En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© DR
Nos traditionnelles autruches, les grands médias français, minimisent les performances allemandes...
L'économie pour les nuls
L'économie française va mal et aucune comparaison fallacieuse avec l'Allemagne ne pourra le masquer
Publié le 12 mars 2013
L'excédent commercial allemand a atteint 188 milliards d'euros l'an dernier, alors que le déficit français s'établissait à 67 milliards en 2012. Pendant ce temps là, nos traditionnelles autruches, les grands médias français, minimisent les performances allemandes...
Thierry Get est ingénieur. Il est membre du bureau politique de La Droite libre et du CNIP. Son groupe sur Facebook ici. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Get
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Get est ingénieur. Il est membre du bureau politique de La Droite libre et du CNIP. Son groupe sur Facebook ici. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'excédent commercial allemand a atteint 188 milliards d'euros l'an dernier, alors que le déficit français s'établissait à 67 milliards en 2012. Pendant ce temps là, nos traditionnelles autruches, les grands médias français, minimisent les performances allemandes...

A partir du moment où un pays fait mieux en matière économique que la France, les médias nationaux accourent au secours du « modèle français » au moyen de poncifs ou d’instruments de comparaison sociale ou économique particulièrement inappropriés.

La dernière preuve que j’ai relevé en est le journal télévisé du 20 janvier 2013 où TF1, en réponse aux meilleures performance allemande en matière de commerce extérieur ou de chômage, évoque le taux de pauvreté en Allemagne qui serait de 15% contre 14 % dans l’hexagone. Le journaliste ajoutant aussi doctement que « la population de l’Allemagne vieillit et que c’est pour cette raison que le chômage est largement inférieur en Allemagne ».

Le premier argument est un instrument inapproprié car le taux de pauvreté est à prendre avec de » grosses pincettes » dans la mesure où le seuil est différent dans chaque pays du fait qu’il est égal à la moitié du revenu médian. Pour résumer, plus un pays est riche, plus le seuil de pauvreté augmente et donc paradoxalement le nombre de pauvres aurait tendance à monter. Par ailleurs pour analyser ce taux de pauvreté, il faut aussi considérer les mouvements entre les tranches de revenu. En effet, à « taux de pauvreté équivalent », un pays où les jeunes commencent leur carrière avec de faibles salaires mais évoluent rapidement n’est pas comparable avec une nation où des gens demeurent dans la tranche basse pour de très longue durée voire à vie (comme c’est souvent le cas en France).

Autre poncif (inexact) du reportage, le chômage serait largement inférieur en Allemagne car la population de l’Allemagne vieillit. Or cela fait plus de 30 ans que l’Allemagne vieillit, et en 2000, nos deux pays avaient des taux de chômage équivalent. Si le seul vieillissement de la population suffisait à réduire le chômage, le taux de chômage allemand aurait déjà été inférieur en 2000. Par ailleurs, une démographie dynamique favorise la croissance et donc permet de réduire le chômage comme le montre l’exemple des USA qui ont une démographie au moins aussi dynamique que celle de la France et un chômage structurellement une à deux fois inférieur sur les 30 dernières années.

A ce propos, sur le cas des USA, les médias français, « envieux » du fait qu’à population équivalente, les Etats Unis disposaient de 25% d’emplois de plus, nous faisaient déjà le coup des « travailleurs pauvres » en 2000 alors que le niveau de vie moyen des américains avait multiplié par 2 au cours des années 1970-2000 (la véritable pauvreté résidaient en fait dans les famille monoparentale) et qu’un salaire minimum aux USA est équivalent au notre (du fait de prélèvement sociaux inférieurs). Les travailleurs pauvres y gagnaient en fait entre 1 et 1,5 fois le SMIC français.

Grâce à ce « bourrage de crâne », presque toute la droite et la gauche pense qu’ailleurs, le chômage faible est corrélé à la présence fort nombreuse « des travailleurs pauvres ».

Jamais de contradiction avec le prêt à penser. Cela n’incite pas à la remise en question. Ainsi, pour l’essentiel, la France-Autruche doit son existence au fait que les grands médias nationaux recrutent des journalistes standard. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
06.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (107)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 18/03/2013 - 14:28
et pour finir le tableau des comparaisons foireuses
on nous sort maintenant les royaumes du nord..... Tres vertueux surtout a coup de dévaluations pour certains MAIS AUSSI par la grace d'un endettement des menages a faire palir la commission du surendettement .

Endettement des menages francais 83% (allemagne 88% du revenu disponble)
on passe aux nordiques (dialogue social et etat providence)
norvege :181%
suede:149%
pays bas 250%
danemark! 267%
Mais on peut completer avec les stars d'antan
Grande bretagne :139%
Irlande: 206%

En effet on a raison de nous montrer tous les bienfaits de la baisse de la dépense publique ..... tu m'etonnes charles.

Meme Standards and poors veille au grain .

http://lexpansion.lexpress.fr/outils/imprimer.asp?k=3&id=256571

PArlez nous de la suede sans nous parler de toutes les données de la suede ....
jerem
- 18/03/2013 - 14:21
Raymond la science - 18/03/2013 - 00:36
noussommes d'accord ce n'est pas l'alpha et l'omega c'est juste un parametre qui joue dans le sens d'un taux de chomage de facade plus faible.

Apres il y a le temps partiel pour 25% de la population avec 19h par semaines quand en france c'est du 17% a 24h par semaine en moyenne. donnant une moyenne hebomadaire de travail tous salariés confondus inférieure de 1h pour l'allemagne vis a vis de la france (histoire d'arreter le pipeau sur les 35 h). france 39 allemagne 38 (et pays bas 31,5 avec 50% de salariés a temps partiel).
Raymond la science
- 18/03/2013 - 00:36
La demographie explication tres partielle du chomage
Je maintiens car il y a de nombreux autres ex qui abondent en mon sens : france et usa ont une demographie assez comparable et pourtant le chomage us est bien sur la moyenne des 30 dernieres années 2 fois inferieur.