En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
La banque espagnole Bankia devrait afficher une perte de 19 milliards d'euros selon le Financial Times.
Oups !
Alerte : la situation des banques espagnoles est encore plus grave qu'il n’y paraît pour la zone euro
Publié le 25 février 2013
Si l'on en croit les informations du Financial Times, la banque espagnole Bankia devrait afficher une perte de 19 milliards d'euros. Elle avait pourtant été nationalisée en 2012...
Matilde Alonso Pérez est professeur à l’Université de Lyon 2. Elle est spécialiste en économie de l’Espagne.Elies Furio Blasco et Christelle Birabent Camarasa sont professeurs à l’Université de Lyon 3 et animent le projet Dimension économique de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elies Furio Blasco, Matilde Alonso Pérez et Christel Birabent Camarasa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matilde Alonso Pérez est professeur à l’Université de Lyon 2. Elle est spécialiste en économie de l’Espagne.Elies Furio Blasco et Christelle Birabent Camarasa sont professeurs à l’Université de Lyon 3 et animent le projet Dimension économique de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'on en croit les informations du Financial Times, la banque espagnole Bankia devrait afficher une perte de 19 milliards d'euros. Elle avait pourtant été nationalisée en 2012...

L’Espagne a connu une période de forte croissance économique presque exclusivement fondée sur le secteur de la construction. L’éclatement de la bulle immobilière a, certes, mis un terme à l’expansion, mais a également signifié bon nombre de problèmes autres qu’une simple récession. De graves problèmes. Le surendettement des ménages, des entreprises et des banques. En effet, pour financer le boom de la construction, les banques espagnoles se sont endettées à l’extérieur. Le surendettement des familles et des promoteurs a généré un vaste portefeuille de biens immobiliers invendus. Ces invendus sont entre les mains des banques et portés à leur bilan. Cette situation a entraîné la crise d’une partie du système financier espagnol, une crise que l’aide européenne a tenté d’assainir avec le Protocole d’accord entre le Royaume d’Espagne et l’Eurogroupe. Selon le Financial Times, Bankia, qui va publier ses résultats annuels fin février, devrait afficher une perte record de 19 milliards d’euros. Ses difficultés financières, avaient poussé l'Etat espagnol à demander une aide européenne pour ses banques.

Quelles mesures le gouvernement espagnol a-t-il prises en vue de résoudre le problème des invendus portés aux bilans des banques ? Il a décidé de créer une mauvaise banque (bad bank) qui se charge des actifs toxiques et d’assainir ainsi le reste du système financier. C’est un peu comme si l’on retirait d’un panier de pommes celles qui sont pourries avec l’espoir que les pommes restantes ne se gâteront pas. Les pommes pourries des banques, ce sont les actifs toxiques, qui ont été transférés à la Sareb, Société de Gestion des Actifs Provenant de la Restructuration Bancaire (Sociedad de Gestión de Activos Procedentes de la Reestructuración Bancaria, S. A.). Cette mauvaise banque est constituée à 45 % de capital public et à 55 % de capital privé. Ce dernier émane essentiellement des banques, des compagnies d’assurance et de certaines entreprises. Le gros des actifs de la Sareb, environ 40 milliards d’euros, provient des banques dans lesquelles l’Etat espagnol est intervenu : Bankia, Catalunya Bank, Novagalicia et Banco de Valencia.

La Sareb est l’un des éléments du package imposé par le protocole d’accord signé entre l’Espagne et l’Eurogroupe. Son objectif est d’administrer et de liquider les actifs toxiques. La vente elle-même est problématique car la stratégie n’est pas claire. Si la Sareb vend les actifs à très bas prix, le système économique espagnol risque de se retrouver dans une position encore plus délicate, et avec lui le secteur du bâtiment et les banques « saines ». Si la Sareb vend, par exemple, ses terrains bon marché, ces derniers représentant environ 50 % du prix final d’une construction, les nouvelles promotions seront alors bien moins chères que les logements invendus, et les banques « saines » ne pourront pas se défaire de leur stock.

Par ailleurs, les principaux actionnaires de la Sareb sont, entre autres, le Banco Santander, le BBVA et la Caixabank ; autrement dit des banques « saines », qui sont en même temps les principales agences immobilières d’Espagne, et dont le stock de biens invendus est énorme. Il y a donc ici une contradiction entre la stratégie des actionnaires de la Sareb et la propre stratégie de l’entité. Ces conflits de stratégies peuvent être importants, et avoir des conséquences systémiques sur le secteur financier espagnol et, par ricochet, sur l’économie espagnole et européenne. La Sareb peut donc se révéler un bon instrument qui permettra de résoudre les problèmes de l’économie, ou bien un mécanisme aux conséquences désastreuses sur l’économie européenne.

En toile de fond du débat sur la stratégie à adopter se trouve la croyance qu’une baisse des prix des logements peut diminuer le stock de biens immobiliers, sans qu’il soit nécessaire de prendre des mesures de relance de la demande. Le gouvernement compte sur une demande étrangère pour absorber l’excès de logements, notamment grâce à des mesures d’incitation comme celle qui prévoit qu’en achetant un bien de 150 000 euros, un étranger pourra devenir résident espagnol. Mais cette confiance semble excessive. Les prix ne vont pas s’ajuster aussi rapidement, la demande étrangère ne sera pas aussi importante à court terme et les Espagnols ne sont pas en mesure de dépenser davantage.

Quant à savoir si le processus représente un risque pour la zone euro, nous répondrons par une autre question : Est-ce que le fait de retirer les actifs toxiques des bilans des banques permettra d’assainir le système financier espagnol ? Rien n’est moins simple. Les pommes pourries n’ont pas disparu. Elles ne sont plus dans le même panier que les bonnes, mais elles sont toujours dans le même grenier. Une proximité que l’augmentation des créances impayées et des conséquences systémiques qu’elles génèrent rendent d’autant plus inquiétante.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Plus on en sait et moins on en sait : le grand paradoxe de la science du XXIème siècle
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
l'enclume
- 23/02/2013 - 22:09
Ce n'est pas grave ?
Nous allons leur envoyer bobecler, il va vous règler les difficultés en deux coups de cuillère à pot.
vangog
- 23/02/2013 - 19:32
@trapanel le cas de l'Espagne est un cas à part
car elle n'a subi l'influence du Marxisme-léniniste que récemment avec Zapatero, qui a tué l'Espagne par son dogmatisme gauchiste et ses illusions fédéralistes.
Avant lui et jusqu'à Aznar, l'Espagne s'est formidablement développée, partant d'un niveau de vie quasiment de pays sous-développé dans certaines régions à une prospérité du même niveau que beaucoup de pays Européens.
Cette prospérité a été obtenue grâce au travail et au courage des Espagnols, et l'ascension a été brutalement interrompue avec l'arrivée de Tapazero.
Dire que tous les politiciens sont pourris, c'est oublier que les électeurs sont des adultes!
Après l'expérience social-démagogique de Tapazero, les Espagnols sont vaccinés, mais désorientes par ces discours populistes "tous pourris, tous pareils..."
Après Tapazero, aucun politicien, quel qu'il soit, ne peut réparer la catastrophe économique de ce pays et remonter la pente en quelques mois.
Dans le contexte économique actuel, l'expérience Tapazero était une folie qui ne se réparera que tard.
"Pour un électeur aussi, il faut connaître les conséquences de ses actes!..."
trapanel
- 23/02/2013 - 18:36
Zapatero
Il a une responsabilité identique à beaucoup de pays européen. Quand la crise est arrivé, tout le monde s'est retrouvé le cul par terre en train de pointer. Pour l'Espagne 9% et des poussières de chômeurs en 2007 et 20% en novembre 2011 quand le PP a repris le pouvoir.OK mais maintenant, 17 mois plus tard, on en est à 27% ( annonce de Rajoy lors de l'allocution sur l'état de la Nation il y a 2 jours.) C'est toujours Zapatero..alors arrêtez d être aussi sectaire cela n'a aucun sens.Sans compter le scandale pour corruption qui touche toute la "cupula" du PP, la famille royale et encore et toujours les potentats locaux( Pujol 2 milllions en suisse- Barcenas, le trésorier du PP, 22 millions, Fabra ,Camps, Mas et tant d'autres) qui vont échapper à la prison grâce à une loi d'amnistie votée par qui " le PP". On dit merci Rajoy. Alors vous comprendrez que la crise est dure pour tout le monde ici, mais avec des connards qui nient tout en bloc alors que tous les écrits les accusent,, cela horripilent les espagnols. Et la pire, ce sont les desahucios( les expulsés). Les banques les virent par centaines chaque mois. En France , le gouvernement aurait sauté depuis longtemps pour ça