En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Laïcité républicaine
Malek Boutih : "Les plus impatients de parler de l'islam, ce sont les musulmans"
Publié le 04 avril 2011
Membre du bureau national du Parti socialiste, Malek Boutih revient pour Atlantico sur le débat sur la laïcité qui agite la classe politique française et insiste sur la force de notre modèle républicain.
Malek Boutih est membre du bureau national du Parti socialiste et député de l'Essonne, auteur du rapport "génération radicale".Il a par ailleurs été Président de SOS Racisme de 1999 à 2003. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malek Boutih
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malek Boutih est membre du bureau national du Parti socialiste et député de l'Essonne, auteur du rapport "génération radicale".Il a par ailleurs été Président de SOS Racisme de 1999 à 2003. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Membre du bureau national du Parti socialiste, Malek Boutih revient pour Atlantico sur le débat sur la laïcité qui agite la classe politique française et insiste sur la force de notre modèle républicain.

Atlantico : Quel regard portez-vous sur le débat actuel autour de la laïcité ?

Malek Boutih : La première remarque qui saute aux yeux c’est qu’il n’y a pas de débat. Il y a un débat sur le débat. Mais il n’y a pas de débat véritable sur la laïcité. Une séance quasi-clandestine se tiendra à l’UMP, mais c’est tout.

Il s’agit donc plutôt d’un message subliminal envoyé par Jean-François Copé : nous avons affaire en réalité à une instrumentalisation sémantique de l’enjeu laïc pour émettre un message. C’est plus l’induit que l’explicite qui est recherché à travers ce débat. C’est la raison pour laquelle il existe une confusion permanente entre laïcité, immigration et islam.

En vérité, c’est une opération politique dont on voit très bien les grosses ficelles. Il s’agit de camoufler le plus longtemps possible le bilan économique et social de la droite. Il suffit de comparer les promesses présidentielles avec leurs résultats pour s'apercevoir qu’on est loin du compte.

Ce débat est donc une stratégie pour trouver une autre ligne de clivage. C’est une sorte de gloubigoulba tel que la droite en a l’habitude, une régression intellectuelle et politique qui est déconnectée des vrais enjeux de la société française.

 

Un débat serein sur l’islam est impossible aujourd’hui en France ?

Je vais vous dire une chose : ceux qui sont aujourd’hui les plus impatients de parler de l’islam en France sont les musulmans. Eux-mêmes souffrent de l’image renvoyée par l’islam, de la désorganisation de cette religion sur le territoire national. Donc ils sont demandeurs d’un débat.

Mais il faut faire la part des choses : tout ce qui concerne le contenu des pratiques religieuses concerne les croyants eux-mêmes. Pas les autres. Alors quand j’entends Jean-François Copé proposer aux musulmans de faire la prière le vendredi et en francais pas en arabe, j’ai envie de dire : de quoi se mêle-t-il ? [NDLR : Jean-François Copé est par la suite revenu sur cette proposition]. L’État n’a pas à se mêler d’une affaire privée et il faut garantir le caractère apaisé de ce débat.

Par ailleurs, parmi les difficultés à surmonter figure l’action de groupuscules violents et islamistes qui veulent interdire ce débat. L’imam de Drancy a ainsi eu affaire à eux. En outre, des enjeux énormes d’argent et d’influence existent au sein de la religion musulmane : il n’y a qu’à voir les milliards d’euros que draine l’industrie halal. Enfin, comme le souligne à juste titre le texte cosigné par des représentants de six grandes religions de France ce mercredi 30 mars dans Le Parisien, l’UMP n’a pas la légitimité requise pour débattre en son sein et édicter sa propre conception de la laïcité. Le débat ne peut avoir lieu que si toutes les parties prenantes sont d’accord.

 

N’existe-t-il pas une peur aujourd’hui de débattre de l’islam en France, notamment au sein du Parti socialiste?

Une peur, je ne crois pas. Je ne dis pas que ca n’a pas existé, notamment après les attentats du 11 septembre 2001, mais qui n’avait pas cette peur à ce moment là ?

Au Parti socialiste, Martine Aubry n’a jamais développé sa propre conception de la laïcité. Elle n’en a qu’une conception consensuelle, une conception d’une laïcité souple, où finalement le politique ne se mêle pas trop, laisse la religion tranquille et accepte certains comportements. Sur la question du voile par exemple, le Secrétaire national à la coordination Harlem Désir a toujours défendu l’idée que les femmes s’émancipent toujours en allant à l’école, même si elles portent le voile.

En ce qui me concerne, je suis plus exigeant : j’estime que c’est en étant exigeant que l’on a permis à de nombreux catholiques de renouer avec la liberté religieuse et je pense que nous devrions procéder de même pour aider certains musulmans à s’émanciper de leur milieu. Je suis dans une culture laïque de gauche qui est liée à une culture de refondation, à une laïcité plus exigeante, à une laïcité de combat.

 

Pensez-vous que ce débat autour de la laïcité bénéficie à Marine Le Pen ?

Ce n’est qu’une partie du problème. La structure qui porte le FN est beaucoup plus profonde. Elle s’inscrit davantage dans la crise. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je pense que la droite fait une erreur quand elle pense récupérer des voix au Front national en lançant ce débat. Considérer que le FN ne prospère que sur ce sujet là est une conception dépassée. Il ne permet pas d’expliquer la dynamique électorale dans laquelle le FN se trouve actuellement.

 

Finalement, au-delà de la question de l’islam, ce débat n’illustre-t-il pas la difficulté qu'a la société française à aborder la question de l’immigration, y compris l’immigration de 2ème ou 3ème génération ?

Par rapport aux autres pays européens, la France se trouve dans un paradoxe. Notre pays connaît une crise politique forte autour des enjeux d’immigration ou d’identité nationale et possède le parti d’extrême-droite peut-être le plus ancien d’Europe (souvenons-nous que le FN a dépassé la barre des 10% dès les élections européennes de 1984). Pourtant, selon moi, grâce à son modèle républicain la France est le pays le mieux armé pour dépasser la crise d’identité que connaissent tous les pays européens (et même les Etats-Unis).  

Le modèle républicain est un modèle d’avenir. Il n’a pas besoin de ce débat. Il n’y a pas de laïcité sans cohésion sociale et le modèle républicain est beaucoup plus bousculé par le déchirement du tissu social.

Finalement, il faut penser le débat sur la laïcité au-delà de nos propres frontières, garantir le mélange des populations plutôt que d’avoir une simple vision ségrégative de la laïcité qui chercherait une pureté identitaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
06.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
405
- 01/04/2011 - 20:12
à vangog
Les immigrés rapportent 12 milliards par an à la France.
405
- 01/04/2011 - 20:11
à ElmoDiScipio
Et malgré tout cela, Rachida Dati a quand même appelé sa fille Zohra ?!?!
405
- 01/04/2011 - 20:07
à ElmoDiScipio
Maudits soient ces enfants de leur mère patrie, empalés une fois pour toutes sur leur clocher...
Mes enfants portent le nom de leur aïeul puisque c'est aussi le mien. Ils portent aussi les prénom de mon pays d'origine. Et ils se sentent aussi français que vous et moi. Ils sont heureux d'étudier la langue de leurs aïeux.