En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 8 heures 28 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 18 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 9 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 8 heures 51 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 12 heures 8 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 10 heures
© Allociné
L'ennui, la colère, les chagrins d'amour peuvent pousser une personne à manger d'autant plus.
© Allociné
L'ennui, la colère, les chagrins d'amour peuvent pousser une personne à manger d'autant plus.
Psycho avide

Et si contrôler ses émotions était le premier pas pour vraiment perdre du poids ?

Publié le 26 mars 2013
Déprime, chagrin d'amour, ennui... Nos émotions sont parfois l'une des principales sources de nos envies de grignoter. Faut-il aussi aller chez le psy pour maigrir avant l'été ?
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Déprime, chagrin d'amour, ennui... Nos émotions sont parfois l'une des principales sources de nos envies de grignoter. Faut-il aussi aller chez le psy pour maigrir avant l'été ?

Atlantico : Selon une enquête de l'Association américaine de psychologie, sur 1500 sondés, la moitié disent devoir accorder autant d'importance à la gestion de "l'alimentation émotionnelle" qu'à la réduction des apports caloriques ou à la pratique d'une activité physique. Que définit-on par alimentation émotionnelle ? Comment la différencier d'une alimentation "plaisir", nécessaire à un bon équilibre alimentaire ?  

Catherine Grangeard : L’alimentation émotionnelle n’est même pas forcément un plaisir ! Il ne faut pas confondre le fait de saliver en passant devant une boulangerie, lorsque de bonnes odeurs éveillent une envie de manger tenace car, comme son nom l’indique, l’alimentation émotionnelle découle d’émotions. Elle répond à l’appel de l’émotion. Il y a l’appel de la faim qui tout à fait différemment exige que l’on se nourrisse parce que l’estomac crie famine. Ainsi, lorsqu’une émotion envahit quelqu’un, elle la domine. Alors, il se peut que les réponses habituelles deviennent la nourriture. Car la nourriture apaise… Mais c’est une réponse « à la place » d’une autre que l’on s’interdit.

A quels facteurs ces épisodes d'alimentation émotionnelle sont-ils liés ? 

Les origines du recours à la nourriture émotionnelle sont singulières et se retrouvent inscrites dans l’histoire de chacun. Il suffit de les chercher ! Les facteurs déclenchant sont eux aussi individuels. Lorsque la personne peut les repérer, elle ne sera pas prise au dépourvu et pourra en éviter les effets. Bien sûr, s’ennuyer, être en difficulté, déprimer, tout ce qui est dans le négatif induit des compensations. Mais il peut aussi s’agir de moments agréables trop intenses, le plaisir est parfois aussi mal vécu, aussi curieux que cela paraisse comme cela, rationnellement.

On a repéré que lorsque les émotions dépassent un certain seuil (différent pour les uns et les autres, et c’est à chacun de connaître le sien), alors cet excès d’émotions entraîne des réactions psychiques et de là des réponses comportementales, dont le recours à la nourriture sans raison. Il s’agirait presque de se punir de tant de bonheur ! Comme vous le dites dans la question, il faut considérer à quoi ces épisodes sont liés, et revenir à la source.  

Quelles sont les thérapies qui ont fait leurs preuves ?

Chaque thérapie a ses avantages et ses inconvénients. Il y a aussi des modes, des moments où telle a le vent en poupe, ce sont des mouvements de balancier ! Ce qui est peut-être le plus essentiel, c’est le thérapeute ! Il est impératif qu’il convienne à la personne qui y a recours.

Il faut privilégier le repérage de ce qui est agissant, à l’insu de la personne et dans divers domaines de la vie. Il n'est pas utile de rester le nez sur le guidon et uniquement s’occuper des petites assiettes et des baskets. Arrachons, à la racine, les causes pour éviter la reproduction de comportements dont on regrette les conséquences.

Au quotidien, quelles sont les astuces faciles permettant de mieux gérer ses pulsions alimentaires émotionnelles ? 

Lorsque l’on est en mesure de repérer qu’il ne s’agit pas d’une vraie faim mais que des émotions se cachent derrière l’envie irrépressible de se nourrir, alors il devient possible de différer la réponse alimentaire : réintroduire de la temporalité permet de passer à autre chose. Alors que lorsque l’on a réellement faim, ça ne marche pas du tout, l’estomac continue à tirailler. Une fois que l’on sort de la pulsion, on peut faire intervenir la raison… on peut aller faire un tour ou prendre un bain, comme on veut, comme on peut ! On peut prendre une pomme pour attendre le dîner ou passer l’aspirateur… On peut se mettre en colère plutôt que le nez dans le frigo… On peut s’autoriser à pleurer. On peut refuser d’être le putching ball de la personne avec qui on vit, de son chef.

Si on sait ce qui origine cette pulsion, on sera d’autant capable de remettre les choses/les gens à leur place. Si on l’ignore, ça ne risque pas ! Tout ne se règle pas pour autant, comme par miracle, mais c’est déjà une ouverture pour commencer à s’y atteler. Il n’existe pas de recettes simples pour des problèmes complexes. Mais on évite la confusion. Alors, on n’est plus autant l’objet de ses émotions. C’est pour cela qu’il s’agit de ne pas sauter l’étape de savoir ce qui est aux commandes et d’en passer par le repérage de ce qui nous agite de l’intérieur et à notre insu. Lorsque les raisons pas raisonnables, inconscientes, prennent les commandes, elles sont trop fortes pour espérer les maîtriser, il faut agir en amont, au préalable et penser le long terme plutôt que rester dans l’immédiateté… C’est comme cela que l’on avance durablement. Et comme c’est plus efficace sur la durée, on peut comprendre pourquoi il vaut mieux se méfier de qui promet tout, tout de suite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Salvatore Migondis
- 26/03/2013 - 15:47
Eh bé..
Entre les diétiticiennes et les psy machin-chiennes.. on est mal barrés...
Duffy
- 26/03/2013 - 14:02
Pour maigrir, il faut ...
Faire de l'exercice pendant plus de 30mn à jeun au réveil : on brule 7 fois plus calories que l'estomac plein.
Manger lentement en commençant par des crudités à l'huile d'olive. Cette huile procure une forte impression de sassiété en 10 mn environ.
Ensuite on mange moins du reste.