En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

De nouveaux investisseurs bouleversent le modèle économique d'Hollywood

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 37 min 40 sec
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 55 min 19 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 1 heure 24 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 13 heures 54 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 17 heures 28 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 18 heures 9 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 19 heures 1 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 44 min 31 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 1 heure 24 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 1 heure 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 13 heures 35 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 16 heures 5 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 17 heures 57 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 18 heures 32 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 19 heures 18 min
Punis

Comment sanctionner efficacement les délinquants mineurs ?

Publié le 26 février 2013
Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, a rendu ce lundi son cinquième rapport annuel sur l'état du système pénitentiaire français.
Alexandre Giuglaris et Dominique Youf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Giuglaris est délégué-général de l’Institut pour la Justice. Dominique Youf est docteur en philosophie et chercheur associé à l'université de Paris IV. Il a une longue expérience professionnelle auprès des mineurs délinquants, et est l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, a rendu ce lundi son cinquième rapport annuel sur l'état du système pénitentiaire français.

Atlantico. Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté, a rendu ce lundi son rapport annuel sur l'état du système pénitentiaire français. En quelques points, il propose de rendre l'accès à Internet aux détenus afin de leur permettre, dans une utilisation encadrée, d'entretenir le lien avec la famille, éventuellement trouver un logement voire un travail avant de quitter la cellule. L'accent a également été mis sur les conditions de détention des délinquants mineurs. Leur traitement par les autres détenus, le manque de soins pour ceux qui souffriraient de maladies mentales ou la décision trop rapide d'enfermer un "enfant", etc. Comment sanctionner efficacement les délinquants mineurs ? 

Alexandre Guiglaris : Tout d’abord, utiliser l’expression « d’enfants » pour évoquer des mineurs dont certains sont des délinquants ancrés dans la criminalité est pour le moins surprenant… Aucun enfant, au sens propre du terme, ne peut être condamné en France, ce qui n’est pas le cas d’un adolescent. Les mots ont un sens. Il serait d’ailleurs cohérent d’utiliser les termes de juge et de tribunal pour mineurs plutôt qu’enfant comme c’est le cas aujourd’hui.

Pour sanctionner efficacement les délinquants mineurs de nombreuses solutions existent. Encore faut-il les appliquer et les appliquer fermement. Il faudrait que les travaux d’intérêt général soient réellement et rapidement exécutés tout comme les mesures de sanction-réparation. Il faut aussi renforcer le dossier unique de personnalité. Le rapport d’André Varinard, remis en 2008, proposait par ailleurs des pistes intéressantes comme la création d’un code pénal des mineurs ou l’abaissement de la responsabilité pénale à 12 ans contre 13 aujourd’hui.

Enfin, la société a changé. Qui peut croire que « la remise aux parents » constitue une sanction, et qui plus est une peine crédible, aujourd’hui ? Il faut savoir par exemple, que les violences commises par les mineurs délinquants ont déjà augmenté de 575% depuis 1990. La responsabilité des parents doit être davantage engagée. Si des parents sont en difficulté pour élever leurs enfants, ils doivent être aidés. Mais il faut aussi que leur responsabilité soit plus clairement mise en lumière et sanctionnée.

Dominique Youf :  Des récentes recherches en psychologie du développement peu connues en France  permettent d'expliquer que la récidive est plus importante à l'adolescence qu'à l'âge adulte. En effet, des études en neuro-psychologie ont montré que le cerveau n'a pas atteint son plein développement à l'adolescence. Si le cerveau cognitif a atteint sa maturité à 16 ans, il n'en est pas de même du cerveau socio-affectif. Les adolescents, jusque vers l'âge du 18 ans sont plus impulsifs, moins orientés vers l'avenir et plus influencés par leurs pairs. Or, pour ne pas récidiver, il faut justement pouvoir contrôler ses pulsions, s'émanciper de l'influence négative des pairs et se projeter vers l'avenir. Pour lutter contre la récidive des adolescents, il faut d'abord, prendre connaissance de ces recherches.  Elles démontrent que, contrairement à ce qu'on pourrait penser, l'adolescent n'est pas identique à l'adulte et doit donc être traité différemment. Ensuite, il faut s'appuyer sur les modes de prises en charge qui ont réussi. Il existe peu d'évaluations de ces méthodes en France, on peut le regretter. Aux États-Unis, de nombreuses recherches ont été menées ces 15 dernières années qui montrent l'efficacité des thérapies comportementales cognitives, le soutien éducatif à la famille et le placement en famille d'accueil.

Le CGLP a déclaré qu'"il faut convaincre l'opinion que l'enfermement ne peut être une réponse certaine et durable à l'errance sociale. Les enfants qui en sont les victimes ne sont pas des animaux sauvages que l'on attache brutalement au piquet". La justice tend à plus de laxisme, quelles peuvent en être les conséquences ?

Alexandre Guiglaris : Parler d’enfermement quand le passage en centres éducatifs fermés ne dure que quelques mois est véritablement excessif. Par ailleurs, entre 700 et 800 mineurs sont en détention en moyenne. Il faut rapporter ce chiffre aux 200 000 mineurs mis en cause en 2011. Je ne crois pas que l’on puisse dire que la société ou la justice traitent les mineurs délinquants comme « des animaux sauvages que l’on attache brutalement au piquet ».

Au contraire, c’est l’absence de rapidité dans la réponse pénale ou le manque de fermeté qui accroissent le sentiment d’impunité. En lisant la presse ou les notes et les rapports du Contrôleur général des lieux de privatisation, on apprend ainsi que dans certains centres éducatifs fermés on distribue de l’argent de poche aux délinquants, que l’on compte deux éducateurs par enfant et que leurs compétences sont souvent insuffisantes, qu’il est possible de fuguer sans aucune difficulté et qu’en cas de bonne conduite, ce qu’on est parfaitement en droit d’attendre d’un mineur délinquant, celui-ci bénéficie de « week-end récompense » dans certains centres. Je ne crois pas que ce type d’accompagnement soit utile pour sanctionner ou dissuader un délinquant. 

Dominique Youf : La Convention internationale des droits de l'enfant, le Conseil constitutionnel ont fixé un cadre clair à la justice des mineurs. Ce cadre demande à la justice de prioriser les mesures éducatives et de n'utiliser la prison qu'en dernier recours. En n'envoyant pas davantage de mineurs en prison, les juges ne font que respecter ces règles.

La loi anglaise, adoptée en 1998, prévoit la possibilité d'incarcérer les mineurs à partir de l'âge de douze ans, et le gouvernement a approuvé la construction de plusieurs prisons pour enfants. La plupart est placée dans des centres de détention pour jeunes délinquants, mais les plus dangereux sont dans des unités spéciales pour adolescents incorporées au sein de prisons pour adultes. Ainsi, le nombre d'adolescents âgés de 15 et 17 ans incarcérés a doublé ces dix dernières années et ces mesures strictes ont fait baisser le taux de délinquance juvénile en moyenne entre 2006 et 2011. Le modèle anglais peut-il nous inspirer ?

Alexandre Guiglaris : Un tel constat va complètement à rebours de ce que pense Mme Taubira ; le modèle anglais ne risque donc pas d’inspirer l’actuelle majorité. Pourtant, les chiffres que vous citez montrent que l’augmentation du nombre de détenus a un effet évident sur la baisse de la délinquance, ce que nous montrons régulièrement dans différentes études à l’Institut pour la Justice. La suppression des tribunaux correctionnels pour les mineurs récidivistes de 16 à 18 ans voulue par le gouvernement envoie par ailleurs un signal d’impunité particulièrement préjudiciable dans le contexte de hausse de la criminalité que nous connaissons.  

Dominique Youf : La loi française est-elle si différente de la loi anglaise ? L'enfant peut aller en prison à partir de 13 ans, et la loi d'orientation de 2002 a permis la création d'établissements pénitentiaires pour mineurs (EPM). Lorsqu'ils ne sont pas détenus en EPM, ils le sont en quartiers pour mineurs des Centres pénitentiaires. Si l'incarcération des mineurs n'a pas augmenté en France, c'est en partie parce que les juges ont utilisé davantage les mesures éducatives, notamment les placements en institution de la Protection judiciaire de la jeunesse. On oublie souvent que cette institution a recentré ses activités sur la prise en charge des mineurs délinquants depuis une douzaine d'années. En ce qui concerne la baisse du taux de délinquance, il est scientifiquement hasardeux d'affirmer que ce sont des mesures plus strictes qui en sont à l'origine. Je pourrais vous citer de nombreuses autres études qui disent le contraire.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
bagad
- 26/02/2013 - 14:24
les vraies valeurs d'antan.
leur donner du boulot et les obliger à bosser.
pemmore
- 26/02/2013 - 11:11
Délinquants mineurs pour crimes majeurs,
C'était pas sans raison qu'il y avait les centres de redressement, ce n'est surtout pas nouveau ni lié à l'immigration mais au laxisme de la loi.