En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 27 min 6 sec
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 1 heure 22 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 2 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 3 heures 48 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 7 heures 30 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 20 heures 57 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 45 min 37 sec
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 1 heure 51 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 3 heures 19 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 4 heures 26 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 6 heures 46 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 6 heures 59 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 7 heures 28 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 7 heures 30 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 21 heures 36 min
© Reuters
Manuel Valls affirme qu'il mène une "guerre contre la barbarie" à Marseille.
© Reuters
Manuel Valls affirme qu'il mène une "guerre contre la barbarie" à Marseille.
Après les mots...

Valls déclare "la guerre contre la barbarie" mais qu'est-ce que cela peut signifier concrètement ?

Publié le 19 mars 2013
Interrogé par Le Journal du Dimanche sur la poursuite des violences à Marseille malgré les renforts policiers, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls affirme qu'il mène une "guerre contre la barbarie". "C'est une guerre de l'Etat de droit contre la barbarie, contre ceux qui veulent imposer un autre ordre, celui des caïds et des mafias", explique-t-il.
Patrice Ribeiro
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Ribeiro est secrétaire général de Synergie-Officiers
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interrogé par Le Journal du Dimanche sur la poursuite des violences à Marseille malgré les renforts policiers, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls affirme qu'il mène une "guerre contre la barbarie". "C'est une guerre de l'Etat de droit contre la barbarie, contre ceux qui veulent imposer un autre ordre, celui des caïds et des mafias", explique-t-il.

Atlantico : Au-delà des mots, que peut signifier la récente sortie de Manuel Valls sur le plan de la politique de sécurité ?

Patrice Ribeiro : Cela signifie tout d'abord la volonté de tenir pied à pied ce qui peut l'être sur le terrain. L'emploi du mot "guerre" est par ailleurs révélateur d'une posture médiatique et politique utilisée tant par la droite que par la gauche, le phénomène faisant ici écho au sentiment croissant d'impuissance de l'État face à la délinquance et la criminalité. La cité phocéenne est devenue aujourd'hui un point de focalisation médiatique de la montée d'une délinquance (agressions, vols, braquages...) qui pourrit littéralement la vie des riverains

Il faut ensuite rappeler qu'il y a aujourd'hui à Marseille une partie visible et une partie invisible de la lutte contre l'ultra-violence.

La partie "visible" consiste à mettre des policiers en tenue dans les quartiers réputés sensibles, procédé qui peut-être "curatif" pour les riverains dans le sens ou cela permet de rassurer et de marquer le coup. Par ailleurs cela permettra de "gêner" les voyous bien qu'à terme la délinquance se déplacera simplement sur d'autres zones moins surveillées. Il y a aussi un gros travail à faire dans le centre-ville où l'on assiste fréquemment à des vols à l'arraché et ce même sur les artères principales qui sont très fréquentées. C'est un peu comme si l'on était témoin de manière régulière à des braquages et des vols avec violence sur les Champs-Elysées, ce qui reste rare à l'heure actuelle. Cette délinquance est le fait de "petits" voyous de plus en plus violents, souvent mineurs ou jeunes majeurs, et l'un des principaux problèmes est ici que les réponses pénales ne sont clairement pas adaptées au "public" concerné. Il s'agit d'un type de délinquance qui doit être neutralisée immédiatement, cette dernière n'étant pas, comme le crime organisé, historique et irrésolvable. Rappelons à cet effet que, selon l'ONDRP, 50% de la délinquance est le fruit de 5% des délinquants. 

La partie "invisible" du phénomène concerne la surveillance et l'interpellation des personnes impliquées dans les trafics de drogue et la guerre larvée pour tenter de prendre le contrôle des quartiers. Nous faisons ici face à des "équipes" de plus en plus violentes et désorganisées qui créent un climat de balkanisation de la cité phocéenne. C'est ici pour la police un travail de fond qui nécessite des investigations longues et minutieuses ainsi qu'une bonne coordination des différents services et de la Justice. 

Ces deux parties forment un tout extrêmement complexe qui alimente le phénomène d'ultra-violence, et les réponses doivent se faire en conséquence.

Les forces de sécurités sont-elles "armées" pour faire face à cette "barbarie" évoquée par le ministre de l'Intérieur ?

En toute honnêteté, on peut dire qu'en dépit de l'armement lourd des criminels (armes de poings,  kalachnikovs...) l'équipement des forces de sécurité est relativement moderne (fusils à pompe, pistolets automatiques...). Il deviendrait à l'inverse difficile de passer au stade supérieur et de placer un pistolet mitrailleur dans chaque véhicule de police. On peut ajouter par ailleurs que même si ceux qui affrontent les gardiens de la paix sont lourdement équipés, ces derniers sont rarement formés pour s'en servir. A titre d'exemple, l'accrochage d'Aix-en-Provence, tristement célèbre pour avoir coûté la vie à un policier de la BAC, a débouché sur la mort d'un des criminels... par son propre collègue, probablement mal versé dans le maniement d'un fusil d'assaut. J'ajoute que l'ultra-violence criminelle ne se combat pas par l'ultra-violence policière, fusse-t-elle légitimée par la loi. 

Si l'on se demande si les policiers sont "armés" sur le plan moral pour un tel type de combat, je répondrais que oui. Il est vrai que l'ampleur de la tâche est souvent désespérante pour les forces de police, mais l'abnégation reste intacte. Certes les professionnels sont bien au fait de la dégradation de la situation, en particulier les plus anciens, mais le fait qu'ils commencent à émettre ouvertement des doutes sur l'issue de la lutte anti-criminalité signifierait immédiatement la fin du combat, à Marseille comme ailleurs. Il est clair néanmoins qu'une attention importante doit être portée aux collègues qui officient dans la région, dont la réputation a souvent été entachée suites aux récentes affaires de corruption. 

Que faire pour adopter un nouveau regard face à cette ultra-violence ?

La réponse à cette question est judiciaire avant d'être policière. La sévérité et la célérité de la peine sont des choses importantes qui permettent de dissuader, comme on a pu le voir lors des émeutes à Londres en 2011. Les forces de l'ordre britanniques n'étaient pas équipées pour faire face à ce type de violence et pourtant les évènements n'ont pas duré plus de trois jours après que les magistrats locaux aient prononcé des peines de prison pour les émeutiers. Ceci est la preuve que la réponse pénale joue un rôle déterminant dans la lutte contre l'ultra-violence. L'exemplarité de la peine permettrait chez nous de dissuader les gamins de devenir guetteurs dans les cités dès le plus jeune âge, ces derniers prenant ainsi peut-être conscience que ce modèle n'est celui qui paie. Rappelons que les peines de prisons sont relativement courtes et que le "risque" criminel devient en conséquence forcément attractif pour les jeunes de banlieues. Nos magistrats ont aujourd'hui des scrupules à frapper les petites mains du trafic et de la délinquance qui agissent de manière de plus en plus violente et de plus en plus sauvage. On participe ainsi au développement d'un sentiment d'impunité généralisé qui fait que les voyous ne se sentent absolument pas empêchés de passer au stade supérieur.

On ne peut s'empêcher de penser à l'expression américaine de "guerre contre la drogue", qui est restée un vœux pieux. Y a-t-il là aussi un risque de découragement face à l'ampleur du phénomène ?

Ce qui est certain, tout d'abord, c'est que l'on est toujours tenté d'utiliser sur le plan politique un vocabulaire guerrier face à des phénomènes qui interloquent et que l'on a du mal à décrire autrement. Il est vrai qu'il y a quelques années il était extrêmement marginal de retrouver ce que l'on appelle à Marseille des "barbecues" (pratique qui consiste à ligoter quelqu'un dans un voiture avant de l'incendier, NDLR) ou d'assister à des braquages à l'arme de guerre pour des sommes peu importantes. Il n'est pas étonnant en conséquence de retrouver l'utilisation du mot guerre face à des personnes qui se comportent et s'arment eux-mêmes comme des belligérants. Il y a en parallèle, effectivement,' un sentiment d'impuissance de l'État face à un phénomène croissant depuis cinq, six ans qui est fortement relayé par les médias, le tout provoquant un besoin urgent de solutions. Il s'agit là d'une guerre qui ne peut être gagnée, tout comme la guerre contre la drogue outre-Atlantique, mais que l'on peut endiguer et contrôler. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (59)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
POSITIF
- 20/03/2013 - 05:36
Encore un petit effort Monsieur le Ministre
Comme vous le dites, nous sommes en guerre alors il faut pour cela employer les memes moyens necessaires , nous le faisons au Mali pour des causes identiques ,contre le salafisme, les traffics en tous genres(drogue , alcool, cigarettes, armes).
il ne suffirait que d'un peu plus de courage politique pour y arriver
pas d'excuses, la legion est toute proche alors ......
quesako
- 20/03/2013 - 00:27
Le petit coq grandiloquent a encore fait du vent !
Marseille c'est Alger avec une police qui n'a pas les pouvoirs de la police algérienne !
Comme toutes les vallseries ça n'ira pas bien loin, d'autant plus qu'il va y avoir une politique très "ouverte" sur l'immigration.
Altec
- 19/03/2013 - 23:29
@franek100
"C'est connu, quand on parle beaucoup c'est qu'on ne fait rien ."
Ça c'est pas gentil pour sarko...