En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 38 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 40 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 10 heures 31 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 12 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 17 heures 9 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 42 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 7 heures 3 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 10 heures 5 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 33 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 32 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 16 heures 8 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 17 heures 5 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 18 heures 1 min
© Reuters
L'Espagne doit faire face aux ambitions séparatistes de la Catalogne en plus de la crise.
© Reuters
L'Espagne doit faire face aux ambitions séparatistes de la Catalogne en plus de la crise.
Fin de régime ?

Ce général qui déclenche la sombre rumeur d'un coup d'État en Espagne

Publié le 05 mars 2013
Embourbée dans la crise, l'Espagne doit aussi faire face aux ambitions séparatistes de la Catalogne. Face à la menace d'une sécession, certains généraux de l'armée commencent à évoquer la solution militaire pour préserver l'unité du pays.
Wolf Richter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wolf Richter a dirigé pendant une décennie un grand concessionnaire Ford et ses filiales, expérience qui lui a inspiré son roman Testosterone Pit, une fiction humoristique sur le monde des commerciaux et de leurs managers. Après 20 ans d'expérience...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Embourbée dans la crise, l'Espagne doit aussi faire face aux ambitions séparatistes de la Catalogne. Face à la menace d'une sécession, certains généraux de l'armée commencent à évoquer la solution militaire pour préserver l'unité du pays.

L'Espagne est sur les nerfs. Le chômage atteint presque 26%, le chômage des jeunes dépasse 55%. Le gouvernement est pris dans un scandale de corruption. L'économie tourne au ralenti. Le 23 janvier, l'assemblée de Catalogne a déclaré que la région constituait " une entité souveraine politiquement et légalement". Un pas de plus vers la sécession. Et puis un général a donné un discours.

L’événement vient juste de refaire surface, mais il s'est déroulé le 6 février, selon les personnes qui ont assisté à la conférence sur les Forces armées et la Constitution au Gran Peña, un club à Madrid qui sert de quartier général aux officiers à la retraite. La discussion était encadrée par José Antonio Fernández Rodera, éditeur du magazine militaire Revista Jurídica Militar. Parmi les intervenants se trouvaient Ángel Calderón, président de la Chambre militaire du tribunal suprême, Pedro González-Trevijano, recteur de l'Université du roi Juan Carlos, et le général Juan Antonio Chicharro, commandant du corps d'élite de la marine jusqu'en 2010 et est aujourd'hui réserviste. Environ 100 personnes étaient dans l'Assemblée.

Jusqu'ici, rien de très inhabituel, jusqu'à l'intervention du général Chicharro. Dès le départ, il a clairement fait comprendre qu'il ne s'agissait pas d'un discours impromptu. Selon de nombreux témoins, il s'est excusé : il aurait bien refusé l'invitation à s'exprimer, mais l'actuelle " offensive séparatiste-sécessionniste" en Catalogne l'a poussé à parler.

Au sein des forces armées, "règne un sentiment général de préoccupation, de peur, d'incertitude, et de confusion" à ce sujet, a-t-il dit. Il a déploré le limogeage du Général José Mena en 2006 après que ce dernier ait suggéré publiquement qu'une intervention militaire pourrait être nécessaire pour contrer les demandes d'autonomie de plus en plus pressantes de la Catalogne.

Il a critiqué les séparatistes catalans pour leur interprétation faussée de la Constitution en ce qui concerne la sécession, et a proposé sa propre interprétation de deux articles : l'article 8.1, qui charge les forces armées espagnoles de défendre l'Espagne et son intégrité territoriale, et l'article 97, qui institue la subordination de l'armée au gouvernement civil. Le premier fait partie du noyau dur de la Constitution, selon lui. Le second, au contraire, moins important, a été relégué plus loin.

Et donc, en utilisant le conditionnel et en formulant les affirmations comme des questions, il a proposé une théorie selon laquelle l'armée pourrait légitimement renverser le gouvernement. Le problème se poserait, selon lui, " si ceux dont le rôle est de défendre la Constitution ne remplissaient par leur fonction".

Il a demandé à son auditoire d'imaginer ce qui se passerait si le Parti Populaire (PP) perdait sa majorité absolue aux prochaines élections générales, et si les nationalistes catalans demandaient, en échange de leur soutien, un changement de la Constitution afin d'éliminer la doctrine de " l 'unité indissoluble" de l'Espagne.

"Que feraient alors les forces armées ?", a-t-il demandé, sans donner de réponse. " Les règles sont une chose, la pratique en est une autre", a-t-il noté, énigmatique. " Si le mécanisme de défense de l'ordre constitutionnel ne fonctionne pas, par acte ou par omission, alors..." Il n'a pas achevé sa phrase. " Le pays est plus important que la démocratie", a-t-il ajouté. " Le patriotisme est un sentiment, et la Constitution n'est rien d'autre qu'une loi.", a-t-il conclu.

Salve d'applaudissement, standing ovation, cris de " Bravo ! Bravo !". Les membres de l'auditoire, dans leurs questions, sont allés encore plus loin que le discours du général – jusqu'à ce que le recteur González-Trevijano ne les arrête : "L'alternative à la Constitution est le suicide collectif", a-t-il lancé.

Lorsque cette histoire a commencé à fuiter, Diego López Garrido, le porte-parole socialiste au Parlement sur les questions de défense, a pressé le ministre de la Défense de réagir immédiatement pour dénoncer d'attitude du général ; il restait sujet au code disciplinaire de l'armée qui désapprouve le fait de suggérer des coups d'état – en public. Jeudi, le ministère a indiqué qu'il avait ouvert une enquête préliminaire pour déterminer exactement ce que le général avait dit et si elle allait à l'encontre d'une quelconque loi.

Peut-être averti par le général, le gouvernement fait preuve de la plus grande dureté face aux velléités de sécession catalanes. Jeudi, le Conseil d’État publiait un rapport indiquant qu'il existait une base légale suffisante pour contester la déclaration de l'assemblée catalane. Vendredi, le Premier ministre Mariano Rajoy annonçait que le gouvernement dégainerait son plus gros pistolet légal. Il mènera la déclaration devant la Cour constitutionnelle au motif qu'elle viole la Constitution.

Le cauchemar économique qui pousse trop de jeunes gens sans emploi et agités dans les rues, la sécession d'une région, une crise constitutionnelle en coulisse, et les sombres murmures des généraux forment un mélange explosif. Ce qui avait commencé comme une crise immobilière, qui s'est mué en crise de la dette puis en crise économique plus large a dépassé le cadre de l'économie. Cela touche à la démocratie.

Maintenant, un scandale d'espionnage politique a éclaté – en Catalogne justement - dispersant des débris et des allégations de blanchiment d'argent un peu partout. Voir... Un vaste scandale d'espionnage politique pour couronner le sordide scandale de corruption en Espagne.

Article précédemment publié sur le blog Testosterone Pit

Traduit de l'anglais par Julie Mangematin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Stephan_Toulousain
- 10/03/2013 - 15:36
Europe des régions, europe des nations
Vers quelle europe doit-on évoluer ?
Si c'est celle des régions, les catalans ont raison, si c'est celle des nations, les pays ne bougent pas.

Et en France ???
MONTCLAR
- 06/03/2013 - 22:59
Inconscience totale ou bêtise crasse ?
De la part de commentateurs qui appellent ouvertement au pronunciamento et de la part de prétendus "modérateurs" qui n'interviennent pas. Je penche pour la bêtise car je ne crois pas assez courageux pour prendre les armes de pauvres bougres dont les fautes de frappe démontrent qu'ils sont à l'évidence durement touchés par la maladie de Parkinson.
RBD
- 06/03/2013 - 13:41
corruption
Le problème était en germe depuis 1978. Le processus de soi-disant "transition nationale" lancée par une bande d'apprentis sorciers en Catalogne (CiU) est en contradiction avec la constitution.

L'erreur est d'avoir voulu concevoir un cadre d'autonomie qui soit le même pour tout le monde afin de sauver certaines apparences, tout en contentant les plus revendicatifs (Catalogne et Pays Basque évidemment). Mais cette égalité de traitement de façade ne pouvait contenter les plus autonomistes qui veulent par nature être plus libres que les autres, et a grandement favorisé la corruption locale dans le reste de l'Espagne où on n'était plus du tout habitué à cela après 40 ans de centralisme franquiste... Le vrai drame est de voir tous ces scandales de corruption qui s'accumulent dans leur milieu politique ces derniers mois.

La famille royale traverse effectivement un trou d'air avec l'affaire Noos (le gendre Urdangarin) et la vraie question sur l'accident au Bostwana qui ne concerne pas trop le fait d'aller chasser l'éléphant mais la place d'une excellente amie du Roi, plus jeune...
Mais c'était pareil avec les Windsor dans les années 90, on nous disait aussi que c'était bientôt fini.