En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Saisine

Mariage homosexuel : "l'irrecevabilité de la pétition à 700.000 signatures contre le projet de loi est une injure à la démocratie"

Publié le 27 février 2013
Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) vient de juger irrecevable la pétition s'opposant au texte de loi légalisant le mariage et l'adoption pour les homosexuels. Réaction du mandataire de la pétition.
Philippe Brillault est maire du Chesnay, Conseiller général des Yvelines.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Phillippe Brillault
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Brillault est maire du Chesnay, Conseiller général des Yvelines.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) vient de juger irrecevable la pétition s'opposant au texte de loi légalisant le mariage et l'adoption pour les homosexuels. Réaction du mandataire de la pétition.

Atlantico : Le Conseil économique, social et environnemental a jugé irrecevable la pétition qui s'opposait au texte de loi légalisant le mariage et l'adoption pour les homosexuels : comment prenez-vous cette décision ? 

Phillippe Brillault : Le nombre de pétitionnaires répondait largement aux plus de 500 000 qui sont exigées par l’article 5 de la loi organique de 2010 qui gère le CESE. 

Sur le fond, il y a plusieurs interrogations de la part du CESE : selon eux, la question posée ne pouvait pas être reçue car la loi est en cours de discussion au Parlement, ce qui rend le recours impossible par la loi. Or, la pétition demandait simplement l’analyse des contenus de cette loi et l'incidence à la fois sociale et économique de l’union de deux homosexuels. Si la loi propose une modification du mariage, c’est qu’il y a bien une volonté d’ouverture des droits à l’enfant, d’où l’importance de la saisine du CESE. Certains membres du CESE utilisent des arguments pour refuser cette saisine qui pourrait retarder le vote du texte, ce que le gouvernement ne veut pas.

Si le CESE ne transformait pas cette pétition en saisine, le troisième alinéa de la Constitution n’aurait plus lieu d’être, et cela remettrait en cause l’intérêt du CESE s’il n’est pas capable de se saisir de sujets si importants puisque c’est son but.

Après cette argumentation, le bureau du CESE a délibéré pendant 2 heures, ce qui montre bien qu’il y a eu un débat important, car beaucoup des membres étaient favorables à la saisine. Il y a peut-être eu des pressions : c’est une fois de plus une réponse consensuelle qui n’est pas courageuse. Le président du CESE, Jean-Paul Delevoye est aux ordres de Matignon, et les membres du CESE n’ont pas eu le dernier mot.

Est-ce que le CESE a définitivement enterré la pétition ? 

Ils ont déjà mis la pétition dans les cartons. Mais ce n’est certainement pas l’avis de la totalité des membres du CESE. Pour eux, l’affaire est réglée, ils veulent s’auto-saisir. De notre côté, nous allons faire un recours juridique selon nos possibilités afin de créer de la jurisprudence. 

Finalement, cette décision du CESE n'est-elle pas une manière d'acheter la paix politique ? 

Le seul moyen d'obtenir la paix est de transformer la pétition en saisine. La paix politique est uniquement entre le président Delevoye et Matignon. Fermer la bouche de tout le monde n’est pas à moyen terme une façon d’avoir une paix politique. Aujourd’hui, on est face à un gouvernement déterminé et qui veut faire taire tous ceux qui iraient à l’encontre de sa décision : si cette pétition citoyenne à 700 000 exemplaires est étouffée, cela montre bien que l’on est dans un Etat où le droit de la démocratie est en train d’être supprimé. 

Quelle va être la réaction des pétitionnaires ?

Les pétitionnaires vont être déçus, mais surtout très remontés. C’est le meilleur moyen afin de faire de la publicité et mobiliser les gens pour la manifestation du 24 mars. Il fallait mieux accepter la saisine, qui donnait la paix nécessaire au pays, même en retardant le projet de loi, plutôt que de satisfaire un gouvernement qui, en voulant aller trop vite, provoque une agitation. C’est la décision du CESE qui va provoquer cette agitation, dont nous ne voulions pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (164)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mad Chat
- 05/03/2013 - 23:20
Scandaleux
La Suisse et l'Italie ont besoin de 8 ou 9 fois moins de voix pour faire un référendum. ToutMouPremier et l'indépendantiste guyanaise doivent se réjouir de s'assoir ainsi sur le Peuple. J'ai vraiment honte en tant que Français d'appeler cette dernière ministre alors qu'elle prônait l'indépendance de la Guyane et crachait sur la France (voir ses discours), mais Flanby avait besoin de la parité...
VeLiVoS
- 05/03/2013 - 21:19
Concernant vos élucubrations sur les crimes d'un roi…
Charles IX

Lisez donc le lien ci-dessous, qui résume bien ce que j'ai déjà lu sur le sujet et qui vous en apprendra plus sur la nuit de la Saint-Barthélémy que votre institutrice. Par exemple, le roi voulait certainement moins ces horreurs que les parisiens, la foule, la majorité qui a raison diriez-vous en chœur avec JP Michel, la LOI JUSTE du moment donné en raison du rapport de force, ces parisiens inquiets par le pouvoir des conseillers PROTESTANTS auprès du roi :
→ http://www.herodote.net/24_aout_1572-evenement-15720824.php
 
Quand aux crimes que vous énumérez avec les “guerres civiles” que l'on ne nomme que depuis Michelet & la république “guerres de religion”, allez savoir pourquoi, elles sont essentiellement le fruit de factions rivales qui cherchaient à prendre le pouvoir. Concernant ces guerres, les protestants ont d'ailleurs autant, sinon plus de crimes à se mettre sur les mains, que les catholiques¹.
 
¹ : À lire sur le sujet "frères réformés, si vous saviez…" de Vincent Beurtheret
VeLiVoS
- 05/03/2013 - 20:53
Déjà deux mensonges de détectées, 30aire-du-14,
→ vous faites trop fort, ou alors vous êtes réellement INCULTE ‼
 
Je cite,
• vous êtes INCAPABLE DE ME PROUVER le génocide des indiens d'amérique du sud et admettez ainsi avoir MENTI ou à la rigueur vous êtes trop vite avancé ‼
• Vous recommencez pourtant avec l'inquisition. J'attends maintenant votre comptage des 10 000 morts que vous attribuez au seul Torquemada, sachant que c'est à peu près le chiffre donné, POUR TOUTE L'INQUISITION, durant TOUT LE MOYEN AGE ‼
 
Vous qui défendez si bien les protestants☺, une autre citation, toujours de Pierre Chaunu, qui, je le rappelle, à son honneur, était protestant, mais qui à votre grande différence était cultivé et … honnête¹ :
"Les 10 à 12 000 exécutions capitales en trois siècles doivent être rapprochées des 50 000 sorcières brûlées en trois ou quatre décennies dans le reste de l'Europe² au début du XVIIème siècle. Cette comparaison prouve que la répression inquisitoriale a été relativement économe en vies humaines" - Pierre Chaunu, Eglise, Culture et Société, SEDES, 1981
 
¹ : ces deux qualités me paraissent finalement liées si l'on considère donc que :
“VEritas LIberabit VOS
² : protestante essentiellement/majoritairement