En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

04.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

05.

Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène

06.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

07.

Derrière les feux en Amazonie, la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

03.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Culture
Emotion
Le coq de Notre-Dame de Paris est exposé pour les Journées du patrimoine
il y a 8 heures 40 min
pépite vidéo > Social
Infiltration
Les images de la Marche pour le climat perturbée par les black blocs
il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > International
Bruit des bottes
Les Etats-Unis vont envoyer des renforts militaires dans le Golfe après les attaques en Arabie saoudite
il y a 12 heures 12 min
pépite vidéo > Media
Rivalité
Valérie Trierweiler confirme que Ségolène Royal avait exigé son départ de la rédaction de "Paris Match"
il y a 13 heures 26 min
pépites > Social
Mobilisation
Gilets jaunes : 163 interpellations à Paris, des black blocs ont perturbé la manifestation pour le climat
il y a 15 heures 50 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Les défis de l'Eglise face à la mutation de la société française

il y a 18 heures 15 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Cette accumulation de tâches qui poussent à bout nos agriculteurs

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Et les métiers qui inspirent le plus de confiance sont…

il y a 18 heures 43 min
décryptage > High-tech
Opacité

Ces algorithmes dont on ne sait rien alors qu’ils régissent nos vies

il y a 19 heures 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan
il y a 20 heures 15 min
pépites > Social
Maintien de l'ordre
Incidents en marge de la Marche pour le climat : la préfecture estime avoir "maîtrisé" la situation
il y a 9 heures 16 min
pépites > High-tech
Révolution
Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"
il y a 11 heures 40 min
light > Insolite
"La vérité est ailleurs"
Echec de l'invasion de la zone 51
il y a 12 heures 31 min
light > Sport
Débuts prometteurs
Coupe du monde de rugby au Japon : première victoire pour le XV de France face à l'Argentine (23-21)
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Société
"The Meritocracry Trap"

How meritocracy changed our lives into an endless competition

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

Etat omnipotent, gabegie budgétaire, complexité administrative, idéologie : les fléaux qui expliquent la manie des impôts en France

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Société
La Manif pour toutes

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Economie
Bras de fer

Derrière les feux en Amazonie, la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Environnement
Environnement

Grève mondiale pour le climat : ces technologies prometteuses qui pourraient rassurer les éco-anxieux

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Société
Entretien

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

il y a 20 heures 25 min
© Reuters
Les réductions du budget de la défense pourraient mettre la France en danger.
© Reuters
Les réductions du budget de la défense pourraient mettre la France en danger.
Livre Blanc

Pourquoi les réductions du budget de la défense atteignent le seuil où elles mettent la France en danger

Publié le 17 mars 2013
François Hollande, chef des armées, annoncera ses choix financiers lors d'un conseil de défense qui se déroulera la semaine prochaine. Les coupes s'annoncent drastiques et menaceraient la position de la France sur la scène internationale.
Etienne de Durand est directeur depuis 2006 du Centre des études de sécurité de l'IFRI.Il traite régulièrement des questions liées aux politiques de défense française et américaine, ainsi qu’aux interventions militaires récentes.Il écrit par ailleurs...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etienne de Durand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etienne de Durand est directeur depuis 2006 du Centre des études de sécurité de l'IFRI.Il traite régulièrement des questions liées aux politiques de défense française et américaine, ainsi qu’aux interventions militaires récentes.Il écrit par ailleurs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, chef des armées, annoncera ses choix financiers lors d'un conseil de défense qui se déroulera la semaine prochaine. Les coupes s'annoncent drastiques et menaceraient la position de la France sur la scène internationale.

Atlantico : En pleine intervention au Mali, la publication fin mars du Livre blanc de la Défense rouvre le débat sur le rôle de l’armée en France. Comme l’a expliqué Jean Guisnel dans l’hebdomadaire Le Point, deux options budgétaires semblent envisagées par le gouvernement, l’hypothèse Y qui tranche très lourdement dans les effectifs et les moyens et l’hypothèse Z qui est qualifiée d’apocalypse. Que penser de ces options ?

Etienne de Durand : L’hypothèse Z n’est même pas un modèle, ce serait plutôt "Z comme zéro". C’est une optique dans laquelle le gouvernement massacre complètement son armée pour porter peu à peu le budget annuel de 32 à 20 milliards d’euros constants 2012 - c’est-à-dire un déclassement total. Il n’y a aucun précédent historique à une telle coupe dans le budget de la Défense si ce n’est l’armée de Vichy postérieure à la défaite de 1940. Dans le modèle Y, il s’agit d’essayer de préserver plus ou moins l’essentiel, les mêmes missions, mais en rognant un peu partout et en diminuant encore un peu les effectifs.

Il faudrait faire du Y+, c’est-à-dire le modèle Y que décrit Jean Guisnel mais avec un peu plus d’argent. Ce dernier sera déjà extrêmement douloureux et il faudra donc l’assouplir au maximum afin de ne pas détruire complètement ce qu’est l’Armée française. Les dépenses de défense sont actuellement de 32 milliards pour un budget de l’Etat de 350 milliards, qui si on lui ajoute les dépenses sociales, aboutit à un total de plus de 1000 milliards. Il faut donc être d’une extrême mauvaise fois pour oser soutenir que le problème budgétaire de la France vient de la Défense.

Quelles sont les branches, les missions de l’armée qui doivent absolument être sauvées ? 

Equipement, infrastructures militaires, nombre de régiments et autres, tout doit être conservé. Nous ne serons pas forcément en danger demain, ni l’année prochaine ou dans deux ans, mais il faut bien comprendre que ce que nous achetons maintenant est ce que nous utiliserons dans cinq, dix et vingt ans. Or, nous serons à un moment ou à un autre menacés. La question est donc de savoir si les Français pensent que leur armée doit rester capable, à l’avenir, de réaliser une intervention comme celle du Mali ou d’une ampleur similaire. Voulons-nous continuer à être capables d’aller chercher nos ressortissants quelque part ou d’aller détruire des groupes terroristes ?

Les coupes nécessaires à la réduction de budget exigée ne permettraient plus à la France des interventions comme celle au Mali. Conserver une telle armée aurait-il du sens ? Serait-elle toujours en état de défendre l’hexagone même si elle ne peut plus intervenir ailleurs ?

Non cela n’aurait plus beaucoup de sens. Nous n’aurions plus, comme beaucoup de pays d’Europe, qu’une armée d’opérette incapable de défendre son territoire. Comme nos voisins, nous deviendrions de facto dépendant d’autres pays comme les Etats-Unis et puisque tous les pays de l’UE réduisent leurs budgets de défense, nous serions incapables d’affronter une éventuelle agression majeure. Nous avons d’ailleurs pu constater avec le Mali que nous ne pouvions pas vraiment compter sur la plupart de nos voisins européens en cas de nécessité militaire. Cette décision voudrait donc dire que nous considérons qu’il n’y a aucun danger ni aujourd’hui ni demain. L’instrument militaire se détruit rapidement mais il se construit lentement. Si la situation ne semble pas dangereuse actuellement, elle le deviendra peut-être or nous ne pouvons pas "couper dans le gras" car il n’y a plus de gras, il n’y a même plus de chair. Il n’y a plus que les membres que nous pouvons encore trancher et c’est ce qui risque de se passer. Les équipements actuels, qui ont souvent 20, 30 et parfois 40 ans vont finir par tomber en ruine et comme nous n’aurons pas payé pour les remplacer, il ne restera plus rien.

Une telle armée ne pourrait plus nous protéger car dans les faits intervenir à l’extérieur et défendre le territoire exigent à peu près les mêmes capacités, si ce n’est quelques moyens de transport lourd supplémentaires. Ainsi, si on se réfère au pire des scénarios envisagé, il ne nous resterait que la dissuasion nucléaire et de quoi faire quelques missions de patrouilles, de surveillance du ciel. Nous aurons toujours trois régiments pour aller nettoyer une plage ou pour tourner dans les gares dans le cadre de vigie pirate.  

Quel est le rapport des Français à leur armée ? Saisissons-nous réellement ce que signifierait une France sans armée ?

L’évolution des sondages montrent que les gens ne sont pas vraiment favorables aux coupes dans le budget de la Défense, alors qu’ils l’ont été pendant longtemps. Il est important que chacun comprenne que nous avons déjà tellement coupé que chaque coupe complémentaire entraîne une baisse de capacité drastique. Une fois encore, construire une armée est quelque chose qui se planifie sur la durée. C’est un peu comme un particulier qui achète un appartement en empruntant auprès d’une banque, qui va considérer que les remboursements ne peuvent dépasser à peu près à un tiers de vos revenus ; si ce particulier voit ses revenus fondre brutalement et que ses traites représentent désormais 60% de ses revenus, il n’aura d’autre choix que de vendre l’appartement. Nous avons déjà tellement reporté de dépenses, nous avons déjà tellement réduit les effectifs – la RATP a autant de personnel que l’Armée de l’air et l’Armée de terre tient dans le stade de France – que porter un nouveau coup fera s’effondrer le système. Je ne sais pas si les Français sont conscients des risques qu’il y a à voir ainsi leur armée mis une nouvelle fis à la diète, mais si ce n’est pas le cas ils doivent rapidement s’en rendre compte. Les décisions qui sont prises aujourd’hui vont conditionner la politique de défense du pays comme la sécurité de nos concitoyens et de notre territoire pour les quinze années à venir. La Défense est la première mission de l’Etat. 

Quel rôle sur la scène internationale peut espérer une France sans armée souveraine voire sans armée ?

Nous n’aurons plus de rôle car c’est l’un des derniers avantages comparatifs que nous possédons. Nous pouvons aujourd’hui considérer que nous avons la première armée de l’Union européenne, à peu près à égalité avec le Royaume-Uni que nous dépassons de pas grand-chose bien que nous dépensions un peu moins que lui. Il est évident qu’en perdant cela nous ne pèserons plus rien du tout face à la Chine ou aux Etats-Unis mais aussi face à l’Allemagne au sein de l’Union. Il est également évident que nous serions amenés à terme à perdre notre siège permanent au sein du Conseil de sécurité de l’ONU puisque nous ne serons plus capables d’assurer la moindre mission militaire. Ce ne sera donc ni plus ni moins que le déclin de la France sur la scène internationale.

L’économie est-elle en train d’avoir raison de notre histoire et de notre prestige militaire ?

Ce n’est pas l’économie qui est en train d’en avoir raison, c’est la politique. Nous ne résoudrons pas le problème budgétaire de la France en tapant sur le budget de la Défense et ce n’est donc pas une question économique. Ce budget n’est pas assez important pour cela, nous ne sommes pas les Etats-Unis. Il y a en France des pistes bien plus sérieuses pour réaliser des économies budgétaires : réduire les dépenses de fonctionnement des administrations locales, aligner  les régimes spéciaux de retraites sur le régime général, revoir le montant des allocations familiales et bien d’autres encore, sans pour autant remettre en cause la sécurité du territoire et des Français. C’est plus difficile à assumer politiquement mais toutes les dépenses ne se valent pas et il faut être capable de les hiérarchiser. C’est l’intérêt général qui est en jeu et celui-ci passe par la conservation de notre indépendance militaire plus que par l’assurance chômage des intermittents du spectacle. Nous sommes en crise, tout le monde doit faire des efforts mais certains plus que d’autres et la Défense en a déjà fait assez. Elle en a fait au sortir de la Guerre Froide, puis en 1995 quand il a fallu remplir les critères de Maastricht, en 1998 sous Lionel Jospin, à nouveau en 2008. Au sortir de la Guerre Froide, l’Armée de l’air comptait 600 appareils de combat contre 300 aujourd’hui. La question est maintenant de savoir si nous pourrons en garder 200.  Or, cette division par deux et plus ne peut être entièrement compensée par le progrès technologique. Toujours au sortir de la Guerre Froide, la Défense représentait 3% du budget, presque 6% sous le Général de Gaulle contre 1,5% aujourd’hui. Le ministre du Budget espère faire passer ce chiffre à 1%. La sécurité de la France sera donc trois fois moins importante en 2013 qu’en 1990 et six fois moins que dans les années 1960. Evidemment, les enjeux géopolitiques ne sont plus les mêmes, les Soviétiques ne sont plus à nos portes, mais nous avons pu constater  le danger que représente l’implantation de djihadistes dans des zones et des pays fragiles, situés pas bien loin de la France.

Quels seraient les conséquences d’une telle réduction sur l’économie française  ?

Le secteur de l’aéronautique et de la défense est le troisième secteur industriel du pays et il représente à lui seul 4 000 entreprises et 165 000 emplois directs. Compte tenu de l’état du BTP et de l’automobile, si nous coupons dans ce secteur, il ne nous restera rien d’autre que l’industrie pharmaceutique et l’agroalimentaire. En plus du désastre militaire, ce sera un désastre industriel. C’est en effet un secteur très national, donc l’essentiel de l’argent public qui y est affecté reste dans le pays plutôt que de s’évaporer en importation. Enfin, c’est un des rares secteurs qui exporte et donc contribue positivement à notre balance commerciale. Cela est notamment dû à un cercle vertueux entre l’Armée française, qui fait la démonstration de notre excellence technologique, et notre industrie de défense qui nous permet d’avoir une armée efficace. Faut-il alors sacrifier tout cela, et en plus pour des gains minimes, sachant que le déficit annuel de la France équivaut à plus de deux fois le budget militaire ? Si nous faisons aujourd’hui ce choix, il sera trop tard pour pleurer dans dix ans, trop tard à la fois pour les emplois industriels qui auront été détruits et pour les menaces comme celle qui s’est manifestée au Mali. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

02.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

03.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

04.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

05.

Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène

06.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

07.

Derrière les feux en Amazonie, la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

03.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chorizo
- 18/03/2013 - 14:53
le dénommé Sébastien...P.
C'est le cireur de pompes par excellence . Flagorneur XXXXX comme il y en a peu, multi cartes. Toujours prêt à faire "la roue", le super-paon du P.A.F.
zebulon54
- 18/03/2013 - 12:13
M. Hollande.
Avec les projets de réductions d'effectifs et d'arrêts de programmes militaires que vous me semblez soutenir, où conduisez-vous la France.
Au fait, avez-vous le sentiment d'être Français.
jlbaty
- 18/03/2013 - 06:26
Ou va l' argent pas difficile
Ou va l' argent pas difficile a comprendre , dans les intérêts du gigantesque endettement laissé par les chisarkorac
On ne travail plus pour produire de la richesse mais pour nourrir les banques