En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 18 min 1 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 2 heures 31 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 3 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 10 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 4 heures 34 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 3 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 5 heures 47 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 14 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 50 min 44 sec
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 21 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 2 heures 33 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 6 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 21 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 4 heures 42 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 23 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 7 heures 34 min
Corée vs Corée

Pas si inoffensifs : et si la Corée du Nord était en mesure de vraiment mettre en danger la Corée du Sud

Publié le 21 mars 2013
La Corée du Sud a été victime d'une cyberattaque géante le 20 mars et soupçonne son voisin du nord d'en être responsable. Les réseaux informatiques des chaînes de télévision et des banques ont été les premiers touchés par cet assaut virtuel.
Edouard Pfimlin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Pflimlin est chercheur associé à l'IRIS. Ses domaines d'expertise sont la politique de défense japonaise et les enjeux géostratégiques en Asie de l'EstDe novembre 2007 à avril 2008, il a été co-rapporteur du groupe Europe au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Corée du Sud a été victime d'une cyberattaque géante le 20 mars et soupçonne son voisin du nord d'en être responsable. Les réseaux informatiques des chaînes de télévision et des banques ont été les premiers touchés par cet assaut virtuel.

Atlantico : Alors que la Corée du sud soupçonne Pyongyang d'être responsable d'une cyber attaque massive qui touche son territoire mercredi 20 mars, il semble que les tensions entre les deux pays ne s'essoufflent pas. La dictature du nord avait annoncé le 8 mars qu'elle mettait un terme à tous les accords de non-agression entre les deux pays. L'attaque informatique qui a touché les banques et les chaînes de télévision sud-coréenne est-elle la preuve que la Corée du nord représente-t-elle vraiment un danger pour Séoul ?

Edouard Pflimlin : Précisons d'abord que le piratage informatique de grande ampleur qui a visé mercredi la Corée du Sud venait de Chine mais l'identité de ses auteurs reste indéterminée, ont annoncé jeudi les autorités de régulation sud-coréennes du secteur des communications. Ceci dit la Corée du Nord est soupçonnée de plusieurs attaques cybernétiques.

C'est en 1998 que le régime nord-coréen a établi une unité, l'unité 121, pour mener des cyber opérations. Début 2012, Pyongyang aurait ainsi brouillé les systèmes GPS des avions utilisant les principaux aéroports internationaux de Séoul.

Ce n’est donc pas la première fois que le régime nord-coréen est suspecté d’être derrière des cyber-attaques contre des infrastructures au sud de la frontière entre les deux pays. Deux piratages informatiques, en juillet 2009 et avril 2011, avaient déjà visé des banques de Corée du Sud ainsi que le système d’approvisionnement en eau. La Corée du Nord a toujours nié être responsable de telles cyber-opérations.

France 24 rapporte que La Corée du Sud estime ainsi que les cyber-soldats du Nord sont placés directement sous le commandement du “Bureau général de reconnaissance” qui est le service d’espionnage nord-coréen. Depuis l’accession de Kim Jung-un au pouvoir en avril 2012, cette unité est passée de 500 à 3 000 hackers à plein temps d’après les spécialistes sud-coréens.

En réaction à cette menace, Séoul a créé début 2010 un Centre de commandement de Cyberguerre, avec 200 personnes. Donc la Corée du Nord représente bien un danger pour son voisin du sud. Mais cette menace est loin de se limiter aux cyberattaques.

La Corée du nord fait partie des pays les plus fermés au monde. Comment expliquer les moyens technologiques dont elle dispose ?

Si l'on prend comme exemple le programme balistique nord-coréen, il faut faire un peu d'histoire pour comprendre comment on été acquis ces moyens technologiques.

Le programme d'acquisition et de développement de missiles de la Corée du Nord aurait commencé vers 1975, selon l'IISS (International Institute for Strategic Studies) de Londres. A partir de cette date, Pyongyang a notamment importé d'Union soviétique des missiles Scud-B à courte portée et a développé à partir de cette technologie ses propres missiles, Hwasong-5 et Hwasong-6 en accroissant leur portée à respectivement 300 et 500 kilomètres. Ces missiles peuvent frapper des cibles dans toute la péninsule coréenne – un objectif tactiquement utile pour les dirigeants communistes, mais qui ne remplit pas un des objectifs stratégiques : pouvoir frapper des cibles au Japon, bases américaines comprises.

Aussi la Corée du Nord a décidé d'importer des missiles, probablement de Russie, pour développer à partir de 1988 le Nodong. Il a été testé à partir de 1993. Donnant satisfaction, il a commencé à être exporté à partir de la deuxième moitié des annés 1990, notamment en Iran et au Pakistan – respectivement renommés Shahab-3 et Ghauri. La Corée du Nord est ainsi devenu un Etat proliférant, accroissant l'instabilité de la planète. La portée de ce missile est de 900 kilomètres. Il peut toucher une partie des bases japonaises et américaines au Japon ou des objectifs civils. Mais le missile n'a été testé que sur 500 kilomètres. Aussi en 2010, Pyonyang a présenté une nouvelle version améliorée, le Nodong-2010, qui pourrait théoriquement atteindre 1 600 kilomètres et toucher Okinawa, dans le sud de l'Archipel.

Mais Pyongyang cherche aussi à se doter de missiles intercontinentaux depuis la fin des années 1980. Le missile Taepodong-1 a été testé le 31 août 1998, provoquant un choc, notamment au Japon, le missile passant au-dessus du territoire. Sous la pression internationale, Pyongyang accepta quelques mois plus tard, en 1999, un moratoire sur les tests de missiles à longue portée en échange de la levée des sanctions économiques instaurées par les Etats-Unis, moratoire auquel elle mit fin en 2006. Depuis, le Taepodong-1 n'a pas été testé. Reconnaissant ses limites opérationnelles, les ingénieurs nord-coréens ont planché sur une nouvelle version, le Taepodong-2, à partir des années 1990. Il a été testé pour la première fois en 2006. Mais le test de ce missile dont la portée serait d'au moins 4 000 kilomètres a échoué.

Un autre missile, le Unha-2 – dont on ne sait pas s'il est une réplique du Taepodong-2 ou s'il est un nouveau système – a été lancé en 2009. Ce fut également un échec. Mais selon l'IISS, son développment pourrait servir soit au lancement de petits satellites, soit comme missile à longue portée, entre 6 500 et 10 000 kilomètres. Un autre missile à plus courte portée (2 400 kilomètres), le Musudan n'a pas encore été testé et est en cours de développement.

On le voit donc : en matière de missiles c'est l'effet combiné d'importations et un processus "d'indigèneisation" et d'adaptation qui a permis de développer des technologies assez avancées.

Le regard occidental que nous portons sur ce conflit nous amène-t-il à considérer la Corée du nord comme un pays sous-développé, alors que ce n'est pas le cas ?

Certes dans certains domaines la Corée du Nord semble avancée: nucléaire, missiles... Mais elle a tout d'un pays sous-développé : son agriculture très déficiente a conduit à de nombreuses famines et à la mort de millions de nord-coréens, l'industrie n'exporte rien hormis des armes et elle souffre de fortes pénuries d'énergie. Le développement économique n'est vraiment pas la priorité du régime communiste. On observe des phénomènes inquiétants : espérance de vie réduite, affaiblissement physique de la population...

De quels autres moyens la dictature nord-coréenne dispose pour menacer son voisin ?

Le régime de Pyongyang mettant la priorité sur le militaire, priorité qui ne semble pas remise en cause par le jeune dirigeant Kim Jong-un, dispose de toute une panoplie de moyens.

Comme le souligne la dernière édition du "Military balance" du respecté Institut international pour les études stratégiques de Londres (IISS), la Corée du Nord dispose d'un stock de plutonium suffisant pour fabriquer de 4 à 12 armes nucléaires, et elle mène un programme d'enrichissement d'uranium qui lui permettrait d'avoir de la matière fissile pour une ou deux armes nucléaires supplémentaires chaque année.

Elle disposerait aussi du troisième arsenal mondial d'armes chimiques et peut-être des armes biologiques.

Elle dispose aussi de moyens asymétriques: d'importantes forces spéciales avec 88 000 hommes, une artillerie à longue portée qui vise Séoul et d'autres villes sud-coréennes, et une flotte de mini-sous-marins !

Ajoutons qu'elle dispose sur le papier de la 4e armée mondiale avec 1,19 million d'hommes sous les drapeaux, dont 1,02 million pour l'armée de terre.

Mais ces forces sont dans un piètre état. Les matériels sont souvent anciens, voire très anciens. Leur niveau opérationnel est mis en question.

Quels sont les éléments qui dissuadent Pyongyang d'attaquer son voisin du sud ?

Tout d'abord la Corée du Sud a un important budget militaire de près de 29 milliards de dollars en 2012.

Ses armées sont parmi les mieux équipées en Asie de l'Est même si elles n'ont pas dissuadé des attaques surprises limitées de la part de la Corée du Nord comme la destruction de son navire "Cheonan" en mars 2010 ou le bombardement de l'île de Yeongpyeong en novembre 2010.

Mais ces attaques surprise ont conduit Séoul à vouloir améliorer ses capacités de dissuasion et de réponse aux provocations de Pyongyang. Ainsi elle développe des programmes de missiles et de missiles de croisière pour pouvoir frapper les bases nord-coréennes en profondeur. Elle a d'ailleurs allongé récemment la portée autorisée de ses missiles.

Elle déploie aussi un système antimissiles balistiques, certes moins performant que celui du Japon, mais qu'elle améliore sans cesse.

Mais surtout la Corée du Sud peut compter sur son allié américain qui déploie 28500 soldats en Corée, notamment près de la zone frontière. Ceci devrait conduire Pyongyang a bien réfléchir avant de lancer une attaque généralisée contre son voisin du sud.

Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
OlivR
- 21/03/2013 - 15:04
Que nos société occidentales se fasse pousser des couilles !
Moi je prône le règlement du problème de la Corée du Nord une fois pour toute avec un joli tapis de bombes capitalistes sur leurs dirigeants à la tronche bouffie. En général on m'objecte...les chinois et leur arsenal nucléaire !
Certes ma diplomatie laisse à désirer. Et puis ? Y vont faire quoi les chinois ? Nous faire une guerre ? Nous envoyer des ogives ? Nous faire la gueule ? De jaune ils vont passer au rouge colérique ? On devra se passez pendant 6 mois de leurs merdes en plastique qui empoisonnent nos gosses ? Laissez-moi rire ! L'économie occidentale se grippe, les commandes baissent de 15% et on commence à voir la Chine transpirer pour leur sacro-sainte croissance. Comment croyez-vous qu'ils les tiennent leur milliard et demi d'esclaves, et leurs quelques milliers de milliardaires ? Ils nous feront un joli baroud d'honneur pour la forme et...ils la fermeront pour laisser leurs usines tourner à plein !
Alors que si la crise nous serve à quelque-chose à nous autres diables de capitalistes, c'est qu'on arrête enfin de se chier dessus dès qu'on évoque la Chine car eux non plus ne sont pas exclu du principe de réalité économique, ils ont même les 2 pieds dedans !