En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
La zone euro espère que l'Allemagne va la tirer du marasme économique alors que le pays lui-même n'est pas en grande forme.
Premier de la classe
Quelles conséquences si le moteur de l’économie allemande s’enraye ? (Et il tousse déjà)
Publié le 04 mars 2013
La zone euro a les yeux braqués sur l'Allemagne et compte sur elle pour la tirer du marasme économique actuel. Et si le moteur de la croissance européenne était en fait en panne ?
Wolf Richter a dirigé pendant une décennie un grand concessionnaire Ford et ses filiales, expérience qui lui a inspiré son roman Testosterone Pit, une fiction humoristique sur le monde des commerciaux et de leurs managers. Après 20 ans d'expérience...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wolf Richter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Wolf Richter a dirigé pendant une décennie un grand concessionnaire Ford et ses filiales, expérience qui lui a inspiré son roman Testosterone Pit, une fiction humoristique sur le monde des commerciaux et de leurs managers. Après 20 ans d'expérience...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La zone euro a les yeux braqués sur l'Allemagne et compte sur elle pour la tirer du marasme économique actuel. Et si le moteur de la croissance européenne était en fait en panne ?

Tous les espoirs reposent sur l'Allemagne : son économie dynamique qui foisonne d'entreprises mondialisées, ultra-compétitives et tournées vers l'export, tire la France et d'autres pays de la zone euro de leur marasme économique. Mais voici la réalité : la France, avec son taux de chômage à deux chiffres, est en train de perdre pied à cause de son indice des directeurs d'achat (PMI). Après trois mois d'une légère hausse en trompe-l’œil, cet indice s'est effondré pour tomber à son taux le plus bas depuis mars 2009 (pendant le creux de la crise financière). L'activité commerciale dérape depuis 18 mois et les nouvelles commandes (qui sont les précurseurs de l'activité future) depuis 19 mois. Le secteur privé français est dans le pétrin.

De l'autre côté du Rhin, l'Allemagne continue de baigner dans l'optimisme - même si sa production économique a chuté de 0,6% au quatrième trimestre, un niveau égal à celui du reste de la zone euro, qui a passé les cinq derniers trimestres dans le rouge. La France, elle, a connu une baisse beaucoup plus douce : 0,3%. Alors que le déclin de la France est attribué à des problèmes structurels - uniquement réparables par un grand nombre de réformes et d'ajustements qui obligeraient les citoyens à se serrer la ceinture - le déclin beaucoup plus prononcé de l'Allemagne, est considéré comme quelque chose de "temporaire".

La preuve : le PMI. En janvier, il était encore positif pour l'Allemagne même si l'économie du pays avait chuté. Alors que les commandes de services ont stagné, les ordres de fabrication ont légèrement augmenté. Ce "rebond" des exportations a été attribué à une plus forte demande en provenance de l'Asie. Si seulement la Chine pouvait continuer à émerger !

Hélas ! Le partenaire commercial le plus important de l'Allemagne n'est pas la Chine. Ni les Etats-Unis. C'est la France. Elle représente environ 10% des exportations allemandes. Et il ne s'agit pas seulement de voitures et de matériel informatique. L'Allemagne a exporté, pour ne donner qu'un délicieux exemple, 645 000 tonnes de chocolat pour une valeur de 2,7 milliards d'euros au cours des onze premiers mois de l'année 2012, en hausse de 5,7% par rapport à l'année précédente. Le pays cible le plus important : la France (13,4%).

Voyant la France défaillir, les exportateurs allemands ont désespérément tenté d'augmenter leurs ventes en Asie. Pour cela, ils ont investi en Chine comme des fous. L'année dernière, cela a bien fonctionné. Les exportations de biens ont atteint un record de 1,09 milliard d'euros, en hausse de 3,4% par rapport à 2011. Mais la "mauvaise surprise" du PIB a révélé quelques méchants détails : au quatrième trimestre, les exportations ont en fait diminué de 2% par rapport au troisième trimestre. Et l'investissement des entreprises a plongé de 9,3% par rapport à l'année précédente. Les Allemands ont préféré investir en Chine - car pour eux, c'est là que l'avenir se trouvait - et non dans une zone euro en pleine décrépitude.

Sans oublier qu'en 2012, l'Allemagne a réalisé quelque chose de rarement vu dans le monde : un excédent budgétaire. Il n'était pas très élevé, 4,2 milliards d'euros. Le premier excédent budgétaire en 5 ans, le troisième depuis la Réunification. Alors que le gouvernement fédéral et les Etats fédérés (les Länder) se chargeaient de dettes, l'excédent des collectivités et du système de sécurité sociale a plus que compensé tout cela. Tout gouvernement qui est en excédent budgétaire mérite des applaudissements. Ensuite, il est possible d'ergoter indéfiniment sur la façon dont il y est arrivé, s'il y est vraiment arrivé, si cet excédent est le fruit de l'imagination des comptables qui travaillent pour le gouvernement, et pourquoi il fallait presser autant les contribuables pour y parvenir.

A cause de cette pression fiscale, la consommation privée n'a augmenté que très timidement en 2012 : + 0,6%. En revanche, les dépenses du gouvernement, plein aux as grâce à des recettes fiscales atteignant des records, ont augmenté de 1,4%. Une situation qui s'est aggravé à la fin de l'année : en décembre, les ventes au détail ont chuté brutalement de 4,7%. Ce chiffre n'est pas encore disponible pour le mois de janvier, contrairement au chiffre des ventes de véhicules...

Les ventes totales de véhicules ont chuté de 9,3% en janvier dernier. Les ventes de voitures ont quant à elles chuté de 8,6%. Les grands perdants : Ford qui a chuté de 32,2% et Volkswagen qui a décroché de 13,3%. Du côté des marques étrangères, Lexus a subi une plongée vertigineuse de 62,8%. En Allemagne de nos jours, les temps sont durs.  

Voilà l'état dans lequel se trouve le moteur de l'Europe, le pays censé sortir l'UE de la dépression. Bien sûr, une volte-face n'est pas à exclure. La Chine et d'autre pays d'Asie pourraient déclencher un tsunami de commandes. La France pourrait soudainement se redresser. Des miracles arrivent. Parfois.

Cet article a préalablement été publié sur le blog Testosterone Pit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
04.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
05.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
06.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
07.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
armoric2
- 06/03/2013 - 08:35
l"allemagne
bonjour
sortez de l'euro avant d'éclater, c'est la seul chose que je peut dire ,nous devons ,nous les français sortir de cette euro scélérat, et ne compter que sur notre pays la France pour remonter ,tout présidents qui s'imagine qu'il est seul a pouvoir décider du bien des français doit être virer, aucune pitié pour ceux, qui veulent s'en mettre plein les poches, avec leur Europe, sortez de l’Europe , c'est une question de vie ou de mort pour notre pays.
vive la francs libre et souveraine en son pays
merci de m'avoir lu
Stef41
- 04/03/2013 - 14:37
Conséquences sur l'euro
Si cela pouvait déclencher une communion de pensée entre les allemands et le reste de l'Europe sur le niveau trop élevé de l'euro, ce serait déjà une bonne chose.... Cela ne réglerait pas tout, mais ce serait un premier pas....
mich2pains
- 04/03/2013 - 10:14
France / Allemagne :
La France compte sur le dynamisme de l'économie allemande tandis que l'Allemagne compte sur nos achats de leurs produits pour être dynamiques ....
C'est l'histoire du " Chien qui se mord la queue " !