En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Le féminisme n'est pas qu'un combat contre les hommes.
Papa poule
Droit de garde des enfants : les féministes doivent apprendre à dénoncer les inégalités homme-femme même lorsqu’elles jouent en leur faveur
Publié le 21 février 2013
Alors que l'association SOS Papa a été reçue cette semaine par la ministre de la Justice pour faire entendre le droit des pères divorcés, il est nécessaire de rappeler que le féminisme n'est pas un combat contre les hommes.
Lydia Guirous est porte-parole des Républicains. Essayiste, elle est l'auteur de "Ça n'a rien à voir avec l'islam?" ( Plon - 2017), de #Je suis Marianne (Grasset) et de Allah est grand la République aussi (JC Lattès).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lydia Guirous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lydia Guirous est porte-parole des Républicains. Essayiste, elle est l'auteur de "Ça n'a rien à voir avec l'islam?" ( Plon - 2017), de #Je suis Marianne (Grasset) et de Allah est grand la République aussi (JC Lattès).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'association SOS Papa a été reçue cette semaine par la ministre de la Justice pour faire entendre le droit des pères divorcés, il est nécessaire de rappeler que le féminisme n'est pas un combat contre les hommes.

Le mouvement féministe a contribué à l’épanouissement personnel et professionnel des femmes. D’Olympes de Gouges à Gisèle Halimi, les femmes se sont battues pour que soient reconnus leurs compétences, leurs droits et leur liberté. Si la parité, l’égalité salariale, la lutte contre les violences restent encore des objectifs fondamentaux pour les femmes, force est de constater que de nombreux progrès ont été réalisés en France et en Europe ces dernières année

L’action de Serge Charnay, ce père retranché dans une grue à 40 mètres de haut pour pouvoir revoir son fils, donne une acuité particulière à la question de la parentalité en cas de séparation. Peu d’observateurs se sont d’ailleurs interrogés sur la dynamique entre féminisme et parentalité en cas de séparation. Le féminisme nous a permis d’acquérir la liberté de choisir son partenaire, son mode de vie, de se séparer et ce, sans subir les foudres du conservatisme. Ces libertés constituent des avancées importantes. Toutefois,  un féminisme moderne ne peut pas admettre que ces libertés se traduisent par la négation du rôle des pères en cas de séparation.

Le féminisme n’est pas un combat contre les hommes. Il est une recherche d’équilibre et de justice sociale. Cette recherche prend une acuité particulière lorsque l’on touche à la question de l’exercice de la parentalité en cas de séparation.

Les réactions de l’association féministe de gauche "Osez le féminisme", qui ont suivi l’entretien de l’association "SOS Papa" avec la ministre de la Justice Christine Taubira et la Secrétaire d’Etat à la famille Dominique Bertinoti, sont indignes et sont la meilleure représentation de ce que l’on appelle la pensée unique….  Quelle consternation face à cette condamnation sans appel et ce refus de traiter les messages que portent ces pères privés de leurs enfants. Evidemment, l’association dite "masculiniste" de "SOS Papa" écrit parfois en utilisant des expressions outrancières et insultantes... mais n’est-ce pas le cas également au sein des associations féminismes ?


Au-delà de ces excès de langage, souvent l’attribut de ceux qui se sentent blessés, il est indispensable de se concentrer sur le fond du problème à savoir la séparation, parfois très brutale, entre des pères et leurs enfants.  

Doit-on rester muet face à ces chiffres alarmants de l’Institut national des études démographiques (INED) ?

  • 25% des enfants qui vivent avec leur mère et dont le père est vivant ne le voient plus jamais
  • Seulement 20 % le voient tous les 15 jours
  • Environ 12.000 plaintes ou mises en cause à la suite d'un refus de confier l'enfant au parent qui est en droit de le demander (pendant les week-ends ou les vacances) seraient enregistrées régulièrement chaque année, à la demande des hommes. Le taux de condamnation pénale est de 7 à 8 %, avec moins de 1 % de prison ferme. 
  • Environ 15.000 plaintes ou mises en cause à la suite d'un non-paiement de pension alimentaire (délit d'abandon de famille) seraient enregistrées régulièrement chaque année à la demande de femmes. Le taux de condamnation pénale est de 98 à 99 %, avec 24 % de prison ferme.


Face à ces disparités, se trouvent des réalités contrastées. Certes, dans certains cas d’urgence (violence, mise en danger d’autrui), il est logique que l’institution judiciaire se prononce en faveur de la mère. Toutefois, ces situations sont minoritaires et ne peuvent expliquer que 25% des enfants qui vivent avec leur mère et dont le père est vivant ne le voient plus jamais…

Par ailleurs, le féminisme moderne ne peut que condamner les pratiques inégalitaires et contraires à son objectif de parité. Une remise à plat globale des différents éléments psychologiques, financiers et fiscaux doit être menée de manière urgente aujourd’hui en France, lorsque des couples avec des enfants se séparent.

Être une femme libre aujourd’hui, c’est être responsable et savoir dénoncer les inégalités hommes-femmes, même lorsqu’elles jouent en faveur des femmes. Il en va de l’équilibre de notre société et de l’intérêt de nos enfants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
05.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
07.
Pour la mairie de Paris, la capitale serait sale à cause du réchauffement climatique
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
06.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PatrickD
- 26/02/2013 - 13:20
Des chiffres inventés, un article honteux
Rien à ajouter à toutes ces inepties. Ne parlez pas de féminisme Mme GUIROUS, vous en êtes à des milles! Inventez des chiffres (99% de condamnation pour non paiement de pension?? si seulement c'était vrai!), vous semblez servir une cause bien obscure à sans cesse taper sur les personnes qui chaque jour se battent pour rétablir l'égalité et rendre leur dignité aux femmes. Inutile d'orienter les statistiques selon vos interprétations évidemment masculinistes, vous êtes démasquée, honte à vous!
The Jester
- 21/02/2013 - 15:09
@Redmonde
Oui c'est vrai que moins de père demande la garde, mais pourquoi selon vous ?
En grande partie parce que les avocats essaye de les dissuadé de se lancé dans une procédure qui reste aujourd'hui longue et avec un résultat faible.
Aujourd'hui encore, un père qui demande la garde doit prouver qu'il est capable de s'occuper de son enfant, ce qui n'est jamais demandé aux femmes ...
géodith
- 21/02/2013 - 14:48
2 remarques
- le gars à la grue :
http://www.huffingtonpost.fr/2013/02/18/qui-se-cache-derriere-association-sos-papa_n_2711668.html?utm_hp_ref=france
- quel est l'intéret de mettre en prison ces pères ?
" avec 24 % de prison ferme."