En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 37 min 37 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 52 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 5 heures 7 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 16 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 45 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 3 heures 7 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 22 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 22 heures 26 min
© Reuters
La Fed a révélé mercredi qu'un nombre important de ses dirigeants s'inquiétaient du cap actuel de sa politique monétaire.
© Reuters
La Fed a révélé mercredi qu'un nombre important de ses dirigeants s'inquiétaient du cap actuel de sa politique monétaire.
Changement de cap ?

Les Américains tentés de se convertir à la politique monétaire de la BCE... Mais l'économie mondiale y survivrait-elle ?

Publié le 22 février 2013
La Banque centrale américaine (Fed) a révélé mercredi qu'un nombre important de ses dirigeants s'inquiétaient du cap actuel de sa politique monétaire, ce qui pourrait la contraindre à diminuer plus tôt que prévu son soutien énorme à la reprise économique du pays.
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque centrale américaine (Fed) a révélé mercredi qu'un nombre important de ses dirigeants s'inquiétaient du cap actuel de sa politique monétaire, ce qui pourrait la contraindre à diminuer plus tôt que prévu son soutien énorme à la reprise économique du pays.

La publication des minutes de la réunion du comité de politique monétaire de la Federal Reserve a créé un certain émoi sur les marchés. Il y aurait des désaccords entre les membres de ce comité sur la stratégie à mener par la banque centrale américaine. Pour certains, il faudrait remettre en cause la stratégie de rachat d'actifs menée afin d'éviter que les excès ne se transforment en déséquilibres pénalisants pour l'économie américaine.

Ce propos n'est pas nouveau et il y a toujours eu des sceptiques quant à l'efficacité du procédé. On rappelle juste ici que la Fed a abaissé son taux d'intérêt de référence à quasiment 0% mais que même ce taux-plancher est probablement trop élevé pour permettre à l'économie américaine de repartir rapidement. Pour contourner cette contrainte la banque centrale a mis en place des opérations dites de Quantitative Easing visant à racheter des actifs financiers (Obligations d'Etat et Produits de financement immobilier (MBS)). L'objectif est ainsi de permettre un soutien supplémentaire à l'économie même avec des taux d'intérêt quasi nuls.

Il y a toujours eu des opposants à cette stratégie mais généralement ceux-ci se retrouvaient en partie parmi les membres qui votaient les décisions du comité. Il était alors plus compliqué de se mettre en opposition directe avec Ben Bernanke.

Depuis le changement annuel de composition du comité de politique monétaire les membres les plus rebelles sont non votants. Ils participent à la réunion mais ne votent pas les résolutions. Cela leur donne une liberté de parole et comme ils sont plus nombreux et du même côté ils ont un écho qu'ils n'avaient pas auparavant.

D'où cette impression immédiate à la lecture de ces minutes.

Janet Yellen la vice-présidente de la banque centrale et probable candidate à la succession de Ben Bernanke en 2014 a clairement indiqué que la Fed ne souhaitait pas changer de cap. Elle veut être certaine que l'économie aura retrouvé une allure robuste dans la durée avant de modifier la stratégie monétaire. Elle ne veut pas aller trop vite car elle ne veut pas prendre le risque d'agir alors que la croissance américaine est encore insuffisante. Le taux de chômage est encore beaucoup trop élevé pour envisager un changement.

Pour donner un éclairage sur la durée de maintien d'une stratégie accommodante on peut lire le dernier rapport sur le budget (2013 – 2023) du Congressional Budget Office (sorte de commission des finances du Congrès américain). Il est estime que l'économie aura rejoint sa tendance de long terme en 2017, pas avant.

Sortir trop rapidement de la stratégie menée est prendre un risque sur la croissance car spontanément cela durcirait le ton de la politique monétaire alors que du côté de la Maison Blanche des ajustements budgétaires vont se mettre en place. Il y aurait donc une double menace. La première de contraindre l'économie en raison d'un changement de cap brutal alors que l'économie n'a pas encore retrouvé une expansion forte et plus stable. Ce serait aussi prendre le risque de voir les deux composantes de la politique économique devenir en même temps plus restrictives. Les exemples du passé notamment de 1938 doivent éclairer les décisions. A l'époque la croissance était repartie depuis 1933 et il a été  jugé qu'elle était suffisamment robuste pour tolérer une normalisation des politiques économiques. Cela n'était pas le cas et l'économie américaine a replongé en récession. Personne aujourd'hui ne veut tenter une telle prise de risque. Cela serait dangereux pour l'économie américaine mais aussi pour l'économie globale et notamment pour l'Europe car la convergence pour elle vers la tendance de long terme se fera au-delà de 2017.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
crisemajeure.fr
- 22/02/2013 - 21:37
La trappe à liquidités

Extrait du livre " La face cachée du mondialisme " www. crisemajeure.fr

L'économiste KEYNES fondateur de la macroéconomie moderne avait évoqué la notion de trappe à liquidités en désignant une situation caractérisée par une politique monétaire excessive qui en un temps donné ne s’avère être d’aucun secours pour stimuler l’économie. Cela est particulièrement le cas aujourd'hui pour l'application de solutions à la crise des crises. Les émissions massives et successives de liquidités (planche à billets), d’emprunt d’État (bons du Trésor – obligations d’État).
Le risque annoncé par KEYNES se traduit alors par l’entrée en période de déflation, de récession, suivie d’une période d’hyperinflation. Les masses de liquidités injectées pour racheter de la dette US n'ont quasiment aucun effet sur le soutien à l'économie de terrain, la trappe les avale tout aussi vite qu'elles sont produites. Reste la dévaluation marquée du billet vert pour censément assainir l'endettement massif, alors que cette dévaluation à venir servira en tout premier lieu l'objectif de refonte complète du système économique mondial. Les mouvements d'achat d'or physique correspondent à cet objectif.
Equilibre
- 22/02/2013 - 14:30
Zut, "on" m'avait pourtant dire que les lâchers d'argent
par hélicoptère de bernake était efficace. "On" m'aurait menti?
Maintenant qu'obamo s'est fait ré-élire grâce à eux, ainsi qu'avec des chiffres du chômage "légèrement" (plutôt largement) pipotés d'ailleurs, retour sur terre?
Un jour, peut-être, on s'apercevra que:
- les dettes, c'est pas bien
- les déficits, c'est pas bien
- jouer avec la monnaie pour couvrir l'échec des deux précédents, c'est pas bien
- Clinton a déconné sec en ouvrant la Chine à l'OMC
En gros, que prendre trop d'argent au futur pour couvrir le train de vie festif, du libre jouir sans entrave version 68aede pour que tous les jours la fête soit plus folle, la logique du tout tout de suite, c'est pas bien...
Un jour.
D'ici là, l'occident aura expérimenté la chute de Rome et celle de l'URSS.
.
En attendant, dopé par l'argent frais, la bourse bat des records. S'ils arrêtent, ...
Guy Bernard
- 22/02/2013 - 11:16
de la créativité !
les Etats-Unis sentent bien qu'ils vont rester tout seuls avec leur montagne de dettes et que leur économie va s'effondrer comme un soufflé lorsque les invités ne viennent pas à l'heure.

ce qui me frappe, c'est l’amalgame avec les situations antérieures et le manque de créativité.
peut-on comparer la réfection des ponts et routes (nécessaire et créatrice d'emplois) à la construction du barrage Hoover qui a donné lieu à des centaines de brevets, déplacé une population entière et électrifié la Californie ?
réduire les 85 milliards de dollars mensuels et relever progressivement les taux d’intérêt n'est qu'une mesure simpliste de trouver une solution, avec le risque d'un krak obligataire à la clé.
épatez-moi, monsieur Obama.