En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

06.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

07.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 6 heures 44 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 15 heures 32 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 15 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 17 heures 30 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 7 heures 56 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 12 heures 44 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 15 heures 6 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 15 heures 39 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 16 heures 14 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 16 heures 58 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 17 heures 8 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 17 heures 37 min
© Reuters
© Reuters
Et ça recommence

Chypre ou l’erreur qui tue : le plan de sauvetage de l’île peut-il marquer le début de la fin de l’euro ?

Publié le 19 mars 2013
Une taxe polémique de 6,7% sur les dépôts inférieurs à 100 000 euros et de 9,9% sur la tranche supérieure devrait être instaurée afin de rapporter un peu moins de 6 milliards d'euros et sauver le pays suite à une baisse de l'aide accordée par les Européens.
Mathieu Mucherie et Bruno Bertez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché sur Paris, et s'exprime ici à titre personnel. Bruno Bertez est un des anciens propriétaires de l'Agefi France (l'Agence économique et financière), repris en 1987 par le groupe Expansion sous la houlette de Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une taxe polémique de 6,7% sur les dépôts inférieurs à 100 000 euros et de 9,9% sur la tranche supérieure devrait être instaurée afin de rapporter un peu moins de 6 milliards d'euros et sauver le pays suite à une baisse de l'aide accordée par les Européens.

Atlantico : La zone euro et le FMI sont parvenus à un accord pour sauver l'économie chypriote. Mais alors que le plan de sauvetage initial prévoyait un une aide de 17 milliards d'euros, le pays s'est vu accordé une aide effective de 10 milliards d'euros "seulement". Pour combler le "manque", une taxe de 6,7% sur les dépôts inférieurs à 100 000 euros et de 9,9% sur la tranche supérieure devrait être instaurée afin de rapporter un peu moins de 6 milliards d'euros. Le scénario de Chypre est-il un problème marginal ou un détonateur potentiel d'une crise beaucoup plus large ? La crise en zone euro peut-elle repartir de plus belle ? La zone euro a-t-elle commis l'erreur de trop ?

Mathieu Mucherie : Après de simples actes de délinquance juvénile (le coup d’état contre Papandréou, le "haircut" pseudo-volontaire sur la dette grecque qui a semé le doute partout, le coup d’État contre Berlusconi, etc), les autorités européennes passent à la criminalité organisée, du vol pur et simple, une taxation des dépôts, c'est-à-dire un acte de piraterie bolchevique que même Leonid Brejnev ne se serait jamais autorisé. C’est à la fois une attaque de diligence et une incitation totale pour un bank run géant qui fera passer l’affaire Lehman pour une aimable péripétie.

Même la Réserve fédérale de 1931 ou de 1932 n’est pas allée aussi loin dans la contraction monétaire absurde : rappelons que la zone euro souffre déjà de conditions monétaires hyper-restrictives depuis 5 ans, surtout à sa périphérie (taux trop hauts par rapport à la croissance du PIB nominal, primes considérables exigées pour les prêts industriels et commerciaux, monnaie trop chère face à la Lira turque, etc.), alors pourquoi en rajouter en attaquant la base monétaire, les dépôts ? C’est le cœur de la confiance (ou ce qu’il en reste) qui est visée, en plein cœur d’une récession, bravo. Et le tout pour soi-disant pénaliser des oligarques russes (croyez-vous sérieusement que ces gens là déposent moins de 100 000 euros où que ce soit ?). Les oligarques russes ont bon dos, ce sont les oligarques de Bruxelles et de Francfort qui sont coupables.

Si ce projet (je préfère dire : cette expérimentation, ou cette provocation allemande) va jusqu’au bout, alors c’est la fin de la banque de détail, la fin des PIGS (Portugal, Irlande, Grèce, Espagne), la fin de toute sécurité juridique pour l’épargnant en zone euro, une nouvelle vague de départ des investisseurs non-résidents, au passage aussi la 2e mort des euro-bonds et de tous les projets de solidarité européenne, le ridicule assuré pour des générations pour la Troïka (FMI-BCE-grosse Commission européenne, au fait que vient faire le FMI dans cette galère ?), bref la fin des haricots. A part les adorateurs de l’or (l’actif le plus stérile, l’actif des dépressifs) et les détenteurs de Francs suisses, je ne vois pas qui peut s’enrichir avec une telle mesure, et tout ça fait cher pour rassurer les lecteurs de Bild.

Bruno Bertez : La question de la répartition de la charge des sauvetages bancaires et étatiques au sein de la zone euro est centrale. Les sommes sont tellement importantes qu'il faut à tout prix les cacher au public, aux marchés. Pour cela, on organise la non-transparence d'une part et l'on essaie de faire participer divers créanciers au sauvetage des banques et des gouvernements. S'agissant de la Grèce, on a fait participer le secteur privé bancaire par le biais d'abandons de créances et restructurations, sous le nom de PSI. Ce nom recouvre la participation du secteur privé. S'agissant de Chypre, on fait participer les déposants. On ampute leurs dépôts. Dans tous les cas, il s'agit de réduire le passif, c'est à dire la masse de dettes des gouvernements ou des banques. On peut considérer que la PSI, la "Private sector involvment" (participation du secteur privé NDLR) voulue par Merkel et acceptée par Sarkozy a été une erreur colossale : elle a nullifié une fois pour toutes le caractère sacré des dettes gouvernementales. Ce caractère sacré est essentiel dans nos systèmes à deux niveaux.

Le premier est que la solvabilité des banques repose sur le caractère sans risque des dettes gouvernementales. Le second est que le keynésianisme n'est possible que si les dettes d'État sont sacrées. La PSI a été un facteur déclenchant de la crise européenne en boule de neige et l'une des causes essentielle de la perte de confiance. A noter que les banques détentrices de dettes gouvernementales ont réagi: elles ont fait s'effondrer les dettes fragiles sur les marchés et obliger la BCE de Draghi à sortir son gros bazooka. Les banques ont fait une sorte de run sur la dette des gouvernements. Elles ont gagné. Ici, dans le cas de Chypre, ce sont les déposants qui voient leurs avoirs amputés et confisqués. Ils ont un pouvoir aussi grand que les banques. En retirant leur argent, ils précipitent la chute de confiance, prennent le système financier chypriote à la gorge. Par le jeu à la fois de la contagion et de l'interconnexion financière les déposants ont en fait une arme atomique aussi dangereuse que celle des banques. La différence est cependant de taille car les épargnants sont isolés, ils représentent une masse qui n'est pas organisée tandis que les banques sont cartélisées et détiennent le pouvoir sur les États.

Pour répondre précisément à votre question, la zone euro a fait non pas une erreur de trop mais un erreur de plus. Il est évident que cela est rattrapable mais cela va coûter cher. Peu importe, ce ne sont ni les gouvernements ni les banques qui paient mais les peuples. Nous sommes dans le système du tiers payant: j'accumule les idioties, cela coûte cher, mais peu importe, c'est toi qui paie. L'incompétence des gouvernements manifestée par les décisions imposées par Merkel à la fois en Grèce et à Chypre se traduit par un gonflement exponentiel des coûts de sauvetage. Le problème grec, bien traité, aurait coûte 35 milliards ; le gâchis représente maintenant plus de 300 milliards. On s'achemine vers une situation du même genre sur Chypre. La contagion peut toucher l'Espagne et surtout l'Italie. On peut toujours penser avec l'Europe que les problèmes seront mal traités, mais comme nous sommes très pessimistes, nous considérons que cette erreur dramatique ne mettra pas en danger la zone euro. On fera ce qu'il faut pour éteindre l'incendie. On arrosera avec l'argent de la BCE, on diluera l'épargne des Européens. On fera une fois de plus machine arrière sur l'austérité comme on le faut subrepticement depuis quelques temps. Il y a une autre solution, elle est politique, pas très reluisante, mais avec l'Europe, tout est possible. On peut organiser un refus chypriote. Faire comme si c'était les représentants du peuple qui refusaient le plan européen. Déjà le vote a été reporté de 24 heures.

Les places financières européennes ouvraient toutes en baisse ce lundi. Cette taxe sur les dépôts risque t-elle de créer un précédent historique susceptible de déboucher sur un "bank run", c'est à dire un mouvement de retraits massifs des capitaux des particuliers des banques ? Cela peut-il affaiblir le système bancaire européen qui panse encore ses plaies ?

Mathieu Mucherie : Les marchés se sont depuis un peu calmés. Ce qui signifie que cette bombe, cet attentat contre l’économie, est tellement énorme que ça ne va probablement pas passer. Le scandale est trop gros, l’injustice trop flagrante (Tartuffe : "Le scandale du monde est ce qui fait l’offense, et ce n’est pas pêcher que de pêcher en silence").

Les autorités chypriotes elles-mêmes (pour éviter des lynchages) où les maîtres de la Troïka (pour sauver les banques espagnoles) vont probablement faire machine arrière d’une façon ou d’une autre. Pour punir (façon "maîtresse SM") une économie qui représente 0,2% du PIB de la zone euro, on ouvre la boite de Pandore. Mais à l’heure où nous sommes, le texte de la Troïka n’a pas été désavoué et encore moins enterré. Tout est possible en zone euro, vu le casting. Comme il est dit dans "Les tontons flingueurs" : "Les cons, ça ose tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait". Et il est vrai que le prénom du banquier central chypriote étant Panicos, alors tout est possible.

Bruno Bertez : La rumeur d’une catastrophe chypriote circulait dès la semaine dernière à Moscou. Visiblement, le pouvoir suivait cette affaire de très près et avait des informations privilégiées. Ceci explique le comportent déjà "bizarre" des marchés la semaine dernière, la très mauvaise tenue des places asiatiques et le mauvais début de journée en Europe. Il est évident qu’à partir du moment où les responsables de la conduite des affaires considéraient que le "tail-risk" européen était le seul obstacle sur la voie du redressement, la réapparition de ce "tail-risk" ne pouvait qu’inquiéter les bourses. 

S’agissant de la fragilité des banques européennes, un peu plus, un peu moins, n’y changera rien. Tous les spécialistes savent que les banques européennes sont très déficitaires en dépôts ; elles ont trop peu de dépôts en regard de leurs engagements. Leur base est trop étroite. Les banques américaines en revanche ont un excédent des dépôts sur leurs engagements de 800 milliards de dollars. Le système des paiements européens supporte tous les déséquilibres. La créance des Allemands sur ce système est tellement considérable qu’il n’y a aucune autre possibilité que celle de continuer.

Sur la question de savoir si le système européen est en train ou non de panser ses plaies, nous répondrons plutôt par la négative : on met des emplâtres, on dissimule, on profite des facilités que confère la comptabilité. Sur le fond, les doubles problèmes 1) du capital insuffisant 2) de l’insuffisance des ressources stables restent entiers.

Cet évènement marque-t-il un coup d'arrêt brutal de la solidarité en zone euro ? Cela signifie t-il désormais que l'Union européenne, et plus particulièrement l’Allemagne, refusera de signer des "chèques" d'aide de façon systématique et qu'elle accepte désormais l'idée selon laquelle des Etats comme Chypre puissent faire faillite car ils ne sont pas considérés comme "too big too fail" (trop gros pour faire faillite) et que la zone euro peut résister à une telle faillite ?

Mathieu Mucherie : Comme nous l'avons vu avec la Grèce il y a dix-huit mois, on peut laisser un État faire faillite même si nous avons appelé cela autrement. En l’occurrence  la situation n'est pas comparable avec Chypre car une partie des mécanisme d'aide seront désormais auto-financé. Il ne s'agit même plus d'une aide soumise à condition mais d'une aide en partie financée par les Chypriotes eux-mêmes et plus particulièrement les petits épargnants de base !

On fait payer aux petits entrepreneurs et aux petits épargnants locaux une partie du mécanisme d'aide alors que c'est grâce à eux que le pays tient encore un peu le cap. Chypre, c'est 0,2% du PIB de la zone euro mais attention ! Il n'y a pas de lien entre la taille du problème et ses conséquences possibles. Il n'était pas rare de lire à l'époque que les crédits subprimes (à l'origine de la crise, ndlr) était un problème très ciblé sur un marché qui ne dépassait pas les 100 milliards de dollars. On a bien vu la suite... Quelque chose de microscopique peut donc se transformer en un problème systémique.

Si Chypre est un "petit problème", autant le résoudre de suite en aidant le pays immédiatement sans condition sans quoi le problème va durer de même qu'il y aura un choc d’incertitude et toutes les conséquences systémiques qui vont avec... La conditionnalité des aides est une surenchère allemande. C'est injuste, inefficace et systémique. Nous sommes la risée du monde entier. Même si l'idée est stoppée, le seul fait de l'avoir proposé décrédibilise la Troïka.

Bruno Bertez : Notre opinion est que ceci n’est que passager, car en réalité, les bourses adorent les crises. Pour elles, c’est l’occasion de continuer de bénéficier de taux d’intérêt zéro et d’une manne sans limite de liquidités tombées du ciel. Même si la crise chypriote devait durer quelque peu, nous sommes persuadés qu’elle aurait des conséquences plutôt positives que négatives pour les bourses.

N’oubliez pas que Draghi a considéré qu’il était légitime à ouvrir son carnet de chèques ou plutôt celui de la BCE, ou plutôt celui des citoyens, c’est-à-dire de vous, dès que l’intégrité de l’euro était menacée. Il est évident que nous sommes dans l’un de ces cas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yvonman53
- 21/03/2013 - 02:10
Chypre
Population 1 102 677 hab. (2010)
Superficie 9 251 km2
Donc ,en gros l'Isère.
Et, paradis fiscal
Chupula
- 20/03/2013 - 20:26
PIB de Chypre?
PIB 2011 en milliards de $ US:
Europe 17.452
Allemagne 3.628 soit 21%
France 2.808 soit 16%
Grèce 312 soit 1,8%
Chypre 26 soit 0,05%
Ca peut aider à comprendre.
Duffy
- 20/03/2013 - 19:11
La fin du monde est proche ...
Mais non après la pluie vient le beau temps.
Vous serez peut-être ruinés mais consolez-vous: certains s'enrichissent pendant ce temps.
La roue tourne ...