En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Yvelines : un homme a été décapité, le parquet antiterroriste a été saisi

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 3 min 26 sec
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 13 heures 58 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 38 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 23 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 43 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 24 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 22 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 12 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 42 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 49 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 16 heures 13 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 47 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 36 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 19 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 49 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 22 heures 31 min
© Reuters / Philippe Wojazek
Florian Philippot, conseiller privilégié de Marine Le Pen, est rapidement devenu numéro 2 du FN.
© Reuters / Philippe Wojazek
Florian Philippot, conseiller privilégié de Marine Le Pen, est rapidement devenu numéro 2 du FN.
Choc des cultures

Florian Philippot, le "gourou" de Marine Le Pen, incarne-t-il les impasses et les contradictions du FN actuel ?

Publié le 08 mars 2013
Il a suffi de quelques mois à Florian Philippot, conseiller privilégié de Marine Le Pen, pour devenir numéro 2 du FN. Mais le jeune énarque ne fait pas l'unanimité auprès des militants, notamment en Moselle où il a été parachuté en juin 2012 pour les législatives.
Sylvain Crépon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Crépon, docteur en sociologie et chercheur au laboratoire Sophiapol de l'université Paris-Ouest-Nanterre, étudie le Front national depuis le milieu des années 1990.Auteur de plusieurs travaux de référence sur l'extrême droite, ses recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il a suffi de quelques mois à Florian Philippot, conseiller privilégié de Marine Le Pen, pour devenir numéro 2 du FN. Mais le jeune énarque ne fait pas l'unanimité auprès des militants, notamment en Moselle où il a été parachuté en juin 2012 pour les législatives.

Atlantico : Après une ascension fulgurante au sein du FN, FlorianPhilippot est de plus en plus contesté par les militants. Malgré un score historique - 46,30% - au second tour des législatives de Forbach (Moselle) face au PS, le vice-président du FN ne fait pas l'unanimité auprès des cadres locaux. Comment expliquez-vous ces difficultés ?

Sylvain Crépon : Le Front national est traditionnellement un parti populiste qui s'est construit sur le rejet des élites. Jean-Marie Le Pen n'avait de cesse de fustiger l'"énarchie" et tous les partis technocrates coupés des préoccupations du peuple. Florian Philippot a justement un pur parcours de technocrate : HEC, ENA, ministère de l'Intérieur ... Le FN bénéficie de cadres qui peuvent être cultivés, de stratèges fins, de bons communicants, de brillants juristes mais l'une des carences du parti est son absence de culture de gouvernement. Pratiquement aucun frontiste n’a participé à un cabinet ministériel, n’a eu à gérer une région, n’a présidé un conseil général, ni même intégré la haute fonction publique. Et la période est loin maintenant où certains de ses cadres ont pu gérer des grandes villes, avec en plus les résultats que l’on sait. Le Front national tente d'ailleurs de compenser cela en formant lui même son personnel à travers la mise en place d'écoles de cadres, comme le Parti communiste l’avait fait en son temps. Il est ainsi aujourd'hui le seul parti qui permette à des personnes d'extraction modeste d'obtenir des responsabilités politiques.

Cette particularité du FN, qu'a bien mise en lumière la présence récente de Florian Philippot, est à la fois une force et une faiblesse. Elle permet au parti de légitimer son discours populiste sur le mode : "Nous sommes composés de gens populaires ancrés dans la vraie vie". Dans son organigramme, le Front national est à l'image de ses électeurs. Sur le terrain, les sympathisants, les militants et les électeurs sont gré au FN de leur ressembler.

Florian Philippot bouleverse la donne en arrivant avec un capital culturel et social une configuration intellectuelle qu'on ne connaît pas au Front national. Durant la campagne présidentielle, il a été très utile à Marine Le Pen à tel point qu'au bout d'un an d'adhésion il est devenu numéro 2. Cette situation inédite dans un parti politique a plusieurs conséquences. Autrefois, Marine Le Pen prenait conseil auprès de plusieurs cadres. Aujourd'hui, il semble qu'elle soit conseillée presque exclusivement par Florian Philippot. Cela ne peut que créer des tensions et des jalousies. En outre, cela met le Front national en contradiction avec son discours populiste, son discours "anti-estabishment" et "anti-technocratie".

Florian Philippot, parfois surnommé en interne "le gourou" de Marine Le Pen est considéré comme un militant de la 25e heure qui a coiffé tout le monde au poteau. Des très proches de Marine Le Pen ont été rétrogradés dans la hiérarchie ce qui provoque forcément quelques grincements de dents.

C'est sur le plan local que Florian Philippot est le plus chahuté. Est-il coupé de la réalité des militants ?

Je n’ai pas enquêté dans son fief électoral. Mais j’ai recueilli des témoignages qui rapportent que l’ascension de Florian Philippot a heurté la raison d'être de l'engagement de certains adhérents. Beaucoup ont rejoint le FN à travers son discours populiste, son discours "anti-élites", son discours "anti-énarchie". Or, il a suffi qu'un seul énarque arrive au Front national pour qu'il se retrouve immédiatement au sommet. Cela apparaît comme une trahison aux yeux de certains militants. Et ce en dépit du fait que le nouveau numéro 2 prône des mesures sociales à destination des catégories populaires.

Florent Philippot, issu du "Chevènementisme", est arrivé au FN avec de fortes convictions républicaines qu'il a cherché à imposer au parti. Au-delà de la compétition interne, son positionnement entre-t-il en conflit avec la ligne historique du FN ?

D'abord, il n'a pas été officiellement membre des différents mouvements chevènementistes. Il a été un simple sympathisant. Ensuite, la décision de présenter le FN sous un jour républicain ne date pas de l'arrivée de Florent Philippot. Marine Le Pen avait déjà impulsé ce changement en réactivant "Générations Le Pen" en 2002 après la claque du 21 avril. Contrairement aux apparences, cet épisode a été vécu comme un vrai traumatisme par le FN. Devant l'opposition populaire qui défile dans la rue, Marine Le Pen et ses proches réalisent que le FN n'arrivera jamais au pouvoir. Il y a la prise de conscience que la stratégie du "vieux', comme ils disent, ne fonctionne pas. La décision est prise de revenir à ce que Bruno Mégret avait décidé d'impulser : "dédiabolisation" et "normalisation".

Marine Le Pen a trouvé par la suite en Florian Philippot, une personnalité susceptible de légitimer cette ligne. C'est quelqu'un qui a un passé politique et en plus un passé politique de gauche. Marine Le Pen a trouvé en lui une "matière grise" capable de renforcer intellectuellement cette ligne qu'elle s'efforçait de mettre en place. C'est d'ailleurs pourquoi, elle ne peut pas se passer de lui. On l'a vu lors de l'émission des Paroles et des actes, Marine Le Pen cherche à maîtriser ses dossiers alors que Jean-Marie Le Pen faisait des calembours, jouait l'affrontement ou répondait aux journalistes par des pirouettes ou des provocations.

Florian Philippot a réussi à se rendre indispensable justement parce qu'il possède cette culture de gouvernement qui fait défaut au parti lepéniste. Il semblerait, néanmoins,  qu'il n'arrive pas à assumer les racines d'extrême droite du parti chose que beaucoup de cadres historiques assument pourtant assez facilement, naturellement, pour assurer aussitôt avoir tourné le dos à ces racines. Ensuite, même s'il est en train de changer, et même si Marine Le Pen tente de lui donner une nouvelle image, le FN reste partagé entre adaptation au système politique et contestation de ce "système". Un tiraillement qui existe d’ailleurs depuis les débuts du mouvement, comme le politiste Alexandre Dézé l’a très bien montré dans ses récents travaux (Le Front national, à la conquête du pouvoir ? Armand Colin, 2012)  S'il se normalise trop, il perd son potentiel électoral de parti protestataire. A l'inverse, s'il se "diabolise" trop, il est mis au ban du jeu électoral et reste dans une dimension politiquement stérile. Certains cadres ont aujourd'hui conscience de cette situation qui s’apparente à une impasse.

A travers Florian Philippot, on voit bien cette tension se réactiver entre ces deux pôles : normalisation et contestation du système.

Par ailleurs, Philippot ne tient pas compte de l'histoire idéologique du FN. Il veut très vite tourner la page Jean-Marie Le Pen, tourner la page des liens avec l'extrême droite radicale. Pour lui, le Front national se limite à l’image qu’en donne sa présidente. Et, malgré tout, beaucoup de gens, y compris dans l'entourage de Marine Le Pen, restent d'une fidélité sans faille à Jean-Marie Le Pen. Même s'ils ne se retrouvent pas dans ses provocations, ils lui savent gré d'avoir fait du FN ce qu'il est. C’est peut-être ce qui explique en partie les inimités internes que Philippot a suscitées depuis qu’il a rejoint le FN.

 Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (43)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
l'enclume
- 09/03/2013 - 21:50
Papy Mougeot
Gégé Foufou - 09/03/2013 - 08:21
Tout ça pour voter Marine, quel gâchis.
Gégé Foufou - 09/03/2013 - 08:22
Je ne nage plus, je flotte, c'est tellement plus agréable
Gégé Foufou
- 09/03/2013 - 08:22
A l'Enclume
Avec un nom pareil ça doit pas être facile la natation.LOL
Gégé Foufou
- 09/03/2013 - 08:21
A l'enclume
merci de t'inquiéter pour moi mais deux heures de marche par jour en moyenne, trois fois par semaine en salle de muscu, 65 piges, 1m87 92 KG pas un poil de gras.
De juin à octobre tous les jours bain dans la Méditerrannée et 2H de vélo en bord de mer entre San Remo et Monaco.
C'est vrai il y a pire pour passer sa retraite mais faut reconaitre que ça maintient la forme.
Au fait toi en forme??????