En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Allociné
L'ennui, la colère, les chagrins d'amour peuvent pousser une personne à manger d'autant plus.
Psycho avide
Et si contrôler ses émotions était le premier pas pour vraiment perdre du poids ?
Publié le 26 mars 2013
Déprime, chagrin d'amour, ennui... Nos émotions sont parfois l'une des principales sources de nos envies de grignoter. Faut-il aussi aller chez le psy pour maigrir avant l'été ?
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Déprime, chagrin d'amour, ennui... Nos émotions sont parfois l'une des principales sources de nos envies de grignoter. Faut-il aussi aller chez le psy pour maigrir avant l'été ?

Atlantico : Selon une enquête de l'Association américaine de psychologie, sur 1500 sondés, la moitié disent devoir accorder autant d'importance à la gestion de "l'alimentation émotionnelle" qu'à la réduction des apports caloriques ou à la pratique d'une activité physique. Que définit-on par alimentation émotionnelle ? Comment la différencier d'une alimentation "plaisir", nécessaire à un bon équilibre alimentaire ?  

Catherine Grangeard : L’alimentation émotionnelle n’est même pas forcément un plaisir ! Il ne faut pas confondre le fait de saliver en passant devant une boulangerie, lorsque de bonnes odeurs éveillent une envie de manger tenace car, comme son nom l’indique, l’alimentation émotionnelle découle d’émotions. Elle répond à l’appel de l’émotion. Il y a l’appel de la faim qui tout à fait différemment exige que l’on se nourrisse parce que l’estomac crie famine. Ainsi, lorsqu’une émotion envahit quelqu’un, elle la domine. Alors, il se peut que les réponses habituelles deviennent la nourriture. Car la nourriture apaise… Mais c’est une réponse « à la place » d’une autre que l’on s’interdit.

A quels facteurs ces épisodes d'alimentation émotionnelle sont-ils liés ? 

Les origines du recours à la nourriture émotionnelle sont singulières et se retrouvent inscrites dans l’histoire de chacun. Il suffit de les chercher ! Les facteurs déclenchant sont eux aussi individuels. Lorsque la personne peut les repérer, elle ne sera pas prise au dépourvu et pourra en éviter les effets. Bien sûr, s’ennuyer, être en difficulté, déprimer, tout ce qui est dans le négatif induit des compensations. Mais il peut aussi s’agir de moments agréables trop intenses, le plaisir est parfois aussi mal vécu, aussi curieux que cela paraisse comme cela, rationnellement.

On a repéré que lorsque les émotions dépassent un certain seuil (différent pour les uns et les autres, et c’est à chacun de connaître le sien), alors cet excès d’émotions entraîne des réactions psychiques et de là des réponses comportementales, dont le recours à la nourriture sans raison. Il s’agirait presque de se punir de tant de bonheur ! Comme vous le dites dans la question, il faut considérer à quoi ces épisodes sont liés, et revenir à la source.  

Quelles sont les thérapies qui ont fait leurs preuves ?

Chaque thérapie a ses avantages et ses inconvénients. Il y a aussi des modes, des moments où telle a le vent en poupe, ce sont des mouvements de balancier ! Ce qui est peut-être le plus essentiel, c’est le thérapeute ! Il est impératif qu’il convienne à la personne qui y a recours.

Il faut privilégier le repérage de ce qui est agissant, à l’insu de la personne et dans divers domaines de la vie. Il n'est pas utile de rester le nez sur le guidon et uniquement s’occuper des petites assiettes et des baskets. Arrachons, à la racine, les causes pour éviter la reproduction de comportements dont on regrette les conséquences.

Au quotidien, quelles sont les astuces faciles permettant de mieux gérer ses pulsions alimentaires émotionnelles ? 

Lorsque l’on est en mesure de repérer qu’il ne s’agit pas d’une vraie faim mais que des émotions se cachent derrière l’envie irrépressible de se nourrir, alors il devient possible de différer la réponse alimentaire : réintroduire de la temporalité permet de passer à autre chose. Alors que lorsque l’on a réellement faim, ça ne marche pas du tout, l’estomac continue à tirailler. Une fois que l’on sort de la pulsion, on peut faire intervenir la raison… on peut aller faire un tour ou prendre un bain, comme on veut, comme on peut ! On peut prendre une pomme pour attendre le dîner ou passer l’aspirateur… On peut se mettre en colère plutôt que le nez dans le frigo… On peut s’autoriser à pleurer. On peut refuser d’être le putching ball de la personne avec qui on vit, de son chef.

Si on sait ce qui origine cette pulsion, on sera d’autant capable de remettre les choses/les gens à leur place. Si on l’ignore, ça ne risque pas ! Tout ne se règle pas pour autant, comme par miracle, mais c’est déjà une ouverture pour commencer à s’y atteler. Il n’existe pas de recettes simples pour des problèmes complexes. Mais on évite la confusion. Alors, on n’est plus autant l’objet de ses émotions. C’est pour cela qu’il s’agit de ne pas sauter l’étape de savoir ce qui est aux commandes et d’en passer par le repérage de ce qui nous agite de l’intérieur et à notre insu. Lorsque les raisons pas raisonnables, inconscientes, prennent les commandes, elles sont trop fortes pour espérer les maîtriser, il faut agir en amont, au préalable et penser le long terme plutôt que rester dans l’immédiateté… C’est comme cela que l’on avance durablement. Et comme c’est plus efficace sur la durée, on peut comprendre pourquoi il vaut mieux se méfier de qui promet tout, tout de suite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
04.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
05.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
06.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
07.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Salvatore Migondis
- 26/03/2013 - 15:47
Eh bé..
Entre les diétiticiennes et les psy machin-chiennes.. on est mal barrés...
Duffy
- 26/03/2013 - 14:02
Pour maigrir, il faut ...
Faire de l'exercice pendant plus de 30mn à jeun au réveil : on brule 7 fois plus calories que l'estomac plein.
Manger lentement en commençant par des crudités à l'huile d'olive. Cette huile procure une forte impression de sassiété en 10 mn environ.
Ensuite on mange moins du reste.