En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Manifestation contre le projet de loi du mariage pour tous.
Nouvelle cible

Après le Conseil économique social et environnemental, la Manif pour tous fera-t-elle du Sénat sa deuxième victime ?

Publié le 01 avril 2013
Le projet de loi sur le mariage pour tous sera examiné au Sénat à partir du 4 avril.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi sur le mariage pour tous sera examiné au Sénat à partir du 4 avril.

Il n’est pas sûr que le Conseil économique, social et environnemental (Cese) se remette de son refus de prendre en considération la pétition de 700.000 signatures lui demandant de se pencher sur le projet de loi instituant le mariage entre personnes du même sexe. Même si la démarche des pétitionnaires était juridiquement incertaine, le moins qu’on puisse dire est que le Jean-Paul Delevoye, président du Conseil, n’a pas eu la manière, à la fois par la sécheresse de son refus et parce qu’il donné l’impression fâcheuse qu’il était aux ordres du Premier ministre.

Le Sénat, autre institution contestée dans un pays où l’antiparlementarisme, malheureusement, progresse, pourrait subir sur le même sujet un coup analogue.

Le sénateur Patrice Gélard a fait il y a quelques jours dans Le Monde une déclaration d’autant plus étrange qu’il est le porte-parole désigné par le groupe UMP dans le débat sur le "mariage pour tous" qui doit débuter le 4 avril.

Alors que ce débat n’a pas encore eu lieu, l’intéressé annonce déjà que "le texte va passer dans les deux assemblées". Reprenant complaisamment les arguments du gouvernement - entièrement fallacieux puisque ces sujets ne sont absolument pas séparables - tendant à disjoindre mariage, adoption et PMA, renvoyant celles-ci à un texte sur la famille et ne se privant pas d’une pique contre Christine Boutin, il semble même tout fier de rappeler que "le projet de loi a été adopté en commission avec des voix des sénateurs UMP, Christian Cointat et Christophe-André Frassa". Quelle combativité !

Il est vrai que pour lui, la manifestation du 24 mars, peut-être la plus nombreuse de l’histoire de la République, "ne change rien". En tous les cas pour le Sénat. Car elle pourrait par contre influencer, dit-il, le Conseil constitutionnel : "C'est une institution qui se prononce sur des questions juridiques, mais qui prend en compte aussi les situations politiques."

Professeur agrégé de droit, Monsieur Gélard fait du Sénat un lieu de discussion technique et renvoie au Conseil constitutionnel la prise de responsabilité politique ! N’est-ce pas le monde à l’envers ?

Quand nos élus nationaux comprendront-ils que ce que l’opinion leur reproche d’abord, c’est de ne pas prendre leurs responsabilités - et donc de ne paraître servir à rien ? Entre les directives européennes, les proliférantes "autorités administratives indépendante" et maintenant le Conseil constitutionnel, les alibis ne leur manquent jamais ! Freud distingue la cause réelle d’une frustration, parfois inconsciente, et la revendication manifeste, qui ne lui correspond pas forcément : gageons que les émoluments ou le cumul des mandats des parlementaires ne seraient pas tant critiqués s’ils prenaient un peu plus leurs responsabilités.

Les assemblées sont le lieu par excellence de la théâtralisation des affrontements politiques. Et, selon M.Gélard, il ne se serait rien passé le 24 mars qui mérite d’y trouver un écho !

Il y a plus grave : comment le pronostic péremptoire du porte-parole de l’UMP sur l’issue du vote , avant tout débat, n’ouvrirait-il pas la porte au soupçon que, entre la droite et la gauche, les choses seraient déjà arrangés en coulisse, que les rôles auraient été distribués ? Les défections à droite viendraient compenser à point celles des gens de gauche qui, courageusement, comptent faire prévaloir des convictions sincères sur les logiques de parti.

Si l’homme qui doit être le principal porte-parole de l’opposition au Sénat prend les choses aussi froidement, par qui se sentiront représentés les millions d’opposants au projet ? Et pour qui voteront-ils aux prochaines élections ?

Si l’opinion a le sentiment que droite et gauche se sont arrangées pour laisser passer le texte, un coup fatal serait porté à l’image de la Haute assemblée et peut-être de la République. Que le texte voté soit différent, ouvrant la voie à une navette à l’issue incertaine, ne serait pas non plus satisfaisant dans le contexte actuel.

Une situation exceptionnelle que le Sénat doit prendre en compte

Le Sénat a, il est vrai, des habitudes. Il évite généralement de désavouer l‘Assemble nationale sur des questions emblématiques. Mais, dans le cas d’espèce, depuis le vote de l’Assemblée nationale, près de deux millions de personnes ont défilé !

Et les risques de fracture ne s’arrêtent pas là : les sénateurs ne sauraient oublier la quasi-unanimité qui règne outremer à l’encontre de ce projet de loi, dont l’adoption en l’état ferait planer une menace sérieuse sur l’unité de la République. Un argument que pourrait aussi considérer M. Gélard, même si, comme président de la Cocoe (instance interne à l’UMP charge d’arbitrer l’élection de son président en novembre 2012), il n’a pas paru très familier de l’outre-mer français !

Le Sénat n’a pas seulement le souci de ménager le gouvernement. L’image qu’il a : celle d’une assemblée tempérée, inspirée par de bon sens, passe mal aujourd’hui pour les mêmes raisons qu’une idée aussi folle que de marier les homosexuels a pu acquérir de la crédibilité. Dans un monde pénétré jusqu’à la moelle par l‘idéologie, à commencer par les médias qui en sont le principal et tout-puissant vecteur, le bons sens est politiquement incorrect : il est l’ennemi numéro 1 de l’idéologue !

Aggraver son cas auprès des médias sur un sujet aussi sensible que le prétendu "mariage pour tous" peut, certes, faire aussi hésiter le Sénat. Mais il y a fort à parier que quelque position qu’il prenne, les idéologues ne changeront pas d’avis à son sujet.

Le Sénat n’a donc pas le choix : les millions d’opposants au projet de loi Taubira, ceux qui ont manifesté et les autres, ne lui pardonneraient pas un vote qui ne serait que l’écho amorti de celui de l’Assemblée nationale, de manquer cette occasion d’exprimer ce que ressent en profondeur la population, spécialement sa partie la plus lucide que sont les élus locaux. N’est-ce d’ailleurs pas sa fonction ?

Si le Sénat votait le texte, surtout s’il le votait grâce à des absentions ou des voix de droite laissant supposer des connivences douteuses, son crédit s’en trouverait singulièrement affaibli.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PATRIE63
- 02/04/2013 - 18:27
@batmanou
Si le sujet est "anecdotique", on est alors surpris de l aveuglement et de l 'intransigence du pouvoir à le faire passer de manière brutale ety san aucune concertation..quant au nombre d e manifestants vous pouvez multiplier ce que vous voulez, vos arguments pseudo scientifiques sont simplement risibles Juste un peu de bon sens: on a vu dimanche la foule écoutant la bénédiction papale à Rome foule unanimement estimée à 250 000 personnes...lorsqu'on rapproche le simages de cette foule avec celles de l afoule du 24 mars, n'importe quel imbécile, à oeil nu, pourra constater qu' à Paris il y avait au moins 3 à 4 fois plus d emonde qu 'à Rome..
Léa
- 02/04/2013 - 15:02
Où est l'argent ?
Bien dit, Monsieur Hureaux. Si, dans un autre article, vous aviez pointé du doigt les socialistes comme seuls idéologues porteurs de ce nouveau nihilisme, vous répartissez ici plus justement les responsabilités. Y a-t-il une volonté de modernisme de la part d'une droite frileuse à la remorque d'une gauche ultra-cool ? Ce serait une question de "branchitude" obligatoire ? Allons donc !
Les ultralibéraux, de gauche comme de droite, ceux de Bruxelles comme ceux de Paris, de Londres ou de Washington, n'ont rien d'humanistes ou de philantropes, ce sont des technocrates qui ont le gain pour seul horizon.
Personne n'a semblé relever ce fait, qui me semble pourtant, au délà des considérations égalitaristes fumeuses de ce projet de loi qui, rappelons-le, va créer une catégorie de sous-citoyens (les enfants-objets) au bénéfice d'une ultra-minorité repliée sur ses obessions normatives, la véritable motivation d'élites qui n'ont pas pu perdre la tête à ce point.
Ma question : à qui profite le crime ?
batmanou
- 02/04/2013 - 13:23
@ Equilibre - 01/04/2013 -
@ Equilibre - 01/04/2013 - 20:12
Acceptez que d'autres pensent différemment de vous, acceptez les règles de la républiques, reconnaissez que vous n'étiez pas 1.400.000 (faut quand même pas sous estimer l'aptitude des français à mesurer une surface et à la multiplier par une densité, vous aussi vous pouvez faire le calcul), acceptez que ce sujet qui vous passionne est parfaitement anecdotique pour la grande majorité des français et que s'il contribue à simplifier la vie de certaines catégories de population alors pourquoi s'y opposer, acceptez aussi que votre morale n'est pas celle qu'applique les français : sur beaucoup de sujets, les cathos ont pris de positions qui ne correspondent pas à celles de la grande majorité des français et le dogmatisme voire l'activisme dont vous faites preuve n'incite pas à vous faire spontanément confiance. Enfin, cessez de vous comporter comme ces jeunes des banlieues si vous voulez qu'on vous prenne au sérieux. Chercher l'affrontement avec les CRS, ce n'était pas une bonne idée.