En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 7 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 12 heures 32 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 14 heures 20 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 16 heures 20 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 18 heures 12 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 18 heures 25 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 12 heures 37 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 15 heures 10 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 18 heures 19 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
Manuel Valls affirme qu'il mène une "guerre contre la barbarie" à Marseille.
© Reuters
Manuel Valls affirme qu'il mène une "guerre contre la barbarie" à Marseille.
Après les mots...

Valls déclare "la guerre contre la barbarie" mais qu'est-ce que cela peut signifier concrètement ?

Publié le 19 mars 2013
Interrogé par Le Journal du Dimanche sur la poursuite des violences à Marseille malgré les renforts policiers, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls affirme qu'il mène une "guerre contre la barbarie". "C'est une guerre de l'Etat de droit contre la barbarie, contre ceux qui veulent imposer un autre ordre, celui des caïds et des mafias", explique-t-il.
Patrice Ribeiro est secrétaire général de Synergie-Officiers
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Ribeiro
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Ribeiro est secrétaire général de Synergie-Officiers
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interrogé par Le Journal du Dimanche sur la poursuite des violences à Marseille malgré les renforts policiers, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls affirme qu'il mène une "guerre contre la barbarie". "C'est une guerre de l'Etat de droit contre la barbarie, contre ceux qui veulent imposer un autre ordre, celui des caïds et des mafias", explique-t-il.

Atlantico : Au-delà des mots, que peut signifier la récente sortie de Manuel Valls sur le plan de la politique de sécurité ?

Patrice Ribeiro : Cela signifie tout d'abord la volonté de tenir pied à pied ce qui peut l'être sur le terrain. L'emploi du mot "guerre" est par ailleurs révélateur d'une posture médiatique et politique utilisée tant par la droite que par la gauche, le phénomène faisant ici écho au sentiment croissant d'impuissance de l'État face à la délinquance et la criminalité. La cité phocéenne est devenue aujourd'hui un point de focalisation médiatique de la montée d'une délinquance (agressions, vols, braquages...) qui pourrit littéralement la vie des riverains

Il faut ensuite rappeler qu'il y a aujourd'hui à Marseille une partie visible et une partie invisible de la lutte contre l'ultra-violence.

La partie "visible" consiste à mettre des policiers en tenue dans les quartiers réputés sensibles, procédé qui peut-être "curatif" pour les riverains dans le sens ou cela permet de rassurer et de marquer le coup. Par ailleurs cela permettra de "gêner" les voyous bien qu'à terme la délinquance se déplacera simplement sur d'autres zones moins surveillées. Il y a aussi un gros travail à faire dans le centre-ville où l'on assiste fréquemment à des vols à l'arraché et ce même sur les artères principales qui sont très fréquentées. C'est un peu comme si l'on était témoin de manière régulière à des braquages et des vols avec violence sur les Champs-Elysées, ce qui reste rare à l'heure actuelle. Cette délinquance est le fait de "petits" voyous de plus en plus violents, souvent mineurs ou jeunes majeurs, et l'un des principaux problèmes est ici que les réponses pénales ne sont clairement pas adaptées au "public" concerné. Il s'agit d'un type de délinquance qui doit être neutralisée immédiatement, cette dernière n'étant pas, comme le crime organisé, historique et irrésolvable. Rappelons à cet effet que, selon l'ONDRP, 50% de la délinquance est le fruit de 5% des délinquants. 

La partie "invisible" du phénomène concerne la surveillance et l'interpellation des personnes impliquées dans les trafics de drogue et la guerre larvée pour tenter de prendre le contrôle des quartiers. Nous faisons ici face à des "équipes" de plus en plus violentes et désorganisées qui créent un climat de balkanisation de la cité phocéenne. C'est ici pour la police un travail de fond qui nécessite des investigations longues et minutieuses ainsi qu'une bonne coordination des différents services et de la Justice. 

Ces deux parties forment un tout extrêmement complexe qui alimente le phénomène d'ultra-violence, et les réponses doivent se faire en conséquence.

Les forces de sécurités sont-elles "armées" pour faire face à cette "barbarie" évoquée par le ministre de l'Intérieur ?

En toute honnêteté, on peut dire qu'en dépit de l'armement lourd des criminels (armes de poings,  kalachnikovs...) l'équipement des forces de sécurité est relativement moderne (fusils à pompe, pistolets automatiques...). Il deviendrait à l'inverse difficile de passer au stade supérieur et de placer un pistolet mitrailleur dans chaque véhicule de police. On peut ajouter par ailleurs que même si ceux qui affrontent les gardiens de la paix sont lourdement équipés, ces derniers sont rarement formés pour s'en servir. A titre d'exemple, l'accrochage d'Aix-en-Provence, tristement célèbre pour avoir coûté la vie à un policier de la BAC, a débouché sur la mort d'un des criminels... par son propre collègue, probablement mal versé dans le maniement d'un fusil d'assaut. J'ajoute que l'ultra-violence criminelle ne se combat pas par l'ultra-violence policière, fusse-t-elle légitimée par la loi. 

Si l'on se demande si les policiers sont "armés" sur le plan moral pour un tel type de combat, je répondrais que oui. Il est vrai que l'ampleur de la tâche est souvent désespérante pour les forces de police, mais l'abnégation reste intacte. Certes les professionnels sont bien au fait de la dégradation de la situation, en particulier les plus anciens, mais le fait qu'ils commencent à émettre ouvertement des doutes sur l'issue de la lutte anti-criminalité signifierait immédiatement la fin du combat, à Marseille comme ailleurs. Il est clair néanmoins qu'une attention importante doit être portée aux collègues qui officient dans la région, dont la réputation a souvent été entachée suites aux récentes affaires de corruption. 

Que faire pour adopter un nouveau regard face à cette ultra-violence ?

La réponse à cette question est judiciaire avant d'être policière. La sévérité et la célérité de la peine sont des choses importantes qui permettent de dissuader, comme on a pu le voir lors des émeutes à Londres en 2011. Les forces de l'ordre britanniques n'étaient pas équipées pour faire face à ce type de violence et pourtant les évènements n'ont pas duré plus de trois jours après que les magistrats locaux aient prononcé des peines de prison pour les émeutiers. Ceci est la preuve que la réponse pénale joue un rôle déterminant dans la lutte contre l'ultra-violence. L'exemplarité de la peine permettrait chez nous de dissuader les gamins de devenir guetteurs dans les cités dès le plus jeune âge, ces derniers prenant ainsi peut-être conscience que ce modèle n'est celui qui paie. Rappelons que les peines de prisons sont relativement courtes et que le "risque" criminel devient en conséquence forcément attractif pour les jeunes de banlieues. Nos magistrats ont aujourd'hui des scrupules à frapper les petites mains du trafic et de la délinquance qui agissent de manière de plus en plus violente et de plus en plus sauvage. On participe ainsi au développement d'un sentiment d'impunité généralisé qui fait que les voyous ne se sentent absolument pas empêchés de passer au stade supérieur.

On ne peut s'empêcher de penser à l'expression américaine de "guerre contre la drogue", qui est restée un vœux pieux. Y a-t-il là aussi un risque de découragement face à l'ampleur du phénomène ?

Ce qui est certain, tout d'abord, c'est que l'on est toujours tenté d'utiliser sur le plan politique un vocabulaire guerrier face à des phénomènes qui interloquent et que l'on a du mal à décrire autrement. Il est vrai qu'il y a quelques années il était extrêmement marginal de retrouver ce que l'on appelle à Marseille des "barbecues" (pratique qui consiste à ligoter quelqu'un dans un voiture avant de l'incendier, NDLR) ou d'assister à des braquages à l'arme de guerre pour des sommes peu importantes. Il n'est pas étonnant en conséquence de retrouver l'utilisation du mot guerre face à des personnes qui se comportent et s'arment eux-mêmes comme des belligérants. Il y a en parallèle, effectivement,' un sentiment d'impuissance de l'État face à un phénomène croissant depuis cinq, six ans qui est fortement relayé par les médias, le tout provoquant un besoin urgent de solutions. Il s'agit là d'une guerre qui ne peut être gagnée, tout comme la guerre contre la drogue outre-Atlantique, mais que l'on peut endiguer et contrôler. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (59)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
POSITIF
- 20/03/2013 - 05:36
Encore un petit effort Monsieur le Ministre
Comme vous le dites, nous sommes en guerre alors il faut pour cela employer les memes moyens necessaires , nous le faisons au Mali pour des causes identiques ,contre le salafisme, les traffics en tous genres(drogue , alcool, cigarettes, armes).
il ne suffirait que d'un peu plus de courage politique pour y arriver
pas d'excuses, la legion est toute proche alors ......
quesako
- 20/03/2013 - 00:27
Le petit coq grandiloquent a encore fait du vent !
Marseille c'est Alger avec une police qui n'a pas les pouvoirs de la police algérienne !
Comme toutes les vallseries ça n'ira pas bien loin, d'autant plus qu'il va y avoir une politique très "ouverte" sur l'immigration.
Altec
- 19/03/2013 - 23:29
@franek100
"C'est connu, quand on parle beaucoup c'est qu'on ne fait rien ."
Ça c'est pas gentil pour sarko...