En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Beppe Grillo cet objet politique non identifié.
Drôle de surprise
Elections italiennes : Beppe Grillo, cet objet politique non identifié qui pourrait perturber le déroulement des élections futures
Publié le 25 février 2013
L'ex-humoriste et son parti, le Mouvement Cinq Etoiles, ont dernièrement été crédités de 25% d'intentions de vote dans une élection qui sera probablement révélatrice des nouvelles donnes politiques européennes.
Magali Balent est chercheur associé à l’IRIS et maître de conférences à Sciences Po.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Magali Balent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Magali Balent est chercheur associé à l’IRIS et maître de conférences à Sciences Po.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ex-humoriste et son parti, le Mouvement Cinq Etoiles, ont dernièrement été crédités de 25% d'intentions de vote dans une élection qui sera probablement révélatrice des nouvelles donnes politiques européennes.

Atlantico : Beppe Grillo a basé son succès sur une campagne décalée tout en dénonçant les politiques d'austérité. Comment pourrait-on expliquer la réussite de cet objet politique non identifié ?

Magali Balent : Je dirais que c'est un candidat qui est à l'image des évolutions politiques en Europe. Beppe Grillo incarne tout d'abord le rejet de la classe politique traditionnelle en affirmant qu'il souhaite lutter contre l'élitisme et la corruption des partis. Il prétend ne pas manier la langue de bois et brise les codes de la communication classique. Il s'inscrit ensuite dans l'émergence des rhétoriques populistes qui prennent racine un peu partout sur le Continent : la dureté de la crise et les méthodes impopulaires du gouvernement incitent à la "démagogie" dans le sens où l'on promet l'irréaliste. Les peuples ont besoin au fond d'eux d'entrevoir un avenir meilleur et il devient plus facile à mon sens de tomber dans des promesses au sérieux douteux. Son ascension dans les sondages est par ailleurs le reflet de ce que le politologue Ronald Inglehart appelait le post-matérialisme qui ferait que le désir d'une meilleure qualité de vie supplanterait désormais les désirs "sécuritaires" (dans le sens socio-économique, ndlr). Le programme du Mouvement Cinq Etoiles aborde les questions de l'environnement, de la santé, de la démocratie participative, des transports, avec en toile de fond une logique assez humaniste. Les thématiques plus traditionnelles axées sur l'opposition marxisme/capitalisme n'ont plus le même écho qu'auparavant et cela peut expliquer le succès actuel de cet ancien humoriste.

Le caractère plutôt inédit du populisme incarné par Beppe Grillo est qu'il s'adresse davantage aux classes moyennes, relativement moins préocuppées par les problèmes économiques que les couches populaires. C'est en quelque sorte l'alliance d'un discours populiste avec un contenu plus directement "démagogique" dans le sens où il ne répond pas une idéologie particulière comme avec l'extrême gauche ou l'extrême droite.

Bien qu'il ait commencé sa carrière comme vedette du petit écran, le leader du Mouvement Cinq Etoiles dénonce aujourd'hui vertement le prisme des médias. Comment s'explique ce paradoxe ?

Cette contradiction est justement révélatrice de son aspect populiste. Il critique la politique tout en faisant et jette la pierre aux élites bien qu'il en fasse partie. On peut dire cependant qu'il est au moins en accord avec son discours sur un point, à savoir le fait qu'il refuse d'être relayé par les média traditionnels. Sa campagne passe beaucoup par Internet mais occupe très peu d'espace à la télé où à la radio par exemple.

Je dirais par ailleurs que les médias sont classiquement considérés comme les relais de l'élite dans la plupart des formations populistes européennes. Il s'agit donc là d'un angle d'attaque incontournable pour ce tribun qui se présente comme le défenseur des intérêts du peuple.

Peut-on faire un parallèle avec le Parti Pirate allemand qui base aussi une bonne partie de son discours sur les thématiques numériques ?

A mon avis oui. Les valeurs post-matérialistes déjà évoquées se retrouvent dans le message porté par le Piraten Partei. Ces thématiques autrefois marginales comme l'environnement et l'Internet sont au centre des deux formations et s'inscrivent dans une autre représentation des devoirs de l'Etat à l'égard des citoyens. On trouve aussi la même volonté de promouvoir une autre démocratie, qui ne passerait plus tant par les technocrates que par une participation active de la population grâce aux nouvelles technologies. Il y a aussi en commun l'idée d'une société délivrée de la corruption politique, ce qui reste un schéma très caricatural. Enfin, l'on peut dire que la crise de la représentation politique, alimentée par le déclin du militantisme et la dévalorisation du vote, a permis dans les deux cas d'attirer les projecteurs sur ces nouvelles offres démocratiques.

Bien que ses chances de victoire soient minces, Beppe Grillo sera probablement le troisième homme de cette élection. Quel peut-être son avenir politique ?

Le Mouvement Cinq Etoiles est différent des formations populistes classiques au sens où son populisme n’est pas idéologique. Il n’est qu’une rhétorique protestataire et je ne pense pas, en dépit des bons scores qu’il atteindra aux élections parlementaires, que ce parti réussira à convaincre sur le long terme et à susciter un vote d’adhésion à son « programme ». Il peut néanmoins devenir un curseur important de la vie politique nationale, un élément qui viendrait perturber régulièrement les élections futures. L’avenir de Beppe Grillo n’est donc pas certain et dépendra de sa capacité à formuler des propositions crédibles pour que le vote à son égard se transforme en véritable vote d’adhésion durable. 

Propos recueillis par Théophile Sourdille

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Pourquoi la suppression de l’anonymat sur internet est une (très très) fausse bonne idée
01.
Le mariage homosexuel n'est pas moral ou non, il trouble les repères de la société
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
honnête citoyen
- 23/02/2013 - 18:40
Fondation Robert Schuman
Pardon Madame Magali BALENT mais vous faites parti de la fondation Robert Schuman européiste jusqu'au boutiste.J'ai vu au moins trois fois un intervenant de votre fondation sur C dans l'Air sur France 5.
Il avait un nom italien et un physique de dépendeur d'andouilles.Il disait il n'y a pas d'autre choix que l'UE, l'euro nous protège (je crois qu'il m' a appauvri mais bon je suis un petit mec moi), et si l'Europe traverse des moments difficiles c'est parce qu'on est pas allé assez loin dans la construction européenne.
Quand je vois des mecs comme ça je sais pas si je dois rire ou pleurer.
gladio
- 23/02/2013 - 18:37
Ah j'oubliais
Il est de gauche, c'est là que les spécialistes sont emmerdés, c'est une sorte de Tapie qui aurait de la culture et qui connaîtrait ses classiques, autant dire un produit transalpin typique.
Forza Beppe sei il meglio di tutti!
gladio
- 23/02/2013 - 18:35
Votre spécialiste est bien française, et le terrain ?
D'abord parle t-elle la langue ? En 2006 déjà Grillo remplissait des stades et des places publiques. A Rome en 2008 il tenait conférence sur les places historiques avec une estrade sonorisée et un orchestre, et il balançait des informations sur la corruptions des hommes politiques NOMMEMENT par exemple il disait Bersani, crapule, tu t'es mis tant d'argent dans la poche à l'occasion de telle vente etc. Il balançait des diaporamas à l'écran et surtout, il faisait payer les pages de protestation parues dans les journaux par ses adhérents. Il y a trois ans on a chiffré ses revenus de l'année, 400 000. Ce type est un improvisateur doté d'une mémoire prodigieuse, il connaît tous les chiffres les plus honteux de cette démocratie véreuse où les députés sont payés 27 000 euros par mois et où 72 pour cent ont été condamnés pour quelque chose dans leur carrière. Alors dans ces conditions dire que la lutte contre la corruption relève du schéma caricature, c'est n'importe quoi, et Science Po a beaucoup baissé mais ça on le savait