En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 19 min 46 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 44 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 54 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 39 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 8 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 40 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 47 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 11 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 39 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 43 min 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 30 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 26 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 57 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 9 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 42 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 58 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 45 min
© Reuters
Que savons-nous vraiment sur les conséquences d'une injection massive de liquidités dans l’économie ?
© Reuters
Que savons-nous vraiment sur les conséquences d'une injection massive de liquidités dans l’économie ?
L'arroseur arrosé

Banques centrales et canons à billets : et si le monde entier se mettait à déverser autant de cash que les Américains ou les Japonais, ça donnerait quoi ?

Publié le 08 mars 2013
Les États-Unis pratiquent déjà la technique de l’"hélicoptère monétaire" pour inonder d'argent leur économie. Si toutes les grandes puissances économiques faisaient de même pour se sortir de la crise, les conséquences sur l'économie mondiale pourraient être très risquées.
Nicolas Goetzmann et Simone Wapler
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est conseiller en stratégie d'investissement, gérant de fortune. En 2012, il a crée le site contrintuitif.com. Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les États-Unis pratiquent déjà la technique de l’"hélicoptère monétaire" pour inonder d'argent leur économie. Si toutes les grandes puissances économiques faisaient de même pour se sortir de la crise, les conséquences sur l'économie mondiale pourraient être très risquées.

Atlantico : Alors que Mario Draghi a décidé de maintenir le taux directeur de la BCE inchangé à 0,75%, le débat autour de l’ "hélicoptère monétaire", expression inventée par l'économiste monétariste Milton Friedman, est relancé. Ce dernier consiste à "inonder" de liquidités l’économie afin de stimuler l’activité et relancer la croissance, comme le font actuellement les États-Unis où la croissance est plus forte qu’en Europe. Que savons-nous vraiment sur les effets inhérents à l’injection massive de liquidités dans l’économie ? Que se passerait-il si toutes les grandes zones économiques mondiales se lançaient dans de telles politiques ?

Nicolas Goetzmann: Les banques centrales ont deux moyens d’agir lorsque les taux sont à 0%. Le premier consiste à injecter des liquidités avec un montant fixe, et parfois une date de fin. Ces mesures temporaires et chiffrées ont ce défaut même de donner une limite dans le montant du soutien donné au marché. Le second consiste à modifier l’objectif de la banque centrale, par exemple en donnant un objectif de taux de chômage comme aux États-Unis (ou de relever l’objectif d’inflation de 1 à 2% comme au Japon). Ici le marché va réagir de lui-même et se mettre à investir jusqu’à ce que l’objectif soit atteint et ce pour une raison simple : il n’est pas raisonnable de de lutter contre une banque centrale. Son pouvoir d’injection de liquidité est tel que l’objectif sera tenu, et le marché obéit.

L’hyperinflation est une blague, les anticipations d’inflations sont très faibles aujourd’hui. Une banque centrale a un pouvoir immense, celui de déterminer le niveau de la demande agrégée, ou son synonyme la croissance nominale (inflation + croissance) d’une économie. Pour ceux qui ont peur de l’hyperinflation il faut tout de même se rendre compte que depuis Paul Volcker (ancien directeur de la Fed, la banque centrale américaine, de 1979 à 1987, ndlr) toute banque centrale sait comment lutter efficacement contre l’inflation, le risque est inexistant. Il faut une volonté claire et nette pour provoquer un tel évènement, ce n’est pas un phénomène exogène.

Simone Wapler: Pour le moment, les Etats-Unis ne recourent qu’à l’assouplissement monétaire (quantitative easing ou QE) et non à l’ « hélicoptère monétaire ».  Le QE arrose d’argent factice le système financier en lui rachetant ses mauvaises créances, dont des obligations souveraines. Les banques sont ensuite censées irriguer l’économie dite réelle. L’hélicoptère monétaire, lui, distribue l’argent factice directement dans les poches du consommateur par le biais des allocations. Dans ce cas, la fausse monnaie paye le déficit public, l’accroissement de la dette.

Mais une économie a besoin d’activités lucratives, véritablement créatrices de richesses pas de fausse monnaie. Aujourd’hui, les observateurs pensent que la croissance  américaine repart. Mais de quelle croissance s’agit-il ? De celle de la dette qui grossit plus vite que la croissance du PIB. Le chômage reste toujours à un niveau très élevé, le revenu médian des ménages est de 8% inférieur à ce qu’il était en 2000.

La multiplication de ces opérations est donc stérile sauf pour le secteur financier. L’assouplissement quantitatif gonfle les prochaines bulles : obligations souveraines, crédit étudiant,… Le décollage de l’hélicoptère monétaire - qui finance directement les déficits – donc l’accroissement de la dette - nous indiquera que le principal, le stock de dettes, ne sera jamais réellement remboursé.

Si l’injection de cash dans l’économie peut avoir des effets positifs, comme nous le constatons aux Etats-Unis ou au Japon - qui souhaite ainsi dévaluer sa monnaie pour relancer son économie depuis l’élection de Shinzo Abe en décembre 2012 - ces politiques monétaires ne peuvent-elles produire leurs effets que si la zone euro garde le cap d’une rigueur monétaire ? Autrement dit, les politiques monétaires expansives ne sont-elles qu’un jeu à sommes nulles où il n’y a d’ "économies gagnantes" que s’il n’y a des "économies perdantes" ?

Nicolas Goetzmann : Ce n’est pas un jeu à somme nulle. L’enjeu ici est que chaque pays redresse sa demande intérieure, et non pas sa compétitivité par rapport aux autres pays. Si toutes les zones économiques retrouvent une demande intérieure convenable, l’ensemble de la planète s’en portera mieux. La guerre monétaire est une notion absurde, l’objectif n’est pas de prendre au voisin mais d’optimiser son marché intérieur. Nous parlons de dévaluation alors que la baisse de la monnaie n’est qu’une conséquence du redressement de l’économie et donc de l’inflation (d’inexistante elle devient légèrement positive au Japon).

Une croissance plus forte au Japon signifie une croissance plus forte dans le Sud-Est asiatique et par ricochet, pour l’économie mondiale. La croissance n’est pas un gâteau à se partager, il y a aujourd’hui une marge de manœuvre importante pour chaque zone et notamment pour l’Europe. Le Royaume-Uni, les États-Unis, le Japon soutiennent aujourd’hui leur demande. Seule la Zone euro s’abstient sous couvert d’un indéfendable prétexte de "sérieux". Il se trouve que l’Europe est la seule zone dont les perspectives sont encore négatives, cet aveuglement idéologique devient scandaleux.

Simone Wapler : Les effets positifs sont éphémères. Le Japon est en réalité en dépression avec une dette publique de plus de 200% de son PIB. Les effets secondaires seront destructeurs.

Mettons quelques chiffres en face de la rigueur monétaire de la Zone euro. Les encours de dettes publiques avoisinent les 10 000 Mds€, ceux des pays en difficulté se situent autour de 3 800 Mds €. Entre octobre 2008 et octobre 2011, la Commission européenne a approuvé 4 500 Mds€ de plans d’aides aux institutions financières, soit l’équivalent de 37% du PIB de l’Union Européenne. Plus d’un tiers ont été utilisées, soit plus de 12% du PIB sans que les problèmes de fond soient résolus.

Dans cette fuite en avant, il n’y a que des perdants. Ce n’est pas parce que vous sombrez moins vite que le bateau d’à côté que c’est une réussite.

Au final, l'injection de monnaie est-elle le résultat d’une demande réelle de crédit de la part des différents acteurs économiques (particuliers, entreprises, États, collectivités locales…) ou simplement "arme", voire un "artifice" qui ne résulte d’aucun besoin réel, que les banques centrales ou les gouvernements souhaitent utiliser pour stimuler l’activité sans réformer ?

Nicolas Goetzmann : C’est le jeu de l’offre et de la demande. Aujourd’hui les investisseurs sont massivement positionnés en cash et en obligations pour se protéger des mauvaises conditions économiques. La demande en cash et en obligations est donc énorme, d’où des taux très faibles. En injectant de la monnaie, une banque centrale ne fait que répondre à cette demande, ce qui incitera les acteurs économiques à investir dans l’économie et à enfin sortir de leur position de repli. C’est aussi simple que ça. Il ne s’agit absolument pas d’une croissance artificielle, mais bien de donner au marché le cash dont il a besoin pour retrouver son équilibre.

Les réformes budgétaires sont nécessaires mais elles agissent sur le chômage structurel et aujourd’hui en Europe nous avons environ 5% de chômage purement conjoncturel, c’est-à-dire qu’il est sous la responsabilité de la BCE. Il me semble plus opportun de réformer lorsque ces problèmes conjoncturels seront en voie de se résorber. Sinon nous ajoutons une austérité budgétaire à une austérité monétaire. Un double étau qui ne donne aucune chance à la Zone euro.

Simone Wapler : Nous ne vivons pas une crise de liquidité, nous vivons une crise d’insolvabilité. L’origine de la crise est le surendettement. Surendettement des ménages aux États-Unis, surendettement public de pays peu compétitifs de la zone euro. Il s’agit donc d’une indigestion de dettes. Tant que les mauvaises créances n’ont pas été purgées, que les pertes n’ont pas été actées, la véritable croissance ne peut pas repartir.

La fausse monnaie n’a qu’un seul but : maquiller l’insolvabilité de ceux qui l’émettent. La croissance de la dette n’est pas la croissance du revenu par habitant. La fausse monnaie n’a jamais apporté la richesse. Une mauvaise créance n’est pas du capital. Mais distribuer de la fausse monnaie permet plus facilement d’acheter des voix que d’engager de véritables réformes auxquelles les élus n’ont jamais préparé leurs électeurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
crisemajeure.fr
- 08/03/2013 - 19:49
La chute prochaine et brutale du dollar
La chute du billet vert sous couvert de solutionner l'immense endettement des Etats-Unis va activer la refonte complète du système économique et financier et la mise en place d'une nouvelle monnaie unique en occident adossée à l'or - sorte de Bretton Woods II - voir ici :
http://lexpansion.lexpress.fr/bourse/robert-zoellick-favorable-a-une-sorte-d-etalon-or_242172.html.

Extrait du livre " la Face cachée du mondialisme " page 179 :

En 2007, ce scénario monétaire se dessinait déjà, Ben STEIL, directeur du bureau économie internationale du CFR indiquait sans ambages :

Ω - « Dollar et euro sont des devises temporaires, ce sont les marchés financiers qui portent le dollar dans le monde entier, les marchés donnent et peuvent aussi reprendre, dès lors le dollar américain s’effondrerait, et de leur propre chef les marchés financiers privatiseront la monnaie ».
crisemajeure.fr
- 08/03/2013 - 19:27
La crise majeure a été planifiée, n'en déplaise aux incrédules
L'analyse qui est faite dans cet article, notamment les propos très affinés de Madame WAPLER, prendrait tout son sens s'il s'agissait d'un cycle économique ouvert à un renouveau.
Or, l'étude de la situation économique vue par une minorité de spécialistes du mondialisme ne formule aucune perspective de renouveau. Néanmoins, une annonce de solution globale et mondiale sera clamée le moment venu juste après que le système économique ait atteint un niveau de difficultés paroxystiques.

Voici une déclaration passée inaperçue pour le plus grand nombre, mais objet d'analyse approfondie dans le cadre réaliste de l'étude du mondialisme, elle est extraite du livre " La face cachée du mondialisme " page 118 - d'où l'intitulé du site www.crisemajeure.fr :

Ω – citation clé – du 23 septembre 1994 – « La présente fenêtre d’opportunité, durant laquelle un ordre mondial pacifique et interdépendant (la latitude souveraine des États nation) peut être construit, ne sera pas ouverte pour très longtemps. Nous sommes au seuil d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin, c'est une crise majeure et les nations accepteront le nouvel Ordre mondial ». David ROCKEFELLER, membre éminent du..
crisemajeure.fr
- 08/03/2013 - 18:22
Une donnée essentielle qui n'a pas été prise en compte
Extrait du livre " La face cachée du mondialisme " page 169 - www.crisemajeure.fr

" Il s’est produit un découplage entre les rouages aux effets décuplés de la sphère financière dite virtuelle et ceux par trop délabrés de l’économie réelle. Rectifier l'anomalie en apportant plus d'énergie au mécanisme d'ensemble ne va pas nécessairement produire un effet de transfert cinétique sur les rouages les plus ovalisés, affaiblis et déformés. Il en va de même pour l’économie réelle y introduire des sommes considérables sous forme de nouvelles ressources financières par la planche à billets, par le rachat de dettes souveraines, par l'augmentation de taxes et impôts, d'emprunt, de plans de relance, de coupes budgétaires, de plans de rigueur sociale... ne pourra pas produire l'effet escompté. Depuis 1980, à cause de la série de conséquences multi étagées engendrées par l'enclenchement de la crise majeure, le mécanisme macro-économique a été progressivement déformé, puis étiré et finalement corrodé par le mouvement asynchrone, abrasif, régressif, de l’économie virtuelle, caractérisée par la spéculation intensive et déshumanisée. Pendant que les pièces de cette mécanique mondialisée se ..."