En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 4 heures 19 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 5 heures 53 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 8 heures 9 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 12 heures 1 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 12 heures 32 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 13 heures 10 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 13 heures 52 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 14 heures 17 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 14 heures 51 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 15 heures 5 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 5 heures 18 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 6 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 12 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 13 heures 9 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 14 heures 29 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 15 heures 14 min
"Bien des forces peuvent agir pour prolonger l'agonie..."
"Bien des forces peuvent agir pour prolonger l'agonie..."
La preuve par dix

Les 10 raisons pour lesquelles la crise de l'euro pourrait bien être incurable

Publié le 26 mars 2013
Les Européens sont parvenus à trouver un accord à l'arraché sur Chypre au terme d'une folle semaine sur les marchés avec une taxation très polémique des dépôts bancaires. Pourtant, selon un spécialiste financier, la crise de la zone euro serait tout simplement incurable.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Européens sont parvenus à trouver un accord à l'arraché sur Chypre au terme d'une folle semaine sur les marchés avec une taxation très polémique des dépôts bancaires. Pourtant, selon un spécialiste financier, la crise de la zone euro serait tout simplement incurable.

Alors que la crise chypriote qu'à traversé la zone euro cette semaine -  qui se traduit par un accord choc visant à démanteler la principale banque du pays et à taxer les dépôts bancaires supérieurs à 100 000 euros - semble toucher à sa fin, Jeroen Dijsselbloem, le chef de file de l'Eurogroupe, a estimé que ces négociations "mettent fin aux incertitudes affectant Chypre et la zone euro". Pourtant, le spécialiste financier David Marsh expose à sa manière, dans une tribune publiée sur le site internet Marketwatch au début du mois de Mars, les raisons pour lesquelles il pense que la crise de la zone euro est un calvaire sans fin. Selon lui, bien des forces peuvent agir pour prolonger l'agonie... Voici son analyse en dix points précis :

1/ L'ascension de Beppe Grillo en Italie

Pour le spécialiste, les élections italiennes ont été un gros revers pour les euro-optimistes. Plus qu'un simple vote contre l'austérité, le choix des Italiens symbolise davantage un ras-le-bol sur le fait que le pays puisse être dirigé de telle sorte que cela ne profiterait pas aux Italiens. Pour Marsh, les réformes structurelles dont l'Italie a besoin n'ont pas été engagées. Et le spécialiste de rappeler une déclaration de Beppe Grillo qui a prédit que l'Italie s'écroulerait financièrement dans les six prochains mois...

2/ Les désaccords monétaires entre la France et l'Allemagne

Les désaccords fondamentaux sur la politique monétaire de l'Union entre la France et l'Allemagne sont légion. Les interrogations autour de la compatibilité des deux positions (la solidarité à la française, et la compétitivité à l'allemande) se font de plus en plus entendre à Bruxelles. Pour David Marsh, la volonté des deux pays clés de la zone euro de faire des concessions est au point mort.

3/ Le programme OMT voué à l'échec

Si l'on en croit David Marsh, l'absence d'un gouvernement prêt à réformer structurellement l'Italie rend plus ou moins caduque le programme OMT, ce mécanisme de sauvetage qui prévoit le rachat de titres publics par la Banque centrale européenne. Une condition centrale de ce mécanisme est que les pays doivent obéir à un ensemble de conditions établies par l'Union européenne et le Fonds monétaire international. "Qui à Rome va appliquer les directives ?", conclut le spécialiste de manière ironique.

4/ L'Allemagne, dans cet environnement global, ne pourra rien faire pour les autres

L'Allemagne ne peut pas, et ne veut pas, stimuler suffisamment son économie pour redresser les Etats du Sud en difficulté. Contrairement au contexte international pendant les réformes menées dans le pays entre 2003 et 2005, quand le chancelier Gerhard Schröder avait présenté son Agenda 2010, l'Europe ne peut offrir aux pays en difficulté une croissance externe suffisante pour combler l'effet douloureux des réformes domestiques.

5/ Les élections fédérales allemandes de septembre 2013 vont refroidir la générosité d'Angela Merkel

Les réticences de la chancelière allemande Angela Merkel à imaginer des solutions créatives et audacieuses vont se faire de plus en plus nombreuses jusqu'à l'élection fédérale allemande le 22 septembre prochain. Selon David Marsh, peu de personnes pensent que l'Allemagne a été généreuse avec les pays en difficulté mais elle l'a tout de même été. Aujourd'hui, selon lui, nous avons atteint un pic. La générosité allemande à l'égard des pays européens en difficulté ne sera plus jamais ce qu'elle a pu être.

6/ Les barrières qui se dressent face une sortie de l'euro

Les Etats du sud ne peuvent pas sortir de l'euro si facilement. "Pourquoi le voudrait-il quand l'argent continue toujours de leur parvenir, de la Banque centrale européenne ou d'autres sources ?", explique David Marsh. Sans compter le fait que l'Allemagne et les autres pays créanciers ne pourront et ne voudront pas les pousser vers la sortie.

7/ Même chose pour l'Allemagne et sa capacité à quitter l'euro unilatéralement

Même si les Allemands ne partiraient pas seuls, les conséquences politiques et économiques d'un tel bouleversement de la politique extérieure allemande depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale seraient stupéfiantes. Pour le moment, nous sommes dans une impasse. Mais cette dernière pourrait bien évoluer, prévient le spécialiste britannique.

8/ Les Etats-Unis, la Chine et le Japon n'ont pas intérêt à des réformes radicales en Europe

Selon David Marsh, les trois superpuissances n'ont en effet aucun intérêt à provoquer un tremblement de terre qui pourrait conduire à la déstabilisation de leur monnaie et même entraver leurs propres efforts de guérison. Cela peut paraître comme une mise à l'écart du concept de mondialisation mais pour le spécialiste, chaque pays est bien trop préoccupé par ses propres problèmes pour imaginer forcer la zone euro à se remettre sur les bons rails.

9/ La tentation du gouvernement français de collaborer avec les sociaux démocrates allemands

Dans le but de diminuer les chances de victoire d'Angela Merkel, le gouvernement socialiste français pourrait bien être tenté de se rapprocher des sociaux démocrates allemands, dans l'opposition actuelle. S'il parait difficile d'imaginer comment l'intervention de François Hollande peut avoir un réel impact sur le résultat des élections allemandes, il n'en reste pas moins que, d'après David Marsh, le président français devrait tout de même s'y employer. De quoi affaiblir un peu plus le tandem franco-allemand...

10/ La tentation de la BCE à acheter des obligations d'Etat italiennes sans conditions

Cela serait en contradiction totale avec les promesses répétées solennellement par le président de la Banque centrale européenne Mario Monti. Cela provoquerait des vagues d'indignation en Allemagne et pourrait bien rendre inutile tout ce qui a été accompli jusqu'à lors...

3 questions à Mathieu Mucherie, économiste de marché sur Paris, (il s'exprime ici à titre personnel).

Atlantico : Alors que la zone euro a connu un nouveau rebondissement avec l'épisode chypriote, Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, a estimé que ces négociations "mettent fin aux incertitudes affectant Chypre et la zone euro". Mais la crise pourrait-elle resurgir par le levier politique, notamment depuis les résultats de l'élection italienne où Beppe Grillo, ancien comique opposé à l'austérité au système politique, a recueilli un quart des voix. La crise de la zone euro est-elle incurable ? Peut-elle se transformer dans sa nature même et se poursuivre ainsi ?

Mathieu Mucherie : Il n’y a aucune stabilisation économique de la zone euro : l’activité est en récession très nette, la croissance n’a aucune chance de revenir à politique monétaire constante, les divergences se renforcent, le crédit et l’immobilier poursuivent leur descente aux enfers, le chômage monte, les finances publiques sont durablement plombées, les dettes privées ne se réduisent pas là où elles le devraient, on ne voit aucune vraie réforme structurelle (et de toute façon, à quoi bon stimuler l’offre productive quand la demande globale est en chute libre ?) et aucun relai de croissance. Si la BCE ne se réveille pas, ce sera la Japonisation au Nord et l’Argentinisation au Sud, donc à terme la dislocation monétaire (mais quand ?).

La conséquence (et non la cause) : les perturbations politiques, y compris désormais dans les pays les plus traditionnellement europhiles. Après tout, la dernière fois qu’on avait vu trois années de politiques monétaires bêtement restrictives dans un climat de déflation, entre janvier 30 et janvier 33 en Allemagne, le résultat final avait été bien pire que Beppe Grillo : je trouve que les Italiens sont très patients, d’ailleurs après le coup d’Etat fomenté il y a 15 mois je pensais que le procurateur nommé par la BCE (Monti) obtiendrait bien moins de 9% des votes aux élections suivantes. Mea Culpa...

Aucune crise n’est « incurable ». Ceux qui affirment ça n’ont pas pris connaissance des travaux de Milton Friedman sur la grande crise des années 30. Mais il est vrai qu’un changement de cap monétaire est assez improbable tant que « l’esprit Bundesbank » n’aura pas été traité au Kärcher.

Les désaccords entre la France et l'Allemagne, les deux piliers forts de la zone euro, persistent et s'accroissent. Sont-ils insurmontables ? Quels risques font-ils peser sur la sortie de crise ?

La France se comporte depuis 25 ans comme un pays satellite, en mode « currency board » total vis-à-vis de l’Allemagne. Sur le plan théorique cela n’a pas de sens, sur le plan empirique (croissance, emploi) c’est un échec, sur le plan politique ça marche encore (on voit peu de défilés dans les rues pour dénoncer cette vassalisation…) mais pour combien de temps ? Rendez-vous après le dégonflement de la bulle immobilière et administrative française, quand même nos élites politiques devront s’interroger sur le bien fondé de cette stratégie afin de ne pas finir dans les poubelles de l’Histoire.

Alors que les Etats-Unis sollicitent la planche à billet pour acheter de la dette publique et que le Japon souhaite déprécier le Yen pour relancer son économie. N'ont-ils tout simplement aucun intérêt à accepter une baisse du cours de l'euro (naturelle ou "provoquée") ? L'Europe est-elle condamnée à perdre la bataille monétaire ?

Il n’y a pas de planche à billets aux US, du moins pas au sens inflationniste et maximaliste du terme. La politique de Bernanke n’est pas si accommodante qu’on le dit : sinon, comment expliquer la stabilité du dollar depuis 5 ans (il avait baissé les 5 années avant la crise, pas après avec les vagues de quantitative easing), comment expliquer le taux du Trésor 10 ans en dessous de 2%, et la stabilité des prix et des salaires ? Quant aux Japonais, ils commencent à bouger, mais après 25 années d’auto-mutilations monétaires, c’est un minimum vital, un kit de survie…

De façon irrationnelle (W.Buiter en 2009 parlait d’un euro « dopé aux stéroïdes »), la BCE a refusé de mettre son taux à 0% comme tout le monde et a refusé toute « forward guidance » en la matière, au mépris de toutes les théories sur le rôle du pré-engagement, des anticipations, etc. Résultat : un euro trop cher. Le renforcement des tensions déflationnistes à la périphérie. Une annulation de tous les efforts faits en matière de « compétitivité ». Un Waterloo monétaire original où l’autre coté de la parité n’y est pour rien : on se tire une balle dans le pied et après on accuse le reste du monde d’être doté de banquiers centraux qui font un peu moins mal leur boulot. Les sals tricheurs d’américano-japonais, ils ont vaguement lu Friedman ou Fisher, ils ne consultent pas les coloriages de Trichet ou Weidmann !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gringo Nedromi
- 27/03/2013 - 11:50
Une lente agonie
C'est ce qui nous attends avec l'Euro...
Delors et l'autre olibrius de l'OCDE nous ont fichus dans une sacrée galère qui ne peut se terminer que par Marine aux commandes et d'autres du même calibre dans les pays Européen.
Nous, pendant ce temps, on aura le mariage pour tous, qui je suppose est censé donner du boulot a tous les chômeurs et faire redémarrer l'économie, n'est pas Monsieur Hollande?

Gringo Nedromi
- 27/03/2013 - 11:39
Une lente agonie
C'est ce qui nous attends avec l'Euro...
Delors et l'autre olibrius de l'OCDE nous ont fichus dans une sacrée galère qui ne peut se terminer que par Marine aux commandes et d'autres du même calibre dans les pays Européen.
Nous, pendant ce temps, on aura le mariage pour tous, qui je suppose est censé donner du boulot a tous les chômeurs et faire redémarrer l'économie, n'est pas Monsieur Hollande?

Mani
- 26/03/2013 - 22:57
De plus en plus fort !!
La crise de l'euro, incurable ?? On se demande bien comment une crise qui n'existe pas pourrait être incurable.