En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

06.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 11 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 14 heures 3 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 15 heures 56 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 17 heures 44 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 18 heures 18 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 18 heures 38 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 19 heures 31 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 20 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 11 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 13 heures 53 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 15 heures 50 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 18 heures 27 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 20 heures 19 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 12 heures
© Reuters
Hugo Chavez est décédé mardi soir.
© Reuters
Hugo Chavez est décédé mardi soir.
Disparition

Mort d'Hugo Chavez : quel est le réel bilan du Comandante ?

Publié le 06 mars 2013
Le dirigeant vénézuelien Hugo Chavez a finalement succombé à un cancer, ce mardi soir, à l'âge de 58 ans. Après 14 ans de pouvoir, quel est son bilan ?
Jacobo Machover
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacobo Machover est un écrivain cubain exilé en France. Il a publié en 2019 aux éditions Buchet Castel Mon oncle David. D'Auschwitz à Cuba, une famille dans les tourments de l'Histoire. Il est également l'auteur de : La face cachée du Che (Armand Colin)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dirigeant vénézuelien Hugo Chavez a finalement succombé à un cancer, ce mardi soir, à l'âge de 58 ans. Après 14 ans de pouvoir, quel est son bilan ?

Atlantico : Jusqu'à quel point la mort d'Hugo Chavez représente un choc pour le Venezuela ?

Jacobo Machover : Les Vénézuéliens s’attendaient depuis longtemps à la nouvelle de la disparition d’Hugo Chávez. La comparution du vice-président Nicolás Maduro, désigné par Chávez lui-même comme son successeur au pouvoir, devant les plus hautes autorités, gouverneurs « chavistes », membres de la hiérarchie militaire, dirigeants du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), retransmise sur toutes les chaînes de télévision du pays, montre que le pouvoir de facto préparait en catastrophe la population à l’issue inéluctable. Il incitait le peuple à « la prière et à l’action ». Prière pour provoquer un miracle qui ne pouvait survenir, après de longs mois, depuis juin 2011, d’interventions chirurgicales, de soi-disant « guérisons », de transferts en catastrophe à La Havane et de retours en pleine nuit à Caracas. Une grande partie de la population y croyait pourtant, elle qui s’était parfois laissée guider par la compassion envers celui que Maduro qualifiait comme « notre maître, notre père et notre chef suprême ».

Une autre fraction, sans doute minoritaire, constituée essentiellement d’étudiants, réclamait au contraire la vérité sur l’état de santé du dirigeant « bolivarien », en manifestant contre l’opacité des informations distillées au compte-goutte par le gouvernement. C’est sans doute cette fraction-là que le vice-président, sur un ton menaçant, a désigné à la vindicte (« l’action ») des masses en l’accusant d’être manipulée par l’ « impérialisme américain » et même par Israël. Pour lui, d’ailleurs, ce sont les « ennemis » de la révolution qui sont responsables de l’état de santé de Chávez. Il en a d’ailleurs profité pour expulser dans la foulée deux diplomates américains. L’avertissement est clair : la « révolution » doit continuer, en l’absence de  son leader bien-aimé, celui auquel ses partisans, dans un curieux mélange de religiosité et de radicalité politique, accordaient leur confiance, à l’exclusion de tout autre.

Son action politique, souvent critiquée, peut-elle devenir un modèle pour les autres leaders latino-américains ?

Hugo Chávez a réussi à fédérer autour de sa figure bon nombre de dirigeants populistes de gauche en Amérique latine, parmi lesquels le Bolivien Evo Morales, ou l’Équatorien Rafael Correa, ou encore le Nicaraguayen Daniel Ortega et d’autres gouvernants, plus ou moins proches, à coups de subventions dues à la manne pétrolière du pays. Mais son « socialisme du XXIe siècle » n’est qu’une copie, par d’autres moyens, du castrisme triomphant. C’est à La Havane, sous l’égide de Raúl Castro et sous l’inspiration de Fidel, que se prennent les décisions fondamentales concernant le Venezuela, ce que n’ont pas manqué de critiquer les opposants au « chavisme » en dénonçant la perte de souveraineté de leur pays, parfois appelé « Cubazuela ». La caste dirigeante est en effet allée prendre ses consignes dans la capitale cubaine, officiellement pour aller rendre visite à l’illustre malade qui, sans doute, avait le plus grand mal à s’exprimer et à diriger quoi que ce soit. Ce sont les agents du castrisme, membres des services de la Sécurité de l’État, qui, aux côtés des médecins, instituteurs et autres « entraîneurs sportifs », contrôlent les rouages de l’appareil militaire et policier du Venezuela, tout en veillant à la protection rapprochée de ses dirigeants.

Connu pour sa rhétorique anti-Washington, ne peut-on pas dire que cet homme était le dernier chef d'état « bolivarien » ?

Hugo Chávez a utilisé la figure de Simón Bolívar, le  « Libertador », qui avait mené au début du XIXe siècle la lutte pour l’indépendance du Venezuela et d’une partie de l’Amérique du sud contre l’Espagne, dans sa rhétorique anti-impérialiste. Mais les idées de Bolívar n’avaient strictement rien à voir avec les siennes sauf, peut-être, dans sa volonté de se proclamer « dictateur » ou « président à vie ». La République et la Constitution n’ont de « bolivariennes » que le nom : elles sont seulement « chavistes », c’est-à-dire un mélange de fatras idéologique plus ou moins socialisant, propre à séduire un Jean-Luc Mélenchon ou un Ignacio Ramonet, avec des pratiques populistes et autoritaires, héritage de la formation militaire du « Commandant » Hugo Chávez, ancien soudard qui s’est fait connaître en 1992 à la suite d’une tentative de coup d’État raté contre un gouvernement démocratique.

Quelles peuvent être les conséquences régionales de sa mort ?

Pour Cuba, la disparition politique de Chávez est déjà vécue comme une catastrophe. L’île avait vu dans le Venezuela le substitut de l’ex-Union Soviétique. Les près de 125 000 barils de pétrole par jour, concédés à Cuba en échange des programmes sociaux, notamment « Barrio adentro », menés par les Cubains, permettent à l’économie cubaine de tenir tant bien que mal (plutôt mal, d’ailleurs). Cependant, entre Raúl Castro et Chávez, les relations n’ont pas toujours été à l’eau de rose : les nationalisations, constantes et capricieuses, décidées par le « caudillo bolivarien », n’ont pas été du goût du dictateur cubain, qui tente timidement de libéraliser l’économie cubaine pour éviter un marasme total. Cette désorganisation chronique a déteint, d’ailleurs, sur son protecteur économique : les coupures de courant, les pénuries alimentaires ne sont plus l’apanage du système castriste, au pouvoir depuis plus d’un demi-siècle.

Quant aux autres dirigeants populistes latino-américains, ils observent avec une certaine inquiétude ce qui se passe du côté de Caracas (et de La Havane, où ils se sont pratiquement tous rendus en procession pour rendre visite au dirigeant présenté comme « convalescent »), en espérant, particulièrement dans le cas du président équatorien Rafael Correa, prendre sa place dans le leadership du populisme dans le sous-continent. Mais la situation au Venezuela pourrait dégénérer, en l’absence de toute légitimité constitutionnelle, que la désignation de Nicolás Maduro est loin d’avoir affirmée. Après la dévotion populaire envers le « Commandant » mourant, viendra le temps des questionnements, notamment sur les raisons pour lesquelles il a pu se présenter, dans l’état où il se trouvait déjà alors, à la dernière élection présidentielle d’octobre 2012 et remporter la majorité des suffrages. Les Vénézuéliens auront alors la terrible impression d’avoir été volontairement trompés par ceux qui se posent en successeurs d’Hugo Chávez.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (39)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MauvaiseFoi
- 07/03/2013 - 17:42
Rappel
Quand "Koba" est mort, toute l'URSS, les pays de l'Est et les partis frères en Occident étaient en pleurs. On connaît la suite.
Le cimetière de l'histoire latino-américaine est hélas rempli de petits caudillos de son espèce et les peules n'ont rien appris.
Souhaitons aux Vénézueliens de s'en remettre par la voie démocratique.
FIGAROCB
- 07/03/2013 - 09:22
UN DICTATEUR DE GAUCHE DE MOINS !
Seul, le pétrole a pu maintenir en vie ce régime ultra gauchiste ! Que ceux qui en rêve n'hésitent pas : allez vous installer à CUBA ou en CORÉE DU NORD et laissez les français tranquilles avec toutes vos balivernes !
fms
- 06/03/2013 - 20:27
le bilan de Chavez ?
Avoir dit merde aux Usa, ni plus ni moins.
L'arrière cour des Usa s'est débarassée des dictatures soutenues par la Cia, et veut sa liberté. Chavez l'a obtenu et a incarné cette posture.