En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

02.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

06.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 12 heures 4 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 13 heures 40 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 15 heures 11 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 17 heures 20 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 20 heures 26 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 21 heures 8 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 7 heures
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 12 heures 48 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 14 heures 28 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 15 heures 35 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 18 heures 11 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 21 heures 19 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 7 heures
Hidden monopoly

Energie, transports : la privatisation des services publics est-elle toujours une bonne affaire ?

Publié le 03 avril 2013
Alors que le Japon vient de privatiser son secteur électrique, la France continue de souscrire à de faux marchés concurrentiels et privatisés ou de se soumettre aux bonnes volontés de la SNCF.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le Japon vient de privatiser son secteur électrique, la France continue de souscrire à de faux marchés concurrentiels et privatisés ou de se soumettre aux bonnes volontés de la SNCF.

Atlantico : Tandis que le Japon vient de privatiser son secteur électrique, la SNCF demandait la semaine dernière aux entreprises de s’adapter à elle. Pendant ce temps, la France est toujours le théâtre de l’existence de monopoles déguisés sur la question. Pourquoi sommes-nous toujours aussi réticents à la privatisation et donc la mise en concurrence des services publics ?

Erwan Le Noan : Les monopoles en France ne sont souvent pas déguisés du tout ! La loi les impose aux consommateurs. Votre question soulève deux sujets qui sont liés mais distincts : la privatisation et la mise en concurrence. La France semble hostile aux deux... Mais il faut rappeler que l'on peut très bien avoir des entreprises publiques qui sont mises en concurrence avec d'autres (France 2 par exemple) et des entreprises privées qui agissent comme des monopoles (c'est le cas de certaines parfois sanctionnées par l'Autorité de la concurrence)!. La France mélange tout et s'oppose à tout en bloc. En partie parce que nos élites cultivent le culte de l'Etat : elles vivent dans le mythe que l'Etat réussit mieux que le privé et sait mieux que lui. Évidemment, cela n'a jamais été prouvé (l'Etat se trompe au moins tout autant que le privé) et les recherches économiques montrent même que le régulateur s'est souvent trompé... En partie aussi parce que la France vit dans le rêve de l'égalité : la différence est confondue avec l'inégalité et donc dénoncée. Enfin, parce que la société est très fragile : la crise et l'échec de l'Etat Providence laissent les Français seuls face à eux-mêmes. Dans ce contexte, ils s'attachent à ce qu'ils voient comme un dernier instrument de solidarité (le service public en monopole) et s'inquiètent des changements (on sait ce que l'on a, mais pas de quoi une solution alternative serait faite). En réalité, la concurrence peut être le moyen de revaloriser le service public: aux États Unis, là où l'école publique s'est rénovée, c'est le privé qui a perdu des élèves (en France, les parents fuient vers le privé)!

 

N’existe-t-il pas des logiques de services publics qui ne peuvent pas être entreprises par le privé à cause de logique de planification centralisée ?

Dans le droit actuel, pour résumer, il y a des activités " hors marchés", qui relèvent par exemple de la solidarité nationale et qui sont prises en charge par l’État. Il y a ensuite des activités qui sont des missions de service public et qui peuvent être assurées par des entreprises publiques ou privées : par exemple l’accompagnement des chômeurs vers l’emploi (même TF1 a des obligations de service public). Enfin, il y a des activités qui relèvent du marché et que des entreprises privées ou publiques peuvent assurer (la télévision, la production de services ...). On pourrait considérer que l’Etat ne doit se charger que des premières activités et qu’il n’a pas sa place dans les autres. Reste à définir ce qu’elles sont : l’école publique ? Sa version privée existe déjà et fonctionne très bien ; on peut donc la privatiser (ou au moins la mettre vraiment en concurrence). La santé ? Le secteur privé fonctionne bien aussi... Restent au final les missions régaliennes (police, justice...) qu’on voit mal, en pratique, être assurées par le privé.

Comment les entreprises françaises arrivent-elle à contourner les lois de Bruxelles à ce propos ?

Les entreprises publiques ne peuvent pas contourner le droit communautaire (qui n’est en vigueur que parce que la France l’a bien voulu). Si elles traînent des pieds, c'est qu'elles ont le soutien de l’Etat qui préfère parfois se maintenir dans l’illégalité communautaire plutôt que de redynamiser le marché.

L’organisation territoriale et politique de la France est-elle un avantage ou un inconvénient pour une privatisation facilitée des services publics ?

La division administrative de la France peut être un atout pour partager les monopoles entre des entreprises régionales (on ne peut pas avoir deux réseaux ferrés nationaux, mais on peut avoir des réseaux régionaux). Mais elle est aussi un frein si elle multiplie les occasions d'interventions publiques qui, bien souvent, ne sont pas motivées par la rationalité et la performance économique mais par l'opportunisme politique.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 03/04/2013 - 23:11
Il faut d'abord privatiser les fonctionnaires
EDF & SNCF sont justement les deux exemple de remugles des décisions d'après guerre sous influence (change) du CNR (comité national de la résistance prenant ses ordres directement à Moscou, il vous faut un dessin?) L'une decide de toute la politique énergétique tarif de l'électricité, ses effectifs (pléthoriques) ses investissements et le gouvernement (quelque soit sa couleur dit amen!) l'autre la SNCF vend ses trajets à prix d'or et écarte toute concurrence d'autocars qui montrerait une différence de 1 à 2 voire 1 à 3 en faveur des autocars privés.
pemmore
- 03/04/2013 - 13:40
Privatiser un système de gestion?
bien sur, c'est une bonne idée, tant que la gestion n'interfère pas avec les prérogatives de l'état.
Sécurité sociale, allocations familliales, retraites le gain serait considérable, informatique bien plus pointue par exemple.
On peut au minimum considérer 1h de perte de temps et de fatigue par jour en cause d'informatique inefficace.
Rien que la chasse aux fraudeurs avec des moyens technologiques possibles,
Pôle emploi, la recherche pourrait être intégralement gèrée pas les agences d'intérim et cooperatives d'employeurs.
Pour la sncf, edf je dis non, le propre d'une société privatisée est de ne pas gérer la maintenance, d'ou Fukujima.
Les services des eaux, les autoroutes ont montré une privatisation a renationaliser.