En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 6 heures 19 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 8 heures 50 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 13 heures 23 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 12 heures 12 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 12 heures 32 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 13 heures 17 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 13 heures 24 min
© Flickr
Dans le paquet Heinz se trouvaient cinq milliards de dollars de dettes.
© Flickr
Dans le paquet Heinz se trouvaient cinq milliards de dollars de dettes.
Decod'Eco

L’effet Ketchup : ce que le rachat de Heinz par Warren Buffett révèle du changement d’état d’esprit des marchés

Publié le 28 février 2013
Warren Buffett a racheté Heinz : une acquisition qui en dit long sur les conditions de marché... et sur les perspectives de l'économie.
Cécile Chevré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Chevré est titulaire d’un DEA d’histoire de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et d’un DESS d’ingénierie documentaire de l’Institut national des techniques de documentation (INTD). Elle rédige chaque jour la Quotidienne d'Agora, un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Warren Buffett a racheté Heinz : une acquisition qui en dit long sur les conditions de marché... et sur les perspectives de l'économie.

Warren Buffett, associé au fonds brésilien 3G, a acquis le géant américain de l'alimentaire Heinz pour 28 milliards de dollars, soit la plus grosse acquisition depuis le début de l'année et la quatrième plus importante de l'histoire de l'industrie agroalimentaire.

Warren Buffett est traditionnellement un de ces investisseurs que l'on respecte et que l'on admire. Des sites entiers sont consacrés à traquer le moindre investissement du sage d'Omaha, la moindre de ses déclarations – et vous proposeront de vous transformer en parfait épigone de Buffett en 10 leçons.

Warren Buffett aurait-il perdu son légendaire flair ?

Pourtant, ces dernières années, Buffett a perdu un peu de son aura. Depuis 2009, son fonds, Berkshire Hathaway, fait moins bien que le S&P 500. Et la dernière acquisition de Buffett donne du grain à moudre aux Buffett-sceptiques.

Pourquoi ? Parce que dans le paquet Heinz se trouvaient cinq milliards de dollars de dettes... et que surtout Buffett n'a pas respecté une autre des règles d'or de l'investisseur : acheter bon marché.

Car 24 milliards de dollars, c'est 21 fois le chiffre d'affaires du groupe l'année dernière. C'est aussi 72,5 $ par action, alors que celle-ci cotait un peu plus de 60% au moment de l'opération, et près de 20% au-dessus du plus haut historique. La plupart des commentateurs ont jugé que l'acquisition de Buffett était une erreur stratégique.

Ce n'est pas un hasard s'il a été surnommé le sage d'Omaha... lui qui a fourni une des règles d'or de l'investisseur particulier : n'investir que dans des sociétés que l'on comprend, des sociétés à forte valeur ajoutée, reconnues, qui sauront conserver leur avantage sur le long terme.

Heinz suit-il les règles d'investissement de Buffett ?

Selon cette règle, Heinz est un investissement parfaitement "buffettien". Premièrement, son activité est parfaitement compréhensible. Ce groupe agro-alimentaire vend non seulement le mondialement connu ketchup mais aussi d'autres sauces, des aliments préparés, des conserves, des frites surgelées ou encore de l'alimentation pour bébé.

Deuxièmement, Heinz est une marque forte, parfaitement identifiable et qui bénéficie d'un capital de sympathie de la part des consommateurs – qui sont prêt à payer quelques dizaines de centimes de plus pour acheter du ketchup Heinz plutôt que celui d'une marque concurrente.

Troisièmement, Heinz affiche une croissance de son chiffre d'affaires de 8,8% l'année dernière, due en très grande partie à une présence grandissante dans les pays émergents.

Enfin, grâce à son énorme force de frappe, Buffett s'est assuré de quelques petits avantages dont des actions préférentielles. Ces actions permettent à leurs détenteurs de voir leurs dividendes servis avant tout le monde. Buffett s'est ainsi assuré un dividende de 9% sur les actions Heinz. Ce qui est tout simplement énorme comparé au rendement des bons du Trésor à 10 ans (un peu plus de 2% ce matin) et avec le taux officiel d'inflation aux Etats-Unis (1,9%).

Comment expliquer le choix de Buffett ?

Plus que toutes ces bonnes raisons citées plus haut, l'acquisition de Heinz par Buffett nous en apprend beaucoup sur l'évolution récente des marchés.

Premièrement, les fusions-acquisitions seraient-elles de retour ? C'est la question que posait Le Monde : "Assiste-t-on au démarrage d'une nouvelle vague de fusions-acquisitions ? En 24 heures, hormis le rachat de Heinz, on a vu la fusion des compagnies aériennes American Airlines et US Airways ; on a appris que Time Warner veut céder pour 1,75 milliard de dollars au groupe de presse Meredith une partie de son département magazines (hormis quelques fleurons comme Time, Fortune ou Sports Illustrated)".

"Une semaine avant, on avait vu Michael Dell s'associer à un groupe d'investisseurs pour racheter sa propre société dans une opération la revalorisant à 24 milliards de dollars. Le rythme des fusions-acquisitions, sur les six premières semaines de 2013, est en hausse de 26% par rapport à la même période de 2012".

La multiplication de ces acquisitions est le signe d'un manque de croissance économique : pour les entreprises en mal de croissance organique, la seule voie pour continuer à se développer est de passer par la croissance externe, et donc acheter. Pas forcément bon signe donc.

Deuxième enseignement, avec l'achat de Heinz, Buffett fait clairement le choix de la sécurité. Car il faut bien l'avouer, Heinz n'est pas une société qui suscite l'enthousiasme du point de vue de l'investisseur. C'est une valeur bien gérée, en croissance régulière mais pas faramineuse, qui offre un bon dividende. Bref, un investissement "charentaises", bon père de famille. Une valeur qui saura résister dans les années à venir, quel que soit le contexte économique.

Dernier enseignement : Buffett se prépare peut-être au grain. Car avant l'acquisition de Heinz, Berkshire Hathaway disposait d'une réserve de cash de 47 milliards de dollars. Autant d'argent en cash n'est peut-être pas une très bonne idée alors que, malgré le coup de semonce délivré par la Fed la semaine dernière, la politique de taux et de liquidité semble devoir perdurer. En période d'inflation, votre argent perd de sa valeur. Pour Buffett, mieux vaut des bouteilles de ketchup plutôt que des milliards en papier monnaie qui se dévaluent au rythme de la fièvre inflationniste.

[Cécile Chevré passe tous les jours l'actualité économique et financière au crible dans La Quotidienne d'Agora : n'attendez pas pour découvrir ses analyses et ses conseils -- gratuitement. Tout est là...]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
flammingo
- 28/02/2013 - 11:42
J'ai relevé par ailleurs un
J'ai relevé par ailleurs un CA de 11 milliard pour la société!
pemmore
- 28/02/2013 - 09:49
Forcément très rentable le ketchup!
Une soupe de tomates à quelques centimes (sans doute même prix que les patates ) une larme de piment, une saveur parfaitement maîtrisée le tout fabriqué dans des usines hyper automatisées, c'est bon pour 30 ans de gros dividendes.