En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
2.0

En ignorant la télé et en se concentrant sur le web, Beppe Grillo a-t-il changé à jamais les campagnes électorales ?

Publié le 28 février 2013
Beppe Grillo, le grand perturbateur des élections italiennes, a réussi à récolter un quart des voix en refusant de se rendre sur les plateaux télés, pourtant considérés comme incontournables pendant une campagne.
Jean-Luc Mano est journaliste et conseiller en communication chez Only Conseil, dont il est le co-fondateur et le directeur associé.Il anime un blog sur l'actualité des médias et a publié notamment Les Perles des politiques. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Mano
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Mano est journaliste et conseiller en communication chez Only Conseil, dont il est le co-fondateur et le directeur associé.Il anime un blog sur l'actualité des médias et a publié notamment Les Perles des politiques. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Beppe Grillo, le grand perturbateur des élections italiennes, a réussi à récolter un quart des voix en refusant de se rendre sur les plateaux télés, pourtant considérés comme incontournables pendant une campagne.

Atlantico : Peut-on dire que le leader du détonnant Mouvement Cinq Etoiles a réussi a révolutionner la forme du monde politique ?

Jean Luc Mano : Il s'agit effectivement d'une campagne atypique, mais on ne devrait pas parler d'une révolution pour autant. M. Grillo, a aussi fait reposer une bonne partie de sa campagne sur des meetings, ce qui reste tout de même formidablement classique ! Par ailleurs, bien qu'il ne se soit jamais présenté dans un talk-show, on ne peut pas dire qu'il ait été réellement absent du petit écran, la télévision ayant au contraire abondamment rendu compte de ses farces. On peut ajouter par ailleurs que M. Grillo, quand on considère sa stratégie globale, n'a fondamentalement rien inventé. Cet ex-humoriste est quelqu'un qui utilise avec talent la rhétorique, qui est la forme la plus ancienne d'expression politique.

Cette stratégie du Web explique-t-elle uniquement son succès ?

Cette méthode lui a donné non seulement l'avantage de pouvoir adopter une posture anti-système, qui parle à son électorat, mais lui a aussi permis d'éviter tout face à face avec les autres candidats. Etant donné la nature grandement démagogique de son programme (on pense à la semaine de 20 heures), affronter un de ses concurrents dans un débat argumenté aurait en effet pu le pénaliser. Un plateau télé est un lieu de confrontation et il est opportun pour Beppe Grillo de pouvoir y échapper.

Néanmoins, cette campagne via le web n'est qu'une raison parmi d'autres, son côté populiste y étant aussi pour beaucoup. Dans le contenu de son message, que l'on associe a tort à celui de Coluche, on retrouve des attaques contre les immigrés et une tonalité xénophobe. C'est aussi une rhétorique contestatrice qui fait logiquement son effet en période de crise, en particulier sur la jeunesse qui ne se reconnaît pas dans une classe politique peu ouverte aux idées nouvelles. La fonction du personnage est avant tout tribunicienne et c'est là le principal ressort de sa réussite électorale.

Cette méthode de communication peut-elle prospérer ?

Effectivement. La toile permet d'exister, comme chacun sait, en dehors des média traditionnels, et devient forcément utile lorsque l'on souhaite faire passer un message anti-élites. Le monde politique n'est le seul qui soit d'ailleurs concerné par cette nouvelle donne. On peut voir aujourd'hui des réalisateurs, des chanteurs, prospérer sur Internet en s'auto-produisant, sans avoir a passer par la contrainte des médias classiques. Cette tactique évite de plus la contradiction puisque l'on peut y entretenir un vaste réseau de communication sans avoir affaire au filtre journalistique, ce qui pose problème démocratiquement parlant dans le sen ou personne n'est là pour vous éviter d'affirmer ce qui vous chante.

Le phénomène Grillo est-il révélateur d'un déclin des média "traditionnels" ?

Je ne parlerai pas d'un déclin puisque l'essentiel des électeurs italiens a continué de regarder massivement la télévision pendant cette campagne. Le déclin se marquera lorsque la désaffection de l'opinion deviendra trop forte, et cela se verra immédiatement dans les chiffres d'audiences des chaînes. Internet est une concurrence, et même une concurrence aussi utile que féconde pour les démocraties mais il ne supplantera pas la télévision d'ici peu. Il y a bien une crise de confiance de l'opinion a l'égard de ce que disent les média, en particulier la télévision et ce depuis une quinzaine d'années, mais les chiffres d'expression de confiance n'accompagnent pas ce ressenti. On nous dit depuis plus d'une décennie que la prochaine campagne se jouera sur le web, mais la télévision a jusque-là conservé un rôle majoritaire dans la stratégie des différents partis. On peut dire par ailleurs que la radio n'a pas tué la presse, que la télévision n'a pas tué la radio, et qu'en conséquence Internet ne tuera probablement la télévision. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 28/02/2013 - 18:52
Je crois aussi, ce que les pro-UE ne comprennent pas
c'est que n'importe qui fera l'affaire pour dessouder le monstre.
Ce qu'il dit est démago, populo, bla bla mot en suffixe phobe ou iste?
La belle histoire. Et qu'ont donc fait nos minables politiciens tout pays confondu et toutes tendances confondues ces 30 derniers années, nos zélites mondialistes libre partouziste en tout genre
Ils nous ont vendu:
- l'immigration: BO résultat visible dans les prisons et dans les comptes divers négatifs
-Le neuro et l'UE comme source de bonheur, de joie, de prospérité
-Les joies de la démocratie en version UE, enfin, de la non-démocratie avec dévoiement des nationales.
.
Quant à la téloche, vu le nombre de reportages pipotés, orientés, l’agressivité ou le passage sous la table des détenteurs de carte de presse (suivant le candidat), inutile de dire que sa crédibilité approche le niveau z'ayrault chez certains, dont moi.
rudi11
- 28/02/2013 - 15:24
heu heu
en france, ne sont invités à la télé que ceux qui plaisent aux journalistes.....et si la loi oblige à inviter les petits ccandidats, on ne se prive pas de les ridiculiser - les français sont donc privés
d une campagne electorale equitable;

les reseaux? pas d avis, car je m en tiens éloigné, mais pour re intéressér lesf rançais à la politique, je pense qu il faut d abord rétablir une loi electorale juste.
avant, tout les dés sont pipés.
Firenze
- 28/02/2013 - 14:18
mich2pains a raison
Les jeunes sont sur Internet pas devant la télé au journal de 20 heures.
Et puis, c'est quoi la xénophobie ? Cela fait trente ans qu'on nous assène que la xénophobie, c'est mal. Alors nous avonsouvert grand nos frontières et accueilli des millions d'étrangers. Quel en est le résultat ? Tout le monde est capable de le juger ce résultat et donc on nous avait menti. Peut-on savoir l'intérêt aujourd'hui de faire venir des étrangers alors que le chômage explose. N'importe qui peut comprendre cela.

Pareil pour l'euro qui devait nous apporter la croissance et le bonheur. Où est-elle donc passée cette belle croissance ? Là aussi, tout le monde est capable de se rendre compte qu'on nous avait menti.

Comme les médias et la TV parlent tous d'une même voix et n'ont pas changé le discours malgré les faits que tout le monde peut constater par soi-même, les gens vont sur le net et trouvent des discours différents qui ont l'air de coller davantage à la réalité.

Cela étonne qui sinon les cons ?