En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 5 heures 7 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 6 heures 3 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 7 heures 24 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 10 heures 30 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 13 heures 42 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 14 heures 20 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 5 heures 38 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 7 heures 5 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 7 heures 56 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 9 heures 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 10 heures 22 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 14 heures 7 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 14 heures 26 min
© Reuters
Aujourd’hui ce qui compte c’est le court terme, le gain rapide obtenu de manière très violente, et non une vision reposant sur le long terme
© Reuters
Aujourd’hui ce qui compte c’est le court terme, le gain rapide obtenu de manière très violente, et non une vision reposant sur le long terme
La fièvre monte

Marseille : le banditisme “à la papa” a laissé la place à une délinquance sauvage

Publié le 21 mars 2013
La criminalité qui flambe à Marseille n'a rien à voir avec celle, plus traditionnelle, que la ville connaissait jusque-là. Moins organisée, moins rationnelle, elle n'en est que plus difficile à appréhender.
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La criminalité qui flambe à Marseille n'a rien à voir avec celle, plus traditionnelle, que la ville connaissait jusque-là. Moins organisée, moins rationnelle, elle n'en est que plus difficile à appréhender.

Prenons d’abord quelques chiffres : 70 % des attributaires du RSA dans les Bouches-du-Rhône résident dans la cité phocéenne ; 44 % des moins de 18 ans vivent sous le seuil de pauvreté, le chômage touche 30,5 % des personnes âgées de moins de 25 ans et atteint le taux de 49,9 % dans certaines cités comme, par exemple, celles de Félix Pyat, La Castellane ou La Busserine. Il s’ensuit qu’on assiste aujourd’hui à une réelle mutation du banditisme local qui prospère, à Marseille, sur une pauvreté relative. Sur un plan quantitatif, cette recomposition se traduit par une explosion des homicides entre gangs (un assassinat dans les quartiers Nord de Marseille coûte 200 euros) ou entre caïds locaux, de plus en plus jeunes et de plus en plus violents, une prolifération des vols à main armée, souvent peu organisés et dont les enjeux financiers sont parfois assez minces, sans compter les jets de grenades et tirs d’armes de guerres visant les rivaux.

Ensuite, force est d’admettre que, sur un plan axiologique, les valeurs qui structuraient le milieu insulaire des années 70, notamment, le respect, le sens de l’honneur, de la parole donnée, se sont délitées. Aujourd’hui ce qui compte c’est le court terme, le gain rapide obtenu de manière très violente, et non une vision reposant sur le long terme, c’est-à-dire fondée sur une stratégie rationnelle. La confiance a cédé le pas à la défiance, suivant ainsi les mutations induites par notre modernité. A ce titre, quand les caïds des quartiers, notamment à Marseille, se substituent progressivement au banditisme corse, pour cause d’affaiblissement considérable de la "brise de mer" ou de "l’équipe des bergers de Venzolasca", c’est un peu la passion qui l’emporte sur la raison. En réalité, les nouvelles bandes ne sont pas structurées car elles ne sont animées d’aucun sens du groupe ou d’une vision d’ensemble de leur action. Le passage à l’acte est instinctif, donc peu maîtrisé, par conséquent plus dangereux car plus risqué pour les personnes innocentes. Le banditisme marseillais s’est, d’une certaine manière, déprofessionnalisé. Le délinquant d’aujourd’hui ne respecte plus personne, même plus son avocat, qu’il essaie régulièrement d’intimider ou de racketter, un avocat pourtant censé lui prêter assistance lors de sa présentation devant un juge pénal. Il suffit, pour s’en convaincre, de prendre comme exemples les divers actes criminels perpétrés ces derniers mois à Marseille à l’encontre d’auxiliaires de justice, sans que d’ailleurs aucun dispositif de sécurité ne soit encore prévu pour protéger aujourd’hui les avocats dans l’exercice de leurs missions. Pour employer une terminologie tirée de la science politique, on pourrait dire que le banditisme local, principalement d’origine extra européen, repose désormais sur une vision essentiellement individualiste alors que le milieu corse disposait d’une conscience holiste.

Une autre évolution significative, c’est le prestige attaché à l’appartenance à un gang chez de très jeunes caïds. En effet, face à la domination ressentie par ceux qui considèrent être exclus de la société, et aux frustrations qui en découlent, liées en partie à l’histoire des parents, l’acte délinquant est très souvent perçu, dans les cités à Marseille, comme héroïque voire comme une forme de vengeance ; le trafiquant de drogue offrant une alternative à la désaffiliation sociale et symboliquement à sa réhabilitation économique. Ce faisant, ce type de délinquant échappe aux définitions classiques de la sociologie de la délinquance. En effet, la criminologie classique a longtemps recherché divers facteurs d’explications qui ont mis en exergue soit un déficit de la société en tant qu’instrument de régulation sociale ou d’intégration soit un déséquilibre inhérent au sujet, l’infraction ne pouvant résulter que d’un dysfonctionnement de l’appareil psychique de l’individu ou d’une nécessité (commettre un délit pour subvenir à ses besoins ou aux besoins de sa famille, par exemple). Dans cette perspective, le moyen (la commission de l’infraction) n’était pas séparé des fins (en l’espèce, par exemple, se nourrir). Or, on assiste aujourd’hui à une dissociation totale entre l’action (le passage à l’acte) et la conscience du risque pénal découlant de ladite action ; la transgression de la règle n’étant plus intériorisée comme un possible risque en termes de sanctions pénales voire de mort violente. C’est une des raisons pour lesquelles la question récurrente d’un renforcement des dispositifs de police ne réglera rien, si elle s’avère que ponctuelle. En effet, à Marseille, seule l’intervention de l’armée, souhaitée majoritairement par les habitants de cette ville qui sont pris en otages, pourrait, si elle était durable, juguler ce type de délinquance. Les moyens mis en œuvre par M. Manuel Valls, constitués par un renfort de 150 policiers au mois de septembre et par un effectif supplémentaire de 240 fonctionnaires la semaine dernière, apparaissent totalement décalés par rapport à la réalité ; une réalité qui pourtant s’apparente à un mouvement insurrectionnel permanent. Et ce dans une indifférence quasi générale.

A cette situation se rajoute une autre misère relative, celle dont souffrent les magistrats. Un appareil judiciaire qui manque cruellement d’effectifs et de moyens pour faire face à ce type de banditisme limité par aucun frein moral. En réalité, malgré le dispositif mis en œuvre par le ministre de l'Intérieur, tout se passe, à l’épreuve des faits, comme si les politiques avaient décidé, peu ou prou, au-delà des discours et des intentions louables affichées, d’abandonner Marseille à son triste sort, considérant, sans toutefois l’avouer, qu’il n’existe plus de solutions possibles aujourd’hui au syndrome marseillais. Ce qui peut apparaître paradoxal avec les discours habituels rappelant, surtout à l’approche des élections, le nécessaire pacte républicain au sein d’une nation réputée indivisible. Car dans les cités sensibles de Marseille, la violence ne réside plus véritablement et simplement dans l’usage de la force mais semble davantage avoir son siège dans l’absence ou l’oubli de ce qui devrait être intériorisé par le délinquant comme étant la règle. Et ce qui caractérise cette violence c’est précisément la négation de l’humain en l’homme en tant que cette négation est sa visée propre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
aubagne
- 22/03/2013 - 10:44
Sam84
Le laxisme de tous bords pour une "paix sociale" a conduit Marseille au non retour.Depuis quelques années l effet cocotte minute se manifeste de plus en plus,et mis à part un courage de nos politiques et de toutes les administrations,rien ne changera.MAIS CE N EST PAS POUR DEMAIN....
Salvatore Migondis
- 21/03/2013 - 20:04
...
Comme le dit si justement le sous-titre de l'article, la délinquance est plus difficile à appréhender que les délinquants.
sam84
- 21/03/2013 - 18:23
Il y assister pour le croire
Lorsque ces délinquants arrivent triomphant et fanfaron au tribunal ,personne ne bronche et toute la magistrature se couche et sermonne,le gus comme si c’était un petit galopin ayant chipé, une pomme sur le pommier du voisin Il faut voir les tenues,et les attitudes provocatrices, voir insultante,mais profile bas et c'est les magistrats qui se montrent gêné Par curiosité allez voir au moins une fois ce qui se passe dans les locaux de la justice