En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

L'avion de ligne bientôt tout "électrique"

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 1 heure 51 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 2 heures 26 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 6 heures 5 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 10 heures 28 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 10 heures 54 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 2 heures 8 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 2 heures 36 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 5 heures 54 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 7 heures 45 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 11 heures 15 min
Tout doit disparaître

Vente des bijoux de la Couronne... Face à la crise, la grande braderie des biens publics a commencé au Portugal

Publié le 02 mars 2013
Frappé de plein fouet par la crise, le Portugal est en train de privatiser un grand nombre d'entreprises ou d'infrastructures pour s'en sortir. Les bijoux de la Couronne y sont même passés. Des manifestations contre l'austérité sont prévues ce samedi dans 40 villes du pays.
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frappé de plein fouet par la crise, le Portugal est en train de privatiser un grand nombre d'entreprises ou d'infrastructures pour s'en sortir. Les bijoux de la Couronne y sont même passés. Des manifestations contre l'austérité sont prévues ce samedi dans 40 villes du pays.

Le Portugal vit une période historique de privatisation forcée de son héritage culturel et patrimonial hérité de la Révolution des Œillets. Les prêts conditionnés de la Troïka l’ont obligé à privatiser le pays. La restriction budgétaire amenant la récession, les objectifs de déficit public ne seront pas atteints en 2013. En 2012, on observe cependant une amélioration des déficits publics sans pour autant atteindre les objectifs initiaux. Aujourd’hui l’objectif est de parvenir à 3% du PIB fin 2014.

Socialement la réponse à ces vagues de privatisation est pour le moins surprenante : le pays connaît un phénomène sans précédent éloigné de l’état d’esprit naturel des Portugais, pacifistes et plutôt grincheux-soumis dans leur belle maison du bord de l’Atlantique. Ils se révoltent. Ils ont même été à l’origine du mouvement des Indignés parti de Lisbonne. Les grèves et manifestations à répétition se multiplient dans tout le pays. C’est assez nouveau pour être signalé. Le principal syndicat portugais a prévu des rassemblements dans tout le pays ce weekend, et ceci montre que quelque chose est en train d’exploser pour un peuple assez peu enclin à ce type de comportement.

Les Portugais en ont assez de ne plus avoir le destin de leur nation en main. L’un des derniers symboles de l’héritage culturel du Portugal, les chantiers navals de Viana do Castelo ont été tout simplement mis en vente. De nombreux candidats du nord de l’Europe et des pays de l’Est se sont pressés, Norvégiens, Russes, et même Chinois se précipitent. Un groupe russe devrait l’emporter, RSI du magnat russe Andrei Kissilov sans aucune expérience naval pour 10 millions d’euros. Triste destin pour ce chantier naval emblématique - nationalisé après la révolution des œillets de 1974 - qui croulait sous les commandes et employait dans les années 1990, 2 800 salariés.

Sur fonds d’immenses grues immobilisées les travailleurs au petit matin vont au travail. Les têtes sont baissées, les pas rapides vers la cantine de l’entreprise. Ce matin et comme presque tous les jours ils arrivent à 8h et les carnets de commandes sont toujours vides ou presque : la réparation d’un navire et c’est tout. Un contrat de deux asphaltiers devait être livré en 2014 et signé avec le Venezuela contre 128 millions d’euros mais sans que personne ne sache vraiment ce qui se passe, les travaux ont été stoppés.

Un terrorisme ambiant est palpable. Les impressions sont toujours les mêmes, les Portugais ne comprennent pas pourquoi ils devraient payer pour les errements de l’Europe. Ils sont d’accord pour être sanctionnés sur leur manque de productivité, et éventuellement accepter d’attendre que les temps soient meilleurs, mais pourquoi payer pour les promesses non tenues d’une Europe en crise qui tente de leur enlever tout ce qu’ils ont acquis et pour une crise financière qui vient d’ailleurs. Aujourd’hui on assiste à une désindustrialisation massive du pays. Tout ce qui a été construit depuis 1986 date d’entrée du Portugal dans la Communauté économique européenne (CEE) est maintenant vendu. L’Europe qui leur a tout donné, est l’Europe qui leur reprend tout. Les discussions des brasseries sont empruntes d’amertume et souvent très agressives contre l’Europe, contre le fisc portugais qui ne fait qu’exécuter des décisions venues d’ailleurs. Les crises d’anxiété sont partout. Des joies incohérentes, enivrées parfois. Certains ont quatre décennies de travail dans ces chantiers navales. Et les préretraites sont repoussées à 65 ans.

Pour les habitants de Viana do Castelo comme pour le reste du pays, la récente vague de privatisations inquiète. Les derniers fleurons stratégiques de l’économie portugaise s’envolent. Il y a un sentiment généralisé de perte de souveraineté et la maîtrise du destin des Portugais se perd dans une nostalgie profonde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

L'avion de ligne bientôt tout "électrique"

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cbrunet
- 03/03/2013 - 10:54
Lusophones
La révolution des "Œillets" à certes crée une génération"d'intellos" à la française, pourrissant la fonction publique pour s'attacher ( acheter?) des votes . Et ces apparatchiks doivent maintenant payer, ce n'est que justice . Mais la majorité du peuple portugais est radicalement différente : son intégration exemplaire partout dans le monde ( France, Suisse...) en est la preuve . Il n'en va pas de même pour d'autres peuples !
cbrunet
- 03/03/2013 - 10:38
Gabagie ?
Zut à tous les pisse-froid ! La situation au Portugal est l'exact visage de cette Europe criminelle . Des montagne d'argent y ont été déversé finançant la création d'un système auto- routier démentiel, pour faciliter l'installation d'entreprises pirates. Entreprises licenciant tout le monde une fois les "bénefs" empochés et partant s'installer en Europe de l'Est . Et "zé povo" -les salariés- il bosse pour un smic de 600 euros ! Qui dit mieux ?
vangog
- 02/03/2013 - 20:00
Elle a bon dos, l'Europe!
Ça fait combien de dizaines d'années qu'ils profitent de la social-démagogie, les Portugais?
Toutes ces années à dépenser sans compter pour leurs fonctionnaires et le "social", ils pouvaient se poser la question du jour ou ils devraient payer pour la gabegie...
Cela n'inquiète pas nos Portugais de France, qui peuvent se payer une belle maison Portugaise avec un salaire français, et retourner au Portugal profiter d'une retraite coquette dans un pays beaucoup plus abordable que la France...