En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

07.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 4 heures 36 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 6 heures 27 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 7 heures 56 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 9 heures 14 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 9 heures 53 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 4 heures 22 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 5 heures 10 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 5 heures 54 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 6 heures 16 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 8 heures 58 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 9 heures 32 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 10 heures 38 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 11 heures 29 min
Hara-Kiri ?

Recette en 8 étapes pour rénover la politique française

Publié le 10 mars 2013
La rénovation de la vie publique pourrait être un levier de transformation profonde du pays. Voici huit propositions de bon-sens et réalisables sans révolutions que tout responsable politique sincère devrait s'engager à adopter.
Maxime Tandonnet et Sylvain Saligari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur.Il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La rénovation de la vie publique pourrait être un levier de transformation profonde du pays. Voici huit propositions de bon-sens et réalisables sans révolutions que tout responsable politique sincère devrait s'engager à adopter.

Il n’en faudrait pas beaucoup pour transformer en profondeur la classe dirigeante, la vie politique française, et sans que cela ne coûte un centime ou risque de se heurter à des obstacles constitutionnels. Sans être directement de nature à régler les grands problèmes de la société françaises, quelques mesures auraient pour objectif de provoquer un électrochoc dans le pays, d’en finir avec les castes, les chasses gardées, le règne des droits acquis et de la conservation des privilèges. Voici huit réformes de bon sens, envisageable sans à-coups,  sans révolutions,  que tout responsable politique sincère souhaitant un renouvellement et une démocratisation de la vie politique française devrait s’engager à adopter :

1/ Limitation systématique à deux mandats parlementaires pour les députés et les sénateurs

Le cumul des mandats dans le temps est un extraordinaire facteur d’immobilisme, incitant les élus de la nation à se consacrer à la pérennisation de leur carrière au détriment de l’intérêt général. Pour permettre un renouvellement, un rajeunissement, un brassage des membres du Parlement, il faut limiter les carrières parlementaires à deux mandats consécutifs, sur le même modèle que le président de la République depuis 2008.

2/ Plafonnement à 7000 euros mensuel net, tout confondu, du total des rémunérations d’un responsable politique

Le cumul de multiples mandats, parfois avec une rémunération ou une retraite, peut aboutir à des niveaux de rémunérations invraisemblables. Or, nul n’a le droit de faire de la politique pour l’argent. Tout le sens de celle-ci est le service de l’intérêt général. Si on veut faire de l’argent, ce qui est parfaitement légitime et honorable, on fait autre chose que de la politique. Cela découragera beaucoup de fausses vocations et mettra fin à certaines pratiques détestables et confusion des genres.

3/ Délocalisation au cœur des banlieues sensibles des centres de pouvoir, de décision et de régulation : le Premier ministre et les ministres régaliens, le Conseil d’Etat, le Conseil Constitutionnel

Il est scandaleux que des hauts responsables qui tiennent en main les leviers de décision et l’avenir du pays puissent vivre dans un cocon déconnectés du monde réel. La confrontation directe avec les réalités entraînera, espérons-le, une prise de conscience et un changement profond des mentalités.  Et ceux qui ne voudront pas y aller changeront de métier.

4/ Accès aux concours ou recrutement sur dossier de la haute fonction publique conditionné à une expérience réussie de plus de 5 ans dans l’exercice d’un métier

Il ne doit plus être possible de parvenir aux plus hautes responsabilités de la fonction publique sans une expérience réussie en entreprise et sur le terrain.

5/ Suppression , interdiction de toutes les filières relationnelles, amicales, familiale de recrutement ou de nomination dans la haute fonction publique et les postes à responsabilité

Le copinage, le népotisme familial et les réseaux envahissent la vie publique française, ce qui est parfaitement scandaleux au regard du principe d’égalité et de promotion par le mérite. Il ne doit pas y avoir d’autre voie d’accès aux responsabilités non électives que le concours ou l’examen impartial d’un dossier personnel par une commission donnant toute garantie de compétence et de neutralité.

6/ Pénalisation lourde de toute forme de passe-droit et favoritisme en particulier dans les nominations

Les nominations ou interventions de complaisance, pour obtenir une place, un poste quel qu’il soit à un ami politique ou à un membre de sa famille, doivent être sévèrement sanctionnées par la justice et se traduire par la destitution des responsables. La France doit mettre fin à certaines pratiques qui sont contraires à tout esprit démocratique.

7/ Obligation de démissionner de la fonction publique pour occuper un mandat politique

Ce devrait être une évidence. 70% des parlementaires sont fonctionnaires. La possibilité pour un fonctionnaire de conserver son statut tout en exerçant un mandat électif est une aberration typiquement française. Là aussi, une telle facilité, que rien ne justifie, favorise la confusion des genres, les chasses gardées et crée une inégalité flagrante dans l’accès aux mandats électifs entre le privé et le public. Il faut obliger les personnes concernées à choisir l’un ou l’autre.

8/ Recours fréquent au référendum, dès qu’un intérêt national est engagé

Et ce, dans l’objectif de combler le fossé entre le peuple et ses élites, de revivifier la vie publique, de remettre le pays en mouvement. Le pouvoir politique n’appartient à personne, à aucun parti, ni à la droite ni à la gauche, sinon à la nation. Il serait irresponsable de ne pas répondre par ce biais au besoin de renouveau démocratique et de participation chaque jour. Même si la question n’est pas encore définitivement tranchée sur le plan juridique, il faut enfin rendre effective la possibilité de recours au référendum d’initiative populaire qui représentera une avancée démocratique majeure.

Je sais ce que l’on va me répondre : jamais la caste politique n’acceptera de se faire hara-kiri. Certes, et la rénovation de la vie publique ne se fera pas justement que dans le cadre d’un référendum. Elle peut être un levier d’une transformation profonde du pays.

Cet article a déjà été publié sur le blog de Maxime Tandonnet. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 12/03/2013 - 00:08
Mais aussi
8: interdiction du pantouflage dans le privé...en gardant son poste pendant deux ans voire plus.
9 Interdiction du financement par l'état des partis politiques...
10 interdiction de dépasser un certain quota d'énarques dans les postes de hauts fonctionnaires, qui devront être aussi recrutés dans la société "civile"
la saucisse intello
- 11/03/2013 - 02:56
Excellent monsieur Tandonnet....
J'ai sous les yeux le rapport de la "commission" Jospin pour la "moralisation de la vie publique" (!!!). C'est curieux, je n'y trouve AUCUNE de vos propositions !....Ah bon, la "commission Jospin" n'a pas ENCORE rendu son rapport ? Pas grave, nul besoin de le lire pour savoir ce qu'il contient !
Jardinier
- 10/03/2013 - 20:24
De mon point de vue,
certaines bonnes, d'autres moins bonnes. Pourquoi limiter a deux mandats alors que sur le premier on apprend, et donc qu'il n'en reste plus qu'un pour donner ce qu'on a. Un bon député, ou ou bon sénateur, il vaut mieux le garder. De même pour les 7000 euros mensuel, je pense qu'on devrait plutôt empêcher le cumul des rémunérations, et rémunérer seulement a la valeur du mandat le plus important, moins que 7000 pour certains poste, plus pour d'autres.
Par contre j'approuve totalement l'obligation de démission de la fonction publique, leurs surreprésentations a l'assemblée et au sénat étant préjudiciable a l’équilibre du pays, et aussi le recours fréquent aux referendums, leurs fréquences augmentant considérablement le pourcentage des français qui répondront alors a la question plutôt que de les transformer en vote de protestation et de colère. Aux hommes politiques alors de répondre a ces referendums par l'acceptation de la décision populaire si le sujet n'est pas central a leurs yeux, ou par la démission, si par ce vote les français rejettent le principal d'une politique qu'ils estiment devoir mener.