En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

04.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 25 min 22 sec
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 1 heure 25 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 12 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 15 heures 45 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 21 heures 32 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 22 heures 34 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 23 heures 51 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 53 min 51 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 12 heures 50 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 16 heures 11 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 18 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 22 heures 12 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 23 heures 30 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 jour 12 min
Crise des élites

Lettre ouverte au futur directeur de Sciences-Po

Publié le 01 mars 2013
Sciences Po doit choisir son directeur ce vendredi alors qu'une poignée d'étudiants ont décidé d'occuper l'Institut pour protester contre le mode de désignation de ce dernier.
Pierre-Henri d'Argenson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sciences Po doit choisir son directeur ce vendredi alors qu'une poignée d'étudiants ont décidé d'occuper l'Institut pour protester contre le mode de désignation de ce dernier.

Monsieur le futur Directeur,

Avant que vous n’accédiez à vos fonctions, j’ai l’honneur d’attirer votre attention sur une question centrale pour l’avenir de Sciences Po et occultée jusqu’à présent : à quoi doit servir Sciences Po ? Au moment d’envisager la création de l’Ecole libre des Sciences Politiques, voici ce qu’écrivait son fondateur Emile Boutmy à son ami Ernest Vinet, le 25 février 1871, juste après la défaite française contre la Prusse : « C’est l’Université de Berlin qui a triomphé à Sadowa, on l’a dit avec une raison profonde ; et il faut être aveugle pour ne pas voir l’ignorance française derrière la folle déclaration de guerre qui nous a conduits où nous sommes. On dit partout qu’il faut refaire des hommes, c’est-à-dire refaire dans les hommes le culte des choses élevées et le goût des études difficiles. C’est assurément une nécessité pressante ; mais auparavant ne faut-il pas créer l’élite qui, de proche en proche, donnera le ton à toute la nation ? Refaire une tête de peuple, tout nous ramène à cela ».

Ainsi Sciences Po a été créé, en 1872, pour forger une nouvelle élite politique capable d’assurer le redressement de la France et de la préparer à gagner les conflits futurs. Or nous sommes aujourd’hui dans la même situation qu’en 1870 ou 1940 : nous traversons une crise des élites et nous sommes en train de perdre une guerre, celle de la mondialisation. Cette crise des élites, quelle est-elle ? Elle est, d’abord, une crise de la pensée. Depuis combien de temps n’a-t-on pas en France produit une véritable Idée ? Toutes les controverses intellectuelles ayant structuré le débat public au cours des trente dernières années sont venues des Etats-Unis : la « fin de l’Histoire », le « choc des civilisations », les gender studies, sans parler des théories économiques qui nourrissent les programmes du FMI et de la Commission européenne. La plupart de nos productions intellectuelles, même de qualité, sont des critiques, des opinions, des analyses, des compilations savantes de ce que d’autres ont déjà pensé. Mais elles n’arrivent plus à créer du neuf, à toucher l’universel. Là est le vrai déclin français, dans un pays qui a toujours revendiqué sa supériorité spirituelle sur les nations réputées matérialistes.

C’est ensuite une crise de l’action : nous ne formons plus que des experts, et non des décideurs. L’expertise est nécessaire dans un monde complexe, mais elle ne peut se substituer au choix moral et politique qui préside à toute décision. Cette responsabilité ne peut s’exercer pleinement qu’en tant que celui ou celle qui l’assume a été très tôt habitué(e) à former son jugement selon d’autres critères que ceux du scientisme technicien. Or pour former des décideurs, il faut un cadre pour la décision, et ce cadre ne peut être essentiellement que la nation. A force de glorifier l’ouverture et de dénigrer la nation, les frontières, l’identité, nous avons formé des générations d’étudiants incapables de penser l’action dans sa réalité territoriale, avec son peuple, son destin, ses usines, ses champs, ses travailleurs, ses soldats. Nous avons cultivé leur naïveté, en chantant les louanges mensongères de la « globalisation heureuse » et de la « gouvernance mondiale ». Or si l’approche universelle est passionnante du point vue de l’esprit, elle est irresponsable du point de vue politique, parce que les relations internationales restent structurées par l’affrontement des puissances : les futurs dirigeants formés par Sciences Po doivent y être préparés, et amenés à réfléchir aux grandes problématiques de l’usage de la force.

Entre 2009 et 2011, j’ai été maître de conférences à Sciences Po, et qu’ai-je constaté ? En premier lieu, un niveau d’expression écrite nettement dégradé, comme pour le reste des jeunes Français, mais qui ne laisse pas d’inquiéter s’agissant de l’une des institutions les plus sélectives de France. En second lieu, un conformisme intellectuel stupéfiant de la part d’étudiants qui semblaient tétanisés par la peur de la sanction du délit d’opinion. Or comment peut-on imaginer que Sciences Po favorise la relève intellectuelle et politique si l’on y cultive le mimétisme idéologique ? En troisième lieu, un niveau de culture générale très insuffisant pour penser le monde. Pour une école qui a vocation à former les dirigeants de demain, le célèbre aphorisme du général De Gaulle n’a pas pris une ride : « la véritable école du commandement est la culture générale ». Enfin, une candide inconscience des guerres secrètes que la France mène au quotidien pour survivre dans un monde hostile et qui n’a rien de festif. Le résultat de tout cela est que nous fabriquons de parfaits rouages de la machine productive et de la bureaucratie technicienne, mais  sûrement pas des hommes libres, lucides et inventifs, capables de défier intellectuellement le monde et de se mesurer aux dangers qui menacent notre pays. Les étudiants que j’ai côtoyés étaient vifs, curieux, avides de savoir. Mais la machinerie éducative de Sciences Po me semblait plus préoccupée, par omission plus que par action, de les soumettre à la doxa toujours prêchée par la génération 68 au pouvoir que de permettre leur émancipation intellectuelle et politique.

Comment faire de Sciences Po le creuset d’une nouvelle élite pour la France de demain, formée dans un esprit de service, de courage et d’intelligence du monde ? Voilà, Monsieur le futur Directeur, vers quel horizon vous devrez tourner votre regard durant votre mandat, comme Emile Boutmy en son temps. Vous ne le devez pas seulement aux élèves de Sciences Po, mais aussi, et surtout, à la France.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Roxy
- 02/03/2013 - 11:46
Science Po Feuilleton
Cette avalanche d'articles sur le changement de direction a Sc.Po (surtout au Monde), montre bien qu'elle ne concerne que le petit monde étroit et consanguin des journalistes, et la fonction publique moyenne. On n'imagine pas la même chose sur Polytechnique ou HEC. Ni la Sorbonne. Pourtant Sc Po produit des éléments moyens (voir classements des grandes écoles), qui n'ont que des connaissances générales vagues. Leur marque de fabrique est d'être capable de produire des notes en 2 parties (et 2 sous parties).
Leurs connaissances économiques sont très limitées, et de plus leur passage a l'ENA ne leur apprend rien sur le plan académique. Ca produit seulement de bons généralistes bien élevés). Pour référence, Havard School of Government ne reconnait même pas a SC. Po le titre de Master en Administration Publique. Vous parlez d'une élite...
vangog
- 02/03/2013 - 00:21
"Forger les élites", minable slogan d'avant 1871!
Ce ne sont ni les élites qu'il faut changer, ni les hommes, mais les forgerons qui sont censés transformer ces hommes en élites, après leur avoir appliqué le système de sélection dont ils sont, eux-même, issus!
Ce système de sélection est issu des méthodes Trotskystes de sélection entre les "créateurs de richesse individualistes" et ceux qui "répartissent la richesse"
Le piege utilisé par les examinateurs d'etat est un theme universel: la Liberté!
Quelque soit la variante des questions, c'est la réponse qui importe, non par sa qualité littéraire, mais par l'orientation de la réponse pour ou contre l'idéal honni.
Selon que l'orientation sera blanche ou noire, le candidat est freiné ou catapulté, mécanique impitoyable de la cooptation du matériel humain de l'état qui préfère la dispendieuse providence à l'économique création...
Telle est conçue par les idéologues Trotskystes, la sélection par l'état de sa "noblesse de robe".
L'ENA et Science Po ne sont que des rouages de cette mécanique immuable.
prochain
- 01/03/2013 - 20:52
Formatage des "élites"... n'abusez pas du mot science
Une des bastions du statut quo, l'ascenseur social est bloqué par les corporations et les confréries, le diplôme et le piston comptent plus que le talent, une ambiance de fin de règne comme dans les pays du "socialisme réel" avant la débâcle. Parti socialiste sans classe ouvrière c'est un comble...