Fadela Amara pour le ministère de la Ville, cette association a progressivement décliné, minée par les querelles internes. 

Paradoxalement, l'action de NPNS, qui d'une certaine manière a stigmatisé les hommes issus d'une minorité ethnique ou religieuse, n'a fait qu'accentuer le machisme dans les quartiers populaires. Ce sentiment a été également renforcé sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy par la promotion de femmes issues de la diversité. Les hommes des quartiers populaires ont eu à ce moment là, le sentiment d'être délaissés par la classe politique. Donc, effectivement, le machisme s'est renforcé dans les banlieues mais ce n'est pas la faute de NPNS mais plutôt la faute de l'incapacité de la classe politique à corriger les inégalités sociales grandissantes.
 

Nacira Guénif : L'alerte dans sa formulation était erronée, et le message a été mal et trop entendu. Avec l'affaire DSK,  on a eu une espèce de sidération à ce moment-là. On s'apercevait que le machisme n'était pas l'apanage des jeunes de banlieue. Le machisme est largement très bien partagé dans toutes les strates de la société française.  Le patriarcat n'est pas une affaire de milieu social.

La dénonciation des hommes de quartier permettait de dissimuler, de voiler et de masquer le machisme voilé de la société française.  Et le ton et le fond de ce qui prétendait être mis en évidence, tout cela était très dommageable à la compréhension et  à la réalité de ce qui se passait dans les quartiers.

Quelles sont les difficultés qui persistent dans les banlieues ? Pourquoi ?

Lydia Guirous : Les banlieues catalysent l'ensemble des peurs, des frustrations et des injustices de notre société. Les inégalités sociales se sont accrues et l'ascenseur social vanté par la gauche s'est depuis longtemps arrêté au rez-de-chaussée dans les Zones urbaines sensibles (ZUS). Le grand responsable de ce malaise dans les banlieues est le ministère en charge de la Politique de la ville qui s'acharne depuis 30ans à injecter de l'argent dans les ZUS pour maintenir ces populations sur place. Or, le défi des banlieues n'est pas de maintenir les gens sur place mais de les extraire. Ces derrières années on a eu trop tendance à faire du ministère de la Ville, le ministère des ZUS. La politique de la ville n'est jamais qu'une politique d'aménagement du territoire. Ce territoire n'est pas les banlieues, mais la France dans son intégralité. Concernant les femmes, aucune avancée marquante n'a eu lieu en dépit des millions d'euros injectés par l'Agence pour la cohésions sociale et l'égalité des chances (l'ACSE). La mixité n'a pas progressé, les violences faites aux femmes ont augmenté et le port du voile et des burqas a augmenté dans l'espace public. C'est donc un échec. La politique de la ville, jusqu'à présent, n'a fait que provoquer un repli communautaire dans les banlieues.

Nacira Guénif : Les femmes sont  toujours autant  touchées  par la dégradation de leurs conditions économiques, ce qui les rend particulièrement vulnérables.  Dès qu'il y a des dégradations  des conditions matérielles d'existence, ce sont les femmes qui sont les plus exposées. La dénonciation des violences faites aux femmes, qui était au cœur de ce mouvement, l'essentiel du travail qui existait auparavant  NPNS a été affaibli par la montée en puissance de l'association. Une immense partie des subventions qui leur étaient accordées ont été amputées pour alimenter ce qui est devenu le fond de commerce de NPNS. Les moyens qui existaient de façon très fragiles sur ces questions-là ont été taris. Dans ces conditions, il est difficile de considérer que la situation s'est améliorée. Même de ce point de vue là, les associations ont passé près de dix ans à démêler les effets délétères du discours de NPNS.

Il y a eu un raidissement de ces populations stigmatisées, une disqualification des populations de ces quartiers, dont les femmes, qui vivent des des conditions d'existence qui se sont aggravées dans les banlieues. Cela affecte les relations entre les individus : vivre une situation amoureuse ou familiale dans une situation de précarisation, avec les effets violents qu'elle impose, cela est un véritable tour de force. Cela existe, mais c'est vrai qu'à la fois les discours et les conditions économiques ne rendent que plus problématiques les possibilités de lutter contre les situations de tension entre les hommes et les femmes. Pour réussir à amortir les effets tangibles de la fragilisation économique et sociale, il faut beaucoup d'imagination et beaucoup de résistance. Et ce n'est pas forcément avec les discours entendus ces dernières années qu'on y parvient le mieux, tout bord politique confondu.

 D'ailleurs, si le discours de dénonciation a été si consensuel, c'est parce qu'il arrangeait aussi bien le gouvernement de droite et de gauche.  Cela permettait de dédouaner la classe politique, puisqu'il réduisaient cela à un problème idéologique, un problème de mœurs.

Comment les résoudre ? Le militantisme peut-il être la seule solution ?

Lydia Guirous : Le militantisme pour les femmes est aujourd'hui dépassé et perverti par le jeu politique. S'il avait un sens pendant le MLF, lors de la loi sur l'IVG, ou bien encore sur le divorce, il est aujourd'hui totalement désuet voire contreproductif. D'ailleurs même NPNS a cessé ses grands happenings des années 2000. Certaines associations ont tenté de reprendre ces démonstrations de rue comme Osez le féminisme (OLF) ou les FEMEN. Heureusement la portée de leurs actions est relativement faible car pour militer il faut d'abord avoir un message clair et cohérent, ce qui n'est pas leur cas. Aujourd'hui il faut penser le féminisme comme une politique publique comme les autres et non comme une idéologie issue de la lutte des classes. Les femmes ont évolué, elles ont de nouvelles attentes, ce que certaines associations refusent d'entendre...

Nacira Guénif : L'activité associative continue.  Les associations font état du caractère dommageable d'un discours idéologique d'exclusion, qui prétend désigner les coupables. Ces discours les empêchent de travailler sur le terrain, face aux problématiques qui se posent à eux.  Prendre comme alibi le sexisme qui existerait dans les quartiers n'est pas recevable, et cause du tort à la population. Les discours idéologiques ont  rendu encore plus difficile leur combat au quotidien.

NPNS  a été une des associations pour le combat des femmes les plus médiatisées ces dernières années, pourtant, son bilan reste en demi-teinte.  N'a-t-on pas surestimé ce qu'elles représentaient et leur pouvoir ? Finalement ne servent-elles  pas seulement  à soulever certains problèmes en tenant un discours politique certes abouti , mais qui n'a pas les capacités d'apporter de solutions concrètes dans les banlieues  ?

Lydia Guirous : Je ne crois pas. NPNS a eu le mérite de porter sur la scène publique de réels tabous qui existent dans les banlieues, et à ce titre on ne peut que les remercier. Les associations ne sont pas là pour mener des politiques publiques et encore moins agir à la place des pouvoirs publics. Les associations ont pour objectif d'éclairer la décision publique mais certainement pas de la prendre. Si le discours de NPNS n'a que partiellement abouti c'est surtout parce qu'il n'a pas été relayé par la classe politique. Toutefois, on ne peut que saluer l'action courageuse de Fadela Amara qui s'est énormément investie lors de la loi sur la burqa.

Nacira Guénif : NPNS a répondu à ce qu'on attendait d'elle : une capacité à faire monter en puissance un discours idéologique  qui dépolitisait totalement les questions et qui dédouanait d'agir. C'est un discours qui a exempté l'ensemble des acteurs politiques d'agir, en réduisant ce problème à un problème culturel, en sous-traitant les questions civilisationnelles et de mœurs. Il y a eu un manque de discernement politique, alors qu'à aucun moment le pouvoir politique n'a cherché à stopper cette instrumentalisation du discours.

Elles ont  permis de réaliser un moratoire social : rien n'a été fait. C'est un discours qui a parfaitement servi cet objectif de désengagement. Maintenant, il faut réussir à réparer, rebâtir, toutes ces divisions et ces démobilisations sociales.

NPNS est symptomatique d'un certain climat politique d'un pouvoir politique qui se désengage, qui prétend ne pas assumer le pouvoir pour lequel il se fait élire. Et au cours de cette décennie, c'est une chose qui a été très partagée entre les différents protagonistes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Sandeman
- 05/04/2013 - 02:37
Je préfère le voile au string
La mission de cette association est de ramener la République dans les cités, aux frais du contribuable. Pourquoi les contribuables qui ont fui les cités à leurs propres frais subventionneraient eux-mêmes une association pour y retourner ? C'est comme si je payais les frais de mon évasion d'une prison sur mes propres deniers pour ensuite payer une association afin de m'y remettre. Ensuite "ni putes ni soumises" est un mouvement anti-féministe car elle crée les conditions qui enracinent actuellement la théorie de genre en France et dont le but pervers est la disparition pure et simple des hommes et des femmes en tant que sexe. Cette association disparaitra en 2017.
Salvatore Migondis
- 04/04/2013 - 22:21
Sont pas un peu jeunes ?
C'est notamment pour éviter ce genre de fâcheuses ambiguïtés que la langue écrite est codifiée avec précision: "a dix ans" vs. "à dix ans".. Le rôle de l'orthographe n'étant pas de faire des misères aux paresseux.. mais de faciliter la communication...
Stephan_Toulousain
- 04/04/2013 - 19:42
et en définitive, à quoi sert cette association
et combien coûte -elle à la collectivité?

J'ai l'impression que ça ne sert qu'à financer certaines personnes sur des emplois quasi fictifs ? Est-ce que je me trompe ?