En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 13 heures 49 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 17 heures 26 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 17 heures 38 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 18 heures 38 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 21 heures 5 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 21 heures 30 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 21 heures 30 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 14 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 15 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 17 heures 29 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 18 heures 6 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 19 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 20 heures 34 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 21 heures 30 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 21 heures 30 min
© DR
La semaine dernière, la chute d'une météorite en Russie a blessé des centaines de personnes.
© DR
La semaine dernière, la chute d'une météorite en Russie a blessé des centaines de personnes.
Armageddon

Pourquoi les systèmes de protection contre les météorites ont encore une belle marge de progression

Publié le 21 février 2013
La semaine dernière, la chute d'une météorite en Russie a blessé des centaines de personnes et traumatisé la population alentour. Ce phénomène pose la question de notre capacité à éviter de tels drames.
Stéfan Barensky
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéfan Barensky, chef de rubrique espace chez Air et Cosmos
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La semaine dernière, la chute d'une météorite en Russie a blessé des centaines de personnes et traumatisé la population alentour. Ce phénomène pose la question de notre capacité à éviter de tels drames.

Atlantico : La semaine dernière la Russie a été victime de la chute d’un météore qui a blessé des centaines de personnes et a traumatisé la population alentour. Il semblerait que ce phénomène n’ait pas été prévu par les différents observateurs de l’espace. Comment expliquer ce phénomène ? Surveillons-nous suffisamment le ciel ?

Stephan Barensky : Avant tout, il me semble important de préciser que ce dont a été victime la Russie n’est pas une pluie de météorites, comme l'a souvent relayé la presse, mais de la chute d’un météore. Il s’agit donc d’un objet unique ayant pénétré dans notre atmosphère à la vitesse très rapide de 30 kilomètres par seconde. Il s’est désintégré au bout d’une trentaine de secondes dans un immense dégagement d’énergie produisant ainsi des débris dont certains ont touché le sol. Pour résumer, tant que c’est en l’air c’est un météore mais ce qui touche le sol est appelé météorite. Le dégagement d’énergie quant à lui a été mesuré, au niveau de la quantité d’infrasons dégagés, à une demi tonne ce qui est extrêmement élevé.

La non détection de ce météore s’explique par une conjonction de raisons qui a mené à la quasi impossibilité de la prévision de l’entrée dans l’atmosphère. Avant tout, il ne mesure qu’une quinzaine de mètres, taille minuscule à l’échelle spatiale. Il est, de plus, arrivé selon un angle très plat de 15/20° tout en étant très sombre et donc plus difficile à voir. Enfin, ce météore est arrivé du côté diurne notre planète. C’est l’un des plus grands problèmes de l’observation de l’Espace, nous avons un angle mort. Nous pouvons voir facilement ce qui vient de l’extérieur de l’orbite terrestre mais plus difficilement de ce qui vient de l’intérieur. Ce qui est "amusant" au niveau des coïncidences est qu’un satellite va être lancé cette semaine pour essayer de compenser cette lacune technique.

Nous ne pouvons donc pas dire que ce manque de prévision soit dû à un manque de surveillance. Il existe même un programme européen appelé SSA, Space Situational Awareness, qui est une sorte de veille de l’agence spatiale européenne au sein duquel on détecte et on étudie les mouvements des géocroiseurs comme celui qui a touché la Russie. Le but étant de permettre aux futures zones touchées d’etre prévenues quelques jours ou quelques semaines en avance.

Quels sont aujourd’hui les moyens à notre disposition pour observer d’éventuels objets célestes pouvant entrer en collision avec la terre ? Dans quels délais les détectons-nous ?

Cela dépend bien évidement de la taille et de la teinte de l’objet, plus il est gros et clair, plus il est détectable. Certains géocroiseurs sont suivis par les scientifiques depuis les années 1930 et un effort particulier a été réalisé sur la question depuis les années 1990. Si au début on les observait au télescope à l’œil, aujourd’hui nous avons des programmes qui les repèrent et les marquent en permanence. On en découvre environ mille nouveaux par an. Afin de prévoir d’éventuelles collisions, on calcule leurs trajectoires via des modèles mathématiques et des calculs qui doivent être repensés à chaque fois que l’un d’eux passe à proximité d’une planète car cela en change la trajectoire. Ces géocroiseurs sont classés en fonction de leur taille et de leur dangerosité sur ce que l’on appelle l’échelle de Turin et qui calcule les dégâts potentiels en cas de collision avec la Terre.  En dessous d’une certaine taille, on les considère comme non dangereux car même s’ils entraient dans l’atmosphère ils n’atteindraient pas le sol. A l’inverse certains sont si gros qu’un impact raserait l’humanité de la surface de la Terre.

Imaginons que nous identifions une collision imminente et dangereuse avec l’un de ces objets. Avec quelle précision pourrait-on calculer son impact ?

Les outils d’observation et de calcul actuels sont extrêmement performants au point que l’on peut prévoir quel serait le bout de l’objet spatial qui toucherait le sol le premier. Comme dans tout calcul de ce type, il y a bien évidement une marge d’erreur mais de manière général les diagnostics sont excellents. On connait le point d’impact potentiel de manière extrêmement précise. Cependant, jusqu’à maintenant nous n’avons pas été confrontés à une situation critique au point de faire évacuer une ville ou une zone quelconque car pour les plus gros objets, il y a des délais d’intervention. On peut même imaginer intervenir directement sur l’astéroïde lui-même afin qu’il évite la Terre. Le météore qui a touché la Russie la semaine dernière était le plus gros que nous connaissons depuis celui de la Toungouska, un noyau cométaire de 40 kilomètres de diamètre, qui a explosé au-dessus de la Russie et dont l’onde de choc a été ressentie dans toute l’Europe. Les gens qui se sont rendus sur place dans les années 1920 ont constaté que toute la Taïga avait été couchée par le choc sur des dizaines voire des centaines de kilomètres.

Existe-il des programmes visant à empêcher cela ?

La grande question est celle du temps dont on dispose entre la détection de l’impact potentiel et le moment estimé de celui-ci. Si vous prévoyez un impact trente ans à l’avance et si vous en prévoyez un deux ans à l’avance, vous imaginez bien que vous n’avez pas les mêmes solutions à votre disposition car tous ces corps célestes bougent très vite. Cette vitesse a aussi un avantage, elle conditionne le fait que ces objets soient sujet à un changement de direction pour pas grand-chose. On estime donc que le plus souvent le simple passage d’un véhicule à proximité d’un astéroïde peut suffisamment changer sa trajectoire ou le moment de l’impact pour que nous ne soyons pas touchés. D’autres scientifiques tablent aussi sur le fait de repeindre une face d’un astéroïde afin d’en changer la réflectivité et ainsi que la poussée due à la chaleur du soleil en change la trajectoire. Enfin, selon la taille de l’objet, le CNES a étudié la possibilité de poser un moteur à la surface de l’objet et d’ensuite l’allumer pour en changer la trajectoire.

Quoi qu’il en soit, il faut oublier les solutions à la Armageddon, les missiles et les forages car une explosion ne ferait que transformer un gros problème gérable en une multitude de problèmes incontrôlables. De plus, nous connaissons mal la composition interne de ces objets. Si certains sont fait de roches dures, d’autres sont composés de matières molles. Ainsi, un éventuel tir de missiles risquerait de les déformer plutôt que de les détruire et ainsi d'aggraver leur impact. 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
planetewalker
- 22/02/2013 - 18:01
reponse potentielle à ZOEDUBATO
Pour repondre à à la question de ZOEDUBATO
N'étant pas un tres gros specialiste, voici des elemets de reponses
- les satellites sont dans leur tres grande majorité absolument pas dediés à une telle tache de surveillance de l''Espace. Normal donc que les satellites ne puissent servir à cet tache. On leur demande par exemple de retransmettre des programmes tele, d'assurer des communiquer, d'observer la terre, ...
- radar de surveillance : un radar entre les main d'un bon operateur est capable de detecter dans une fenetre relative precise. On peut imaginer voir au radar un objet de taille reduite mais à condition de l'attendre dans la zone d'observation réglée par l'operateur. Un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin. "Facile" quand on sait ou se trouve l'aiguille
- telescope ; idem que pour les radars. le champ de vue d'un telescope est extrement réduit. Pour detecter un tel "caillou", il faudrait etre dans la bonne direction au bon moment
- dernier phenomene de taille. Quand bien meme on detecterait quelque chose, il faut posseder suffisament de "mesures" pour effectuer sa "determination d'orbite" qui pourrait analyser une collision avec la terre
planetewalker
- 22/02/2013 - 17:44
evaluation du point d'impact
Bonjour. D'ou tenez vous ces affirmations ?
"On connait le point d’impact potentiel de manière extrêmement précise".
"Les outils d’observation et de calcul actuels sont extrêmement performants au point que l’on peut prévoir quel serait le bout de l’objet spatial qui toucherait le sol le premier"

Je suis tres interressé par en savoir plus sur ce sujet. Pour des objets non controlés je pensais que "prédire" la zone de retombée sur une demi orbite etait deja une tres bonne évaluation. Pour info, un satellite basse altitude effectue une orbite en un peu plus d'une heure

Vous remerciant par avance
ZOEDUBATO
- 21/02/2013 - 08:02
1ère Question : Pourquoi n'a t-il pas été détecté ?
Ce météorite serait de taille imposante et pourtant ni les réseaux de satellites ni les surveillances radar, ni les téléscopes ne l'ont détectés
Pourquoi ?