En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 7 heures 13 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 8 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 13 heures 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 14 heures 21 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 15 heures 45 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 17 heures 59 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 18 heures 52 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 19 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 8 heures 16 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 10 heures 31 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 17 heures 42 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 19 heures 9 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 19 heures 40 min
Crise des élites

Lettre ouverte au futur directeur de Sciences-Po

Publié le 01 mars 2013
Sciences Po doit choisir son directeur ce vendredi alors qu'une poignée d'étudiants ont décidé d'occuper l'Institut pour protester contre le mode de désignation de ce dernier.
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sciences Po doit choisir son directeur ce vendredi alors qu'une poignée d'étudiants ont décidé d'occuper l'Institut pour protester contre le mode de désignation de ce dernier.

Monsieur le futur Directeur,

Avant que vous n’accédiez à vos fonctions, j’ai l’honneur d’attirer votre attention sur une question centrale pour l’avenir de Sciences Po et occultée jusqu’à présent : à quoi doit servir Sciences Po ? Au moment d’envisager la création de l’Ecole libre des Sciences Politiques, voici ce qu’écrivait son fondateur Emile Boutmy à son ami Ernest Vinet, le 25 février 1871, juste après la défaite française contre la Prusse : « C’est l’Université de Berlin qui a triomphé à Sadowa, on l’a dit avec une raison profonde ; et il faut être aveugle pour ne pas voir l’ignorance française derrière la folle déclaration de guerre qui nous a conduits où nous sommes. On dit partout qu’il faut refaire des hommes, c’est-à-dire refaire dans les hommes le culte des choses élevées et le goût des études difficiles. C’est assurément une nécessité pressante ; mais auparavant ne faut-il pas créer l’élite qui, de proche en proche, donnera le ton à toute la nation ? Refaire une tête de peuple, tout nous ramène à cela ».

Ainsi Sciences Po a été créé, en 1872, pour forger une nouvelle élite politique capable d’assurer le redressement de la France et de la préparer à gagner les conflits futurs. Or nous sommes aujourd’hui dans la même situation qu’en 1870 ou 1940 : nous traversons une crise des élites et nous sommes en train de perdre une guerre, celle de la mondialisation. Cette crise des élites, quelle est-elle ? Elle est, d’abord, une crise de la pensée. Depuis combien de temps n’a-t-on pas en France produit une véritable Idée ? Toutes les controverses intellectuelles ayant structuré le débat public au cours des trente dernières années sont venues des Etats-Unis : la « fin de l’Histoire », le « choc des civilisations », les gender studies, sans parler des théories économiques qui nourrissent les programmes du FMI et de la Commission européenne. La plupart de nos productions intellectuelles, même de qualité, sont des critiques, des opinions, des analyses, des compilations savantes de ce que d’autres ont déjà pensé. Mais elles n’arrivent plus à créer du neuf, à toucher l’universel. Là est le vrai déclin français, dans un pays qui a toujours revendiqué sa supériorité spirituelle sur les nations réputées matérialistes.

C’est ensuite une crise de l’action : nous ne formons plus que des experts, et non des décideurs. L’expertise est nécessaire dans un monde complexe, mais elle ne peut se substituer au choix moral et politique qui préside à toute décision. Cette responsabilité ne peut s’exercer pleinement qu’en tant que celui ou celle qui l’assume a été très tôt habitué(e) à former son jugement selon d’autres critères que ceux du scientisme technicien. Or pour former des décideurs, il faut un cadre pour la décision, et ce cadre ne peut être essentiellement que la nation. A force de glorifier l’ouverture et de dénigrer la nation, les frontières, l’identité, nous avons formé des générations d’étudiants incapables de penser l’action dans sa réalité territoriale, avec son peuple, son destin, ses usines, ses champs, ses travailleurs, ses soldats. Nous avons cultivé leur naïveté, en chantant les louanges mensongères de la « globalisation heureuse » et de la « gouvernance mondiale ». Or si l’approche universelle est passionnante du point vue de l’esprit, elle est irresponsable du point de vue politique, parce que les relations internationales restent structurées par l’affrontement des puissances : les futurs dirigeants formés par Sciences Po doivent y être préparés, et amenés à réfléchir aux grandes problématiques de l’usage de la force.

Entre 2009 et 2011, j’ai été maître de conférences à Sciences Po, et qu’ai-je constaté ? En premier lieu, un niveau d’expression écrite nettement dégradé, comme pour le reste des jeunes Français, mais qui ne laisse pas d’inquiéter s’agissant de l’une des institutions les plus sélectives de France. En second lieu, un conformisme intellectuel stupéfiant de la part d’étudiants qui semblaient tétanisés par la peur de la sanction du délit d’opinion. Or comment peut-on imaginer que Sciences Po favorise la relève intellectuelle et politique si l’on y cultive le mimétisme idéologique ? En troisième lieu, un niveau de culture générale très insuffisant pour penser le monde. Pour une école qui a vocation à former les dirigeants de demain, le célèbre aphorisme du général De Gaulle n’a pas pris une ride : « la véritable école du commandement est la culture générale ». Enfin, une candide inconscience des guerres secrètes que la France mène au quotidien pour survivre dans un monde hostile et qui n’a rien de festif. Le résultat de tout cela est que nous fabriquons de parfaits rouages de la machine productive et de la bureaucratie technicienne, mais  sûrement pas des hommes libres, lucides et inventifs, capables de défier intellectuellement le monde et de se mesurer aux dangers qui menacent notre pays. Les étudiants que j’ai côtoyés étaient vifs, curieux, avides de savoir. Mais la machinerie éducative de Sciences Po me semblait plus préoccupée, par omission plus que par action, de les soumettre à la doxa toujours prêchée par la génération 68 au pouvoir que de permettre leur émancipation intellectuelle et politique.

Comment faire de Sciences Po le creuset d’une nouvelle élite pour la France de demain, formée dans un esprit de service, de courage et d’intelligence du monde ? Voilà, Monsieur le futur Directeur, vers quel horizon vous devrez tourner votre regard durant votre mandat, comme Emile Boutmy en son temps. Vous ne le devez pas seulement aux élèves de Sciences Po, mais aussi, et surtout, à la France.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Roxy
- 02/03/2013 - 11:46
Science Po Feuilleton
Cette avalanche d'articles sur le changement de direction a Sc.Po (surtout au Monde), montre bien qu'elle ne concerne que le petit monde étroit et consanguin des journalistes, et la fonction publique moyenne. On n'imagine pas la même chose sur Polytechnique ou HEC. Ni la Sorbonne. Pourtant Sc Po produit des éléments moyens (voir classements des grandes écoles), qui n'ont que des connaissances générales vagues. Leur marque de fabrique est d'être capable de produire des notes en 2 parties (et 2 sous parties).
Leurs connaissances économiques sont très limitées, et de plus leur passage a l'ENA ne leur apprend rien sur le plan académique. Ca produit seulement de bons généralistes bien élevés). Pour référence, Havard School of Government ne reconnait même pas a SC. Po le titre de Master en Administration Publique. Vous parlez d'une élite...
vangog
- 02/03/2013 - 00:21
"Forger les élites", minable slogan d'avant 1871!
Ce ne sont ni les élites qu'il faut changer, ni les hommes, mais les forgerons qui sont censés transformer ces hommes en élites, après leur avoir appliqué le système de sélection dont ils sont, eux-même, issus!
Ce système de sélection est issu des méthodes Trotskystes de sélection entre les "créateurs de richesse individualistes" et ceux qui "répartissent la richesse"
Le piege utilisé par les examinateurs d'etat est un theme universel: la Liberté!
Quelque soit la variante des questions, c'est la réponse qui importe, non par sa qualité littéraire, mais par l'orientation de la réponse pour ou contre l'idéal honni.
Selon que l'orientation sera blanche ou noire, le candidat est freiné ou catapulté, mécanique impitoyable de la cooptation du matériel humain de l'état qui préfère la dispendieuse providence à l'économique création...
Telle est conçue par les idéologues Trotskystes, la sélection par l'état de sa "noblesse de robe".
L'ENA et Science Po ne sont que des rouages de cette mécanique immuable.
prochain
- 01/03/2013 - 20:52
Formatage des "élites"... n'abusez pas du mot science
Une des bastions du statut quo, l'ascenseur social est bloqué par les corporations et les confréries, le diplôme et le piston comptent plus que le talent, une ambiance de fin de règne comme dans les pays du "socialisme réel" avant la débâcle. Parti socialiste sans classe ouvrière c'est un comble...