En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Renault en plein chaos post Ghosn

06.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

07.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 46 min 2 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 5 heures 13 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 6 heures 26 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 20 heures 58 sec
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 20 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 56 min 42 sec
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 5 heures 30 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 5 heures 49 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 18 heures 28 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 20 heures 20 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 22 heures 32 min
© Reuters
Pour relancer la croissance, il faudra baisser les déficits.
© Reuters
Pour relancer la croissance, il faudra baisser les déficits.
Choix cornélien

51% des Français préféreraient relancer la croissance plutôt que limiter les déficits... sauf qu’il va falloir faire les deux

Publié le 17 mars 2013
51% des Français estiment qu'il faut "relancer la croissance, quitte à aggraver les déficits" selon un sondage YouGov/Le HuffPost/i-Télé. Sauf que pour relancer la croissance, il faudra également limiter les déficits...
Gérard Thoris est maître de conférence à Sciences Po. il a notamment rédigé une Analyse économique des systèmes (Paris, Armand Colin, 1997), contribue au Rapport Antheios et publie régulièrement des articles en matière de politique économique et sociale...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Thoris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Thoris est maître de conférence à Sciences Po. il a notamment rédigé une Analyse économique des systèmes (Paris, Armand Colin, 1997), contribue au Rapport Antheios et publie régulièrement des articles en matière de politique économique et sociale...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
51% des Français estiment qu'il faut "relancer la croissance, quitte à aggraver les déficits" selon un sondage YouGov/Le HuffPost/i-Télé. Sauf que pour relancer la croissance, il faudra également limiter les déficits...

Il n’est vraiment pas nécessaire de mobiliser une armée de téléphonistes pour savoir que, entre la croissance économique et la rigueur budgétaire, les Français ont une préférence marquée pour la première. Dans le premier cas, ils se disent qu’on ne touche à rien de leurs revenus, de leurs prestations et de leur mode de vie en général. Dans le second, ils ne peuvent que s’interroger sur la manière dont la rigueur va les impacter, aujourd’hui et demain.

En réalité, ce genre de question est d’un autre âge. On sait pertinemment que les intérêts de la dette l’emportent désormais sur le rythme de croissance nominale. On n’a pas encore bien compris comment cela se traduisait concrètement. On pressent confusément que l’effet boule de neige de la dette n’est pas qu’un concept livresque. De fait, les intérêts de la dette ne peuvent être honorés que par de nouveaux emprunts. Pour cela, répétons-le sans cesse, Charles Ponzi ou Bernard Madoff sont allés en prison !

On devrait savoir chaque jour que la recherche du mythique 3 % de déficit budgétaire ne concerne que le flux de dettes supplémentaires et que nous nous sommes engagés dans le Traité de stabilité et de gouvernance européenne, sous peine d’amende, à ramener le stock de dette à 60 % à raison d’un vingtième par an. Si la France a l’intention de respecter sa parole, la question de savoir si le déficit budgétaire doit être de 3,0 % ou 3,7 % est une broutille !

Ces deux phénomènes se cumulent pour aboutir à cette conclusion imparable : année après année, les bénéfices de la croissance sont préemptés par les intérêts de la dette. De fait, les intérêts de la dette publique représentent 2,6 % du PIB en France (chiffre Eurostat 2011), ces intérêts doivent être payés soit en prélevant sur les revenus existants, soit en prélevant sur l’accroissement de ces mêmes revenus. Si la croissance nominale est égale à 2,6 %, son produit est absorbé et distribué aux créanciers de l’Etat. Si elle est inférieure à ce chiffre (vraisemblablement 1,6 % en 2013), il faut baisser le niveau de vie des contribuables de 1 % au bénéfice des rentiers. C’est bien un cercle vicieux pour lequel il existe, de fait, assez peu de portes de sorties.

C’est ici qu’intervient la croissance économique nominale. Si elle est supérieure au poids des intérêts sur la dette, l’effet boule de neige disparaît et l’horizon s’éclaircit. Il faut néanmoins faire remarquer que l’inflation ne se décrète pas. Si néanmoins un ministre plénipotentiaire y arrivait, il serait vite freiné par les ardeurs anti-inflationnistes de Mario Draghi. Parallèlement, la croissance ne se décrète pas. Si un ministre plénipotentiaire y suffisait par la vertu de la dépense publique, avec un budget déficitaire depuis des décennies, la crise n’aurait même pas représenté un défi pour la puissance publique.

La croissance est le fruit d’une multitude d’initiatives individuelles pour améliorer les processus de production (1), créer des produits nouveaux faisant l’objet d’une demande à un prix rémunérateur (2), mettre en œuvre le progrès technique issu des cerveaux des ingénieurs de génie qui ne cessent de renouveler la face du monde (3). Or, la mise en œuvre de ces principes suppose une mobilité professionnelle des salariés contre laquelle le ministre du Redressement productif se bat avec la dernière énergie (1) ; elle suppose l’acceptation d’écarts de revenus qui consacrent la rencontre inattendue d’une libre préférence des consommateurs contre lesquels le ministre du Budget se bat avec la dernière énergie (2) ; elle suppose enfin la mise en œuvre d’un capital risque qui doit bien être constitué avant que d’être risqué contre laquelle le ministre de l’Economie se bat avec la dernière énergie (3). Ils préfèrent nettement risquer l’argent des citoyens et des contribuables avec une Banque publique d’investissement qui n’aura pas l’outrecuidance de demander des dividendes !

Quant au consommateur moyen, l’incertitude sur son revenu futur s’accroît à la vitesse des dépêches de l’Agence France Presse. Il ne sait pas s’il doit épargner pour renouveler son véhicule diesel tout juste acheté et bientôt déclassé sur les routes urbaines. Il s’interroge sur le fait de savoir comment évoluera sa facture d’électricité avec les tarifs progressifs désormais actés. Il soupire en constatant qu’il a eu foi en l’avenir en appelant à la vie de joyeux enfants bientôt privés de prestations familiales. Il craint désormais un chômage qui entraînerait une baisse significative de son niveau de vie. Son investissement obligatoire en matière de retraite complémentaire vient d’être écorné pour trois ans. Si cette  brèche devait être élargie, la loi des intérêts composés lui montre qu’une perte de 0,5 % par an pendant 20 ans représente 10 % de sa future retraite.

Alors, l’unique question à poser dans un sondage aux Français est bien celle-ci : "Souhaitez-vous que la Banque centrale européenne achète des obligations publiques sur le marché primaire pour l’ensemble des pays de la zone euro sans que ces achats donnent lieu au versement d’intérêt ?" Au moins, avec cette formule, on peut vivre avec un déficit budgétaire sans s’inquiéter du remboursement. Si ce sondage est un outrage à l’indépendance de la Banque centrale, on peut lui substituer la question suivante : "Souhaitez-vous que la France sorte de la zone euro pour appliquer ce programme avec la Banque de France ?"

Si la question n’est pas posée au Parlement, si elle n’est pas posée dans les sondages, il est à craindre qu’elle n’attende pas les prochaines échéances électorales pour être posée dans la rue.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Renault en plein chaos post Ghosn

06.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

07.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ElmoDiScipio
- 18/03/2013 - 18:26
Mouché ?
faut croire ..... une habitude chez le "mal comprenant" de l'économie ....

J'aurais pourtant parié pour le énième lien internet bidon pour expliquer qu'il-avait-tort-mais-bon-en-fait-pas-tout-a-fait ....

Comme quoi je suis mauvaise langue parfois ....
ElmoDiScipio
- 18/03/2013 - 01:25
Mais une question me taraude
Dans un pays où :

1) la relance par la consommation des bas salaires coule la balance commerciale et détruit l'emploi industriel par l'arrivée massive de produits importés de pays à main d'oeuvre docile (GvT Mauroy)

2) La relance par la consommation des moyens et hauts revenus n'a aucun effet sauf celui d'augmenter l'épargne déja élevée en France et dont les 2/3 servent à acheter de la dette d'Etat Français (GvT Balladur et Fillon 1)

3) La relance par les "grand projets" publics n'a aucun sens dans un pays comme le notre déja sur-équipé (nous ne sommes plus en 1945) et en sur effectif public.(Gvt Barre et Mauroy )

3) La relance par l'offre, un voeu pieu puisqu'il n'y a aucune structure productrice massive de biens industriels non concurrentiels par les BRIC ou les PVD..... (GvT Fillon)

C'est quoi une relance en France sur fonds publics ?
ElmoDiScipio
- 18/03/2013 - 01:16
Quelqu'un de charitable
Pourrait expliquer à notre @jerem le concept de la croissance nominale ?

Un bon geste.. dans la foulée des restau du coeur pensez aux plus démunis ... merci.