En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 12 min 28 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 18 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 6 heures 6 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 6 heures 45 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 7 heures 3 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 13 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 15 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 2 heures 5 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 4 heures 43 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 20 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 47 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 17 heures 1 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 18 heures 29 sec
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 22 heures 50 min
© Reuters
Les sommes touchées par les managers ont pour origine, la professionnalisation, la montée du pouvoir de ces managers
© Reuters
Les sommes touchées par les managers ont pour origine, la professionnalisation, la montée du pouvoir de ces managers
Retour aux sources

Avant de vouloir limiter les salaires abusifs, encore faut-il en comprendre les origines

Publié le 21 mars 2013
En Suisse, les rémunérations des dirigeants ont en moyenne baissé entre 1 et 3% en 2012 par rapport à 2011. La chambre haute du Parlement doit se prononcer ce jeudi 21 mars sur une initiative visant à limiter les écarts de rémunérations au sein des entreprises de la confédération Helvétique, et qui récolte actuellement 49,5% d'opinion favorable, selon un sondage publié dimanche par le SonntagsZeitung.
Bruno Bertez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Bertez est un des anciens propriétaires de l'Agefi France (l'Agence économique et financière), repris en 1987 par le groupe Expansion sous la houlette de Jean-Louis Servan-Schreiber.Il est un participant actif du Blog a Lupus, pour lequel il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Suisse, les rémunérations des dirigeants ont en moyenne baissé entre 1 et 3% en 2012 par rapport à 2011. La chambre haute du Parlement doit se prononcer ce jeudi 21 mars sur une initiative visant à limiter les écarts de rémunérations au sein des entreprises de la confédération Helvétique, et qui récolte actuellement 49,5% d'opinion favorable, selon un sondage publié dimanche par le SonntagsZeitung.

Vendredi 8 Mars. A propos du salaire des dirigeants et des salaires abusifs en général.

Le présent article n'a nullement pour objectif de prendre position sur la question de savoir s'il faut limiter ou non les salaires de dirigeants. La question des inégalités est complexe. C'est un vaste sujet qui pour être abordé nécessite que l'on se place de différents points de vue : économique, moral, social, sociétal et symbolique. Par ailleurs il est relié à la question de la justice sociale qui, en elle même constitue un débat à part entière.

Simplement nous voulons attirer l'attention sur un aspect passé sous silence.

Les sommes touchées par les managers ont pour origine, la professionnalisation, la montée du pouvoir de ces managers et leur constitution en classe sociale hybride entre le salariat et le capital.

Le capitalisme familial, pour maintenir son patrimoine et son profit a fait appel à des managers.

En même temps, les entreprises se sont ouvertes sur l’extérieur sur l'actionnariat populaire et la dette bancaire, le levier. L'origine du profit et de l'enrichissement est devenue plus floue, plus complexe.

On aurait pu imaginer une évolution dans laquelle la classe des managers s'émancipait du capital et des propriétaires, cela a failli être le cas dans de nombreux pays. Avec des dirigeants self perpetuating élite, alliés du pouvoir politique, voire dans certains cas des syndicats salariés.

Le double risque de la montée en pouvoir et autonomie des managers et de la négligence des intérêts du capital, l'oubli de  l'objectif  de profit maximum exigé par le capital a conduit à un nouveau contrat implicite entre les propriétaires et leurs dirigeants.

Ce contrat se fonde sur l'idée que le dirigeant est un facteur de production en lui même, autonome et qu'il doit être intéressé, il doit avoir droit à une part de l'enrichissement qu'il a produit par sa gestion avisée. La rémunération des managers n'est pas de même nature que le salaire, elle est une part de ce que l'on appelle, la création de valeur. Cette création de valeur, plus ou moins synonyme de hausse du cours de bourse, est mesurée par les marchés. Cela se traduit bien souvent à la fois dans les contrats d'embauche des managers et dans les droits aux stocks options.

Pour s'assurer de la convergence des intérêts, de la solidarité entre les dirigeants et le capital entre les managers et les propriétaires, quoi de mieux que d'aligner les rémunérations sur cette solidarité, sur ce partage. Quoi de mieux que de les relier organiquement.

Le capital dit, tu m'enrichis, je te donne ta part de cet enrichissement. En fait la solidarité qui se noue va encore plus loin que la rémunération , car le manager oublie son statut de salarié et change de camp, il devient et pense capitaliste. Il en épouse les valeurs, les objectifs, la dureté diront les syndicats. Il impose comme disent les gauchistes. La loi d'airain du capital encore plus efficacement que les propriétaires. Il ne fait pas de sentiment, pas de paternalisme. Et il a bonne conscience à le faire, car il est légitime, il a travaillé et travaille encore dur.

La lutte des classes, la contestation des inégalités jugées excessives, tout cela repousse le manager dans le camp du capital, dans le camp des marchés et il en devient une pièce essentielle. A fortiori quand le marché valorise ses stocks potions et fait de lui un homme riche qui n'a plus rien à envier aux propriétaires capitalistes. Le manager oublie ses origines, pense et vote comme le capitaliste .

Ce qui est extraordinaire, c'est que dans certains cas, anglo-saxons par exemple le manager s'identifie encore plus au capital que le capital  lui même, on le voit dans les caisses de pension par exemple, ou les exigences et la dureté sont à leur comble.

La constitution de cette solidarité entre capital et classe managériale a certainement été efficace pour faire respecter les objectifs d’efficacité et de productivité, c'est une évidence. Elle a donc favorisé la croissance et la production de richesses. Mais elle a eu pour contrepartie, une montée du court-termisme, on privilégie la création de valeur à court terme, comme dans les banques. Elle a eu pour contrepartie la prise de risques inconsidérés puisque l'on était dans un système dissymétrique de tiers payant- le manager fait tourner  l'argent des autres- , enfin cela a provoqué rupture des solidarités au sein du monde du travail, les nouveaux patrons perdant le lien avec leurs ex-collègues...

Dans la période présente de tensions sur le consensus social, on voit que les salariés, les syndicats et les gouvernements de gauche ne s'y trompent pas, ainsi en Europe, on vient de passer des textes qui limitent les rémunérations des dirigeants d'entreprise. En Suisse on passe une initiative « contre les salaires abusifs ». Quand on veut baisser quelque chose, on emploie toujours le qualificatif « abusif » n'est ce pas. Et le phénomène va se généraliser.

On aurait tort de considérer que l'on n'est que face à une question de gros sous, en fait on est au cœur de la politique et de l'organisation sociale. Les votes, les élections sont affaire d'alliances de groupes sociaux, affaires de valeurs communes et si l'élite de la société se trouve d'un coté ou de l'autre, cela change tout.

En France, l'une des erreurs des pouvoirs de droite et du patronat a été de rejeter les cadres d'entreprises dans le marais radical socialisant, on en voit le résultat. De même la dérive des managers, leur absence de conscience dans certains cas, leurs excès se traduisent par une perte de soutien social à leur statut. Nous le déplorons, non pas pour la question des rémunérations, mais pour une autre raison grave et fondamentale. En se désignant comme boucs émissaires, les dirigeants, les managers, élites trop payées fournissent aux pouvoirs un bouc émissaire facile qui donne l'alibi de ne pas s'attaquer aux vrais problèmes. Exemple. Plutôt que de réformer le système bancaire, le statut des banques centrales et le système monétaire international, les pouvoirs préfèrent faire semblant de s'attaquer aux salaires et bonus des banquiers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mascarine
- 21/03/2013 - 12:03
donc ce seraient
les actionnaires (et non les conseils d'administration selon l'incompétente NVB ! porte parole du tripotage intellectuel du gouvernement et pas à une bourde près) qui décideraient de la rémunération des grands patrons ! les copains de Hollande ( dont le grand patron de SFR.....)sont partis à temps ; y aurait il délit d'initié ah! ah! .....La mesure est populaire , elle "ne mange pas de pain"et permettra de grappiller un petit point dans les sondages : car enfin le bout du bout ce n'est pas la justice sociale qui les anime mais bien la remontée sondagière !
pgf
- 21/03/2013 - 11:22
PGF
limiter les salaires du privé relève de la bêtise absolue ; d'ailleurs comment va t-on mettre en oeuvre cette loi , faudra t-il créer une police spéciale des saliares ! . On a raison de dire que ce pays a encore dans son cortex le rêve collectiviste ce qui a fait dire un jour à l'ancien président Russe boris yeltsine alors qu'il venait en visite officielle à paris : "je salue le président de la dernière nation communiste". Si le capitalisme a grandement besoin d'encadrememnt et de fermeté de la part des gouvernants , le marxisme , lui , est à mettre au rancard des vieilles lunes et cette classe politique est totalement inapte voir même dangereuse.
Foidanimal
- 21/03/2013 - 11:16
Bravo
Je pense effectivement qu'en économie, les chiffres loin de traduire la réalité, la masquent souvent. S'attaquer à un phénomène comme celui de la rémunération des dirigeants sans l'avoir analysé, comme le fait Bruno Bertez, revient à traiter des symptômes sans comprendre la maladie, à traiter un cancer avec de l'aspirine.
Ce sont tous les phénomènes économiques qu'il faudrait analyser de la sorte en se focalisant sur leurs acteurs et les relations qu'ils entretiennent entre eux et non sur le résultat de leurs actions. Celui-ci n'est jamais qu'un symptôme. Un marché ne se comprend que si on connaît les acteurs, leurs relations et leurs motivations. Certains phénomènes de marché, par exemple, peuvent résulter d'une volonté de puissance qui s'exerce au détriment du profit. Dans le cas analysé par Bertez on voit les véritables détenteurs du capital abandonner une part de leur profit dans l'espoir de le préserver à long terme et, ce faisant, favoriser des comportements à court terme !